Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > People
Jean Marie Gankou, fétichiste ou victime ?
(23/05/2008)
Cameroun: Des proches de l’ex-ministre parlent de manipulations politiques.
Par Lindovi Ndjio
Jean Marie Gankou
Jean Marie Gankou
Des proches de cet ancien membre du Gouvernement soutiennent qu’il n’a jamais voulu attenter à la vie de sa conjointe.

Loin de tout lien avec l’Opération Epervier en cours et qui justifie le séjour de certains anciens gestionnaires de la fortune publique dans les pénitenciers et autres centres de détention de Yaoundé et Douala, la présence de l’ex-ministre Jean Marie Gankou depuis le 16 mai dernier, exhale plutôt une odeur de faits divers. Et suscite une certaine polémique au sujet de laquelle Mme Gankou ne souhaite pas s’exprimer. Contrairement aux informations diffusées depuis l’interpellation de M. Gankou, selon lesquelles l’ancien ministre délégué auprès du ministre des Finances aurait voulu éliminer physiquement son épouse à la demande d’un marabout, des proches de la famille Gankou, parlent de manipulations de rivaux politiques de l’ex-ministre.

Selon une proche de la famille qui a requis l’anonymat, "tout cela n’est qu’un montage.

Mme Gankou était elle-même surprise d’apprendre que son mari voulait la tuer
". Pour autant, il n’en demeure pas moins vrai que des sources crédibles au quartier Etoa Méki font savoir que M. Gankou a toujours fréquenté assez régulièrement une demeure où réside le nommé Lada (le commissionnaire du supposé fétiche, Ndlr) qui serait taximan au quotidien. Selon une connaissance de Jean Marie Gankou, ce dernier "a été contacté par un guérisseur traditionnel qui l’a toujours soigné, pour lui proposer une potion afin que ce lui-ci puisse retrouver sa place au sein du gouvernement, contre une somme de 5.000.000F". Somme que l’ex-ministre n’aurait pas pu verser en totalité. Mais le marché sera conclu. Selon notre source, "des flics auraient été installés dans les environs" de l’hôtel où se passaient les transactions. D’après notre source, "c’est au moment où Jean Marie Gankou demandait comment s’utilise le produit que les éléments de la police ont surgi". Et d’ajouter qu’actuellement, "des pressions sont faites sur Mme Gankou qui n’a porté aucune plainte contre son époux, afin qu’elle accepte que celui-ci voulait la tuer".

Ce qui ne s’éloigne pas beaucoup de la thèse qui a été diffusée dans les journaux depuis quelques jours, à la différence que selon nos sources, il n’y avait aucune intention de tuer quiconque afin de retrouver un poste au sein du gouvernement. On se souvient que dans son édition du samedi 17 mai 2008, le quotidien Le Jour fait savoir que "tout est parti d’une note de renseignement qui a permis l’arrestation, mercredi 14 mai, d’un individu au quartier Etoa Méki nommé Lada. Interrogé, celui-ci aurait déclaré avoir reçu de l’ancien ministre la commande d’un fétiche, contre une forte somme d’argent… Nos sources indiquent que ledit fétiche était destiné à l’élimination physique de Mme Gankou".

Pour quel motif ? C’est le journal L’Anecdote qui croit avoir trouvé la réponse. Sur la base d’informations données par une source "bien informée", le reporter du journal qui s’est révélé sur la scène médiatique par la publication d’une liste de présumés homosexuels en février 2006 affirme qu’en vue d’"un retour au sein du gouvernement", l’ex-ministre aurait voulu "multiplier ses chances de réaliser le rêve".


Source: Quotidien Mutations


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
gankou fétichiste cameroun  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site