Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Sports
La vie de Marc Vivien Foé
(31/05/2006)
Hommage à un des plus grands footballeurs du Cameroun, brutalement décédé sur un terrain de foot en France, et qui restera à jamais dans les coeurs
Par Nkwayep Mbouguen
Le football pour Foé : une intuition de naissance
Le football pour Foé : une intuition de naissance

Par où commencer, tout simplement par le début. Marc Vivien FOE est né le 1er Mai 1975, jour de fête au Cameroun et partout dans le monde, à Nkolo. Il se trouve un attrait naturel pour le foot, et se ‘débrouille’ dans les quartiers comme tous les camerounais : « Je ne peux pas savoir exactement quand j'ai débuté. Si on parle de début, en Afrique en général, on n'a pas vraiment de date précise de ses débuts parce qu'on commence a jouer dans les quartiers, dans les bidonvilles, dans les campagnes, les matchs entre copains et ceci jusqu'au moment où on se rend compte qu'on est apprécié au niveau international ».




Débuts à Union de Garoua


Il débute officiellement le football à Union de Garoua, revient ensuite dans la capitale pour évoluer à Fogape, et va vers son premier grand club, le célèbre Canon de Yaoundé, avec qui il remporte le championnat en 1993. Pour lui, rien ne l’a décidé à jouer au football, ça a été comme inné, comme la jungle qui appelle à elle le lion domestique. « Je crois que ça n'a jamais été une envie personnelle de jouer au football, mais plus une intuition de naissance. C'est quelque chose qui m'est venu dans la tête du jour au lendemain et au fil des années, je me suis rendu compte que j'avais les capacités pour jouer au foot ».



La France dès 1994, le RC Lens


Après l’échec de la sélection nationale en 1994 aux Etats-Unis (il était sélectionné), comme beaucoup d’autres compatriotes, FOE s’en va tenter sa chance du côté de l’Europe, dans l’hexagone, au Racing Club de Lens « J'avais pas mal de contacts avec Auxerre, des clubs Belges, des clubs Suisses et mêmes des clubs Français. J'avais trouvé auparavant un accord avec Auxerre mais ça ne m'avait pas plu, parce qu'ils ne m'ont proposé qu'un contrat de stagiaire pro alors que moi je voulais signer pro dès la première année. Jean-Luc Lamarche (ndlr. alors directeur sportif de Lens) est directement venu me chercher au Cameroun, ça m'a fait très plaisir. Durant les négociations, je me suis rendu compte que Lens était le club le plus sérieux. J'ai donc accepté leur proposition d'autant plus qu'il y avait déjà un grand frère là-bas en la personne de François Omam-Biyik. ça m'a beaucoup motivé, et avec son appui je suis venu à Lens.» Il dispute son 1er Match en D1 face à Montpellier, le 13 Août 1994, et l’emporte avec les sang et or deux buts à 1.



« Mes quatre années passées à Lens furent inoubliables »


Il passera 4 ans chez les sang et or durant lesquels il disputera 85 matches de championnat, 1 match de ligue des champions et marquera 11 buts. Il remportera en 1998 le championnat de France de D1 et disputera une finale de coupe de la ligue. « Les quatre années passées à Lens restent des souvenirs inoubliables. Pour le moment ce sont mes meilleurs moments passés dans le football. C'est un club qui m'a beaucoup marqué dans ma vie, beaucoup appris, et qui a je vais dire révélé mon talent et mon niveau professionnel. Donc ce sont toutes ces années passées à Lens qui m'ont laissé un souvenir agréable, et qui m'ont permis de sortir de ce club sur une bonne note. »



1998 : Le tournant de sa carrière

Conseillant les jeunes du centre de formation
Conseillant les jeunes du centre de formation

