Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Société
Cameroun:L’anarchie persiste dans l'Occupation des sols
(02/02/2016)
Le phénomène n’a rien de nouveau. Mais, le sujet est toujours d’actualité. La semaine dernière, il était au centre des travaux d’un atelier relatif à la planification urbaine
Par rédaction

Le phénomène n’a rien de nouveau. Mais, le sujet est toujours d’actualité. La semaine dernière, il était au centre des travaux d’un atelier relatif à la planification urbaine, organisé à Yaoundé par le ministère de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu). « Le visage peu reluisant de nos villes, engluées dans l’anarchie et le désordre urbain, nous interpelle à un sursaut patriotique et républicain », a déclaré sans ambages le chef du département ministériel, Jean Claude Mbwentchou, à l’ouverture des travaux.

Cette sortie démontre à suffisance, pour ceux qui en doutaient encore, qu’il y a du souci avec nos villes.

C’est qu’elles ne paient effectivement pas de mine. Dans les quartiers, vieux ou nouveaux, se développent au quotidien de curieuses juxtapositions. Villas modernes, porcheries, poulaillers. Dépôts de planches, écoles, bars. Puits, latrines, dépôts de gaz, stations-service, maisons d’habitation. « En quête de tranquillité et d’une meilleure qualité de vie, j’ai quitté le quartier surpeuplé que j’ai habité pendant 20 ans pour un quartier naissant qui promettait de répondre aux normes de la modernité.

Mais deux mois après mon installation, je déchante déjà. C’est impossible d’y respirer de l’air pur à cause des puanteurs émanant en permanence des porcheries alentour. A chacune de mes plaintes, mes voisins propriétaires de ces porcheries sauvages m’invitent à m’installer à Bastos », se plaint Agnès Syl, habitante d’un quartier du 5e arrondissement de Yaoundé


Et que dire des constructions qui empiètent sur les servitudes et autres voies d’eau de pluie ? De Yaoundé à Douala, en passant par Kribi, Limbe, Bafoussam, Maroua et bien d’autres villes du Cameroun, les constructions anarchiques constituent un véritable casse-tête. Tant pour les autorités compétentes que pour les populations elles-mêmes. Entre ceux qui conquièrent les lits des cours d’eaux ou les cimetières, les autres investissant les flancs de collines impropres aux constructions et autres marécages, les maires ont, en effet, des difficultés à faire respecter la loi.

L’entêtement des récalcitrants semble même avoir eu à l’usure « les coups de boutoir » des autorités compétentes. Seuls des accidents comme l’effondrement d’un immeuble, d’un mur de soutènement ou encore de graves inondations peuvent désormais amener les populations à réfléchir. Avant de donner le moindre coup de pioche.


Copyright Cameroon Tribunes:Yvette MBASSI-BIKELE


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
urbanisme  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site