Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Histoire
L’épopée des Etoudis
(14/10/2008)
Ils font partie des autochtones de la capitale camerounaise. Mais l’histoire du seul peuple guerrier du grand groupe Fang Bétis du Cameroun, vient de loin et s’étend au-delà de Yaoundé.
Par Jean François CHANNON
La traversée sur le dos d’un serpent

Une vue sur le palais d'Etoudi en arrière plan
Une vue sur le palais d'Etoudi en arrière plan
A Yaoundé, lorsqu’on prononce le nom Etoudi, nombreux sont ceux qui pensent inéluctablement au Palais de l’Unité, le siège de la présidence de la République du Cameroun. Où alors d’autres pensent à l’une des plus grandes agglomérations de la capitale camerounaise, situé à son entrée septentrionale. Pourtant, le mot Etoudi chez les blocs bétis d’Ongola traduit d’abord l’existence d’un peuple.

Un peuple qui fait partie intégrante des Bantous de la forêt équatoriale, ou encore les Pahouins pour reprendre une expression appropriée aux ethnologues. Issue de la grande vallée de la Sanaga, les Etoudi étaient basés autrefois, selon les historiens des grandes migrations du 16 et 17è siècle dans le territoire actuel du département du Mbam et Kim. Précisément au niveau de la zone de Ngambé Tikar et de Yoko. On les appelait alors les Etoundou. Sous la poussée expansionniste de Ousman Dan Fodio qui voulait répandre la religion musulmane au-delà du plateau de l’Adamaoua, les Etoudi, mêlés aux Batis ou encore appelés Ossanaga, et aux Beveck ont commencé leur descente vers le Sud.

Ils vont ainsi s’établir dans un premier temps dans la zone de Mbangassina et Betamba. Mais avec à leurs trousses les guerriers vuté, eux aussi pourchassés par les chevaliers fulbé venus du Nord Cameroun, il leur fallait traverser le fleuve Sanaga qui se dressait devant eux au niveau de l’actuel village Natchigal. Une légende mythique indique ainsi que c’est sous le dos d’un immense serpent que les Etoudi ont traversé le fleuve Sanaga pour se réfugier de l’autre côté de la rive. Il se dit que l’aïeul des Etoudi, le nommé Touràssé aurait alors fait des rites et des incantations, puis a frappé le fleuve avec sa canne. Celui-ci a vu apparaître sur son lit, un immense serpent qui a permis par la suite aux milliers des fils Etoudi et de bien d’autres peuples bétis de gagner l’autre rive. C’est la fameuse histoire du Youm chez les peuples bétis d’Afrique centrale.


Une diaspora importante au Cameroun

Une fois de l’autre côté de la Sanaga, les Etoudi se seraient d’abord établis au lieu dit Esseng Mintesang, juste après Obala, avant de progresser dans leur mouvement migratoire vers leur principal site d’occupation actuel. A savoir dans le département du Mfoundi, la zone des quartiers Nkozoa, Okollo, Olembe, Messassi ou Ekombitié, Emana, Etoudi, Tongolo, vallée de Nlongkak, la grande Rue des manguiers, Elig Edzoa, Ngousso et l’entrée de Nkolodom. Il s’agit de la famille Etoudi Mvog Ekalla, encore appelé Mvog Ondobo. Ils y ont établi leurs villages en attendant qu’arrivent leurs frères qui traînaient encore derrière. Mais avant cela, après la traversée de la Sanaga, au cours du fameux Youm, certaines familles etoudi sont allées aménager du côté de Ndikinemeki en pays Banen. D’autres sont restés à Betamba et Mbangassina. C’est ainsi qu’on retrouve des noms à consonance béti dans ces régions.

Les autres colonnes des Etoudi sont allées vers l’actuel département de la Mefou et Afamba. Précisément du côté de Esse et Awae en pays mvelé. De ce côté on les appelle les Etoulou. On les retrouve aussi dans la zone de Mbankomo, dans le département de la Mefou et Akono. De même qu’ils sont dans l’arrondissement de Metet, et très nombreux dans l’arrondissement de Ngomedzap, département du Nyong et Soo où ils constituent le groupe le plus important.