Son physique impressionnant (1m90, 85kg) et ses qualités au milieu de terrain attirent l’œil des plus grands, dont celui d’Alex Ferguson, entraîneur de Manchester United qui aime bien les joueurs de gabarit capables de verrouiller l’axe central (Roy Keane). Hélas, une fracture à la jambe lors d’un entraînement avec Lens le privera et de la coupe du monde 1998 et de son départ chez les Reds Devils. Pion très important de l’équipe nationale, son forfait déstabilise totalement le système de l’entraîneur du Cameroun, qui opte pour mettre Mboma en organisateur du milieu de terrain, ce qui fut un échec, et le Cameroun fut éliminé lors du premier tour. Comme le lion qu’il était, il revient de sa blessure plein d’énergie, dispute 5 match à Lens durant lesquels il incrit deux buts avant de partir quand même en Angleterre, mais du côté de West Ham United.



Foé, l'humilité et le calme avant tout

Foé et Paolo Di Canio
Foé et Paolo Di Canio

Réservé et généreux, FOE attire la sympathie de tous ceux qu’il côtoie, et soulève peu de polémiques et ne se retrouve jamais au centre de problèmes, sur le terrain comme dans la vie :« J'ai toujours pensé que quand je n'ai rien à dire je préfère me taire parce qu'il y a beaucoup de gens qui me disent "on te voit pas souvent à la télé, tu ne dis jamais rien,...".
En fait je n'ai pas envie de dire des choses qui mettront en difficulté certaines personnes donc je préfère garder tout pour moi et ne rien dire, l'essentiel est que sur le terrain je fasse le maximum d'efforts. C'est pour ça que je disais que si quelqu'un a des remarques à ma faire, qu'il me le dise mais moi en retour je n'ai pas grand chose à dire car je peux mettre en péril moi où la personne que j'ai en face de moi, donc je préfère ne rien dire.
D'autres personnes disent que je n'ai pas envie de parler à la presse ou que je n'ai pas envie de dire des choses, non, je suis de nature très réservée et, ce n'est pas que je n'arrive pas à parler car je peux parler des jours et des nuits, mais quand j'estime que ça ne vaut pas la peine de dire quelque chose et bien je ne dis rien, ça a toujours été comme ça.
»

Il donne rarement ses impressions et laisse les gens parler à sa place, et ne se plaint jamais de l’équipe nationale qui on le sait, a toujours soulevé des problèmes épineux. Il disputera à West Ham deux saisons pendant lesquelles il jouera 38 matches et marquera un but. Pendant ce temps, il n’est pas en reste en sélection, puisqu’il remporte avec les lions la CAN 2000 au Ghana, vengeance pour le milieu qui lui permit d’oublier la catastrophe qu’a été pour lui l’été 98.



Les années 2000, la période des titres


En Septembre 2000, Marco revient tenter sa chance en France, du côté de l’olympique lyonnais. Il disputera 25 matches de championnat la première saison, et inscrira 1 but, et 10 matches de ligue des champions et inscrira aussi 1 but, et remporte la coupe de la ligue. L’année d’après, il disputera 18 matches en championnat, et 8 matches de coupes d’Europe jumelées (Champion’s league+coupe de l’UEFA), et inscrira 2 buts. Il connaît 2 sacres en 2002, puisqu’il remporte avec Lyon le championnat de France, et réédite avec les lions l’exploit de 2000, remportant la coupe d’Afrique n’encaissant d’ailleurs aucun but.



En 2002, la déception de la Corée

Foé, échangeant son maillot avec celui de Holland, après le nul contre l'Irlande
Foé, échangeant son maillot avec celui de Holland, après le nul contre l'Irlande

Comme tous ses coéquipiers, les lions seront très attendus en Corée pour la coupe du monde 2002, occasion pour Marc Vivien FOE de se rattraper de celle ratée en 98. Les lions réaliseront une bonne prestation, arrachant même face à l’Arabie Saoudite leur première victoire en phase finale de coupe du monde depuis le succès en 1/8e de finales face à la Colombie en 1990 en Italie, mais ne passeront pas le premier tour.



