Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Points de Vue
Peut-on réellement gagner au loto?
(24/02/2004)
Comment faire pour gagner au loto?
Par Rédaction

Si vous êtes arrivés sur cette page, c'est que le titre racoleur vous promettant des gains au loto a fait son petit effet ! Rien de bien différent en somme des titres des ouvrages ou des sites internet traitant du même sujet et vous promettant des millions avec leur méthode infaillible, une martingale éprouvée, scientifiquement ou pas (la révélation ou le pendule marchent parfois il paraît) mais que son auteur veut bien vous révéler moyennant finances. La première question qui vient à l'esprit de tout sceptique est : si ce gars possède une méthode pour trouver les bons numéros d'un jeu comme le loto, pourquoi vend-il sa méthode alors qu'il lui serait bien plus simple et profitable de la pratiquer lui-même et de se la garder jalousement ? A moins que nous ayons affaire à un philanthrope, mais alors dans ce cas pourquoi la vendre au lieu de l'offrir grâcieusement aux plus démunis ?

Ensuite il convient de bien comprendre ce qui est sous-jacent au loto, je veux parler du hasard et des probabilités. Nous nous apercevons souvent que derrière des phénomènes considérés comme extraordinaires, comme des coïncidences ou pris comme étant "un signe" voire même "le doigt de Dieu", se cache une totale incompréhension ou méconnaissance du phénomène probabiliste. Les charlatans jouent sur cette incompréhension ou cette ignorance pour vendre leurs "méthodes" qui, en fait de méthode, est uniquement constituée de vent.





Pour ce qui est du loto, c'est très simple : 49 boules présentes, 6 seront tirées au hasard, ce qui fait au début pour chaque boule une chance sur 49 de sortir, ensuite 1 chance sur 48 (puisqu'il ne reste plus que 48 boules), puis une chance sur 47, etc... jusqu'à la sixième. Au total, la probabilité de gagner au loto est de 1/(49/1 x 48/2 x 47/3 x 46/4 x 45/5 x 44/6) = 13.983.816 donc 1 chance sur 13.983.816 soit approximativement 1 chance sur 14 millions.

Arrêtons-nous un instant pour lire les pronostics d'un magazine, tels que rapporté par José Rose dans son livre "Le hasard au quotidien" pour se rendre compte de la bétise de la chose :

"Numéro 1 : pour => Si on ne tient pas compte du complémentaire, le mois d'octobre est le mois qui est le moins fréquenté. Contre => Sa méforme actuelle. Conclusion => A réserver en fin de sélection.
Numéro 4 : Pour => Si on ne tient pas compte du complémentaire, il aborde l'écart qu'il a le moins brisé dans la zone des écarts de 0 à 10 inclus le samedi 19 octobre. Si on tient compte du complémentaire, même situation le mercredi 16 octobre. Que l'on tienne compte ou non du complémentaire, il est relativement en forme actuellement (deux sorties en huit tirages). Si on tient compte du complémentaire, c'est l'un des favoris du mois d'octobre. Que l'on tienne compte ou non du complémentaire, le mois d'octobre est le mois qu'il a le plus fréquenté. Contre => rien à signaler. Conclusion => La première base de vos jeux.


Numéro 7 : Pour => Rien à signaler. Contre => Rien à signaler. Conclusion => On peut éliminer le 7.

Les impaires prennent une raclée (ils ne totalisent que 17 sorties contre 31 pour les pairs) : on peut s'attendre à une violente réaction des impaires."





Outre le fait qu'il est assez cocasse de parler de la "méforme" d'un chiffre ou d'une boule, quoiqu'on pourrait rapprocher ce comportement de celui de la numérologie pour qui les nombres sont des entités à part entière, donner des pronostics sur la sortie ou non d'un chiffre est d'une bétise affligeante ou d'une ignorance crasse des probabilités. Mais ce n'est pas tout puisque les promoteurs de tels pronostics vont jusqu'à inventer des lois qu'il ne comprennent pas eux-même "les deux lois essentielles de la ludographie (science du jeu, sic!) sont la forme et l'écart (...) on constate sans pouvoir expliquer très bien pourquoi, que les nombres qui se trouvent dans la zone d'écart allant de 21 à 26 ont une chance statistiquement anormale de sortir avec une pointe à l'écart 23."

Masqué derrière un langage pseudo-scientifique dans le but d'asseoir, ici aussi, leur légitimité, les "pronostiqueurs" (encore que le terme de "pronostic" ne soit pas juste étant donné qu'il s'agit de hasard pur) du loto et des jeux de hasard ne manquent pas d'imagination dans la dénomination de leurs systèmes de jeu : "la dynamique des numéros", "l'écart tangible", "la tendance du mois", "les finales dangereuses", "les numéros annonciateurs" (celui que je préfère!), "les nombres surprises", "les retards de sorties des finales", "les couples inséparables" bref, "le hasard maitrisé" quand le pendule, l'astrologie ou la numérologie ne sont pas appelés en renfort.



