Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Portrait
Interview du Cinéaste Camerounais Aurélien Henry OBAMA
(11/09/2006)
Scénariste, réalisateur et producteur du film d’arts martiaux africain "MONEY BAG", “The 1st True African Martial Arts Movie”.
Par Yann MB.

Rédaction: Bonjour Aurélien Henry Obama.
Aurélien Henry OBAMA : Bonjour à vous.

En tant que Camerounais et Africain, tu travailles sur un film qui se veut « le premier véritable film d’arts martiaux africain » connu sur le nom de MONEY BAG(www.ngulproductions.com/moneybag.
C’est un projet inédit que tu mets en œuvre avec ta maison de Productions NGUL Productions (www.ngulproductions.com) car jamais encore le continent africain n’a réalisé un film de ce genre. Pourquoi un projet aussi audacieux en Afrique ? Est-ce que le cinéma africain est prêt pour ce genre de film ?


Le cinéma avant tout est un moyen d’expression. Aujourd’hui la diaspora noire en Amérique et les noirs du monde entier revendiquent que les arts martiaux et sport de combat proviennent de l’Afrique Antique. Money Bag voudra être une vitrine pour la promotion des arts martiaux africains mais aussi la promotion des africains qui pratique les arts martiaux.

Tu es connu dans la communauté afro-américaine comme l’un des promoteurs de « l’art de la guerre africain », expression que tu utilises notamment pour les arts martiaux africains avec ton magazine d’arts martiaux en ligne Shiai Magazine(www.shiaimagazine.net). Pourquoi les arts martiaux africains et pourquoi un film ?

Je crois que vous savez très bien qu’aujourd’hui la communauté afro-américaine dite « noire-américaine » par le passé, se présente à présent comme « Africaine Américaine ». Ceci pour dire qu’il y a une conscience de l’Afrique et de la diaspora noire. Chaque peuple du monde a eu une forme de combat qui exprime sa culture et son héritage traditionnel. Les Asiatiques ont su utiliser leurs arts martiaux pour valoriser leur traditions avec des pionniers à l’exemple de Bruce Lee qui a fait rêvé le monde. Aujourd’hui l’image de l’Afrique est triste plein des guerres, de famine et des maladies. L’Afrique entière voudrait une nouvelle vision d’elle-même. L’Afrique a besoin de rêver et d’avoir ses propre héros, des héros plus fidèles à son identité.

Serait-ce Joe ATEBA, encore appelé « The Unbeatable » et acteur principal du film Money Bag, le futur Bruce Lee de L’Afrique ?

Il n’est pas simple de présenter une personnalité aussi… dense que celle de Joe ATEBA en un paragraphe. C’est une personne pleine d’énergie et de bonne volonté en qui rayonne quelque chose de positif et de bien. Il pourrait représenter un modèle tout d’abord en tant que pratiquant d’arts martiaux car plusieurs fois champion de Jukido – un art martial camerounais – et de Taekwondo. Mais plus encore, il est un modèle en tant qu’humain : Joe est une personne très spirituelle, un grand rêveur, mais surtout un grand ambitieux. Très travailleur, il est de ceux qui pensent que les chose peuvent changer si nous le voulons vraiment. J’ai beaucoup d’estime et de respect pour Joe ATEBA. Je crois qu’il est l’acteur qui faut pour valoriser les arts martiaux de l’Afrique et de la communauté noire toute entière !

Tu joueras toi aussi dans Money Bag, le rôle du Klive Muntumbe, le méchant du film ? Tu es aussi un maître d’arts martiaux reconnu par plusieurs organisations mondiales d’arts martiaux comme l’IMA (International martial Arts Academies) basé en Angleterre ou le TACRO (Traditional African Combat Research Organization) aux Etats-Unis. Où trouves-tu donc toute cette énergie ?

Grâce à Dieu ! Ma famille et mes amis m’ont vraiment soutenu dans ce projet de film. Joe ATEBA, qui est aussi chargé d’arranger les misesen scène de combat, me soutient vraiment. C’est lui qui ma vraiment encouragé à jouer le personnage Klive qui est un expert de combat de singe africain qui est un style très difficile a jouer !

A quelle phase du film êtes-vous ? Quelles difficultés rencontrez-vous ?

Pour le moment nous sommes à la phase d’avant production. Le manque de matériel et équipements de pointe, ou d’un soutien financier et surtout de personnel plus qualifié se fait sentir. Il faut comprendre que c’est le premier véritable film d’arts martiaux camerounais / africain jamais réalisé. La plupart de nos techniciens locaux sont habitués à des plans qui ne bougent pas, or un film d’arts martiaux nécessite plusieurs plans et des effets spéciaux. Par ailleurs, le risque d’accidents pour les acteurs doit être pris en compte lors des scènes de cascades. Sachant que tous les acteurs d’arts martiaux font leurs propres cascades. Y compris moi-même. Ce n’est pas évident du tout.


Quelles structures vous soutiennent déjà aux niveaux national et international ?

