Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > People
A la découverte de Koppo
(18/12/2005)
Avec le titre désormais célèbre "Si tu vois ma go", Patrice Minko’o, alias Koppo, a été la révélation musicale rap de la fin d'année dernière au Cameroun.
Par Yann Yange

Avec le titre désormais célèbre "Si tu vois ma go", Patrice Minko’o, alias Koppo, a été la révélation musicale rap de la fin d'année dernière au Cameroun. Racontant les maux de la société Camerounaise de manière étonnament pertinente et à travers un camfranglais et des textes intelligemment écrits, Koppo est avant tout un artiste modeste...Bonaberi.com est allé à la rencontre de cet homme au talent et au charme induscutables.


Bonjour Koppo. Tu as marqué le paysage musical Camerounais en fin d'année dernière avec ton titre « si tu vois ma go » tiré de ton dernier album. Peux-tu te présenter aux internautes ?

Mon nom est Patrice Minko’o, j’aurai (enfin) 30 ans le 16 Janvier 2006. J'ai fait mon premier show en sortant des entrailles de maman (rires). Disons que mon premier texte date d'Octobre 1992 et ma première scène, du 21 juin 2003 lors de la fête de la musique au boulevard du 20 Mai a Yaoundé.

Comment es-tu tombé dans la musique ?

Je ne saurais quoi vous dire exactement… On va dire que je suis né fan de musique, puis, j'ai rencontré (musicalement) Michael jackson, Georges Brassens, Solaar etc… mais je faisais déjà « Si tu vois ma go » dans des manifs et c'est de là que tout est parti.

Tu as un style qui n'est pas très courant, ressemblant étrangement à Doc Gynéco, mais dans un concept très Camerounais, avec des instruments assez teintés « Afrique », du CamFranglais et des propos souvent très crus (Ndlr : la chanson « Emma »). Penses-tu que ce soit la clé de ton succès et qu'est ce qui t'a poussé à chanter comme cela ?

C'est vrai que les deux premiers albums du Doc m'ont imprenssionné. J ai eu la chance de rencontrer Blick Bassy (mon producteur, chanteur du groupe Macase) qui a invité tout le MACASE, Charlotte Dipanda, Krotal, Funkiss etc… Tout ce monde a eu le souci de présenter au public quelque chose d’original, très enraciné dans nos couleurs musicales, sous un chapeau Hip Hop. Je n'avais plus qu'à bien écrire, bien rapper les réalités avec le feeling du bon africain, du bon camerounais. Le public a aimé ce brassage d’influences (merci encore à mon public qui m'est cher) et Dieu Merci, l album fait son chemin.


Patrick Minko'o
Patrick Minko'o
Les jeunes s'identifient beaucoup à ta musique parce que tu parles leur langage. Est ce qu'on peut dire que tu es jeune chanteur qui chante pour les jeunes ? Et pensais-tu au départ que tu allais ainsi toucher toute une jeunesse en adoptant le camfranglais ?

On va dire que je suis l'artiste de tout le monde, l'un des preférés de tous les jeunes, de 1 à 101 ans. J'étais sûr de ne pas passer inaperçu mais je suis toujours etonné de voir que nos efforts soient si bien recompensés. Pour ce qui est du camfranglais, c'est de l'argot, peut-être, mais c'est surtout une écriture, un regard manuscrit, pertinent de (et sur) nos sociétés.

« Emma » est certainement un de tes meilleurs titres. Tu l'as écrit pour dénoncer le phénomène des travestis. As-tu un problème particulier avec les travestis et les homosexuels ? Ce phénomène semble-t-il grandissant au Cameroun ?

Emma, en toute modestie, c'est comme un tableau de peintre pas mal inspiré ! Homosexualité, travestisme, hermaphrodisme, instabilité éro-sentimentale, tout y passe ! je n'ai rien contre les homosexuels mais c'est juste que je ne supporte pas les combines, le chantage, tout ce qu'ils font pour corrompre les corps et les esprits ; et puis il n'y a rien de plus saoulant qu'un être qui ne s'assume pas…

Je ne crois pas que le phénomène soit spécialement grandissant, c' est juste qu'on est passé de la tolérance au tolérantisme et que chacun se fait ses interpretations et son adaptation du concept de la mondialisation. Sinon hétéro, homo, travelo…je repecte, j'admire l intelligence, le dynamisme, l'integralité morale de quiconque. Ce que fait autrui de ses nuits, ou de sa nudité, ne m interesse pas, tant que ça ne me nuit pas.

