Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Santé
Le melon : L'anti cancérigène naturel
(28/01/2009)
Il est employé pour combattre le diabète et beaucoup d'autres maladies infectieuses.
Par Léger Ntiga (Quotidien Mutations)
Le melon constituerait un anticancérigène naturel.
Le melon constituerait un anticancérigène naturel.
Le melon ou le cantaloup appartient à la famille des concombres et des courges. Avec sa saveur sucrée, ce fruit rafraîchissant agrémente admirablement tant le petit-déjeuner que le dessert et les entrées. Plusieurs études prospectives et épidémiologiques ont démontré qu'une consommation élevée de fruits et légumes diminuait le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d'autres maladies chroniques. La présence d'antioxydants dans les légumes et les fruits explique cela. Les antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres.

Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans le développement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d'autres maladies liées au vieillissement. Selon des nutritionnistes aussi bien occidentaux que locaux, Pierre Mfomy par exemple, les melons renferment une quantité appréciable d'antioxydants, majoritairement des caroténoïdes, et une certaine quantité de composés phénoliques. Certains facteurs tels que l'entreposage et la transformation peuvent influencer la teneur en antioxydants des melons. À cet effet, des études ont démontré que le fait de couper le cantaloup engendre une diminution de la quantité de caroténoïdes.

Par contre, qu'il soit entier ou coupé, le melon conservé au réfrigérateur sur une période d'un peu plus d'une semaine ne perdrait que 10% à 15% de son contenu en caroténoïdes. Les caroténoïdes sont des composés possédant des propriétés antioxydantes. Une variété dénommée le melon amer du nom anglais du charantia de Momordica, une treille dont les feuilles et les fruits verts, bien qu'amers, ont été employés pour combattre le cancer, le diabète et beaucoup de maladies infectieuses. Sa consommation d'après certaines études fortifie l'organisme au point d'être une arme puissante contre le Vih/Sida.

Les livres et les articles concernant le melon amer déclarent que l'extrait des feuilles ou des racines rétrécit des hémorroïdes. Le jus des feuilles est également bon pour empêcher ou diminuer la toux, la fièvre et lutte contre des ascarides lombricoïdes. Censément, il est également employé pour traiter la stérilité chez les femmes et pour alléger des problèmes de foie. De même, le melon amer a une certaine activité antimicrobienne et peut aider à guérir les blessures infectées. Cependant, aucune des utilisations médicinales du melon amer n'a été montrée scientifiquement, bien qu'elles n'aient pas été réfutées, non plus.

L'effet des feuilles amères de melon abaissant le taux du sucre dans le sang parmi des diabétiques est évident indépendamment de la façon dont il est préparé (bouilli) alors mangé, sous forme de thé, de capsule ou de comprimé. Mais des diabétiques devraient être avertis au sujet de remplacer leurs spécialités pharmaceutiques avec les thés, les capsules ou les comprimés amers de melon. Jusqu'ici, des études ont été faites seulement sur un nombre très limité de sujets humains ainsi le melon et le diabète amers ne peuvent pas être marqués concluant. Les fruits et les feuilles du melon amer sont une bonne source des minerais et des vitamines, telles que le fer, le calcium, le phosphore et la vitamine B. Le melon amer devrait être considéré comme une addition dans le traitement du diabète de type 2 Mellitus. Il pourrait réduire probablement la prise de patients des drogues antidiabétiques. Il ne devrait pas cependant, être considéré comme médecine autonome.

Par besoin pour les diabétiques qui veulent essayer le melon amer, de dépenser l'argent en thés, comprimés ou capsules. Ils peuvent le cultiver, l'acheter et le préparer eux-mêmes. Il suffit pour cela d'extraire des feuilles de melon, qu'on lavera et coupera finement. Par la suite, le naturopathe Thomas Ekodo Tsogo conseille d'ajouter six cuillerées à soupe de feuilles coupées en deux verres de l'eau. La bouillir pendant 15 minutes dans un pot découvert. Dès lors, refroidir la cuisson ainsi obtenue et boire le tiers de la tasse trois fois par jour.



Source: Quotidien Mutations


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
melon  anticancérigène  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site