Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > News
Infrastructures de transport; business à choix multiple
(27/04/2016)
Il suffit d’un coup d’œil sur les statistiques du réseau routier national, par exemple, pour être facilement convaincu
Par Rédaction:
l’adage populaire (« là où la route passe…)

Le secteur des infrastructures de transport au Cameroun est certainement l’un des plus gros potentiels du pays en matière d’investissement. Tenez : les routes du Cameroun représentent aujourd’hui (chiffres du ministère des Travaux publics), un peu plus de 120.000 km. Dont moins de 7000 km bitumés. Le reste en terre. Alors imaginez seulement la perspective de bitumer l’ensemble du réseau actuel.
Imaginez aussi l’idée de densifier ce réseau dont on sait bien qu’il demeure largement insuffisant. Imaginez enfin tout ce que peut représenter en termes d’opportunités d’affaires, l’entretien de tous ces acquis. Imaginez tout cela et vous aurez toutes les caractéristiques d’une véritable mine d’or.

Les participants à la conférence internationale de Yaoundé auront sans doute l’occasion de s’arrêter sur ce secteur ô combien névralgique pour une quête résolue de l’émergence. Et à coup sûr, ils ne s’empêcheront de relever que, loin de rougir de son réseau routier, le Cameroun gagnerait à voir dans cet état des lieux peu flatteur il est vrai, une source indéniable de création de richesse et d’accélération de la croissance économique.

Comme le ressasse si bien l’adage populaire (« là où la route passe…), un pays qui affiche ses ambitions de développement comme le fait le Cameroun, ne peut se permettre de rester sans routes. La route, c’est l’infrastructure de transport la plus usitée. Pour les déplacements des hommes, mais aussi et surtout pour le transport des biens. La production agricole, par exemple, où le taux de déperdition post-récolte est scandaleux. La faute à l’enclavement de nombreux bassins de production. A l’insuffisance de voies de communication.


Le Cameroun, « terre d’attractivités »

Le secteur des transports est ainsi, dynamique à souhait et diversifié. Dans les villes, se pose un autre problème, dont la solution est aussi une formidable source d’investissement : la mobilité des personnes. Sur ce plan-là également, le Cameroun est une terre en friche où l’on attend de nombreuses initiatives pour suppléer les taxis, motos-taxis et autres transporteurs clandestins.

Les modes de transport par masse restent à explorer de manière organisée. Le bus est à la peine, le chemin de fer (train, tramway et pourquoi pas métro) si timidement abordé. Les aéroports n’y échappent pas.

Et l’on espère vivement que la compagnie nationale Camair-Co va bientôt atteindre sa vitesse de croisière et développer au mieux l’exploitation des destinations nationales. Effet attendu : un impact conséquent sur les infrastructures aéroportuaires de l’intérieur du pays.

Le Cameroun, « terre d’attractivités », c’est aussi cet intérêt réel manifesté par plusieurs investisseurs opérant dans le montage automobile. Ce n’est pas allé plus loin pour le moment. Mais c’est un signe qui ne trompe pas…

Cameroun-tribune Yves ATANGA


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
infrastructures routières  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site