En dehors de NGUL Productions qui produit le film et Shiai Magazine qui fait la promotion officielle du film, il y CAWAD (www.cawad.com) qui réalise le site web officiel de Money Bag, ACTIV’MUSIC qui produit la bande originale du film avec soutien du groupe musical MACASE. EmploiCameroun.org (www.emploicameroun.org) a réalisé le movie trailer. Psaume23 (www.psaume23.org) offre également son soutien technique et logistique au projet. Sans compter la JECACP (www.jecacp-asso.org) et l’ANECI pour leur soutien moral. Nous pouvons également compter sur Rédaction qui renforce d’avantage la communication autour du film. Pour le moment nous sommes attente pour voir avec le ministère camerounais de la culture et des fédérations d’arts martiaux camerounaises pour leur soutien au film. Parallèlement, des négociations sont en cours avec des ambassades étrangères au niveau local. Sur le plan international, nous sommes soutenus par l’IMA Movie Organization (www.ima.8k.com) basé en Angleterre et par Njia Film Works aux Etats-Unis. Ces deux organisations nous aident dans la recherche de financements étrangers, matériel cinématographique et aussi expertise dans le domaine du film d’arts martiaux.

Le tournage est prévu pour quand ? Et quand le film sortira-t-il ?

Le début du tournage est prévu pour la mi-2007 et la projection du film en mi ou fin 2008.

Est-ce que ce n’est pas un peu long ?

Nous sommes au Cameroun et la production de films n’est pas facile surtout lorsque l’on tient compte de la lenteur administrative et du manque de financement. D’autre part, nous ne produisons pas assez de films. Même aux Etats-Unis il y a des films qui prend 3 ans, 5 ans ou plus mais comme la production est nombreuse on ne ressent pas forcément. Les films comme Matrix, Titanic ou le Seigneur des anneaux ont pris plusieurs années à être réalisés. Pourquoi pas Money Bag ?

Ton film sera tourné en anglais ? Pourquoi ?

Pourquoi donc le film ne serait pas non plus tourné en Ewondo ou en Bamiléké, des langues nationales du pays ? Le Cameroun étant un pays bilingue, le film peut être tourné en anglais ou en français. A mon avis, la langue utilisé lors du tournage importe moins que la pertinence et la compréhension finale du message véhiculé par le film. Tout naturellement, le film est prévu d’être traduit en plusieurs langues au plan international.

Qu’en est-il aura du casting ? Y’aurait-il des structures ou des personnes avec lesquelles tu voudrais travailler ?

Il y a plusieurs jeunes musiciens camerounais avec qui nous voudrions travailler pour réaliser la bande originale du film. Mais nous aimerions également travailler avec des stylistes camerounais pour habiller les acteurs avec des costumes porteurs de notre richesse culturelle. Sans compter les coiffeurs, maquilleurs et aussi des décorateurs professionnels. Je souhaite organiser un casting officiel au mois de décembre prochain en vue de sélectionner les meilleurs pratiquants d’arts martiaux camerounais mais aussi les plus belles jeunes femmes camerounaises pour le tournage.

En dehors de Joe ATEBA et toi qui jouez les rôles principaux, d’autres acteurs ont-ils déjà été choisis ou pressentis ?

Au plan national nous avons la belle Marina ALIMA, un modèle camerounais qui travaille avec les plus grands stylistes camerounais et a, à mon avis, un énorme potentiel. Elle chante en duo avec le jeune et talentueux rappeur BIG DEF dans la bande sonore du film Money Bag. A l’échelle internationale, nous avons Khalil MAASI, un acteur afro-américain qui va jouer dans le film. Khalil est aussi producteur associé avec le britannique Dr Soke Mike VAMPLEW, le président de l’International Martial Arts Academies.


Peux-tu nous confier quel est ton secret pour mobiliser et amener toutes ces personnes à s’impliquer et participer à ton projet de film d’arts martiaux africains ?

La foi !

Que pourrais-tu dire à d’autres jeunes qui comme toi, veulent s’aventurer dans un projet similaire au tien ?

Avoir la foi en Dieu et la foi en soi. Toutes les grandes choses ont été faites avec passion, patience et beaucoup de sacrifices. Le cinéma, la musique, l’art en général demande une sensibilité profonde mais aussi croyance et imagination. Il faut rester persévérant, même s’il vous arrive d’être parfois mal compris pars vos proches et amis !

Nous vous remercions d’avoir bien voulu répondre à toutes nos questions. De la part de Rédaction, souhaitons bonne chance dans votre projet de film d’arts martiaux africain Money Bag.

C’est moi qui vous remercie de m’avoir permis d’en dire davantage sur mon projet de film. Merci à vous et longue vie à Rédaction !

Pour tous lecteurs de Rédaction qui souhaiteraient avoir plus d’information de Money bag peuvent visiter le site web www.ngulproductions.com/moneybag ou contacter le producteur par e-mail henry.obama@ngulproductions.com ou par téléphone : (+237) 948 39 04.


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
portraits  cinema  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 1 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2021. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site