Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Souvenirs
France : L'inconnu de Camair-Co honoré et enterré à Mauregard
(06/05/2013)
Il était décédé dans un vol Camair-Co. La mairie de Mauregard, voisine de Roissy lui a rendu les honneurs et enterré avec dignité
Par Rédaction Bonaberi.com

Il y a 1 mois, un Camerounais avait été retrouvé mort dans la soute d’un avion Camair-Co. Cela avait causé la débandade à Paris, Douala et Yaoundé puisque l’avion avait été immobilisé plusieurs jours, voyant des vols annulés en cascade.

Alors que tout est rentré dans l’ordre pour la compagnie, cet infortuné a été enterré dans l’anonymat le plus complet à Mauregard, une petite commune voisine de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle où l’on a retrouvé le corps.

Totalement abandonné des autorités camerounaises, cet inconnu qui rêvait de jours meilleurs sous des cieux plus cléments aura au moins eu de la France cette reconnaissance et cette dignité que l’on doit accorder à tout être humain à travers des obsèques honorables.

Embarqué dans le train d’atterrissage du boeing de Camair-Co, celui qui a été déclaré mineur par l’autopsie pratiquée en France – entre 15 et 17 ans – est mort asphyxié, et le corps a été gelé pendant la quasi-totalité du vol.

Malgré les détails fournis par la France à l’ambassade du Cameroun en France, impossible d’identifier le défunt. Un permis d’inhumer aura donc été délivré par le parquet des mineurs de Bobigny.

La municipalité de Mauregard a donc aménagé une place dans le cimetière, payé une gerbe de fleurs et les frais d’inhumation : « Il a le droit à un minimum de dignité », a déclaré Marion Blancard, maire de Mauregard, aux journalistes de Le Monde.


A eu lieu alors d’une cérémonie intimiste, avec la maire, Edith Chalvin, secrétaire à la mairie, Christian Daussat-Daure, responsable des services techniques ainsi qu’un ouvrier qui réparait le mur du cimetière et qui s’est joint à l’assistance.

« Faut-il être au désespoir pour tenter un truc pareil, s’est lamentée Marion Blancard. Drôle de destin. Pauvre gosse. Il faut n’avoir plus rien à perdre pour espérer que ça puisse marcher », déclare alors Edith Chalvin. Pour Marion Blancard, habituée chaque année à enregistrer au moins un mort en vol ou dans l’aéroport de Roissy, c’est la première fois qu’elle fait inhumer quelqu’un sous X.

Lors de la cérémonie, Bruno Ravenet lit un poème : « Une voix m’appelle, l’instant est venu / Il me faut partir, je ne peux rester / Dans ce monde-là auquel j’avais cru / Et qui brusquement m’a abandonné / Je vous laisse mes rires / Je vous laisse ma joie / Je ne vais plus souffrir / Alors souriez-moi », avant d’ajouter : « J’ai une pensée pour lui et pour sa famille puisqu’il en a forcément une ».

En ce qui concerne la plaque à apposer sur la tombe, il faudrait mettre l’identité du défunt. La maire de Mauregard se refuse à écrire la seule identité en sa possession, à savoir « X masculin N° 13/0824 ». Elle laisse libre cours à son inspiration. « Inconnu sauf de Dieu ». Et la tombe est mise dans la fosse qui est rebouchée par les fossoyeurs.


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
camair co  souvenirs  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 1 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site