Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Santé
Laquintinie : Le supermarché de la santé
(15/11/2006)
Voyage dans les arcannes d’un véritable centre commercial où tous les services sont payants.
Par Alain Noah Awana

"Monsieur, vous voulez un médecin ou autre chose ?", lui demande un individu.

Le visiteur, dans l’embarras, se dirige tout simplement vers l’entrée de l’hôpital. Il ignore sans doute qu’il vient d’être approché par "le protocole d’accueil" de l’institution sanitaire. On les appelle les "démarcheurs". Ils constituent le premier maillon d’une longue chaîne, en réalité un long périple pour un grand nombre de patients. Leur rôle : diriger les malades vers certains médecins, ou encore les aider à faire certains choix.

Un peu comme on vous dirige vers un rayon lorsque vous entrez dans un supermarché.

Après l’accueil, il faut entrer. Et ce n’est pas la moindre des choses. Le célèbre Ndoumbe, le morguier de l’hôpital, est en poste. Il est chargé de vous délester de 100 Fcfa, prix obligatoire d’accès à l’intérieur de l’hôpital. Parfois, on peut payer plusieurs fois l’entrée au courant de la même journée. "Un jour, je suis sortie plusieurs fois acheter des médicaments pour ma mère, et à chaque fois on exigeait que je paie un autre ticket", raconte Séverine.

Selon certains agents de l’hôpital, la raison est simple : "Cet argent permet de contribuer à l’entretien des lieux."

Tant pis pour le pauvre

Les péripéties augmentent une fois à l’intérieur de l’hôpital. L’accès aux soins est une véritable gageure. Ici, comme au supermarché, l’argent assure au "client" une meilleure prise en charge. Les moins nantis sont mis à l’écart. Jean a failli perdre sa vie parce qu’il n’avait pas d’argent. En 2004, une scie à moteur lui amoche la jambe gauche. Arrivé à l’hôpital, il est abandonné pendant près de deux jours sans soins. "Je n’avais pas d’argent, et le temps d’en trouver, il était trop tard pour ma jambe. Et j’ai même failli y passer. Si j’avais été pris en charge dès mon arrivée, je ne serais pas unijambiste aujourd’hui", raconte-t-il.

Le cas de Jean n’est pas isolé. Tous les jours, des centaines de malades sont abandonnés à eux-mêmes dans cet hôpital. Certains en meurent. Payer est la condition sine qua non pour être soigné. "Je suis choqué par le comportement de certains membres du personnel médical. Comment peut-on décider de ne pas soigner une personne parce qu’elle manque d’argent ?", s’insurge Louis-Marie Okouda. Son fils était décédé dans un hôpital public en 2003 à cause de ce type d’abandon.

Au-delà de cet aspect, les malades sont obligés de tout payer. Les pharmacies des hôpitaux sont pourtant prévues pour prendre en charge au moins les premiers soins. Mais, il suffit de manquer de 1000 Fcfa pour se les voir refuser.

Fuite des responsabilités ?

Les actes décriés par les usagers de l’hôpital Laquintinie sont nombreux. Mais, le personnel médical ne se reconnaît pas dans ces agissements. "J’ai une conscience professionnelle très forte. Je ne conçois pas que l’on dise n’importe quoi sur les médecins", affirme un médecin qui a requis l’anonymat. Il dit ne pas collaborer avec des “démarcheurs”, même s’il reconnaît que la pratique existe.

De leur côté, les démarcheurs affirment ne pas être de connivence avec les médecins. "Certaines personnes viennent à l’hôpital sans savoir à qui s’adresser ou comment procéder. Moi, je suis là pour les guider", tente d’expliquer Christophe K., démarcheur depuis bientôt deux ans. La fuite en avant est presque générale. Et les infirmières emboîtent aussi le pas. Quelques infirmières approchées affirment s’occuper des malades sans contre-parties.

Pour la plupart d’entre elles, "des patients se font arnaquer par des gens qui ne font même pas partie du corps médical de l’hôpital." Fuite des responsabilités ou pas, des patients continuent de vivre l’enfer des dépenses à l’hôpital Laquintinie.



Source: Le Messager


Partager l'article sur Facebook
 
Discussions Discussion: 3 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site