Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Société
Un Canal diminue le risque d'inondation au Cameroun
(03/05/2013)
Quand on parle de pluies intenses à Yaoundé, on ne pense qu'à une chose : cette journée de Juin 2011 où le cortège présidentiel était bloqué dans l'eau
Par Elias Ntungwe Ngalame

Une pluie intense avait pris l'ascendant sur les maigres dispositif de drainage des eaux de la ville, causant des inondations impossible à traverser même pour la limousine présidentielle.

D'après la télévision d'Etat, Paul Biya avait dû être secouru par hélicoptère. D'autres n'avaient pas eu cette chance : le gouvernement avait annoncé que les mêmes inondations avaient tué une femme et trois enfants.

Durant les 3 dernières années, des inondations se sont produites chaque année au Cameroun et à Yaoundé en particulier, causant non seulement des morts mais aussi des dégâts matériels et surtout bloquent la vie de la ville, avec des maladies liées à l'eau comme la dysenterie et le choléra. D'après le ministre de la Santé André Mama Fouda, il y a eu plus de 250 morts du choléra en 2012.

Des experts ont demandé au gouvernement d'agir pour réduire les dégâts d'origine climatique qui seraient d'après eux liés aux changements environnementaux.

"Sans une planification adéquate d'aménagement de la ville et un système de drainage adapté, des pluies prolongées peuvent être catastrophiques", a déclaré Marie-Claire Evina, chef de service à l'unité de surveillance du climat au ministère de l'Environnement et de Protection de la Nature.

Le gouvernement a répondu à cet appel avec un canal qui traverse Yaoundé le long de la rivière Mfoundi. Il diminue le risque d'inondation en récupérant les excès d'eau des montagnes de la ville jusqu'à la rivière et à la mère.

"Les pluies à Yaoundé et dans les villages avoisinant ont été réellement dérangeantes ces trois dernières années, survenant en Février avant la période pluvieuse de Juillet", a déclaré Patrick Ajwa, secrétaire général du ministère de l'Environnement. "Avec le canal pour canaliser l'eau hors de la ville, les dommages liés à l'eau seront limités"


Moins d'inondations

Le canal, financé par la Banque Africaine de Développement (BAD) et le gouvernement camerounais a coûté 22 millions de francs Cfa et a été inauguré en Juin 2012.

Les automobilistes et les riverains ont confirmé qu'il réduisait bien les inondations et permettait un trafic plus libre.

"Aussi intenses que soient les pluies, nous circulons maintenant facilement, pas comme avant où la plupart des conducteurs et des piétons évitaient le centre de la ville à cause des inondations", a déclaré le chauffeur de taxi Victor Muluh.

Des officiels de la mairie de la ville ont déclaré que le canal avait aussi apporté de nouvelles sources de revenus pour ceux vivant le long de la rivière Mfoundi.

"Le canal, avec des intersections et des ponts pour les piétons a créé un commerce générateur de revenu comme la vente de jus de fruits locaux et de nourriture ou la création de coins de lavage de voiture" a déclaré Albert Toue Evini, directeur des services techniques à la communauté urbaine de Yaoundé.

D'après lui, maintenant que les inondations ne sont plus une menace, la communauté urbaine prévoit de construire 10 acres de jardin et des parkings autour de la rivière.

Est-ce que les bienfaits dureront ?

Les observateurs ont peur que les bienfaits du canal pourraient flétrir avec le temps en cas de mauvaise gestion. Pendant une inspection du projet en Mars, les membres de la BAD ont constaté des tas de déchets métalliques entre autres débris et polluants qu'ils ont vus dans d'autres zones du canal.

Ils ont alors demandé à la communauté urbaine et à la population de joindre les efforts pour s'assurer que le canal continue de fonctionner correctement.

"Nous souhaitons insister sur le fait que le canal doit être gardé propre afin qu'il puisse faire circuler librement l'eau", a déclaré Amadou Kone, l'administrateur et porte-parole de la banque sur le projet. Il a par ailleurs déclaré que l'entretien du canal pourrait créer des emplois pour les jeunes.

Certains citoyens mettent la pollution de la rivière et du canal sur le compte de l'absence de répression ainsi que sur le manque de dispositifs adéquats de gestion des déchets dans la ville.

"Chaque ville devrait avoir une casse", a affirmé Fridoline Beilinga qui vit à Olezoa, un quartier voisin du canal. Le nouveau canal, d'après elle devrait être "un site touristique attractif plutôt qu'un endroit qui attire les moustiques et propage le paludisme".

Mais pendant que les habitants de Yaoundé se demandent comment garder leur canal propre, les experts soulignent que la majorité du Cameroun manque de dispositifs pour lutter contre les inondations. Ce qui veut dire qu'en saison pluvieuse, le choléra demeure un gros risque pour le pays.

Charlotte Faty Ndiaye, directrice régionale de la section Agriculture et nutrition des Nations Unies, a demanéd aux autorités locales d'assurer la création de dispositifs de drainage des eaux afin d'éviter une nouvelle épidémie de choléra comme celle qui a sévi au Nigéria et au Cameroun l'an dernier.

En 2012, les pluies dans ces zones ont accéléré la diffusion du choléra, et la maladie ainsi que les inondations ont tué plus de 3000 personnes d'après les chiffres officiles.


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
societe  yaounde  inondations  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site