Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Société
Quelles sont ces entreprises françaises présentes au Cameroun?
(02/07/2013)
Mardi 19 février, une famille de sept Français est enlevée au Cameroun. Ils venaient de visiter le parc naturel de Waza, dans l’extrême nord du pays, à la frontière avec le Nigeria. Ils font partie de ces milliers de Français présents dans le pays, désormais appelés à quitter au plus vite la région. Une décision qui pourrait toucher directement les centaines de filiales françaises, pourtant bien ancrées dans le paysage camerounais.
Par Jolpress.com
Plus de 6000 Français résident au Cameroun
Au 31 décembre 2011, ils étaient exactement 6183 à être inscrits au registre des Français établis hors de France, selon le ministère des Affaires étrangères.

Ils sont répartis en deux circonscriptions consulaires, celle de Douala, capitale économique du Cameroun et plus grande ville du pays, située en bordure de l’océan Atlantique, où se trouvent environ 3500 Français ; et celle de Yaoundé, la « ville aux sept collines », capitale politique du Cameroun, seconde ville du pays en nombre d’habitants. Ils sont plus de 2600 Français à habiter cette ville située au cœur du pays.

Les entreprises françaises maintiennent près de 140 filiales
Longtemps occupé par les Allemands, le Cameroun est divisé en deux à la fin de la Première Guerre mondiale. La France occupe la partie orientale, et le Royaume-Uni obtient la partie occidentale.

Après avoir accédé à son indépendance en 1960, et en dépit de la longue crise que le pays traverse entre 1986 et 1994, les entreprises françaises ont maintenu leur présence, avec une centaine de filiales qui emploient quelque 30 000 personnes. Plus de 200 entreprises appartiennent à des ressortissants français, dans tous les secteurs d'activité (pétrole, bois, BTP, distribution, banque, transport…).

La France, premier investisseur étranger au Cameroun
« La France est de très loin le premier investisseur étranger au Cameroun. Les intérêts français sont présents dans tous les secteurs de l'économie camerounaise », rappelle la Maison des Français de l’étranger (MFE), rattachée au ministère des Affaires étrangères.

Le Cameroun se classe au 48ème rang mondial des stocks d’investissements directs à l’étranger (IDE) français en 2003. En 2009, le stock est estimé à 650 millions d’euros (- 426 milliards de francs Cfa. Le pays se situe par ailleurs au 28ème rang des pays d’accueil de flux d’IDE sortant de France en 2004.

Depuis 1994, les flux d’investissements français – y compris les bénéfices réinvestis – vers le Cameroun témoignent d’une forte volatilité : de 126 millions d’euros en 2003, ils passent à 48 millions d’euros en 2004 et 18 millions d’euros en 2005. Le Cameroun passe ainsi du 44ème au 66ème rang des pays bénéficiaires des flux d’investissement français entre 2004 et 2005.


Au Cameroun, les entreprises françaises sont présentes dans tous les secteurs d’activité
Orange, Bolloré, Société Générale, Total… Les filiales françaises sont nombreuses à s’être installées au Cameroun.

Selon l’ambassade de France au Cameroun, ces filiales sont présentes dans un large panel d’activités, comme le pétrole (Total, Perenco), l’agriculture et l’agroalimentaire (Compagnie fruitière, Vilgrain, Castel), les équipements électriques et informatiques (Schneider, Va Tech, Cegelec), la distribution (CFAO), le ciment (Lafarge), la logistique et les transports (Bolloré, Air France), la téléphonie mobile (Orange), les banques et les assurances (Société Générale, Crédit Lyonnais, Axa), et le BTP (Vinci, Bouygues).

Si la tendance générale est plutôt au maintien des filiales au Cameroun, quelques entreprises françaises ont cependant quitté récemment le pays comme le Crédit Agricole, qui a cédé ses filiales africaines au groupe marocain Attijariwafa en 2011, et Total Exploration-Production, racheté fin 2010 par Perenco, compagnie franco-britannique et plus gros producteur de pétrole au Cameroun.

Une position monopolistique des entreprises françaises ?
L’importante présence française au Cameroun marque une position de quasi-monopole dans les grands secteurs-clés de l’économie camerounaise. Le groupe Bolloré Africa Logistics a par exemple largement investi dans le port autonome de Douala, principale voie de passage des marchandises du pays, obtenant depuis 2004 la concession du terminal pour une durée de quinze ans. Et le groupe Hachette détient presque toute l’édition et la distribution littéraire camerounaise.

Mais c’est sans compter la présence chinoise qui s’est largement intensifiée au Cameroun pendant ces dix dernières années, que ce soit dans le secteur des infrastructures, des télécommunications ou de l’énergie. En 1997, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays était de 100 millions de dollars ; en 2010, ce chiffre atteint le milliard de dollars, selon le conseiller économique de l’ambassade de Chine à Yaoundé, M. Li Changlin. Les entreprises françaises doivent désormais apprendre à jouer des coudes face à l’arrivée de la concurrence asiatique sur le marché camerounais.


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
economie  societe  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site