Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > New Tech
Le business des lecteurs MP3 prend son envol
(22/02/2004)
Le business des lecteurs MP3 prend son envol
Par Cyrille NYANDJOU
Les baladeurs numériques MP3 se sont vraiment démocratisés. Il faut reconnaître qu’ils donnent une nouvelle dimension à la musique nomade. Très petit et très léger, pratique à utiliser, il s’agit du compagnon idéal en déplacement. Le dernier frein à leur essor venait du prix trop élevé de la mémoire flash qui constitue le poste de dépense principal. Avec une baisse conséquente en 2003, cet argument ne tient plus et les baladeurs 128 Mo se trouvent désormais à 100 euros. Malheureusement, le futur est moins rose car une pénurie de mémoires flash se dessine. Il est vrai qu’on en trouve partout sur tous les objets nomades à la mode. Comme toujours dans ce type de scénario, ce sont les produits qui offrent de la plus value qui seront les premiers servis et il y a fort à parier que le prix du baladeur numérique remonte.

L’embarras du choix

Nous avons rassemblé sept baladeurs pour vous en sachant qu’il est impossible d’être exhaustif avec la multiplication de fabricants asiatiques. Cependant, il est très aisé de reconnaître un bon produit car les critères ne sont pas si nombreux que ça. Le logiciel fourni sauf exception comme pour Creative est en général moins pratique qu’un de ceux disponibles en shareware. C’est d’autant plus vrai que vous avez généralement l’habitude d’en utiliser un et qu’il n’y a pas de raison d’en changer. Le plus connu est sans doute Musicmatch Jukebox. Ce logiciel de gestion MP3 vous permettra de classer, de ripper et d’encoder. Il ne reste plus qu’à transférer et comme tous les baladeurs sont reconnus d’office comme un disque amovible, c’est franchement simple.

Le son avant tout

Dans la plupart des essais et fiches techniques un critère n’est que rarement mis en avant, il s’agit de la qualité de restitution sonore. C’est assez curieux mais c’est comme ça. Avant tout, un baladeur sert pourtant à écouter de la musique et la qualité de restitution devrait être le premier argument. D’autant qu’il y a des différences notoires. Nous allons donc vous donner une appréciation pour chaque modèle. Par ailleurs, vous pouvez oublier d’office les casques fournis. Ils sont tous médiocres sans exception. Nous ne reviendrons pas dessus. C’est le poste sur lequel tous les constructeurs font des économies. Ceci dit, avoir un casque bouton parait relativement indispensable dans notre société communicante. Je vous engage donc vivement à acheter un casque de qualité, disponible autour de trente euros. Si vous voulez vous faire une opinion par vous même, écoutez avec votre casque avant d’acheter le baladeur que vous envisagez.




Taille fine

L’encombrement sera le deuxième critère. Il faut que le baladeur numérique soit petit et léger, c’est tout l’intérêt. Ceci dit pour la plupart, ils ont en général la taille d’un feutre marqueur et un poids autour de quarante grammes. C’est ce qui rend le baladeur à mémoire si sexy. Avec un encombrement pareil, il est vraiment possible de l’avoir en permanence sur soi. Corollaire important, l’autonomie. Pour tous, la pile AAA suffit à environ dix heures d’écoute ce qui est très bien. S’il s’agit d’un modèle à batterie rechargeable pour le respect de l’environnement, veillez à ce qu’un chargeur soit fourni. Un modèle qui ne se recharge que par le port USB présente peu d’intérêt. S’il faut emporter le PC, l’avantage de la taille n’existe plus !

Taille mémoire

La capacité mémoire est évidement déterminante, quoi que. Aujourd’hui la première taille admissible, c’est 128 Mo. Avec une qualité d’encodage usuelle de 128 kbps en MP3, il est possible de stocker deux heures de musique. La plupart des utilisateurs s’en contentent. C’est tellement simple de remplacer une compil sur le PC en quelques minutes que l’on ne se lasse pas. Pour les grands voyageurs, 256 Mo ou quatre heures peuvent être préférables. En revanche au delà, ce sera plus rentable d’opter pour un baladeur à disque. D’ailleurs en parlant de compression, tous les baladeurs sont compatibles MP3 et WMA. Ce dernier format a l’avantage d’être plus compact à qualité égale. Tous les baladeurs supportent également le MP3 encodé à 192 kbps ce qui constitue la limite raisonnable. Au-delà, il devient difficile de distinguer une réelle amélioration au casque bouton. Même entre 128 et 192, la différence sera moindre qu’entre une bonne et une mauvaise restitution, qu’entre un bon et un mauvais casque.



Pour le confort

Ensuite, on va passer au confort d’utilisation. Tous les baladeurs sont équipés d’un écran LCD qui affiche les réglages, les playlist et les informations. Le rétro éclairage est important car on consulte souvent en basse lumière. Il y a de vraies différences entre des écrans plus ou moins lisibles. Ensuite, il y a l’ergonomie. Le plus pratique reste la molette. On se déplace dans les menus en la tournant et on confirme en appuyant. La présence d’un égaliseur est également importante car en fonction du casque, il faut souvent opter pour des réglages différents et notamment accentuer les basses pour les casques bouton. En revanche, les pseudo effet 3D ou de sublimation du son sont des gadgets qui dénaturent la musique plus qu’autre chose. Avec un casque, on est immergé et il n’est nullement nécessaire de spatialiser.