Dans la province du Sud, la migration de ce peuple a atteint le département de l’Océan. On les retrouve ainsi dans la région d’Akom II. Dans le département de la Mvila, les Etoudi vivent précisément dans la région de Ebolowa et Etotan. Tout comme on les retrouve aussi en bon nombre dans le département du Dja et Lobo. C’est d’ailleurs de ce groupe ethnique des Etoudi du Dja et Lobo que serait issue la mère de l’actuel chef de l’Etat camerounais, Paul Biya. De ce côté on les appelle les Etoundou. Avec la spécificité selon laquelle sur le plan sociologique, les Etotan qui se trouvent du côté d’Ebolowa, ne se marient pas avec les Etoundou de Meyonmessala.

Palais de l’Unité : le totem des Etoudi

Dans le Mfoundi en général, et à Yaoundé en particulier, la place des Etoudi est visible. Non seulement parce que ce peuple est l’un des rares groupes humains de la région d’Ongola qui est situé sur l’axe central Nord, mais aussi parce que sur le plan ethnique, il s’agit d’un groupe humain qui a sa particularité. Richard Etoundi Mbarga, la soixantaine révolue et fils etoudi raconte : “ Il faut bien le comprendre : les Etoudi ne sont pas les Ewondos. Ils sont les Etoudi, un point un trait. On a souvent tendance à assimiler les Etoudi aux Ewondos de Yaoundé. Il s’agit là d’une erreur que les colons ont commis autrefois et que l’administration camerounaise actuelle a eu tendance à maintenir. Les Etoudi sont des Bétis. Ils ont leur culture différente des autres peuples bétis. Ils ont leur chef à Yaoundé. Même dans le temps, celui que les colons avaient désigné comme étant le chef supérieur des Ewondos et des Bene ne pouvait pas se prétendre roi des Etoudi ”.

En fait de chefferie, les Etoudi ont un groupement qui est dirigé actuellement par le chef Ndzana Meye II. Car sur un plan strictement traditionnel, les Bétis en général ne connaissent pas de chef. Mais plutôt le patriarche que les Etoudi appellent le Zomelo’o. C’est à lui qu’appartiennent les grandes décisions de la famille Etoudi. Il les prend après avoir consulté le conseil des sages. Chez les Etoudi, ces sages sont appelés les Ntombah, qui selon la traduction signifie en réalité les nobles. Au dessus de tout ce monde il y a donc le Zomelo’o. Et depuis à peu près une décennie, l’actuel Zomelo’o des Etoudi du Cameroun a pour nom Nti Etoundi Ngoa Laurent Serge. “ Un titre que personne chez les Etoudi, au-delà de sa jeunesse et de son caractère humain, ne lui conteste d’ailleurs. Il a été initié pour cette tâche. On lui a imprégné les valeurs sans lesquelles il serait impossible pour lui d’assumer les fonctions de patriarche Zomelo’o des Etoudi. Vous savez, les Etoudi autrefois étaient guerriers. Mais depuis la fin des guerres tribales et migratoires qui ont suivi, ils ont pris l’habitude coutumière d’être respectueux de la légalité traditionnelle et républicaine. Ce n’est pas un hasard si le Palais de l’Unité est construit sur le territoire des Etoudi. Notamment sur l’une des collines où nos ancêtres effectuaient leurs rites mystiques après qu’ils soient rentrés de leurs randonnées guerrières sur le mont Yéyé situé derrière le site actuel de la présidence de la République ”, explique Richard Etoudi Mbarga.

Et de continuer avec d’autres confidences mythologiques: “ Le fait que le Palais de l’Unité soit situé en ce endroit est certes un motif de fierté pour les Etoudi, mais ce n’est pas un hasard. Le feu président Ahidjo avant de venir construire le palais présidentiel et y habiter a d’abord rencontré les Etoudi. Il en est de même de l’actuel chef de l’Etat. Celui qui y vit comme chef absolu doit savoir qu’en réalité il est béni des Etoudi. Car pour les Etoudi, le Palais de l’Unité est un totem ”. Comme principales élites Etoudi on peut citer entre autres, outre leur “ Zomelo’o ” qui est actuellement ministre des petites et moyennes Entreprise, de l’économie sociale et de l’artisanat, on a les anciens ministres Martin Aristide Okouda, Antoine Tsimi, l’économiste Assiga Ahanda, (par ailleurs époux de madame le chef Assiga), et Noah Bity, le géniteur du célèbre tennisman et chanteur Yannick Noah…

Source : Le Messager


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
etoudis  histoire  fang betis  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 10 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site