Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Souvenirs
Whitney Houston : Une étoile s'en est allée
(16/02/2012)
Plus qu'une grande chanteuse, Whitney Houston aura été un modèle et une icône qui aura permis l'émancipation des chanteuses noires
Par Rédaction Bonaberi.com
Whitney Houston jeune, à 18 ans, en 1981
Whitney Houston jeune, à 18 ans, en 1981
Ce week-end s’est éteinte l’une des étoiles de la musique soul et pop, Whitney Houston. Encore plus tôt que Thierry Gilardi ou Michael Jackson, puisque la chanteuse n’a pas atteint le demi-siècle de vie, ayant tiré sa révérence à l’âge de 48 ans.

Pour beaucoup, Whitney Houston ne laissera que l’image d’une droguée, d’une has-been qui essayait tant bien que mal de faire des come-back plus catastrophiques les uns que les autres. S’il est vrai que sur ses dix dernières années, elle aura connu de nombreux déboires, Whitney restera d’abord et avant tout une femme qui a marqué son époque et de façon plus intemporelle, la musique.

S’il fallait résumer la chanteuse, on pourrait dire qu’elle est le pendant féminin de Michael Jackson. Avec 170 millions de disques vendus, elle est d’après le Guiness book des records la femme la plus récompensée de l’histoire avec près de 400 récompenses diverses et variées. Deux chiffres qui en disent long.



Plus précisément, dans les années 80, avec Michael Jackson, Whitney Houston a été la pionnière des noirs à être diffusée sur la chaîne musicale MTV, très sélect à l’époque sur la couleur de peau.

Mais face au talent du king of pop et de la queen of soul, la chaîne américaine a dû plier et les diffuser, ouvrant ainsi la porte à l’expansion des musiques afro aux Etats-Unis : Whitney Houston devient la première artiste noire à bénéficier d’une audience quasiment continue sur MTV, avec le titre « How will I know ». Suivent alors d’autres artistes comme Janet Baker ou Janet Jackson. La première confiera d’ailleurs en 1987 : « Grâce à ce qu’ont fait Whitney Houston et Sade, il y a eu une ouverture pour moi… Pour les chaînes de radio, la musique noire n’est plus un tabou »

Dans la musique aujourd’hui, s’il y a un nom dans les plus grandes chanteuses disent s’être inspirées, c’est sans conteste Whitney Houston : Mariah Carey, Céline Dion, Christina Aguilera, Beyonce et de nombreuses autres.

Plus qu’une icône de sa génération, elle a été un modèle qui a donné l’envie de chanter à toutes, ouvrant la porte de la soul en tant que pop music. Et son titre phare, I will always love you, reste un modèle du genre d’une des, si ce n’est la musique de référence la plus difficile à chanter.


Un point de vue confirmé par Brandy, pour qui « le premier CD de Whitney Houston relève du génie(…)sans elle, plus de la moitié de cette génération de chanteurs ne chanteraient pas ». Kelly Rowland a déclaré en 2006 avoir voulu chanter après avoir vu Whitney Houston à la télévision chanter « Greatest love of All » et avoir voulu être comme elle. Pour Mary J. Blige, c’est le fait d’avoir été invitée au Divas Live show en 1999 avec Whitney Houston qui lui a « ouvert les portes du monde. »

Modèle de polyvalence, Whitney Houston a donné dans le lyrique, la dance, la puissance ou plus simplement les ballades. Née musicalement dans les années 80, elle a su rester au top jusqu’aux années 2000 en se reconvertissant totalement dans le R&B My love is your love, une référence artistique pour les mélomanes.

Le titre éponyme est d’ailleurs son 3e single le plus vendu. Une performance face aux I will always love you, Saving all my love for you, I have nothing, I wanna dance with somebody ou Shoop, shoop. Un point de vue d’ailleurs partagé par Allmusic : « Houston était capable réaliser avec autant d’aisance de grandes ballades contemporaines pour adultes, d’effervescentes pop aux tonalités de dance, ou de soul contemporaine. Le résultat a été un appel de la musique auxquels très peu ont été capables de répondre à l’époque. »

Un talent unique, exprimé par des records : détentrice du single féminin le plus vendu au monde avec « I will always love you », elle a le record du nombre d’American Music Awards gagnés en une année (8 récompenses), record codétenu avec… Michael Jackson.


Et bien malheureusement, comme si c’était une condition nécessaire pour rentrer dans la légende, Whitney aura connu une déchéance des plus horribles, sombrant dans la drogue. Le changement arrivera tout d’abord dans le comportement de la chanteuse, qui d’ange passera à chipie : en retard, avec des sautes d’humeur, elle devient dans les années 2000 difficile à vivre. Très vite, les journaux pensent à la consommation de drogue et d’alcool.

Dans une interview choc avec Diane Sawyer en 2002, elle abordera ouvertement ses problèmes, en lâchant une phrase formidable d’arrogance à propos du crack. En effet, interrogée par la journaliste sur d’éventuels problèmes d’addiction, elle a répondu qu’elle était trop riche pour en consommer : « comprenons-nous bien : le crack ne coûte rien. Je génère beaucoup trop d’argent pour prendre du crack. Je n’en ai jamais pris et je n’en prendrai jamais ». Plus modérée par la suite, elle s’est confiée sur ses problèmes, avouant avoir consommé de nombreuses drogues dures, préférant parler de « mauvaises habitudes pouvant être vaincues » plutôt que « d’addictions ».

Elle aura tenté de renouer avec son domaine de prédilection, mais sans plus jamais réussir à redevenir celle qui aura ébloui le monde par sa musique. Alors que beaucoup espéraient un retour en force, elle aura finalement tiré sa révérence, une révérence qui a ébranlé les fans ainsi que les artistes.


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
whitney houston  souvenirs  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site