Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Histoire
Histoire du Cameroun : 2ème partie
(24/03/2004)
La colonisation du Cameroun par l'Allemagne à la fin du 19ème siècle, les résistances et les révoltes des peuples camerounais, et la fin du "règne" allemand avec la 1ère guerre mondiale...
Par Rédaction
La colonisation allemande

Gustav Nachtigal
Gustav Nachtigal
©cameroun-plus.com
Les Européens, au Cameroun, au 19ème siècle étaient soit Allemands soit Anglais, pour la plupart des commerçants. L’objectif des Anglais était de développer leur commerce et de mettre un terme à l’esclavage en accentuant leur influence au Sud du Nigeria. La chose déplut aux chefs Douala qui écrivirent à la reine Victoria en 1864-1879 pour lui demander de leur accorder la protection du gouvernement Britannique. A la même époque, les Français et les Allemands redoublèrent d’activités au Cameroun et le gouvernement Allemand envoya l’ancien explorateur Gustav Nachtigal. Il signa deux traités avec les rois locaux à Douala . Le 14 Juillet 1884, il hissait le drapeau Allemand à Douala et dès ce jour le territoire devint une colonie Allemande sous le nom de Kamerun.


Zones d'occupation

Elle marque également le début de la mise en place des structures constitutives de l'État du Cameroun. C'est en effet avec les allemands que les frontières du Cameroun furent adoptées et précisées. Conformément aux résolutions de la conférence de Berlin (novembre 1884-février 1885) qui recommandaient que les puissances coloniales en Afrique s'entendent pour délimiter leur zone d'occupation, Allemands, Anglais et Français se rencontrèrent pour établir les frontières du Cameroun.

A la fin du XIXème siècle, celles-ci étaient déjà définitives, mais en 1911,du fait d'une nouvelle convention signée avec la France, elles connurent une extension qui agrandit la superficie du Cameroun, superficie qui atteignit les 750.000 km2.

Le Cameroun n'en était pas pour autant un État parce que ses populations n'avaient pas accepté de gaieté de coeur de se soumettre aux allemands.


La résistance camerounaise

Charles Atangana
Charles Atangana
©cameroun-plus.com
Le Kamerun Schutzgebiet fut placé sous l'autorité d'un gouverneur représentant le Chancelier du Reich et divisé en unités administratives dénommées postes et stations pour les plus petites, Bezirk (au sud)et Residentur (au nord) pour les grandes. Douala fut d'abord choisie pour abriter la résidence des gouverneurs et le siège du gouvernorat (1885-1901), puis se fut le tour de Buéa (1901-1909). L'éruption du Mont Cameroun qui eut lieu en 1908 mit prématurément fin au règne de Buéa. Ce fut de nouveau le retour à Douala où les allemands se heurtèrent cette fois-ci à la révolte des Douala qui refusaient de se laisser expulser de leurs terres.

Les chefs Douala ne tenaient pas à ce que les Allemands étendent leur contrôle direct à l’intérieur du pays car leur position privilégiée d’intermédiaires dans les transactions commerciales serait menacée. Mais ceux-ci élaboraient des plans pour explorer l’intérieur du pays et exercer ainsi un meilleur contrôle. Des révoltes éclatèrent. Les Allemands eurent à mener une longue lutte non seulement contre les Douala mais aussi contre les Bakweri et les Bassa. Les rois Lock Priso de Bonaberi, Elame de Joss et Douala Manga Bell furent parmi ceux qui dirigèrent la résistance.

Les Allemands réussirent à s’emparer du commerce mais les Douala refusèrent de payer les impôts et de travailler dans les nouvelles plantations. Malgré l’opposition violente dirigée par Manga Bell et soutenu par certains Européens, les Allemands ne renoncèrent pas. Manga Bell fut exécuté par pendaison avec son secrétaire Ngoso Din, pour avoir contacté les puissances étrangères. Lorsqu’ils essayèrent d’explorer l’intérieur en longeant les vallées de la Sanaga, les Allemands rencontrèrent la résistance des peuples Bassa et Bakoko qui, commandé par les chefs Toko de BonaNgan, Ngange, de Pongo et Njanje leurs livrèrent des combats acharnés avant de se rendre.

Une bonne partie des révoltes contre les Allemands avait pour cause la façon cruelle dont certains travailleurs étaient traités dans les plantations. Les Allemands firent également plusieurs tentatives d’exploration en direction du plateau occidental. C’est ainsi qu’ils profitèrent de la guerre entre les Bamoun et les Foulbe pour établir leur domination. Dans le sud Forestier, l’armée allemande s’approcha de Kribi et de grand Batanga dont elle s’empara le 15 Octobre 1887. En 1894, le Major Hans Dominik établit son poste militaire à Yaoundé puis des relations amicales furent créées avec plusieurs chefs comme Charles Atangana, Nanga Eboko. A l’Est ce furent les peuples Baya, les Maka, les Njem, les Kaka qui se battirent jusqu’en 1907 date où Dominik vint à bout de leur résistance.



Mise en valeur du territoire

Carte postale représentant Akwa au début des anées 1900
Carte postale représentant Akwa au début des anées 1900
Considéré comme une zone d'exploitation, le protectorat du Cameroun fut mis en valeur par ses nouveaux maîtres sur les plans agricole et infrastructurel.

En ce qui concerne l'agriculture, les Allemands créèrent des grandes plantations de produits d'exportation (cacao, café, banane, caoutchouc, huile de palme) dont la plupart se trouvaient sur les flancs du Mont Cameroun.

Pour l'évacuation des produits cultivés, les Allemands ouvrirent de nombreuses routes, construisirent des ports et surtout des chemins de fer.

On leur doit également les premières infrastructures télégraphiques, téléphoniques et radiotélégraphiques.

Pour réaliser leur programme économique, les Allemands utilisèrent une main d'oeuvre trouvée sur place ou une autre prise ailleurs au Cameroun et transplantées dans les zones d'exploitation. Les modes de recrutement adoptés n'étaient pas toujours orthodoxes et c'est sans hésitation que les Allemands recouraient au recrutement forcé, utilisant la bastonnade comme mode de réprimande pour les récalcitrants. Dans l'ensemble, il est autorisé de dire que les relations sociales entre allemands et indigènes du Cameroun étaient empreintes de brutalité. Pourtant on constate paradoxalement chez la plupart de ceux qui témoignent aujourd'hui de leur vécu quotidien sous les allemands, une certaine nostalgie admirative.

La première guerre mondiale vint mettre fin au protectorat allemand sur le Cameroun. Attaqués en effet par une coalition franco-anglaise, les Allemands furent boutés hors de ce territoire malgré une farouche résistance qu'ils opposèrent d'août 1914 à février 1916.

Après la chute de la forteresse de Mora, les Allemands se réfugièrent dans l'île de Fernando Po (aujourd'hui Bioko, Guinée Équatoriale) avec leurs alliés du Cameroun à qui ils promirent un retour prochain dans ce territoire. S'ils ne revinrent plus au Cameroun en tant que puissance coloniale, les Allemands inquiétèrent leurs successeurs anglais et français à tel point que ceux ci restèrent sur le qui-vive jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale.

[Sources: Professeur Daniel Abwa, chef du département histoire à l'Université de Yaoundé I sur amabafrance-cm.org, et cameroun-plus.com]


La suite: Le Cameroun franco-allemand. CLIQUEZ ICI

















Partager l'article sur Facebook
 
Discussions Discussion: 4 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2020. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site