Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > People
Hervé Bourges "vend" le Cameroun
(19/01/2006)
Le célèbre homme des médias présente le pays des Lions indomptables dans un bimestriel du groupe " L’Intelligent ".
Par Alliance NYOBIA

Hervé Bourges, grand patron de la presse francophone.

Le titre du texte que signe Hervé Bourges est sans équivoque : " Le Cameroun que j’aime ". En tout, une douzaine de pages du premier numéro du bimestriel " La revue de l’intelligent " (février/mars 2006) sont consacrées au triangle national. Sous la plume du journaliste, ce sont pratiquement toutes les facettes du pays qui sont revisitées. Des facettes dont la simple présentation suffit à valoriser le Cameroun, contrée qui regorge de beautés multiples et de potentialités certaines. Mais surtout, un pays qui a su, après les indépendances et les années de fondation, conserver plusieurs dizaines de langues vivantes, " qui sont autant de vecteurs d’une culture plurielle, attachée à ses traditions et capable aujourd’hui de se projeter dans l’avenir ".

Ce n’est pas rien. Et ce n’est pas tout. Le Cameroun, souligne le texte d’Hervé Bourges, présente une population en majorité jeune. " Cette croissance démographique soutenue nourrit une croissance économique réelle, aujourd’hui encore supérieure à celle de nombreux pays occidentaux ". Cela est certes flatteur, mais, ajoute Bourges, " elle constitue aussi un défi, car le développement économique devient un impératif politique lorsqu’il s’agit de répondre aux aspirations d’une nation jeune et volontaire ". Les propos d’Hervé Bourges sont lestés par le poids de sa connaissance du Cameroun, pays où il a débarqué pour la première fois en 1968 pour un séjour de quelques mois… qui a finalement duré six ans.

Forcément, une si longue aventure crée des liens. Lesquels ont pu être resserrés par les nombreux passages effectués en terre camerounaise par l’ancien président du Conseil supérieur de l’audiovisuel français. Dans le texte publié dans " La revue de l’intelligent ", le lecteur ne peut s’empêcher de sentir percer cette affection — pour ne pas dire plus — de l’homme pour cet " Immense territoire triangulaire ". A un moment, la présentation se fait poétique, devient un hommage aux splendeurs qui l’ont marqué : " Tous les symboles du continent s’y retrouvent : du désert à la jungle en passant par les savanes de la Bénoué et de Waza, l’ombre des cocotiers sur le sable chaud de Kribi, les collines verdoyantes et tempérées du pays bamiléké, et aussi, entre Yaoundé et Kribi, la forêt profonde du cœur du pays, ses gorilles et ses buffles… ".

Le Cameroun, c’est aussi des hommes et des femmes passionnés, dont quelques-uns, à travers la musique, le sport, ont contribué à son rayonnement planétaire. Yannick Noah, feu Francis Bebey, Manu Dibango, Calixthe Beyala, Jacques Bonjawo et bien d’autres sont ainsi mentionnés par un Hervé Bourges qui, décidément, se meut aisément dans la sphère Cameroun.


Source: Cameroon Tribune


Partager l'article sur Facebook
 
Discussions Discussion: 11 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site