Retour en Angleterre

Foé et sa femme, Marie Louise
Foé et sa femme, Marie Louise

Moins utilisé par Lyon, il repart pour l’Angleterre et dépose ses bagages à Manchester, mais du côté de Manchester City. Mais Lyon reste pour lui une affaire de cœur, puisqu’il achète une maison dans les environs pour que sa femme y vive avec ses trois enfants.

À ses débuts à Manchester, Marc Vivien FOE a tout pour être heureux : une belle famille, un beau palmarès footbalistique, et une situation de titulaire dans un bon club. Il dispute avec le club mancunien 35 matches et inscrit 9 buts.



Si fort, et pourtant si faible : l'été tragique de 2003

Un Colombien qui a vu Foé s'écrouler, se précipite vers lui
Un Colombien qui a vu Foé s'écrouler, se précipite vers lui

Le 18 Juin 2003, FOE débarque en France, pour un nouveau défi, un nouveau challenge. Remporter la coupe des confédérations, qu’ils ont loupée la dernière fois au Japon en 2001. Le défi à relever sera dur, le Cameroun est dans un groupe de la mort : Brésil, champion du monde 2002, Turquie, 3e de la dernière coupe du monde, et Etats-Unis, ¼ de finalistes. On ne les attend pas, mais les Camerounais vont faire sensation. Face au Brésil, les lions et Eto’o font très fort, inscrivant le but de la victoire dans un stade de France survolté. Durant des heures, sur les parvis du stade de Saint-Denis, des Camerounais en délire font la fête, chantant et dansant des chansons bien de chez eux.



Les Colombiens effrayés font de grands signes vers le banc
Les Colombiens effrayés font de grands signes vers le banc

Le Cameroun n’est pas en reste, célébrant cette victoire face au Brésil qui les avait humiliés en coupe du monde 94 (3-0). 3 jours plus tard, les lions souffrent mais assurent une victoire face aux Turcs, qui les assure de disputer les demi-finales, et on se met à rêver d’un France – Cameroun pour la finale de la coupe des confédérations. Et ce qui devait arriver arriva ; le 26 Juin, le Cameroun affronte la Colombie. Dès la 7e minute, Ndiefi ouvre la marque, donnant l’avantage aux lions. Dès lors, les Camerounais souffrent, plient mais ne rompent pas. Pendant le match, Guy Roux commentait à propos de FOE : « C’est un garçon très gentil, que j’ai cotoyé à ses débuts en D1 parce qu’il devait tout d’abord venir à Auxerre. Cela ne s’est finalement plus fait car il est allé à Lens, mais chaque fois que nous les affrontions, il faisait le tour du terrain pour venir me dire bonjour, je crois qu’il me considérait un peu comme un père ; vraiment, quelqu’un de bien de ce jeune homme »



"Même si nous devons mourrir, il faut gagner ce match"

Foé par terre, les yeux révulsés
Foé par terre, les yeux révulsés

A la mi-temps, Marco déclare à ses coéquipiers : « >les enfants, même s’il faut mourir sur le terrain aujourd’hui, nous devons gagner ce match ». Ironie du destin. A la 60e minute, on pouvait entendre Kameni rappeler Geremi à l’ordre lors d’un coup franc : « Geremi, appelle Marco ! ». Schafer le sélectionneur, voyant le lion montrant des signes de fatigue, lui a proposé de le remplacer. Mais le lion, habitué comme toujours à tout donner, a refusé.

Arriva alors la 73e minute, où, comme frappé par la foudre, Marc Vivien FOE s’écroule dans son jardin de Gerland , les yeux révulsés, sous les yeux de sa femme et de ses enfants. Un Colombien paniqué fait signe à l’arbitre, et Geremi s’empresse de mettre la balle hors des limites du terrain.

Dès lors, Guy Roux s’inquiète et trouve que les secours mettent bien du temps à arriver, et ce qui a été pris pour un simple malaise s’est révélé bien plus grave. Les lions ont, à 10 et dans la douleur, dans l’inquiétude de l’état de leur camarade, terminé victorieusement le match, et se sont empressés d’aller s’informer de son état. Mais c’était trop tard : après 30 minutes de réanimation, le plus tenace et le plus fort des lions cédait à l’appel de Dieu et s’en allait.

