Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Clin d'oeil
Cameroun : Elle a son bac D avec mention très bien à 15 ans
(03/09/2015)
La jeune élève du lycée de Japoma Rose delima Tchombe a passé le Baccalauréat série D avec la mention très bien à la surprise de tout le corps enseignant de la région du Littoral.
Par La Nouvelle Expression
Paule Rose Delima Tchombe, mention très bien au Bac à 15 ans
Paule Rose Delima Tchombe, mention très bien au Bac à 15 ans
L’information du succès spectaculaire de Paule Rose Delima Tchombe (PRDT) est peu connue des autorités et des habitants de la ville de Douala. Pourtant, ce succès mérite qu’on s’y attarde pour non seulement féliciter ce génie, mais surtout pour donner plus d’espoir à la communauté éducative de la Région du Littoral. Elève au lycée de Japoma (arrondissement de Douala 3e en classe de terminale D, Paul Rose Delima Tchombè a passé le bac D avec la mention très bien. Ce qui fait dire à Emmanuel Nkunke Ngouaba, inspecteur pédagogique régional des mathématiques, agréablement surpris des résultats de cette élève qu’il a découverte après son résultat, que «i l’Etat du Cameroun devrait s’intéresser à de pareilles révélations comme il en existe dans le pays, et pourquoi pas prendre en charge leurs études supérieures]». Autant le succès de Paul Delima Tchombé vanté par cet enseignant mérite des encouragements et des félicitations, autant l’élève en personne est une curiosité.

Agée de 15 ans seulement, Rose Paul Delima T, comme tous les grands esprits du monde, a déjà une idée de ce qu’elle souhaite faire dans sa vie. Même si son choix d’être médecin ressemble à un rêve d’enfant, l’adolescente est toute déterminée. Elle envisage se pécialiser en chirurgie médicale et devenir plus tard «le patron de l’Organisation mondiale de la santé (Oms)». Pour réaliser ce rêve qui la fascine, Rose Paule Delima est prête à bousculer tous les obstacles qui se dressent sur son chemin. Elle s’est d’ailleurs mise à dos son père lors du choix de sa filière en classe de première. Alors que celui-ci voulait qu’elle continue ses études en première C parce qu’elle est brave en mathématiques, physiques et chimie, cette dernière, contre toute attente, est allée en première D, après deux semaines de cours passés en classe de première C. Ce retard n’a en rien altéré ses résultats. «J’aime les sciences de la vie et de la terre (Svt). En première C, je m’ennuyais. Ça ne coïncidait pas toujours avec ce que je voulais faire dans ma vie. Je savais que cela n’allait pas être facile. Mais, ma mère qui est mon coach m’a encouragée et j’ai travaillé dur pour cela», explique-t-elle.

«Je rêve de soigner ma mère et ma grande mère», confie-t-elle. «Je veux être médecin pour aider ma famille. Ma maman a été souvent malade. Elle avait souvent des problèmes de fibrome ; c’est pourquoi j’ai choisi de faire la chirurgie. En plus, les chirurgiens donnent de l’espoir aux familles quand on croit que tout est perdu. Ils donnent du bonheur. Je veux être le garant du bonheur de ma famille», explique-telle avec beaucoup d’amour et de passion.



Depuis son arrivée au lycée de Japoma en classe de 4ème, elle a toujours été première, jusqu’à l’obtention de son baccalauréat. «La chance que j’ai c’est la documentation pédagogique. Durant la pause et les heures de permanence, je suis à la bibliothèque. A la fin des cours, j’allais au centre des ressources multimédia du lycée et je rentrais parfois à 18h. Grâce à madame Tsague qui gérait ce service, j’ai beaucoup appris», reconnait Paule Rose D T.

En plus de la documentation comme élément à ne pas négliger dans son succès, Paule Rose reconnait le sacrifice de ses parents et de ses frères. «J’ai eu la chance d’avoir mon espace personnel. J’avais tous les livres au programme et tout ce que je jugeais utile. J’ai bénéficié des ouvrages de mes frères ainés et en toute les matières. Mon petit frère m’a également mis trop la pression, il est trop fort. J’ai pris conscience de tous ces avantages que j’avais en travaillant», explique-t-elle tout en remerciant tous ses enseignants qui l’ont beaucoup encouragée. Parlant de ses études, Rose Paule Delima qui a fait trois classes en une année à savoir, le Ce2, le Cm1 et le Cm2, reconnait qu’elle était plutôt un peu désordonné, parce qu’elle ne respectait jamais un emploi de temps personnel. Elle était certes assidue et ponctuelle à l’école, mais travaillait beaucoup plutôt à l’approche des examens. «Je travaille en fonction des objectifs du cours et je lis plus les matières que je ne comprends pas. A l’approche des examens, j’ai un rythme infernal de travail. J’ai parfois 4h de sommeil par jour», explique celle qui reconnait que le caractère strict de Dzitouo Boniface, son père, est l’un des facteurs l’ayant propulsé à ce succès qu’elle compte renouveler.

Née le 4 septembre 1999 à Douala de Tchombé Sabine Pulchérie, commerçante et de Dzitouo Boniface, censeur au lycée technique de Nilon Ndogpassi, Paule Rose Delma, troisième née d’une famille de quatre enfants, fait depuis la promulgation des résultats du bac, la joie de toute sa famille. Ses frères, Christophe Michel, Cecil Bonivan, Yvan Mandela, major régional au bepc 2014 avec qui elle entretient des liens de complicité très poussés, sont comme sur un nuage. Ils demandent tous à Dieu d’exaucer le vœu de leur sœur.


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
clins d'oeil  rose deelima paule tchombe  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2020. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site