Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Livres
Cameroun : La troisième Francophonie de Jean Tabi Manga
(07/03/2010)
L’universitaire camerounais et non moins recteur d’université met à la disposition du public un travail de recherche sur la Francophonie édité par la maison camerounaise Afrédit.
Par Rédaction Bonaberi.com (Michel Ange Nga)
Le recteur Jean Tabi Manga dans son bureau de l'université de Yaoundé
Le recteur Jean Tabi Manga dans son bureau de l'université de Yaoundé
C’est dans un réduit qui sert de hall aux locaux des éditions Afrédit à Yaoundé que le recteur de l’université de Yaoundé II-Soa, Jean Tabi Manga, a choisi de présenter son nouvel ouvrage à un parterre de journalistes. « Francophonie, lieu de mémoire, projet d’espoir », qui arrive dans les présentoirs en ce mois de mars, est un voyage intellectuel au cœur d’une institution souvent méconnue du grand public.

Pour en finir avec cet incognito, « La Francophonie a besoin de porteurs », propose Michel Guillou, qui signe la préface de ce livre de plus de 200 pages. Cet universitaire français, bien introduit dans l’establishment de la Francophonie, encense l’auteur camerounais en le présentant justement comme un porteur de cette institution qui rassemble les pays qui ont le français en partage. Devant les journalistes, Jean Tabi Manga a confirmé le propos de son ami Michel Guillou. Mais plus qu’un porteur, il s’est avant tout présenté comme une force de proposition.

Fort d’une expérience de sept ans, passée à occuper la prestigieuse fonction de directeur général de l’éducation-formation à l’Agence de coopération culturelle et technique (Acct), Jean Tabi Manga dessine, dans son dernier livre, les contours de ce qu’il appelle « la troisième Francophonie ». Il la classe chronologiquement à la suite de deux autres Francophonies. La première est celle des pères fondateurs de cette institution, les présidents Léopold Sédar Senghor du Sénégal, Habib Bourguiba de Tunisie, Hamani Diori du Niger. C’est la Francophonie des programmes sociaux, celle qui a donné à cette organisation son côté humaniste et même, dans une certaine mesure, philanthropique. La deuxième francophonie est celle des sommets des chefs d’Etat. Ces rendez-vous biennaux, qui participent à doter la Francophonie d’une meilleure organisation, sont nés grâce à l’entregent du président français François Mitterrand.

Aujourd’hui, Jean Tabi Manga est convaincu qu’il faut inventer une troisième Francophonie. Cette dernière consacrera la force économique de ce « lieu de discours de la langue française », fait savoir l’auteur de cet ouvrage de recherche et de critique. La thèse de la troisième Francophonie qui y est présentée pousse la réflexion de la création d’un espace économique jusqu’à l’hypothèse de l’effectivité d’une banque d’investissement francophone. Pour Jean Tabi Manga, il était important de partager avec le public « le terreau à partir duquel il (l’auteur ndlr) présente et parcourt les pistes d’avenir », comme l’écrit le préfacier Michel Guillou. Le résultat de ce travail de recherche doit désormais faire son sillon dans les milieux politiques, seuls capables de valider cette idée d’une Francophonie plus économique. Ce qui n’est pas le plus facile.

Francophonie, lieu de mémoire, projet d’espoir, Pr. Jean Tabi Manga, Editions Afrédit, 2010



Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
michel ange nga  jean tabi manga  livres  francophonie  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 4 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site