En plus…

Enfin, il y a les fonctions supplémentaires. La plus évidente est la prise USB intégrée. Ainsi, votre baladeur se branche directement. C’est pratique pour le transfert et encore plus lorsque vous l’utilisez aussi comme disque amovible pour vos fichiers. De plus en plus souvent, les baladeurs intègrent un tuner FM. La réception est en général moyenne mais c’est effectivement un plus surtout en milieu urbain. La fonction dictaphone se généralise aussi. A vous de voir si vous vous en servirez. Enfin, il y a la fonction enregistrement. Celle du tuner ne présente que peu d’intérêt. En revanche, certains modèles permettent de se connecter à une source quelconque pour encoder directement en MP3 sur le baladeur. C’est en général un câble mini jack / cinch qui fait la liaison. Certains baladeurs disposent d’une prise dédiée, d’autres partagent celle du casque. Là encore, il faut en avoir l’usage. Est-ce que vous allez réellement chez les copains vous brancher sur la chaîne pour repiquer un morceau ?


MPIO FY-200

Ce fabricant asiatique spécialisé dans le MP3 propose avec le FY-200 un modèle très haut de gamme et désirable. Petit et en blanc laqué, le design est séduisant Vérifiez que le firmware installé est bien le dernier disponible sur le site www.mpiofrance.com sinon le baladeur n’est pas reconnu en tant que disque amovible. L’écran, bien qu’assez petit, est très lisible même de nuit avec au choix un rétro éclairage orange ou vert. La navigation est très aisée avec une molette pratique et un réglage de volume séparé. Vous disposez de tous les réglages habituels avec un égaliseur complet et une spatialisation inutile du son. Une prise USB se branche directement sur le baladeur et on peut pratiquement considérer qu’il s’agit d’une clé USB.

En revanche, il faut faire attention à ne pas perdre le petit adaptateur. L’alimentation se fait avec la classique pile AAA. Les fonctions ne manquent pas. Le FY-200 intègre un dictaphone, un tuner FM et l’enregistrement externe. L’encodage est alors pris en charge par le baladeur jusqu’à 89 Kbps. Cette qualité est insuffisante et dans la pratique, il faut réserver cette possibilité à des situations où vraiment vous ne pouvez pas faire autrement. C’est la même prise qui partage casque et enregistrement. Le tuner FM est assez bon avec une séparation correcte de stations. Comme sur tous, il faut que l’émetteur soit puissant pour une bonne réception. La qualité de restitution est convaincante, à la deuxième place après les Creative. On vous fournit un clip ceinture et un brassard sport très pratique. Le FY-200 est disponible en 128, 256 et 512 Mo. La version 128 coûte tout de même 200 euros.



ISM Zéphyr

ISM propose le plus petit baladeur du monde. Sous forme de médaillon, il ne fait que 42 millimètres de diamètre et ne pèse que 15 grammes. On peut s’interroger sur l’utilité d’une taille aussi réduite car les autres ne sont déjà pas franchement encombrants. La miniaturisation impose quelques restrictions. Il n’y a qu’une seule prise mini jack propriétaire très petite. Il faudra y connecter le casque fourni qui est de qualité médiocre et oblige à porter le baladeur autour du cou. C’est également sur cette prise que se branche le câble de raccordement à l’USB. Malgré la taille, 128 Mo de mémoire offrent deux heures de musique. Une batterie Lithium-Ion est intégrée et se recharge par le port USB. Il faut donc avoir le PC à portée de main. Pour les fonctionnalités, il faudra se contenter du minimum : pas d’écran, peu de réglages. Il faut d’ailleurs un peu d’habitude pour manipuler les commandes. La qualité de restitution sonore est moyenne et en conjonction avec le casque obligatoire plutôt médiocre. Cet exploit de miniaturisation plaira surtout aux techno freaks.

ISM I-Bead 2

Remplaçant du premier modèle qui a rencontré un gros succès, l’I-Bead 2 propose à peu près tout ! Il n’est disponible qu’en 256 Mo ce qui sera suffisant en toutes circonstances. Avec ses formes rondes et sa laque rouge, l’objet est assez séduisant. Le capot coulisse pour laisser apparaître un connecteur USB.
L’I-Bead 2 est donc également une clé de stockage. Ce système avec un capuchon à remettre ressemble un peu à du bricolage et on peut s’interroger sur la tenue dans le temps. L’alimentation se fait avec un accumulateur Lithium-Ion qui procure une autonomie de 10 heures. Si vous n’avez pas de PC à disposition, ISM fournit dans la boîte un adaptateur secteur très léger pour recharger directement sur le courant. L’écran LCD est assez petit mais la lisibilité est correcte.

