Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Société
Cameroun : le "poteau" a la côte
(31/08/2009)
Ces livres communément appelés « livres du poteau » sont sollicités pour leur vil prix et surtout grâce à la possibilité qui est offerte aux clients, de procéder à l’échange des livres.
Par Redaction Bonaberi.com (Anne Mireille Nzouankeu)

En cette veille de rentrée scolaire, les étals des librairies font le plein de livres : les trottoirs de Yaoundé aussi. Installés à même le sol, des vendeurs de livres de seconde main encore appelés « livres du poteau », proposent des manuels scolaires et des cahiers. « J’ai de très faibles revenus avec cinq enfants en âge scolaire. Je suis venu changer les livres », explique par exemple M. Bilounga, un client qui justifie ainsi sa présence en ces lieux.

En fait, l’échange de livres comme son nom l’indique, consiste à troquer un livre contre un autre : à condition qu’ils aient la même valeur marchande. Cette valeur étant fixée par le vendeur, il faut très souvent y adjoindre une certaine somme d’argent : le vendeur estimant que le livre qu’il donne est plus coûteux que celui que le client lui remet. Concrètement, lorsqu’un client apporte un livre, le vendeur évalue le prix dudit livre sur la base de son état de délabrement. Ce prix servira alors de base pour l’achat d’un autre livre. Aurélie M. trouvée ce 27 Août 2009, chez Rodrigue un vendeur de livre au marché Mokolo, souhaite changer des livres de la classe de cinquième pour ceux de quatrième. Elle est en possession de 8 livres et voudrait en acquérir 11. Après évaluation et marchandage, Aurélie doit donner la somme de 11.200 Fcfa en plus, pour rentrer en possession de ses nouveaux livres. « Je suis satisfaite car j’ai résolu deux problèmes en même temps. Je me suis débarrassée des anciens livres et j’en ai acquis d’autres à des prix que je trouve raisonnable. S’il avait fallu que j’aille à la librairie, je pense que j’aurais déboursé au moins 35.000 Fcfa », affirme-t-elle avec satisfaction.




Le marchandage est aussi l’une des caractéristiques de la vente des livres usagers. Alors qu’en librairie on achète sans sourciller, la pratique veut que le prix du livre vendu dans la rue soit systématiquement débattu. Face à cette situation, des vendeurs mettent sur pied des stratégies pour continuer de tirer profit de leur activité. « Nous avons ce que nous appelons le prix taxé. Il est généralement très élevé. Après le marchandage du client, nous procédons à une réduction afin qu’il achète le livre au prix réel de vente. Nous sommes obligés de procéder ainsi pour ne pas vendre à perte, car les clients savent qu’en venant chez nous, ils doivent automatiquement obtenir un rabais », explique Rodrigue. Il arrive tout de même que quelques clients se plaignent d’avoir acheté un livre usagé, plus cher que le neuf. « Il faut toujours se renseigner sur le prix du livre neuf avant de se rendre chez les vendeurs de rue », recommande Aurélie, qui dit avoir une bonne connaissance du milieu du « livre du poteau ».

Grâce à ces atouts particuliers, le « livre du poteau » reste la seule chance pour beaucoup d’élèves, de posséder leurs manuels scolaires.




Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
société  poteau  sciences et éducation  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site