Dans « confessions », tu sembles parler de ton parcours d'artiste et la phobie que nos entourages ont souvent, au Cameroun, pour des voies autres que scolaires. Quelles sont les principales difficultés que tu as rencontrées dans ton entourage par rapport à ta volonté de devenir artiste ?

Les mêmes que beaucoup d'entre nous. Les parents à la base n'ont rien contre les métiers du « show-biz » (foot, art en général). Seulement, le succès (donc l’argent) n'est pas toujours au rendez-vous comme à la fonction publique ; et puis vus les mœurs qu'on prête aux artistes, on m a coupé les vivres, il y a eu des conseils de guerre, enfin de famille, et j'étais un sujet de prières, etc…Dieu merci, j'ai su être têtu, et aujourd’hui, ils sont plus cools parce que, comme par le passé, je ne fume pas, je ne suis pas alcoolique et j'aime toujours les gos, pardon, ma go et au niveau de ma sécurité sociale, je me debrouille pas mal.

Tu sembles très engagé dans d'autres chansons, comme « back au mboa » ou tu demandes de rentrer au Cameroun ou de faire un retour aux sources ? Qu'entends-tu par là ?

Le titre c’est « Back Back » et c'est l'antithèse de “Si tu vois ma go”. C'est courageux de tenter l’aventure hors de chez soi mais si ça ne va pas, on back au mboa qui ne nous a jamais vraiment chassé. Et puis, les whites gardent les blacks qui leur rapportent quelque chose, socio-intellectuellement parlant, on a bien compris que les esclaves, les ouvriers, la chair à canon, c'est révolu. ( bien vouloir passer le bonjour à Sarko ! Rires)

Te sens tu une vocation à dénoncer des maux de notre société ou une vocation à passer des messages par tes chansons, à la jeunesse Camerounaise ?

Je suis né pas toujours content, râleur, taquin et parfois indiscret. J'essaie juste de bien canaliser, de positiver, en denonçant à mon petit niveau. Bob Marley, Tiken Jah fakoly et même Lapiro de mbanga ont déjà tout dit. Moi je suis là pour amuser la galerie avec de l’impudeur et de l’audace.

Quels problèmes recontrez vous en tant que jeunes artistes Africains ? Peut-on vivre de son métier d'artiste au Cameroun ?

La piraterie. Et puis il y'a l'aliénation de l’occident : on a l'impression qu'il faudrait s’expatrier pour être respecté. Il y'a un manque chronique de structures, heureusement qu'on se prend en main sinon, ce serait le chaos total…les médias se font snober par les œuvres venant d’ailleurs, les diffusent gratos et nous, les artistes locaux, devons payer. J'avoue que c'est quand même choquant de voir, par exemple (tout le temps) un clip de Elton John avant le journal télévisé alors qu’il ne sait même peut être pas où est situé le Cameroun.

On te compare beaucoup au sein de la diaspora, à un autre artiste du nom de Krotal....Qu'est ce qui vous différencie tous les deux ?

Ce qui me différencie de Krotal ? 30cm et 30 kilos de plus. Le public aurait meilleure réponse je pense.

Quels sont tes futurs projets, prépares tu un prochain album (quelle sera la nouveauté) et quelles sont tes ambitions autres que musicales. On a vu que tu faisais aussi du cinéma ?

Je travaille (en pensées, en idées mon deuxième album). Pour le moment, je fais des concerts / spectacles. J'ai des projets de promotion de films ( « confidence » de Cyrille Masso ). Je prendrais mon temps et j'aimerais bien refaire du théâtre

Quels conseils donnerais-tu à des jeunes qui veulent, tout comme toi, se lancer dans la musique ?
Qu’ils s’assurent de pouvoir survivre ou vivre d’autre chose au cas où ça ne marcherait pas pour eux.

Dernière question. Quel moyen ont les jeunes de la diaspora pour se procurer ton album ?

N'est-ce pas internet a fait son job ?! ils ont téléchargé mes sons(rires)!

On va lancer l’album en France, faire de la promo, des concerts et assurer la distribution partout. C est une question de mois, ils auront même un inédit en bonus.

Nous te remercions Koppo, et bonne continuation.

Merci à toute l'équipe de bonaberi.com. on reste Fort, ENSEMBLE !









Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
yann yange  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 25 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site