Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Société
En France, les jeunes domestiques-esclaves exploitées pendant 6 ans (étude)
(21/11/2009)
Les jeunes filles étrangères, victimes d'esclavage moderne en France essentiellement en tant que domestiques, sont en moyenne exploitées pendant six ans
Par Le Monde

Le CCEM a publié une étude inédite qui dessine les contours de cette forme de traite à des fins économiques, pour laquelle aucun chiffre officiel n'existe mais que l'association estime "à des milliers" au vu des "200 à 250 signalements pertinents" par an qu'elle reçoit. L'étude a porté sur les 79 personnes que l'association a accompagnées une fois majeures mais qui ont été exploitées mineures. A 96 %, les personnes exploitées sont des femmes et "la domesticité est principal domaine d'escalave de jeunes filles étrangères", a expliqué à l'AFP Sofia Lakhdar, directrice du CCEM. En moyenne, ces jeunes filles sont recrutées à 14 ans - les plus jeunes ont aux alentours de 9 ans - et elles sont exploitées durant six ans, selon l'étude, qui révèle que leurs "employeurs" sont à 49 % des membres de la famille. Quand elles ont quitté leur pays d'origine (Côte d'Ivoire 26 %, Maroc 14 %, Togo 10 %, Sénégal 10 %, Mali 5 %, Cameroun 5 %, Guinée Conakry 4 %, Nigeria 3%, Niger 3 %, Madagascar 3 %, Gabon 3 %), elles avaient eu pour 42 % une offre de travail, généralement de ménage et garde d'enfants, mais 58 % ont cru en de fausses promesses, essentiellement d'être scolarisées et d'avoir une formation.

Arrivées en France, seules 8 % seront effectivement scolarisées (28 % l'étaient dans leur pays d'origine), tandis que 92 % ne mettront pas les pieds dans une école française certaines étant séquestrées, les autres voyant leur liberté de mouvement restreinte à leurs tâches. En moyenne, ces jeunes exploitées travaillaient 15 heures par jour, un travail non rémunéré, et sans jour de repos. 95 % d'entre elles étaient assignées aux corvées ménagères et à la garde des enfants, seules 3 % étaient prostituées en plus des tâches quotidiennes.




Quasiment toutes ont subies divers types de violences : 90 % disent avoir souffert de violences psychologiques (injures, dénigrement, menaces), 75 % des violences physiques et 25 % des violences sexuelles. De plus, 22 % ne mangeaient pas régulièrement et 14 % devaient se contenter des restes, parfois avariés, "un régime qui leur laisse, à l'âge adulte, des carences et engendre des problèmes de santé", souligne Mme Lakhdar. Aucune n'a eu de chambre individuelle. Ces jeunes filles étaient contraintes de dormir dans les chambres des enfants à 41 %, dans le salon, un cagibi ou une cave à 40 %, et seules 24 % ont connu un lit.

Leur calvaire s'est arrêté essentiellement parce qu'elle sont fui (66 %), ou qu'elles ont été mises à la porte (16 %). Elles ont été aidées dans 61 % des cas, notamment par des voisins qui ont pour 40 % des fuyardes proposé un hébergement provisoire.

Source : Le Monde


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
société  racisme  immigration  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 1 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site