Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Points de Vue
L'avocate camerounaise Alice Nkom se livre sur Yagg
(22/04/2010)
L'avocate qui défend la cause des homosexuels au Cameroun a répondu aux questions des internautes sur le site Yagg. Elle y a parlé de sa cause.
Par Redaction Bonaberi.com
Alice Nkom chatte avec les internautes sur Yagg
Alice Nkom chatte avec les internautes sur Yagg
Maître Alice Nkom, la célèbre avocate camerounaise défendant la cause de l’homosexualité était l’invitée du site Yagg pour un chat en temps réel où les internautes pouvaient lui poser des questions.

Elle a abordé le thème central de l’homosexualité qui est toujours un délit au Cameroun, rappelant le contexte de la loi ; selon elle, lorsque l’ordonnance pénalisant l’homosexualité signée par Amadou Ahidjo en 1972, le multipartisme n’existe pas, et celui qui était alors le président de la République n’est pas passé par la voie classique, à savoir le parlement.

Ce petit détail est très important, puisque la loi pénalisant l’homosexualité est « illégale », ne respectant pas la séparation des pouvoirs entre le Législatif et l’Exécutif. C’est sur la base de cette ambigüité rétroactive que mise la militante pour instituer un débat qui selon elle devrait déboucher sur la dépénalisation de l’homosexualité.

A la question sur le fait d’être une femme comme frein ou atout, Alice Nkom a estimé être avantagée par le fait d’être une femme car en tant que mère et donneuse de vie, elle estime être une militante crédible et respectée, une mère étant la première à devoir défendre ses enfants. En revanche, elle a précisé n’avoir aucun fait personnel dans sa vie où celui de son entourage l’ayant poussé à défendre cette cause, si ce n’est le fait de combattre l’injustice et de défendre la sexualité sous toutes ses formes.

D’après elle, le fait d’aller à l’encontre des lois en vigueur n’est pas réellement un problème puisque d’une part, la loi repose sur un vice de forme, ensuite il ne s’agit pas d’inciter les gens à violer la loi mais d’ouvrir un débat pour la réformer, faisant le parallèle avec Rosa Parks, femme noire qui avait refusé de s’asseoir au fond u bus alors que c’était la législation envers les noirs. Elle est d’ailleurs convaincue que son combat connaîtra une issue similaire à celui de Rosa Parks, qui est aujourd’hui une héroïne nationale.

En ce qui concerne le soutien, elle a affirmé en avoir très peu au Cameroun, ce qui n’est pas une surprise dans le contexte actuel ; en revanche, elle s’est dite très soutenue à l’étranger. Elle a d’ailleurs ajouté avoir besoin de soutien, notamment logistique pour pouvoir disposer du matériel adéquat au fonctionnement d’une association, la culture du bénévolat n’étant pas très répandue au Cameroun.

Pour former son équipe – composée essentiellement de jeunes qui combattent à ses côtés – Alice a dit avoir besoin d’outils et de matériel : un centre avec des permanents, des ordinateurs, une logistique de communication ainsi qu’une ligne de verte pour pouvoir former et communiquer – ce qui n’est actuellement pas possible, son équipe et elle travaillant pour l’instant dans son bureau d’avocate.


La communication et l’information sont selon Alice Nkom un point essentiel du combat, car l’homophobie et l’intolérance au Cameroun viennent essentiellement d’un manque de connaissance, le Camerounais moyen confondant par exemple homosexualité et pédophilie, ce qui renforce la haine vis- à-vis de la communauté. Alice a insisté sur cette différence, précisant ne défendre aucun cas de pédophilie, quel qu’il soit. L’intolérance est renforcée par les positions religieuses, catholiques comme musulmanes.

Les moyens visent aussi, au-delà du fait d’avoir la logistique, de pouvoir soutenir les personnes arrêtées qui parfois n’ont pas le moyen de se fournir une simple brosse à dents.

Sur l’origine du manque de tolérance envers la communauté homosexuelle, Alice Nkom a déploré les prises de position très fermes des différentes religions, notamment celle de l’église catholique qui a fermement condamné les pratiques homosexuelles, citant notamment l’archevêque de Yaoundé et l’ancien cardinal Christian Tumi qui ont eu des mots durs, voire des pratiques malhonnêtes concernant une pétition contre la dépénalisation de l’homosexualité obtenue alors que les signataires n’étaient pas au courant.

Selon cette dernière, l’Eglise catholique de part sa position très étendue à travers les hôpitaux, écoles et universités a un impact sur le cœur et les sensibilités qui impliquent qu’elle ne devrait pas se prononcer sur des problèmes de société et diviser la population. La foi musulmane a en revanche un impact assez limité et moins diffus.

Voir l'intégralité du chat

Le making of du Chat avec Alice Nkom




Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
homosexualite  alice nkom  points de vue  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 5 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2020. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site