Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > News
Cameroun : Un projet de bauxite et d'aluminum retardé de trois ans
(19/07/2012)
Plus de trois ans après, un projet de construction de 2300 milliards de francs d’une mine de bauxite et une raffinerie d’aluminium sont toujours en attente d’un permis d’exploitation, d’après un communiqué de la compagnie Vendredi dernier.
Par Rédaction Bonaberi.com

Plus de trois ans et un 4.3 milliards de dollars après, un projet de construction d’une mine de bauxite et une raffinerie d’aluminium sont toujours en attente d’un permis d’exploitation, d’après un communiqué de la compagnie Vendredi dernier.

India’s Hindalco, Dubai Aluminium et Hydromine ont annoncé en 2008 leur programme de former la société commune Cameroon Aluminium Limited (CAL) au Cameroun, avec comme objectif d’exploiter les réserves de bauxite à Minim-Martap et Naoundal, dans l’Adamaoua.

« Le coup d’envoi de notre projet a été tant retardé parce que nous n’avons toujours pas de permis d’exploitation », a déclaré Joël Sinquin, directeur adjoint de CAL, lors d’une interview à Reuters.

« Nous sommes en train de mener les négociations avec le gouvernement et espérons nous voir accordée une licence le plus tôt possible, peut-être avant la fin de cette année ou au début de l’année suivante ».

CAL avait prévu de produire 4 à 9 millions de tonnes de bauxite par an à partir de 2014. D’après Joël Sinquin, la société prévoit de démarrer la construction de la raffinerie en 2015 et de débuter la production en 2018.

La raffinerie d’aluminium, avec une capacité de 1.5 à 3 millions de tonnes, serait seulement la deuxième raffinerie d’aluminium en Afrique, l’unique raffinerie étant gérée par Rusal en Guinée.

« Nous prévoyons une production annuelle de 1.5 millions de tonnes d’aluminium par an, doublant ainsi la production continentale actuelle provenant de l’unique producteur en Guinée Conakry qui produit près de 700 000 tonnes par an. Cela pour au moins les deux ou trois premières années, et après cela nous passerons à 3 millions de tonnes par an », a affirmé Joël Sinquin.



L’alumine est le matériau brut pour la production de l’aluminium qui est utilisé pour la manufacture des véhicules, des avions et autres produits domestiques.

« Une fois que nous aurons obtenu le permis d’exploitation, ça prendre deux ans pour une étude détaillée du site minier et trois ans ensuite pour construire la raffinerie avant que la récupération du bauxite ne commence ».

D’après Joël Sinquin, le gouvernement pourrait prendre plus de temps pour l’étude de faisabilité du projet à cause de sa taille, et pourrait aussi chercher à obtenir des garanties que la production commerciale débute bien quand la licence aura été accordée.

Le Cameroun, bien que recherchant à augmenter les investissements dans son secteur minier actuellement sous-exploité, a changé le code minier, insistant sur le fait que les projets doivent apporter les garanties financières adéquates avant l’obtention d’un permis.

Un problème qui n’en est pas un selon SInquin, pour qui les garanties sont implicitement apportées par la solidité financières des entreprises impliquées dans le consortium.


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
news  aluminium  bauxite  economie  mine  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site