Lors de la conférence de presse des médecins qui a suivi, on pouvait voir Jean Lambert Nang s’enfuir en pleurs après l’annonce de la mort de son compatriote. Sur le terrain, ce n’est pas mieux ; Kameni, Song, et autres Camerounais sont en pleurs, c’est la consternation totale : MVF est bien mort. Mboma qui avait boycotté la coupe des confédérations, s’empresse alors de rejoindre ses frères, et Eto’o qui disputait la coupe du roi en Espagne, prend l’avion dès la fin du match afin de venir soutenir les lions.



Tous unis dans la douleur

Thierry Henry en pleurs
Thierry Henry en pleurs

Dans le monde du football c’est une tragédie : lors du coup d’envoi de France Turquie, autre demi finale, on peut apercevoir Gregory Coupet (ex-coéquipier de Marco) ou encore Thierry Henry en pleurs. Jacques Santini, sélectionneur des bleus et ex-entraîneur de Lyon (et donc de Foé), fond en larmes plus de trois fois.

Dès le premier but, Thierry Henry s’empresse, suivi de ses coéquipiers, de lever un doigt vers le ciel, en signe d’hommage, de compassion ; ses yeux semblaient dire : « Marco, ce but est pour toi ». Les Turcs seront tenaces, mais les bleus iront chercher dans leurs ressources la victoire, comme réclamant le droit et le devoir de disputer face aux lions cette finale en commémoration de leur frère commun, Marco. Les Turcs rateront même un penalty leur enlevant l’égalisation, et Coupet lèvera encore les yeux au ciel, en signe de remerciement, et Santini ira même jusqu’à déclarer : « c’est lui qui nous a aidés sur ce penalty ».



La finale tant attendue avait perdu sa saveur

Les larmes
Les larmes

C’était évident, un monument du football s’en était allé. De partout pleuvent les dédicaces (Eto’o qui lui dédicace ses deux buts en coupe du roi), les hommages et les éloges. Le Cameroun n’est pas seul dans ce deuil. Les Colombiens, bien que battus par le Cameroun, resteront dans les vestiaires aux côtés des Camerounais pendant plusieurs heures. La minute de silence lors des matches France – Turquie et France – Cameroun auront certainement été les deux minutes de silence les plus respectées dans le monde du football.



Marco, ce but est pour toi
Marco, ce but est pour toi

Les lions, ne voulant tout d’abord pas disputer la finale, finale tant attendue par le peuple camerounais, qui avait alors perdu aux yeux des joueurs et des supporteurs tout intérêt. Il avait pourtant été espéré ce match depuis le nul obtenu contre la France en 2000 toujours ici, au stade de France. Le 29 Juin finalement, en mémoire de leur compagnon, bleus et lions en deuil disputeront ce match qui aura l’ampleur de match amical - les Camerounais porteront d'ailleurs tous le dossard N°17, en honneur à leur compagnon- ; la France gagnera, mais peu se souviendront du score.

Peu par contre oublieront que dans cette compétition, un Camerounais avait donné sa vie sur le terrain, comme un soldat mort sur le champ de bataille. Dans un élan de générosité et de fraternité, Marcel Desailly brisera les mondanités et invitera le capitaine des lions, Rigobert Song à venir brandir avec lui la coupe, avant que l’on entame une marche "funèbre" avec le portrait du lion décédé. Le 3 Juillet, à Lyon, sa ville de cœur, une cérémonie sera tenue dans l’église Saint Jean. Le corps sera renvoyé au Cameroun, puis enterré à Yaoundé.

Plus tard, les causes de sa mort seront révélées, ‘hypertrophie cardiaque’. Le Cameroun, les lions, se remémorera toujours le lion indomptable. Bien que mort, FOE restera toujours présent dans les mémoires de tous.



Song, bien triste
Song, bien triste











Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
portraits  sports  souvenirs  marc vivien foé  football  biographie  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 16 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2014. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site