Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Société
Tourisme : le potentiel gaché de Kribi
(22/09/2008)
Retour sur le reportage mené par Cameroon-Info.net sur la ville de Kribi et sa perte de compétitivité touristique
Par Jean Bruno Tagne
La ville de Kribi
La ville de Kribi

Les plages de Kribi sont désertes ce samedi 13 septembre 2008. Pas grand monde dans les multiples hôtels-pied-dans-l’eau que compte cette cité balnéaire située dans la province du Sud, département de l’Océan. Sur la plage de la Résidence July, l’un des hôtels de la ville, seuls deux touristes marchent paisiblement sur le sable en se laissant caresser par les vagues qui viennent échouer à leurs pieds. Quelques pêcheurs ramassent des coquillages et lancent leurs filets.

L’air ici est frais et le paysage magnifique. Il l’est encore plus lorsque la nuit commence à tomber. On voit alors le soleil poindre à l’horizon et faire une ligne au milieu de cette mer qui s’étant à perte de vue, comme si le soleil tombait dans l’eau. Le couché du soleil est exceptionnel. 

A 7 km de là, se trouvent les chutes de la Lobé. Il s’agit de la rivière éponyme qui se jette dans la mer par cacade. Un phénomène exceptionnel et unique au monde, de l’avis de certains fonctionnaires du ministère du Tourisme.

Kribi et la mer

Ce tableau pourrait donner l’impression que Kribi est une espèce de Acapulco ou de Marbella camerounais. Que non ! Les belles plages, les chutes, le couché du soleil, etc. sont l’arbre qui cache la forêt. Kribi est en effet une ville au potentiel touristique sous exploité. La ville est salle, les routes mauvaises, la broussaille partout et aucune politique de développement. L’urbanisation est lamentable.

La plage et les belles allées de Kribi
Pour en avoir le cœur net, nous nous sommes rendus au ministère du Tourisme pour avoir une idée précise sur ce qui est fait pour développer le potentiel touristique de cette ville. Après nous avoir tourné en bourrique dans les multiples services et directions du ministère du Tourisme, nous n’avons rien eu de bon, de concret. Tout juste M. Mohamadou Kombi de la direction de la planification au ministère nous a-t-il appris qu’il y a, en partenariat avec l’Unesco, un projet sur la protection des tortues marines dans la région de Kribi et ainsi qu’un projet pour l’érection des chutes de la Lobé dans le rang du patrimoine de l’humanité. Pour le reste, navigation à vue.

Kribi est une ville très attrayante




Impossible d’avoir des statistiques récentes sur le nombre de visites touristiques dans la ville, sur l’apport des revenus issus du tourisme dans cette ville dans l’économie camerounaise, etc.

Kribi Le décor est moins joli dans certaines zones
Les seuls qui semblent profiter de cette ville ce sont les propriétaires d’hôtels qui logent les touristes et quelques Camerounais nantis qui peuvent s’y payer un séjour. « Nous accueillons les gens ici en fonction des périodes. En ce moment ce n’est pas la grande affluence parce que c’est la fin des vacances. Mais il y a quelque temps, nous étions vraiment très sollicités, full tous les jours », confie une des réceptionnistes de la Résidence July. « La prochaine période faste ce sera celle des fêtes de fin d’année, c’est-à-dire fin décembre et début janvier», , ajoute-t-elle.
L'autre visage de Kribi

Selon Martial Ateba Mboudou, agent touristique, la destination Kribi n’est plus très prisée. « En fait, à part les plages, les chutes, il n’y a plus rien. J’ai souvent amené des touristes ici pour passer une semaine et au bout de trois jours ils se lassent. En fait rien n’est fait pour que cette ville soit une cité de rêve », pense-t-il.
Kribi - Un hotel délabré
 
Il ajoute que la nouvelle destination la plus prisée des touristes c’est la partie septentrionale du Cameroun. « Une ville comme Kribi doit susciter une politique pour son développement. Lorsqu’un homme d’affaire veut faire des choses pour développer la ville, on l’écrase avec les impôts et les tracasseries administratives. Or il faut faciliter l’investissement par exemple avec des avantages fiscaux qui doivent inciter les gens à y investir. Mais rien de cela n’est fait et c’est pour ça que Kribi en réalité ne peut plus se vendre à des touristes qui ont été au Kenya, en Tunisie et un peu partout où il y a une véritable politique de développement du tourisme », martèle Martial Ateba Mboudou.



Source : Cameroon-info.net




Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
tourisme  kribi  société  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 1 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site