Ce que ces charlatans du jeu ne vous diront jamais, soit parce qu'ils l'ignorent, soit parce qu'ils ne veulent surtout pas casser leur fonds de commerce, est que dans un jeu de hasard comme le loto, les loteries nationales, la boule ou la roulette, tout numéro a une équiprobabilité de sortir. L'intuition ici ne sert qu'à rassurer. Un tirage aléatoire provoque des évènements équiprobables si chaque individu, ici la boule portant un numéro, de la population mère de taille N a, à tout moment, la même probabilité d'appartenir à l'échantillon (elle vaut 1/N). Ceci est rendu possible par la mise en place d'un système, par les organisateurs, faisant en sorte que la conjonction des forces d'attraction et de frottements donnera à chacune des boules la même probabilité de sortir.

Ainsi, si le 3 est sorti 10 fois en 10 semaines, il a tout autant de chance de sortir que les autres numéros, c'est-à-dire que sa probabilité de sortir est égale aux autres, pas plus, pas moins. Que vous choisissiez votre date de naissance, celle du petit dernier ou le numéro d'immatriculation de votre voiture ne sera pas plus différent que d'avoir séléctionné des chiffres, des nombres avec un jeu de fléchettes les yeux bandés, hormis que dans le premier cas vous aurez l'impression de "maîtriser" le hasard, de "tenir" votre chance parce que ces chiffres auront une signification pour vous. Les planètes n'y seront pour rien non plus, pour le reste, même la foi à travers les prières, n'a jamais fait gagner qui que ce soit. Vous trouverez bien évidemment quelqu'un soutenir, en faisant grand bruit, qu'il a gagné grâce aux numéros qu'un numérologue ou astrologue lui a donné, mais combien n'ont jamais rien gagné par ce canal ?




Ne croyez pas non plus que c'est parce que vous jouez depuis plus de 20 ans que vous aurez plus de chances de gagner que celui qui fait sa première mise, inutile de tenir de statistiques personnelles contrairement à ce que claironnent les vendeurs de martingales. José Rose voit juste ici :

"S'il est un rêve, le gain est aussi une illusion. Le vainqueur est amnésique et la victoire le grise au point de gommer les défaites passées, et de lui faire oublier les sommes antérieurement perdues... Au grand plaisir des organisateurs de jeux qui connaissent et entretiennent ce penchant. Le joueur est candide et se laisse guider par le tapage fait autour des vainqueurs : les photos des gagnants sont attirantes et efficaces pour augmenter le nombre des ... perdants ! Et le buraliste se régale à mettre en valeur ses clients gagnants : "Ils viennent de loin depuis qu'ils savent que j'ai vendu (entendez "que je vends") des gros lots." (Le hasard au quotidien, le Seuil - Points Sciences.)

Car même si "100% des gagnants ont tenté leur chance", 0,0000001% de ceux qui ont tenté leur chance ont gagné !

"L'illusion du vainqueur consiste à confondre sa propre expérience avec celle de l'ensemble de la population; or ce qui a été a posteriori possible pour lui (toucher le gros lot) peut très bien être statistiquement rare ou même quasi impossible. "(ibid.)
Ce qui est sûr en tout cas, c'est que 100% des charlatans vendant leur "méthodes" ou martingales ont gagné. Ils gagnent en éditant un livre ou un magazine qui ne coûte rien étant donné que tout le monde est capable d'inventer de telles "méthodes", seule un peu de créativité est quelque-fois nécessaire pour leur trouver de jolis noms afin d'attirer le chaland, même si elle restent plus farfelues les unes que les autres. Ce qui est sûr en tout cas, c'est que si qui que ce soit avait un jour trouvé la martingale ultime, la méthode qui fait gagner, le "pouvoir des nombres et des chiffres", toutes les loteries auraient fermé leurs portes.




Où même ses numéros préférés n'y sont pour rien :

" Une Australienne gagne au loto en se trompant dans ses numéros fétiches.
MELBOURNE - 8 Oct.2003 (AFP) - Une Australienne, qui jouait les mêmes numéros au loto depuis 31 ans, est devenue millionnaire mercredi après avoir coché par erreur les bons numéros. Cette sexagénaire a indiqué qu'elle n'avait pas cru le responsable de la loterie quand celui-ci lui avait annoncé par téléphone qu'elle avait gagné un million de dollars australiens (695.000 dollars). Connaissant par coeur les numéros qu'elle jouait depuis 1972, elle était persuadée qu'elle n'avait pas gagné, n'ayant pas soupçonné son erreur. "Je ne le croyais pas et je suis allée vérifier de près mon billet, pour m'apercevoir que j'avais effectivement tous les bons numéros", a-t-elle déclaré. En dépit de l'importance de ses gains, elle a indiqué que sa priorité était d'abord de refaire la moquette de sa maison et qu'elle serait loyale envers son employeur. "Je suis un petit peu démodée. Les gens qui possèdent le magasin où je travaille ont toujours été sympathiques avec moi, alors je ne vais pas les quitter comme ça", a indiqué l'heureuse gagnante. "





Source : Pseudo-Sciences


Partager l'article sur Facebook
 
Discussions Discussion: 1 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2017. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site