Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Santé
La médecine traditionnelle mise en avant
(01/09/2008)
Lors de la 6e journée de la médecine traditionnelle à Yaoundé, il a été décidé de créer un répertoire de médecine traditionnelle, et de créer une loi sur sa reconnaisssance
Par Panapress
Vers une reconnaissance de la médecine traditionnelle
Vers une reconnaissance de la médecine traditionnelle
L'Afrique va bientôt se doter d'un répertoire de la médecine traditionnelle afin d'éviter de perdre des connaissances dans ce domaine, a annoncé ce dimanche à Yaoundé la ministre sud-africaine de la Santé, Dr Manto Tschabala Msimang, à l'occasion de la célébration de la 6ème journée africaine de la médecine traditionnelle.

Les spécialistes en Santé de l'Union africaine se sont retrouvés ce jour à Yaoundé pour célébrer la 6ème journée africaine de la médecine traditionnelle sous le thème "Le rôle des tradipraticiens de santé dans les soins de santé primaires".

La manifestation a notamment permis d'évaluer le niveau d'évolution de la décennie africaine de la médecine traditionnelle (2001-2011) adoptée en 2001 à Tripoli, en Libye.

Pour Bience Gwanas, commissaire aux Affaires sociales à l'Union africaine, si les chefs d'Etat africains n'intègrent pas la médecine traditionnelle dans leur politique de santé, "ils auront abandonné plusieurs millions de citoyens à la mort".

Environ 80% de la population africaine, a-t-elle indiqué, se traitent à base de la médecine traditionnelle qui leur coûte relativement moins cher que la médecine conventionnelle.

Elle a, à ce propos, invité les Africains à faire comme la Chine où la médecine traditionnelle fait partie intégrante de la politique de santé.



Selon la ministre Manto Tshabala Msimang, présidente de la Conférence africaine des ministre de la Santé, il est question aujourd'hui de se pencher sur la question de la propriété intellectuelle des produits de la médecine traditionnelle et de l'introduction des modules sur celle-ci dans les programmes scolaires et universitaires.

"Car, a-telle, soutenu, on ne peut pas valoriser la médecine traditionnelle si les inventions ne sont pas protégées".

Pour sa part, le directeur régional de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'Afrique, Dr Luis Sambo, a martelé que l'Afrique ne peut réussir l'amélioration de la santé de ses populations à laquelle elle s'attèle aujourd'hui si la médecine traditionnelle n'est pas prise en compte dans les soins de santé primaires.

Il a invité les pays africains à poursuivre le programme d'institutionnalisation de la médecine traditionnelle avec l'aide de l'OMS.

Pour le responsable de l'Association des tradipraticiens du Cameroun, Fai Fomenye, même si les efforts des pouvoirs publics sont louables, beaucoup reste encore à faire pour sortir la médecine traditionnelle des torpeurs dans lesquelles elle se trouve actuellement.

La non prise en compte des tradipraticiens dans l'élaboration de certaines décisions importantes en matière de politique de santé est le principal problème, a-t-il indiqué.

Le Premier ministre camerounais, Epraim Inoni, qui ouvrait les travaux de la 6ème journée africaine de la médecin traditionnelle, a assuré que le projet de loi portant reconnaissance de la médecine traditionnelle sera déposé à l'Assemblée nationale camerounaise pour adoption dans les prochains jours.










Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
santé  médecine traditionnelle  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 4 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site