Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Points de Vue
« Bobaraba » ou comment se faire grossir les fesses
(22/01/2008)
La rédaction se penche sur une nouvelle tendance qui est en train de prendre d'assaut les capitales africaines. Toutes femmes semblent vouloir se faire grossir seins et fessiers.
Par Yann Yange
Les femmes recherchent souvent les formes pour seduire
Les femmes recherchent souvent les formes pour seduire

Encore un phénomène de mode, peu connu du grand public, qui risque de défrayer la chronique dans toutes les capitales africaines. En effet, le « Bobaraba », présenté initialement comme un dérivé musical du Coupé Décalé, est en passe de devenir la tendance la plus en vue du moment : celle de se faire grossir les seins ou les fesses à partir d’huiles et de pommades en tout genre.

Si ce regain de gonflette pour certaines parties judicieusement choisies du corps n’a pas de quoi inquiéter en occident, tant on sait que les femmes n’y sont que très peu pourvues par la nature et que la chirurgie esthétique y a atteint un degré de sophistication considérable, on a de quoi se poser des questions en ce qui concerne les femmes africaines. Car, qui ne connaît pas les atouts naturels dont peuvent se prévaloir de nombreuses femmes de chez nous : poitrines volumineuses, fessiers rebondis et formes généreuses dans l’ensemble, exacerbant la plupart du temps convoitise et désir chez les hommes. Mais alors, se dit-on, comment peut-on expliquer cette déferlante ?

Nos pistes personnelles, couplées de diverses interprétations d'ordre sociologique, semblent indiquer qu’il s’agit là d’un manque de confiance qui s'est généralisé au sein de la gente féminine. Une baisse de l’estime de soi vraisemblablement provoquée par cette habitude qu’on prête (à tort) à la plupart des hommes et aux africains en particulier, de toujours faire la course aux nouveaux jupons, plus frais et généralement plus aguicheurs que ce que l’on a à la maison, qui, avec le temps, les accouchements et autres, s’en retrouve souvent défraîchi.




On peut ainsi comprendre les motivations psychologiques qui sous-tendent cette envolée des nouveaux produits grossissants : il n’est pas toujours facile d’accuser le coup d’un mari ou d’un copain parti tomber dans les bras d’une autre sous prétexte qu’elle a des arguments physiques plus concrets et plus pragmatiques à faire valoir. Néanmoins, on a tendance à penser que la course à la séduction ne vaut pas de mettre sa vie en péril avec des artifices aux indications thérapeutiques douteuses et aux effets secondaires imprécis. En effet, selon un médecin interrogé sur les ondes de la télé Ivoirienne, les huiles « Bobaraba », « Botcho » ou « Bazouka » qui foisonnent dans la ville d'Abidjan pourraient poser de sérieux problèmes lors de l'accouchement, provoquer des enflures sur d’autres parties du corps ou créer des difficultés aux nourrissons pour les femmes qui allaitent.

Mais, ce n’est pas le pire. Car le « meilleur » dans cette histoire, c’est certainement le cas des hommes. Ainsi, un reportage de la chaîne Ivoirienne RTI nous apprenait que cette tendance se serait généralisée aux messieurs, la plupart désireux d’accroître leurs performances sexuelles en augmentant le volume de leur organe. Et, là où on pouvait trouver des circonstances atténuantes aux femmes avec leur petit côté strass, paillettes, amour, gloire et beauté, les hommes tombés sous le charme de ces pommades magiques n’ont visiblement pas d’excuse. Car, qui, de nos jours, peut encore penser que bien faire l’amour à une femme n’a de corrélation qu’avec la taille de l’engin ? La nature nous a pourtant doté d’autres matériaux (mains, bouche, langue, etc.) qui, parfois, peuvent palier à ce qui semble être des défaillances spatiales, tout en évitant de mettre notre santé en danger.

Cette histoire, malgré ces quelques côtés bon enfant, a donc de quoi inquiéter, surtout lorsqu’on sait que la tendance est à la propagation sur le continent tout entier. Et si on ne veut pas se faire juge des comportements individuels de tout un chacun, on aimerait quand même, que nos comparses sur le continent, le bon sens aidant, évitent de se faire les porte-parole de toutes ces formes de niaiserie et leurs corollaires. Il est des choses bien plus intéressantes sur lesquelles on peut encore se concentrer.

**



Vous pouvez voir la vidéo du reportage ci-dessous :



Le lien direct de la vidéo :
Le phénomène Bobaraba à Abidjan


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
yann yange  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 53 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2014. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site