Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Société
Transformation : Le transport routier fait sa mue
(08/12/2009)
Cameroun: Plongé dans l’agonie dès les premiers signaux de la crise financière, le secteur du transport routier a repris l’envol.
Par Hervé B. Endond (La Nouvelle Expression)
La crise économique mondiale a frappé le secteur des transports au Cameroun.
La crise économique mondiale a frappé le secteur des transports au Cameroun.
Cette situation a pour conséquence de tirer vers le bas le prix du transport. Ce dernier chute de 60% au moins. Comme un malheur ne vient jamais seul, un autre phénomène vient compliquer la survie des acteurs du secteur, et surtout mettre à mal la facilitation des mouvements de camions dans les deux corridors conventionnels (Douala-Bangui, Douala-Ndjamena). C’est le phénomène des commissionnaires clandestins. « Ce sont des individus qui s’insèrent dans la chaîne de transport. Auprès des transitaires, ils se présentent comme des transporteurs et auprès de vrais transporteurs, ils passent pour des transitaires. Et se sont même donné le luxe de se constituer en syndicat de transporteurs routiers », explique Boniface Tchoffo, transporteur à Douala.

Près de 8000 employés

Ces deux problèmes secouent considérablement le transport routier camerounais entre septembre 2008 et janvier 2009. Ce qui amène le Bgft à mettre en place des stratégies pour éviter la catastrophe, au regard de l’importance de ce segment du transport dans l’économie nationale.
En effet, le transport routier emploie près de 8 000 personnes, avec des taxes avoisinant la dizaine de milliards de FCfa versés dans les caisses de l’Etat chaque année. Longtemps banalisé et même méconnu du grand public, l’importance du Bgft se fait ressentir après cette crise. Sous la houlette d’El Hadj Oumarou, son coordonateur et de Pierre Sime, le président du Syndicat national des transporteurs routiers du Cameroun (Sntrc), le Bgft initie plusieurs actions visant à amoindrir, sinon annihiler les conséquences de la crise financière. Le plus grand combat, reconnaît un cadre de la maison, reste celui déclaré aux commissionnaires clandestins.

Cette action salutaire permet aux transporteurs de gagner un gap important. « Le mode d’opération de ces commissionnaires clandestins est simple. Ils se présentent chez un importateur, comme transporteurs disposant de plusieurs camions pour transporter sa marchandise. Le deal conclu, ils se retournent vers un vrai transporteur, et se présente comme un bailleur de fret et conclut un autre contrat. Dans les deux cas, le même individu exige de faramineuses commissions aussi bien au transitaire qu’au transporteur. Une récente étude effectuée par le Bgft a prouvé que le commissionnaire clandestin a par voyage négocié un quart du prix du transport réel, soit un montant compris entre 300 et 700 000 FCfa», révélait le coordonnateur général du Bgft en février 2009.

Lettre de voiture

« Dans leurs négociations, ils sous-évaluent le coût du transport. Illustration : Le transport Douala-Ndjamena-Douala qui coûte normalement 4 000 000 de Fcfa est négocié à 2 000 000 Fcfa par ces commissionnaires clandestins », indique un autre responsable de la maison.

Pour mettre fin à cette situation, le Bgft prend ainsi une batterie de mesures visant à décourager les auteurs de cette sale besogne. C’est le cas de refus de délivrer la Lettre de voiture (document qui permet aux chauffeurs de voyager sans subir les tracasseries de la police et de la Douana) à tout transporteur ayant contracté avec ces commissionnaires clandestins. Toute chose qui a immobilisé sur place à Douala plusieurs camions en partance au Tchad pendant plusieurs jours, à Douala, en février 2009.

Par ailleurs, le Bgft a du balayer également dans la cour du Sntrc, afin de mettre de côté quelques responsables accusés de connivence avec les fraudeurs. C’est le résultat de ces mesures, parfois controversées, qui ont permis à ce secteur de sortir de la zone de turbulences.


Source: La Nouvelle Expression


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
transports  transformation  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 1 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site