Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Portrait
Angéa veut conquérir le Cameroun
(07/09/2006)
Son album " Kongosarina "est une peinture de la société sur fond de Makossa, Mutuashi et Coupé-décalé.
Par Marion Obam

Son premier album "Dikom lam" sorti en 1998 en Côte d'Ivoire n'avait pas été distribué au Cameroun. Ce qui fait que les premiers pas de la jeune camerounaise dans le monde artistique n'avait pas été connu des siens. Une galette qui avait pourtant conférer une certaine notoriété à Angéa, de son vrai nom Angeline Mengue. Avec la sortie de son deuxième album "Kongosarina", Angéa a voulu corriger cette première erreur.

Elle débarque donc avec une galette de neuf titres, qui malgré les années passées à l'extérieure de son pays ne l'ont pas complètement décollé de la réalité de celui-ci. Un récit assez simple des histoires d'ici et d'ailleurs, qui a pour le lien commun l'amour avec son corollaire de déceptions et de mensonges.

Il n'y a donc rien d'étonnant à ce qu'on rentre dans Kongosarina par un titre évocateur "Mon chéri". Mutuashi et Coupé-décallé tiennent la dragée haute dans cette chanson où Angéa raconte l'histoire d'un homme cocu en lui conseillant " de ne pas pleurer parce que les nanas d'aujourd'hui sont comme ça ".

Dans le même style, très dansant, elle enchaîne avec " Magot " et " Femme blessée" pour demander aux hommes de "s'occuper des femmes qu'ils ont épousé comme celles de dehors, qui brillent parce que l'argent de l'entretien est toujours donné par les hommes". L'incursion du Bikutsi faite dans "Magot", permet de rehausser l'envolée Coupé-décallé dû au passage de l'ivoirien Erickson le Zoulou. Après cette séquence, on glisse doucement vers des rythmes moins enflammés comme le Makossa et Zouk.

Dans ce registre, on retrouve "Nnem mintier", "Laisse tomber", "Dzama Odile". Le premier rend hommage aux artistes africains et européens disparus que Angéa a côtoyé. L'artiste a tenu a chanté tout l'amour qu'elle porte à sa mère dans " Dzama Odile ", pour ses sacrifices, sa compréhension et son amour et à travers ce titre exhorter toutes les mères a accorder plus d'attention à leurs enfants.

La courbe rythmique remonte à la fin avec le Makossa. Notamment avec le titre phare de l'album Kongosarina. Une peinture qui capte les clichés de la vie des personnes qui ont pour passe temps favori de "faire le kongossa sur les autres". "Vous ne pouvez pas imaginer le mal que vous faites, les amitiés, les mariages et les familles que vous détruisez en racontant des histoires fausses, sur des personnes que vous ne connaissez pas. Il faut changer !", crie t-elle dans un refrain. Avec toute l'émotion d'une personne qui a subi les affres de cette pratique dans leur vie et chair.

Produit par Jimmy Moukelengué, le deuxième album de Angéa a connue la contribution que Ntoumba Minka pour les arrangements, de David Dayirou, de Guy Waï, de Vieux briscard guitariste de Meiway et la voix de Amy Bamba, choriste de Alpha Blondy. Une équipe qui a permis, en somme à Angéa, qui a laissé les influences de Douala, Ewondo, Bété et Français s'exprimer, de proposer un opus potable au public. Album très dansant, s'il bénéficie d'une bonne promotion, il pourra se retrouver dans tous les évènements et célébrations de la fin d'année 2007.

Repère
Album : Kongosarina
Sortie : Septembre 2006
Artiste : Angéa
Nombres de titres : 9
Production : Jimmy Mukenlengué
A écouter : Mon Chéri, Magot,
Femme blessée, Kongosarina


Source: Quotidien Mutations


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
portraits  musique  people  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 2 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2021. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site