Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Femmes et Beauté
La Camerounaise Paola Audrey Ndengue présente Fashizblack, magazine de mode
(14/05/2010)
Fashizblack est un magazine de mode en ligne destinée à la communauté africaine. Bonaberi.com est allé à la rencontre de sa créatrice.
Par Redaction Bonaberi.com

Bonjour, pouvez-vous vous présenter à nos internautes ?
Bonjour. Je suis Paola Audrey Ndengue, responsable de publication du webmagazine Fashizblack.

Qu’est-ce que réellement « Fashizblack », et à quel public vous adressez-vous ?
Fashizblack est un magazine en ligne de mode qui existe depuis Septembre 2008. Il s'adresse principalement à des personnes, femmes ou hommes, plutôt intéressées par une mode à mi-chemin entre Afrique et Occident.

D’où vous-est venue l’idée de créer ce magazine, et quel est le but visé ?
L'idée du magazine nous est venue plutôt naturellement. Nous n'avions pas de magazine qui combine ce que nous souhaitions c'est-à-dire d'une part, des tendances Mode avec des pages Shopping véritablement accessibles, et d'autre part, des informations à-propos de créateurs qui réinventent la Mode africaine, loin des clichés des boubous et autres gandouras.

Vous avez commencé par un blog, et Fashizblack n’était pas encore ce qu’il est aujourd’hui. Parlez-nous de cette époque.
A cette époque, nous n'avions aucune ambition particulière. Il s'agissait d'un blog commun, nous recevions les photos de Fashion Addict et autres fashionistas et nous nous chargions de faire la sélection des meilleures. Ensuite, nous les publiions avec une petite revue des bons et mauvais points de la tenue. Nous rédigions aussi des petits conseils Beauté ou Shopping, pour hommes et femmes.




Plus généralement, pouvez-vous nous faire l’historique des évolutions, et les raisons à la base de ces différentes évolutions ?
Fashizblack est né en Décembre 2007 sous la forme d'un blog. Devant le succès que celui-ci a remporté, nous avons peaufiné nos "acquis" et retravaillé le concept pour revenir en Septembre 2008 sous la forme d'un site internet. Par la suite, depuis Février 2009, nous nous sommes arrêtés à la structure d'un magazine Papier virtuel avec le même système de pagination, de couvertures et de mise en page. Afin de pouvoir permettre à notre lectorat de patienter entre deux publications du magazine, nous avons aussi créé un blog actualisé quotidiennement, " L'ENTRE-DEUX " ( iam.fashizblack.com ), qui est relié au magazine mais en reste tout de même indépendant.

Présentez-nous en quelques mots le Fashizblack actuel : que proposez-vous à vos lecteurs ? En quoi faites-vous la différence par rapport aux autres magazines de mode ?
Actuellement, nous proposons plusieurs choses: un résumé des plus grosses tendances (les marques qui les ont imposées, l'historique de celles-ci), des conseils Mode (comment porter les tendances), des pages Shopping pour tous les styles (que l'on soit plutôt StreetWear ou Chic par exemple).

Nous insistons sur des prix qui ne dépassent pas les 300 euros parce que nous avions conscience que notre lectorat cherche une certaine accessibilité des articles. D'autre part, on choisit une thématique Mode (Fashiz'Focus) et nous mettons en avant un créateur africain. Je pourrais citer aussi le Fashiz'Model (sujet sur un mannequin noir), le Fashiz'Runway qui ouvre le magazine (les podiums et Fashion Week), nos Séries Mode ou encore les rubriques Beauté et Culture.

Notre différence réside dans notre format, nos choix éditoriaux et notre ton, qui se veulent le moins complaisant possible.

Avec l’éclosion des stars actuelles – Beyoncé, Rihanna, Lady Gaga… - la mode semble être liée aux facettes affichées par les people dans leurs clips ou différentes sorties. Pensez-vous que la mode soit celle des stars ou qu’elle soit indépendante ?
Je pense qu'il y a une relation d'interdépendance entre les deux. Jusqu'au milieu des années 90 environ, les célébrités de la musique ou du cinéma n'étaient pas véritablement influentes en termes de tendances. L'époque était encore à l'omniprésence des Top Models et des magazines qui avaient pignon sur rue.

Sauf qu'avec le développement de l'ère "Paparazzi", de la "Starification" des stylistes qui sont passé(e)s de l'ombre à la lumière (Rachel Zoe, Patricia Field) et des grandes marques qui ont délaissé les mannequins pour des People (L'Oreal entre autres), les célébrités sont devenues des porte-manteaux, et cela arrange à la fois ces dernières et ceux qui font/véhiculent les tendances.

Entre une robe à fleurs sur le podium d'un défilé et une photo de Rihanna en robe à fleurs à la sortie d'un avion, l'influence immédiate sur la consommatrice moyenne sera plus visible dans le deuxième cas.


Cette jeunesse camerounaise – ou d’ailleurs – orientée vers le côté fashion contraste-t-elle avec la jeunesse camerounaise type, plus proche du Cameroun, ou bien représente-t-elle une facette du Cameroun ?
Je pense que cela représente une facette plutôt. Sans même parler de la diaspora, les jeunes qui résident au Cameroun sont d'une manière générale très sensibles à la Mode, aux tendances, au fait d'être toujours très présentable. Je pense que c'est quelque chose de culturel, que l'on partage avec pas mal de voisins d'Afrique Centrale et francophone.

Comment prévoyez-vous les futures évolutions de Fashizblack ? Un magazine papier est-il envisageable ? Un homme pourrait-il rejoindre le staff ?
Fashizblack est à une période charnière, nous sommes actuellement en train de préparer notre rentrée de Septembre et il y aura un certain nombre de surprises, mais vous vous en doutez, je ne peux absolument rien dire pour l'instant.

Pour votre seconde question, il y a deux garçons dans l'équipe. Nous ne faisons pas de discrimination à l'égard de nos collègues masculins, c'est une question de volonté, travail et de passion. Si la personne que nous avons face à nous souhaite intégrer l'équipe, nous nous concentrons d'abord sur son sérieux et sa réelle motivation.

Nous arrivons au terme de cette interview. Un dernier mot pour les internautes de Bonaberi.com ?
Je préciserai aux lecteurs et lectrices que nous recherchons ponctuellement des modèles (professionnels ou non) hommes et femmes pour certaines séances photos qui apparaissent dans le magazine. Ils peuvent donc se rendre sur notre site Fashizblack.com , dans la section Modèles. Ils peuvent aussi rejoindre nos 11.000 fans sur Facebook et échanger quotidiennement avec nous.


Merci d’avoir répondu à nos questions.
Merci à vous !

Plus de photos de Fashizblack


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
fashizblack  portraits  mode  femmes et beauté  paola ndengue  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 4 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site