Vous pouvez l’emporter en boîte de nuit avec sept couleurs disponibles pour le rétro éclairage. La navigation avec la molette est aisée mais la manipulation des boutons n’est pas très pratique. Le I-Bead 2 intègre un tuner FM de qualité similaires aux autres. La séparation est correcte mais il faut que la station soit puissante pour être bien captée. Il y a un mode dictaphone et un enregistrement externe avec un connecteur mini jack séparé propriétaire.
Le câble audio est fourni. L’encodage se fait jusqu’en 128 Kbps ce qui permet d’effectuer régulièrement des enregistrements. L’I-Bead 2 est doté d’un égaliseur très complet et de systèmes de spatialisation et de renforcement du son qui sont toujours inutiles. La qualité de restitution sonore est moyenne sans plus. Certes il a tout, mais l’I-Bead 2 est aussi cher et sa finition n’est pas parfaite.

Creative Labs MuVo NX

Nous avons déjà testé le MuVo NX sur le site. Vous pouvez lire l’article complet ici. L’idée de Creative Labs est très originale. La clé USB et le corps du baladeur ont été miniaturisés à l’extrême. La manipulation est donc très pratique.
Pour une écoute autonome avec un casque, il suffit de glisser le corps dans le porte-pile. Bien fini, l’objet est attractif. La pile AAA offre 10 heures d’autonomie voire plus. Malgré la taille, l’écran est très lisible et la navigation avec la molette intuitive. L’égaliseur est très performant. Le MuVo NX propose aussi la fonction dictaphone. La qualité de restitution sonore est exceptionnelle pour un baladeur à mémoire bien au-delà de la concurrence. Si votre priorité, c’est la musique et la taille, n’hésitez pas d’autant que le prix reste très raisonnable.

Creative Labs Rhomba

Avec le Rhomba, Creative Labs continue à s’écarter des sentiers battus. La forme est très inhabituelle et la taille plus grande que d’habitude sans qu’elle ne pose un problème. Le design silver sera une affaire de goût mais la finition est soignée. Cette forme particulière permet au Rhomba d’intégrer un affichage LCD immense. Du coup, toutes les informations et les réglages sont vraiment très lisibles. De même, la navigation avec la molette est très intuitive, un régal. La prise en main est naturelle et tous les boutons tombent bien sous les doigts.
Avec 256 Mo d’office, vous pourrez stocker suffisamment de musique. L’alimentation est assurée par une batterie Lithium-Ion qui offre une autonomie de 10 heures. Il faudra obligatoirement connecter le Rhomba au PC pour le recharger par le port USB. Les grands voyageurs passeront donc leur chemin. Le Rhomba intègre un tuner FM aussi bon que celui des autres baladeurs, à croire qu’il s’agit toujours du même. La restitution sonore est exceptionnelle comme pour le MuVo NX. Voici donc un baladeur haut de gamme très séduisant et original qui ne pêche que par une autonomie limitée.

Storex MobiKey MP3

Storex, fabricant français spécialisé dans le stockage, propose ce baladeur MP3 très complet. Il est assez imposant avec des rondeurs mais sans que cela ne devienne gênant. Laqué rouge, sa finition est assez agréable. L’écran LCD petit n’est pas très lisible. De même, la navigation dans les menus n’est pas franchement intuitive. En revanche, pour l’équipement, il ne s’en laisse compter par personne. Sous le capuchon se cache la prise USB qui transforme le baladeur en clé USB. Un emplacement permet d’insérer des cartes mémoire SD Card. C’est très pratique pour étendre la mémoire ou transférer des photos depuis un appareil photo numérique.
Le Mobikey intègre un tuner FM du même acabit que les autres, une fonction dictaphone et l’enregistrement externe. Il se fait par une prise distincte au format mini-jack. L’encodage est possible jusqu’à 256 Kbps ! La qualité est donc au rendez-vous. Vous disposez bien sûr d’un égaliseur complet. L’alimentation se fait par une pile AAA avec une autonomie d’environ 10 heures. La qualité de restitution sonore est assez bonne. Le Mobikey est donc un produit très complet à un prix attractif. Il n’y a que la finition et l’ergonomie qui ne sont pas très satisfaisantes.

[MSI Mega Stick ]

MSI, plus connu pour ses cartes mère, propose aussi un baladeur MP3 à un prix défiant toute concurrence. Le Mega Stick affiche un look blanc et silver attractif et la taille est dans la norme. L’écran rétro éclairé est petit et pas très lisible. En retirant le capuchon, vous transformez le Mega Stick en clé USB. Il intègre également un tuner FM aussi bon que les autres et une fonction dictaphone.
C’est d’ailleurs le seul baladeur à offrir une prise microphone pour ceux qui veulent s’en servir souvent pour enregistrer de la voix. La navigation est aisée et la manipulation des commandes aussi. L’égaliseur se limite malheureusement à des préréglages. L’alimentation s’effectue par la traditionnelle pile AAA et l’autonomie est de 10 heures. La qualité de restitution sonore est tout juste correcte. Voici donc un baladeur dans la norme, petit, pratique et qui offre toutes les fonctions utiles. Ce n’est peut être pas le produit le plus sexy, mais vous en aurez pour votre argent.






Partager l'article sur Facebook
 
Discussions Discussion: 1 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2020. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site