Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Faits Divers
Des militaires violent et tuent une Camerounaise?
(03/04/2008)
Les compagnons d’infortune de la malheureuse, abattue en Guinée Equatoriale, ont dû l’enterrer.
Par Dorine Ekwè

Ils sont tous unanimes. L’affaire a débuté le 10 mars dernier aux environs de 11h du matin. Ce jour-là en effet, confie Jean Pierre Guiama, dans une lettre adressée au préfet du département de la vallée du Ntem à Ambam : "J’ai été interpellé par les militaires d’Anyizok [localité équato-guinéenne, Ndlr] qui m’ont dépouillé d’une somme d’un million cinq cent mille francs Cfa, mon téléphone portable, mes vêtements et 25 bacs de citrons ". Ce que confirme Minsomo Antoine, un autre commerçant. Titulaire d’un laisser-passer d’une semaine, il s’est vu brutaliser par des militaires équato-guinéens. "Lorsque je leur ai présenté mes pièces d’identité, ils y ont accordé peu d’importance et les ont déchiré. Ils m’ont fouillé et m’ont pris trois cent quarante six mille francs Cfa. Ils m’ont ensuite tabassé et injurié".

Comme le précise Yves Roland Nga Efo, une dizaine de camerounais se sont retrouvés au poste de police d’Anyizok. Parmi eux, cinq filles. " Sur ces cinq filles, seules deux sont sorties de là avec nous. Pour les trois autres, nous ne savons pas exactement ce qu’elles sont devenues. Tout ce que je puis dire avec exactitude, c’est qu’il y en a une, Lili à qui les militaires en question ont demandé de les suivre aux environs de 23 heures. Le lendemain matin, elle était décédée et ils nous ont demandé de l’enterrer. Ils nous ont donné des houes et des machettes pour que nous creusions la tombe. A cet endroit, il y avait plusieurs autres tombes ", raconte Jean Pierre Guiama.

Le lendemain, les rescapés de cette aventure sont ensuite conduits dans différents postes de police avant d’atteindre le poste frontière de Kyé-ossi, en territoire camerounais. Ils se sont ensuite précipités chez le préfet du département de la vallée du Ntem pour raconter leur mésaventure. Joint hier par téléphone, le préfet a reconnu avoir rencontré ces personnes. "Ils étaient assez meurtris et m’ont raconté leur histoire. Malheureusement, je ne pouvais rien faire d’autre que les écouter.

Je leur ai demandé de rédiger des plaintes que j’ai renvoyées au consulat du Cameroun en Guinée équatoriale. C’est tout ce que je pouvais faire. Etant donné que c’est une affaire avec un pays voisin, il est important d’être prudent". Malheureusement, nous n’avons pas pu joindre le consul du Cameroun à Bata pour savoir quelle suite a été réservée à ce dossier. Seulement, des sources proches du ministère de la Défense où les plaignants se sont également adressés, on affirme que la situation a été prise en main. Et le préfet de la vallée du Ntem d’affirmer; "Nous avons également saisi nos collègues par rapport à cette situation.

Ce qui est vrai cependant, c’est que ces commerçants subissent des mauvais traitements. Leurs documents de voyage sont déchirés ou leurs marchandises sont toujours arrachés" On se souvient qu’au mois de décembre 2007, des camerounais établis à Bata en Guinée équatoriale ont été pourchassés et dépouillés de leurs bien à la suite d’un braquage perpétré par des assaillants en uniforme militaire et à bord d’embarcations qui sont entrés dans la ville par le marché central et ont quadrillé le centre urbain en tirant en l’air.

Avec une extrême rapidité, ils ont attaqué deux banques. La Ccei Bank de Guinée Equatoriale et la Société générale de banque de Guinée Equatoriale ont ainsi été pillées. Selon le consul du Cameroun à Bata, à ce moment, croire Justin Joël Abessolo, plus de 500 Camerounais s’étaient réfugiés dans les locaux du consulat. Presque autant s’étaient abrités également dans les locaux de la représentation diplomatique du Nigeria où tous les ressortissants de ce pays ont eux aussi trouvé asile. Dans les quartiers, de nombreuses attaques à la machette ont été également signalées.



Source: Quotidien Mutations


Partager l'article sur Facebook
 
Discussions Discussion: 22 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2017. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site