Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Société
Cameroun : Le recyclage qui tue
(29/04/2010)
La vente de récipients de grande contenance est en augmentation depuis que les coupures d’eau sont récurrentes au Cameroun. Face aux prix élevés des récipients importés, les vendeurs recyclent des fûts de produits toxiques utilisés dans les usines camerounaises, pour les transformer en réservoirs d’eau à boire.
Par Redaction Bonaberi.com (Anne Mireille Nzouankeu)

Installés le long de l’avenue Olézoa à Yaoundé, Roger Bindzi et ses collègues vendent des contenants vides de produits pétroliers et chimiques utilisés par les industries installées au Cameroun.

Il s’agit principalement des fûts d’huile de moteur importés au Cameroun par les sociétés pétrolières telles que TotalFinaElf. On y trouve aussi des emballages vides d’hypochlorite de calcium et autres produits chimiques qu’utilise la Société nationale des eaux du Cameroun (Snec) pour traiter les eaux.

D’autres récipients dont on ignore le contenu originel, mais sur lesquels des affiches indiquent qu’il s’agit de produits toxiques sont également présents sur ce marché.



Un recyclage à risque

La chaîne du recyclage commence auprès des entreprises qui utilisent ces produits. Les techniciens de surface, chargés du nettoyage des bâtiments récupèrent les récipients vides et les vendent à des grossistes qui les revendent à leur tour aux détaillants.

Les revendeurs lavent les récipients à l’eau et au savon avant de les mettre sur le marché où s’approvisionnent les ménagères. Brice Owona, environnementaliste exerçant à Yaoundé explique que cette manière de nettoyer les récipients ne met pas le consommateur à l’abri des dangers des produits toxiques.


Ainsi, « Les récipients vides présentent toujours des dangers, certes à un degré réduit, mais on n’est pas totalement à l’abri des dangers causés par les particules des produits qui se sont incrustées dans leur conditionnement, à l’exemple de la bronchite, de la toux, des vomissements, des allergies, des troubles respiratoires ou même de la mort».

Au niveau des pouvoirs publics, aucune mesure restrictive n’est pour l’instant prise pour réguler ce marché. Toutefois, ces commerçants payent des taxes auprès des services communaux.

Des prix attractifs
Les récipients de produits toxiques sont recyclés en réservoirs d’eau destinée à la consommation et aux usages ménagers tels que la préparation des repas, la lessive, la vaisselle.

Les coupures d’eau courante s’étendant parfois sur cinq jours consécutifs, ces récipients sont très prisés à cause de leur prix qui est au moins deux fois plus bas que les récipients importés et adaptés à la conservation de l’eau à consommer.


Les fûts d’huile de moteur de voiture, d’une contenance de 100 litres sont vendus à 5000 Fcfa (7,6€). Un récipient en plastique d’hypochlorite de calcium, d’une contenance de 45 litres est vendu à 6000 Fcfa (9€) alors qu’un récipient importé de la même contenance est vendu à 15.000 Fcfa (22,8€).

Les ménagères de toutes les couches sociales de la ville s’approvisionnent sur ce marché et celles qui ont été interrogées disent ne pas être informées des dangers qu’elles courent.


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
anne mireille nzouankeu  société  recyclage  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site