Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Points de Vue
Célestin Monga : “Le G20 ne résoudra rien sans l’Afrique”
(20/04/2009)
L’Afrique n’a pas grand-chose à attendre d’un monde occidental qui la méprise. Elle doit prendre son destin en main, dit ce conseiller de la Banque mondiale.
Par Hugo Lindenberg (La Nouvelle Expression)
Célestin Monga s'exprime sur son dernier ouvrage ainsi que sur l'insistance du G20 à vouloir aider l'Afrique sans demander son avis.
Célestin Monga s'exprime sur son dernier ouvrage ainsi que sur l'insistance du G20 à vouloir aider l'Afrique sans demander son avis.
Dans ”Nihilisme et Négritude”, vous décrivez un Cameroun où le pouvoir est corrompu et autoritaire. Vous le qualifiez de vacant. Comme si vous attendiez que les Camerounais se décident à l’occuper…

Le Cameroun est la métaphore d’une Afrique qui cherche ses marques dans un monde qui la méprise. A travers le continent, les peuples montrent beaucoup d’ambition et de courage. Mais la communauté internationale a du mal à les prendre au sérieux.
Quand des gens descendent dans la rue à Kiev ou à Tbilissi, le Bbc et Cnn y plantent leurs caméras pour mettre la pression sur la communauté internationale. Mais lorsque des millions de personnes manifestent à Nariobi ou à Douala pour réclamer la liberté, les grandes chaînes les ignorent. Que Lech Walesa ait été un apprenti électricien n’a jamais posé de problème à la communauté internationale. Mais quand l’année de la création de Solidarnosc, des universitaires ivoiriens se sont soulevés, ils n’ont pas été pris au sérieux.

D’où ce ”nihilisme africain” qui est au centre du livre ?

Les nihilismes africains sont divers et incompatibles avec l’existence d’une nationalité africaine unique. Le nihilisme renvoie à la fatigue de vivre, à une perception de la vanité de tout effort. C’est aussi une manière de célébrer l’absurde au point de mépriser toute tentative de changer la société. De nombreux Africains de toutes conditions sociales n’ont pas besoin de s’imprégner des aphorismes de Cioran pour cultiver le scepticisme. Ce qui ne les empêche pas de survivre à l’angoisse. Le nihilisme, c’est aussi la nécessité de se fixer un but dans la vie, malgré l’idée de l’inutilité, et d’élaborer une philosophie d’existence même lorsque l’on sait que toute chose a le même début la même fin, et que nous allons tous allègrement vers notre mort.

Comme lorsque vous incitez les Camerounais à être objets de leur histoire et non plus des fantasmes des autres. Un clin d’œil au discours de Dakar de Nicolas Sarkozy ?

Non. Je n’ai pas de temps à perdre avec quelqu’un qui semble se complaire si ostensiblement dans son illettrisme. Je suis plus préoccupé par ce que pensent les Africains d’eux-mêmes, par le doute parfois monstrueux qui les habite. Et qui les pousse à quémander la reconnaissance dans le regard des autres. Pour les sortir du piège de leur propre histoire, il faut inculquer aux jeunes l’idée que l’Afrique a contribué à l’histoire du monde, ce qui est vrai.

C’est pourquoi les notions de dignité et d’amour-propre scandent votre récit ?

L’équation secrète de la vie se trouve dans ces mots-là. Ils constituent le cadre référentiel de l’agir humain. Les hommes se tuent moins pour l’argent que pour l’amour-propre, ou pour ce qu’ils croient être des atteintes à leur dignité. Ce sont des leçons de mon père. Il mesurait la valeur d’un homme sur son degré d’amour-propre, visible dans le comportement à l’égard d’autrui.

Le G20, qui regroupe les pays les plus riches du monde, peut-il se faire sans l’Afrique, qui sera l’une des zones les plus touchées par la crise ?

Ceux qui rêvent de la marginalisation de l’Afrique où vivent un milliard d’hommes s’illusionnent. Les grands problèmes actuels ignorent la fracture Nord-Sud et méprisent les frontières. Je ne parle pas seulement des crises financières, mais aussi des batailles politiques, du terrorisme, des flux migratoires, des menaces sur l’environnement. Le G20 est donc une aimable farce. Il ne résoudra rien tant que les représentants des pays dits pauvres ne seront pas invités autour de la table et traités comme de véritables partenaires.

Le récent voyage de Nicolas Sarkozy en Afrique a relancé la polémique sur la Françafrique. Cette époque vous semble révolue ?

Vous plaisantez ? Omar Bongo est au pouvoir au Gabon depuis quarante-deux ans - bien plus longtemps que Robert Mugabe au Zimbabwe. Paul Biya au Cameroun, Eduardo Dos Santos en Angola, et bien d’autres, ont quelque trente ans de magistrature suprême derrière eux et des milliers de cadavres dans leurs placards. N’empêche que la France, patrie des droits de l’homme, les reçoit avec fanfare et tapis rouge ! Un tel mépris n’est réservé qu’à l’Afrique et aux Africains. Imaginez-vous un président français allant faire la bise à Nicolae Ceausescu à Bucarest alors que les prisons sont pleines de militants des droits de l’homme ? Cela dit, c’est aux Africains de prendre leur destin en main ? Ni Sarkozy ni Obama ne feront jamais rien pour eux.

Le débat en France a été relancé sur les statistiques ethniques pour prendre la mesure des discriminations. Y êtes-vous favorable ?

Vous parlez à un économiste qui travaille quotidiennement sur des chiffres, et qui sait donc comment ils peuvent être manipulés pour fabriquer des vérités politiques circonstancielles… En réalité, on n’a pas besoin de statistiques pour voir l’injustice, ni même pour tenter de la réparer. L’algèbre ethnique sert souvent des objectifs non avoués. Le jour où les Français d’origine africaine seront véritablement intégrés, personne n’aura besoin de tenir cette comptabilité ethnique. Qui pense aujourd’hui à tenir des statistiques du nombre de Bretons ou d’Alsaciens au sein de la haute administration française ?


Source: La Nouvelle Expression


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
célestin monga  g20  afrique  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2020. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site