Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Société
Cameroun : La pratique de la surcharge
(25/06/2013)
S’il y a une pratique qui a pris droit de cité dans le paysage du transport en commun au Cameroun, c’est bien celle de la « surcharge ».
Par Rédaction Bonaberi.com (Dominique Moukalla)

Rares sont ceux qui ne connaissent pas cette technique tant ses adeptes l'ont imposée et pérennisée au Cameroun et aux Camerounais n’ayant pas les moyens de s’offrir un véhicule ou une motocyclette.

La surcharge est la pratique qui consiste a mettre une personne de plus au niveau du siège passager coté chauffeur de ce faite au lieu d’une personne vous en trouverez deux. La pratique s’étend même sur les « bendskins » ou on retrouve trois voire quatre personnes sur une moto.

Les usagers ont beau se plaindre mais rien n'y fait. Xavier, employé de bureau confie : « je me retrouve souvent entrain de 'bacher' pas parce que je le veux mais le fait est que tout les taximen font la même chose, donc de peur d’arriver au boulot en retard je préfère céder » .

Vanessa va plus loin, « je peux accepter surcharger mais que le taximan regarde avec qui : tu surcharges avec un mecanicien huileux ou avec un monsieur à l’hygiène pas très correcte, du coup au boulot, tu es mal à l'aise ».


C’est face a ce phénomène que le ministère des Transports, appuyé par la police et la gendarmerie a lancé des contrôle routier coercitifs dans les grandes villes du Cameroun. Entre autres considérées comme infractions : le défaut de permis de conduire, de capacité, l’usage du téléphone portable au volant,le défaut de boite a pharmacie, et bien évidemment la surcharge.

La même circulaire indique aussi le montant des amendes : 25 000fcfa s’en suit aussi une mise en fourrière excepté en cas d’infraction de téléphone au volant.

Si ces contrôles ont permis de considérablement réduire le nombre de taximen non respectueux des règles de conduite et de manière indirecte les interminables bouchons, ils ne contentent pas tout le monde.

« La police m’attrapé en infraction, j’étais en surcharge, non seulement mon taxi a été mis en fourrière, j’ai payé 60000 francs Cfa, mais j’ai même pas eu droit a un reçu, on se demande ou va cet argent», dit courroucé un taximan.

« En plus de ça parce que ces policiers et gendarmes veulent absolument nous extorquer, ils nous demande des papiers qui ne figurent pas sur la liste», dit un responsable du SYNACTUIRCAM.

Pour éviter les abus, le Mintransports a décidé de créer une police militaire, pour vérifier les papiers des militaires vehiculés qui usent de leur bérets pour éviter d’être contrôle , et de faire des contrôles inopinés pour les autres corps.

Une avancée notable est que les taximen réfléchissent désormais à deux fois avant de procéder a la surcharge, fait auparavant inenvisageable.


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
societe  surcharge  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 1 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site