Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Points de Vue
Cameroun : moi Joseph, fils de Bamileke
(05/12/2008)
Visite touristique et culturelle du Cameroun et particulièrement de l'Ouest du point de vue d'un bamileke qui s'ouvre vers l'extérieur
Par Tourmagazine.fr
Baham, la chefferie
Baham, la chefferie
« Je suis né à Bafut et je suis fils de roi. J’ai cinq cent deux frères et sœurs et plus de cent cinquante belles-mères, mais nous n’avons tous qu’un seul père et mari, le roi de Bafut. Pour vous, nos anciens colonisateurs, nous sommes Camerounais, mais nous, nous sommes fiers d’être Bamileke et d’avoir su conserver nos coutumes. »

Le jeune homme qui parle nous fait les honneurs du musée de sa « chefferie », qu’il nous fait visiter avec talent et passion. Dans ces provinces de l’ouest camerounais, les chefferies sont une tradition de plus de sept siècles, toujours vivace et parfaitement reconnue par l’administration centrale. Avant la colonisation, c’étaient des micro-royaumes souverains.

Ce sont aujourd’hui des entités mi-politiques mi-religieuses, fédérées par un sentiment d’appartenance à un groupe dirigé par un chef. Ces groupes de tailles inégales – de 5000 à plus de 150 000 habitants – accueillent des familles sans lien de parenté entre elles et ont évolué au fil des conquêtes et des siècles.




N’est pas roi qui veut

Bafut, le roi - photo : Aline Pontailler
Bafut, le roi - photo : Aline Pontailler


La société Bamileke repose sur le dialogue entre deux mondes, celui des ancêtres et celui des vivants. Et le roi est chargé de jouer l’intermédiaire entre ces deux mondes et de maintenir l’harmonie dans ces relations.

Et pour cela, il lui faut démontrer de multiples qualités. Si le pouvoir est généralement transmis de père en fils, ce n’est pas une obligation et tous les fils du chef (plusieurs centaines en fonction du nombre de femmes) peuvent accéder au trône.

En fait, il est choisi le plus souvent par le Conseil des Neuf, qui assiste le chef dans toutes ses décisions, et ne connaît sa nomination que lors des funérailles de son père.

Il doit ensuite faire la preuve de sa fertilité en s’isolant soixante-douze jours (anciennement neuf mois, probablement avant de connaître l’échographie) pour rendre enceinte l’une de ses femmes, de préférence d’un garçon pour la succession…


Un rôle d’intermédiaire indispensable et délicat

Ekkom Nkam, la cascade - photo : Aline Pontailler
Ekkom Nkam, la cascade - photo : Aline Pontailler

Une fois intronisé, lors de grandes fêtes rassemblant tous les chefs du voisinage, le roi gère ensuite son territoire avec l’aide du Conseil des Neuf pour tout ce qui touche à l’administration politique et du Conseil des Sept pour le domaine du religieux.

Il est l’intermédiaire des ancêtres qui détiennent tous les pouvoirs, mais peut être destitué à tout moment par le Conseil des Neuf. Il détient surtout la puissance du « Ké » qui lui permet de se transformer en animal, deuxième élément du monde des vivants, avec lequel le Bamileke négocie souvent pour en faire un totem, une doublure protectrice.



Un habitat qui raconte une histoire

Limbe, la plage - photo : Aline Pontailler
Limbe, la plage - photo : Aline Pontailler


Même si leur architecture est multiple et leur décoration personnalisée, le monde des chefferies est organisé selon des principes intangibles : l’occupation des sols répond à la cosmogonie Bamileke, et se répartit le long d’un axe de vie qui symbolise le passage entre les vivants et les morts.

Quartiers résidentiels des femmes, bois sacré réservé au chef et aux notables, domaines des sociétés secrètes qui régissent les divers secteurs de la vie en communauté, le tout bien sûr interdit aux étrangers, sont reliés par des passages ouverts ou fermés mais toujours en harmonie symbolique avec la nature qui nourrit l’homme africain, ésotériquement et physiquement.

Un voyage à entreprendre les yeux et l’esprit grands ouverts

Costumes grandioses, danses exubérantes, sculptures émouvantes, l’œil du voyageur est à la fête. Le cadre naturel de terre rouge et de forêt luisante fait étinceler les toits aujourd’hui métalliques et les murs de pisé ocre ou de bambou beige.

Pour les nostalgiques d’une Afrique authentique et magique, pour ceux qui peuvent se passer d’hôtels cinq étoiles au confort international, le Cameroun propose un séjour étonnant. « L’Afrique en miniature » dit le ministère du Tourisme.

Sans doute, avec son mystère et son décalage par rapport à notre monde en folie, avec son mode de vie « royal » et pourtant si réellement démocratique, avec ses plages aussi sublimes que désertes autour de Kribi et Limbe, avec ses parcs protégés semés de cascades et peuplés de singes drills colorés, l’ouest camerounais est une destination « émergente » à découvrir d’urgence.

Source : Tour Magazine


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
ouest cameroun  tourisme  points de vue  bamileke  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 7 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site