Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Histoire
Vidéo - Cameroun : autopsie d'une indépendance
(25/06/2008)
Retour sur le documentaire d'Arte sur le Cameroun et comment la France a manoeuvré pour asseoir sa suprématie malgré la fin de l'époque coloniale
Par Nkwayep Mbouguen
Le Cameroun colonial : une foire à main d'oeuvre
Le Cameroun colonial : une foire à main d'oeuvre

Note : cet article est à propos du reportage publié par Arte, Autopsie d'une indépendance. Vous pouvez consulter le reportage en fin d'article, version vidéo ou version audio

Le Cameroun est un des pays les plus pacifiques d'Afrique sub-saharienne, l'un des rares à n'avoir jamais connu la guerre. Voici en résumé l'image que notre génération qui n'a pas connu l'époque des indépendances se fait de notre cher et beau pays. Pourtant et malheureusement, la réalité se fait beaucoup plus macabre que cette vision utopique d'un pays qui semble prôner la stabilité.

Arte a publié Lundi dernier un poignant reportage intitulé "Cameroun : autopsie d'une indépendance. Ce reportage apporte un réel éclairage sur une partie de l'histoire du Cameroun, plus particulièrement de l'époque d'après guerre jusqu'à l'après indépendance, de 1950 à 1970.

20 longues et tumultueuses années pendant lesquelles contrairement à ce que semble dire le consensus, le Cameroun n'a pas été un pays de paix qui s'est dirigé vers une indépendance pacifique comme ont pu le faire des pays comme l'Australie ou le Canada ; bien au contraire, l'Afrique en miniature comme on aime à appeler le pays de nos pères a été secoué pendant cette période entre une France voulant asseoir sa domination et quelques nationalistes défendant les intérêts camerounais.




Pierre Messmer : "ce n'est pas important" (le génocide bamileke)

Pierre Messmer, l'un des principaux acteurs au Cameroun pré et post colonial
Pierre Messmer, l'un des principaux acteurs au Cameroun pré et post colonial

Très instructif et assez complet, ce reportage nous dévoile les points importants de l'indépendance camerounaise : comme Pierre Messmer a dans l'ombre, manipulé comme des marionnettes des pions importants qu'il a placés lui-même, et a peu à peu écarté tous ceux qui ne partageaient pas sa vision d'un Cameroun sous tutelle française. Il éclaire par exemple les différrentes étapes du démantèlement de l'upc en s'attaquant aux pions importants de ce parti supra nationaliste : l'exil puis la mort suspecte de Félix Moumié, l'assassinat d'Um Nyobé dont le corps a ensuite été traîné de village en village, on y apprend comment les leaders de l'Upc ont les uns après les autres été "écartés" de la scène politique.

On y apprend aussi que le règne d'Ahidjo, tant encensé comparativement à celui de Paul Biya était loin d'être l'âge d'or qu'on a toujours cru qu'il était, le premier président ayant été placé par qui de droit et ayant inscrit son action dans la digne continuité de ce qui se faisait avant : repression, dictature et censure. Ainsi, on y voit comment le 20 Mai 1960, derrière le décor joyeux et festif de la première fête nationale camerounaise, les cadavres jonchent les rues ça et là. Et bien sur, interdiction totale à tout journaliste de filmer ou retranscrire autre chose que les cortèges et différents festivals.

Via des témoignages poignants de personnes des deux camps ayant vécu à cette époque, on y découvre tous les points occultés de notre histoire, notamment le bombardement au napalm de l'Ouest camerounais, zone de résistance et de maquis. Un sourire mitigé, un témoin raconte comment ils surnommaient le napalm "acide", tant il brulait tout sur son passage. Un autre témoin affirme que Messmer ne pourra jamais fermement démentir l'existence de ce génocide et du bombardement de la zone bamileke. La réponse du Français ne contredit pas cette allégation : ce n'est pas important.

C'est un documentaire à voir absolument, pour en apprendre un peu plus sur l'une des périodes les plus importantes de l'histoire camerounaise.



Le Cameroun à feu et à sang
Le Cameroun à feu et à sang


Um Nyobè a été criblé de balle et traîné de village en village
Um Nyobè a été criblé de balle et traîné de village en village


Le reportage

A voir sur le même sujet :
Main basse sur le Cameroun, Autopsie d'une décolonisation ratée





Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
cameroun  indépendance  époque coloniale  um nyobe  félix moumié  histoire  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 96 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2016. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site