Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Société
Bac tchadien : pas sans le probatoire
(07/04/2006)
Le diplôme du probatoire sera désormais exigé aux citoyens Camerounais comme pièce du dossier d’examen à l’ambassade du Tchad pour aller y passer le bac.
Par Armand ESSOGO

L’étau se resserre autour des candidats camerounais au baccalauréat tchadien. Après l’annonce de la fermeture des " terminales spéciales " par le ministre des Enseignements secondaires, Louis Bapes Bapes, les autorités de N’Djamena viennent de prendre position en faveur de la légalité. Selon un communiqué de l’ambassadeur du Tchad au Cameroun, Sekimbaye Bessane André, les candidats camerounais au baccalauréat tchadien doivent présenter l’original de leur diplôme de probatoire à l’ambassade " pour vérification ". Ceux qui seront dans l’impossibilité de fournir l’original de leur probatoire connaîtrons tout simplement " le rejet du dossier conformément aux dernières instructions du rectorat de N’Djamena ", précise le communiqué. Hier à l’ambassade du Tchad, ce communiqué était encore affiché. On n’ a cependant pas observé de bousculade dans les bureaux compétents. Encore moins dans les établissements de la capitale qui alimentent la filière tchadienne. A l’Institut Siantou ou à l’Institut Samba, il n’a pas été possible de recueillir la réaction des candidats au bac tchadien. La plupart des élèves des " terminales spéciales " savourent actuellement leurs congés du deuxième trimestre.

N’empêche que cette sortie des autorités tchadiennes peut être interprétée par l’opinion comme la fin de la ruée vers le bac tchadien. Les contours de cette rupture s’étaient déjà dessinés il y a un mois auprès des pouvoirs publics. C’est ainsi que dans une interview accordée à notre journal, le ministre des Enseignements secondaires, Louis Bapes Bapes, n’a pas hésité à prendre ses distances. " Je voudrais souligner ici que ce n’est ni le baccalauréat tchadien, ni les candidats camerounais audit examen ou tout autre de la sous-région, qui pose problème… La pomme de discorde réside plutôt dans le mercantilisme éhonté et les fraudes organisées autour du baccalauréat tchadien. ", avait-il déclaré. Quelques semaines après cette prise de position, chaque acteur peut donc se rendre compte que l’époque où les candidats camerounais traversaient le Logone sans le BEPC ou le probatoire pour aller à l’assaut du baccalauréat à N’Djamena est bel et bien révolue. Les faussaires prennent donc un sérieux coup. Du reste, des indiscrétions font état de ce que, certains élèves avaient été mis au parfum d’un éventuel durcissement au début de l’année scolaire. Il convient cependant de préciser que ceux des candidats n’ayant rien à se reprocher peuvent rester tranquilles. Il suffit de se présenter vers les autorités tchadiennes muni de son probatoire pour prendre part à la session 2006 du baccalauréat tchadien.



Source : Cameroon Tribune








Partager l'article sur Facebook
 
Discussions Discussion: 41 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2021. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site