Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Souvenirs
Marc Vivien Foe, 10 ans déjà...
(27/06/2013)
Hommage à Marc Vivien Foe, footballeur camerounais brutalement décédé le 26 Juin 2003, à Lyon en France
Par Rédaction Bonaberi.com
Marc Vivien Foe, ancien milieu de terrain de l'équipe nationale camerounaise
Marc Vivien Foe, ancien milieu de terrain de l'équipe nationale camerounaise
On pourrait l’appeler légende. Ou encore héros. On pourrait dire de lui qu’il faisait partie des plus grands. Mais Marc Vivien Foe était simplement un lion indomptable ; dans toute sa splendeur et dans toute la vérité de l’identité que représente cette dénomination.
Il y a 10 ans, le Cameroun décédait à Lyon, à la suite d’une attaque cardiaque sur sa pelouse du stade Gerland, en demi-finale de la coupe des confédérations face à la Colombie. Une disparition brutale qui a marqué le Cameroun et contribué à la légende et à la tragédie du héros.

En effet, les héros ont besoin de tragique. On retiendra beaucoup plus John Kennedy, John Lennon, Michael Jackson ou Whitney Houston, décédés trop tôt, qu’un président ou qu’un musicien qui a coulé une retraite paisible et heureuse. Car c’est dans l’affliction de la perte de l’être cher que la mémoire se retrouve marquée à jamais et qu’on commémore, qu’on se remémore.

Et en cela, Marc Vivien Foé a marqué une génération. Maître à jouer et pièce essentielle des lions indomptables du Cameroun entre 1998 et 2002, il a aussi représenté beaucoup de valeurs qui semblent aujourd’hui difficilement accessibles : leadership, humilité, dévotion sans faille à la tâche.



Mourir pour la tâche, pour sa patrie, pour le peuple derrière, c’était la ligne de conduite du joueur. Et comme pour contribuer à la légende, c’est ce qu’il a dit à ses coéquipiers à la mi-temps de ce match : « les enfants, même s’il faut mourir sur le terrain, nous devons gagner ce match ». Et pour renforcer cette légende, le Cameroun a gagné et Foé est mort.

Cette dévotion, il n’était pas besoin de le côtoyer pour la ressentir : il la respirait, la dégageait, et les témoignages qui ont été donnés à son sujet par ses contemporains sont éloquents. Les larmes de Kameni, Jean Lambert Nang, Samuel Eto’o ou Rigobert Song, celles d’un Jacques Santini arrivant à peine à trouver ses mots au micro de tf1, celles de Thierry Henry – qui n’a jamais été le coéquipier de Foé – ou de Grégory Coupet montrent comment il avait marqué ceux qu’il avait rencontrés de près ou de loin.

Et en cela, Marc Vivien Foé manque cruellement aux lions indomptables. Les nombreux conflits qui ont émaillé l’équipe depuis plusieurs années maintenant en sont la preuve ; le manque de leadership, les querelles internes et tout ce qui s’en dégage poussent à penser qu’avec une icône comme Marc Vivien Foé, certaines choses auraient été réglées d’elles-mêmes, ou mieux, n’auraient même pas existé.

Et au-delà du personnage, le joueur a manqué. Un raccourci peut-être trop facile, mais néanmoins vrai l’atteste. Avec Marc Vivien Foé, le Cameroun remporte 2 coupes d’Afrique, finit finaliste de la coupe des confédérations, rate de peu la qualification en 8e de finale de coupes du monde avec 4 points, à 1 point de l’Irlande qu’il aurait pu battre. Depuis son décès, c’est une finale peu convaincante en 2008 en coupes des confédérations, aucun succès, 1 non participation à la coupe du monde 2006 et 2 non participations aux CAN 2012 et 2013.

On a cherché à remplacer Foé. Et depuis son décès, le nombre de joueurs ayant évolué au poste de récupérateur/relayeur montre bien qu’on n’a pas réussi : Eric Djemba, Modeste Mbami, Alioum Saydou, Landry Nguémo, Jean II Makoun, Alexandre Song, Stéphane Mbia, Aurélien Chedjou, Joël Matip, Eyong Enoh et bien d’autres encore ont été essayés, sans qu’aucun ne s’impose comme la plaque tournante du milieu de terrain.

Et cela se voit dans le jeu : le Cameroun n’a plus jamais trouvé de milieu de terrain avec une capacité à se projeter vers l’avant du talent de Marc Vivien Foe. Et s’il est quasiment certain qu’il ne jouerait plus aujourd’hui s’il était encore parmi nous, il l’est presque tout autant que le Cameroun aurait été autrement plus dangereux avec lui.

L'on pourrait continuer à lister les raisons pour lesquelles Marc Vivien Foe était tout simplement exceptionnel. Expliquer en quoi d'autre il aurait contribué à solidifier l'équipe nationale du Cameroun. Ce ne serait pas utile car ce serait chercher à démontrer l'évidence, l'acquis. L'on se contentera d'une très belle phrase du club du FC Lens à sa mort : "Quand les mots ne peuvent plus rien exprimer, il ne reste que les images".

Quelques photos de Marc Vivien Foe
Biographie de Marc Vivien Foe


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
marc vivien foe  sports  souvenirs  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site