Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Points de Vue
Vidéo : Bernard Njonga se confie à Bonaberi.com
(07/01/2009)
Près d'un mois après son arrestation au Cameroun suite à sa manifestation réprimée par la police, Bernard Njonga est revenu sur la génèse des évènements et sur le fond du problème.
Par Nkwayep Mbouguen
Bernard Njonga, président de l'ACDIC
Bernard Njonga, président de l'ACDIC

Bernard Njonga et l'ACDIC avaient organisé le 10 Décembre une manifestation pacifique concernant la corruption dans la filière agricole au Cameroun. Cette manifestation avait finalement été violemment réprimée par les forces de l'ordre. Il y avait eu de nombreux blessés dont Théophile Nono, gravement touché à la tête, et Bernard Njonga ainsi que beaucoup d'autres membres de l'ACDIC avaient été conduits au poste de police. Il a accepté de se confier à Bonaberi.com.

Il est revenu sur le pourquoi de la manifestation, et les raisons profondes qui avaient conduit l'ACDIC à organiser cette manifestation : l'incapacité à s'exprimer, plusieurs meetings et autres rassemblements ayant été interdits par le Gouvernement. Il a ensuite évoqué ses conditions de détention qui ont été très marquantes, les cellules de prison atteignant des records d'insalubrité et réunissant un homme au mètre carré, voire plus.

Après deux jours en cellule, il a été libéré et comparaîtra en homme libre le 23 Janvier prochain. Motif : manifestation non autorisée.




Concernant le fond du problème, Bernard Njonga et l'ACDIC ont dénoncé en fait un problème de fond qui se place dans la continuité de leur combat contre l'importation de poulet congelé au Cameroun. Au départ, il s'agissait de privilégier la filière avicole camerounaise et de donner un coup d'accélérateur à l'économie camerounaise en augmentant la production locale, combat qui avait été gagné par l'ACDIC.

Mais aujourd'hui, élever plus de poulets signifie aussi augmenter la production de maïs, et de façon drastique. Mais aujourd'hui, l'état de la production ne permettra pas au Cameroun de satisfaire la demande générée par l'élevage de poulets. Et c'est cela le véritable combat de l'ACDIC :  une alarme pour les échéances proches de 2009, pour éviter au Cameroun une réaction en chaîne.

Les problèmes de corruption, bien que dénoncés dans le cadre de leur enquête pour déterminer l'état de la production de maïs, restent d'après Bernard Njonga secondaires, car le véritable combat est d'augmenter la production de maïs. Car au delà du simple fait de permettre l'élevage de poulets, il s'agit aussi d'un nombre importants d'emplois qui pourraient être créés, de la production du maïs à son transport, de l'élevage du poulet à sa commercialisation ou sa préparation dans les restaurants, on pourrait atteindre 1 million ou plus d'emplois générés dans la chaîne de production.

Autre point important, que Bernard Njonga a tenu à souligner, le Gouvernement n'est - pour une fois - pas accusé ici. Car d'après le président de l'ACDIC, le Gouvernement a déjà pris un certains nombres de mesures positives pour les agriculture et aviculture au Cameroun. Le problème se situe au niveau des intermédiaires, chargés de capter les aides, subventions et matériels fournis pour les transmettre aux producteurs. Et c'est ceux-là qui sont pointés du doigt par l'ACDIC.

Pour conclure, il a ajouté qu'on entendrait encore parler de l'ACDIC, qui a souligné que ce n'était pas un combat personnel ou combat d'égo, mais un combat concernant tout le Cameroun.



L'interview en vidéo






Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
bernard njonga  acdic  points de vue  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 12 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site