Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Présidentielles 2011
Cameroun : Elecam annonce 1800 électeurs pour la France
(26/09/2011)
C'est le nombre d'électeurs camerounais de la diaspora française qui prendront part à la prochaine élection présidentielle du 9 Octobre prochain.
Par Yann Yange
L'Ambassadeur du Cameroun en France, Lejeune Mbella Mbella, lors d'une précédente allocution
L'Ambassadeur du Cameroun en France, Lejeune Mbella Mbella, lors d'une précédente allocution
©Journal du Cameroun
1800 électeurs répartis sur deux espaces géographiques : 1528 électeurs pour la région France Nord et 273 pour la région France sud. Ce sont les chiffres provisoires annoncés hier, 25 Septembre 2011, par l'Ambassadeur du Cameroun en France, M. Mbella Mbella, le consul du Cameroun à Marseille, M. Bewekedi et le délégué régional d'Elecam en France, M. Ahanda, au cours d'un point d'informations organisé dans les locaux de l'Ambassade de France à Paris.

Les Camerounais de France, dont on peut estimer que le nombre d'individus en âge de voter dépasse largement les 20 000 personnes (hypothèse conservatrice), ont donc boudé le droit de vote qui leur a été accordé à cette élection présidentielle; droit qu'ils avaient pourtant réclamé depuis plusieurs années par la voix de diverses organisations et formations politiques de la diaspora.

Interpellé sur ces chiffres anormalement bas par le représentant du SDF, M. Tchakounté, l'Ambassadeur du Cameroun en France, M. Mbella Mbella, a répondu qu'il n'avait pas d'état d'âme à annoncer ces chiffres pour la simple raison que "beaucoup de Camerounais en France sont des binationaux". "J'ai découvert, avec ce scrutin, que les trois quarts des Camerounais résidant en France avaient pris la nationalité française. J'ai été très surpris et je n'ai pas peur de le dire.", a-t-il ajouté.

Prenant le relais de l'Ambassadeur, M. Ahanda, délégué régional d'Elecam pour la France, a par ailleurs précisé que de manière générale, les élections organisées à l'extérieur du pays rencontrent rarement l'assentiment des masses. Prenant ainsi l'exemple du Sénégal lors de l'élection présidentielle de 2007 où, selon lui, les inscrits et les votants étaient très en deçà du potentiel électoral, il a rajouté qu'il fallait relativiser les chiffres camerounais.


M. Ahanda a rajouté par ailleurs que Elecam n'avait pas ménagé ses efforts pour inscrire les Camerounais qui le souhaitaient sur les listes électorales et que pour cela, ils avaient déployé plusieurs antennes un peu partout en France où il y avait une force concentration de citoyens camerounais.

Si les explications du délégué régional d'Elecam sont fondées en partie et qu'il est incontestable que l'antenne de France a effectivement tout mis en œuvre pour inscrire les Camerounais qui le souhaitaient (ouverture 7 jours sur 7 parfois jusqu'à 22h), le chiffre de 1800 électeurs demeure ridicule. L'argument des "trois quarts de Camerounais qui auraient pris la nationalité française" avancé par l'Ambassadeur Mbella Mbella est tout aussi inexact et aucune statistique officielle ne permet de l'affirmer.

En réalité, la désaffection des Camerounais de France pour cette élection s'explique par deux éléments majeurs :
- la première, c'est une méfiance envers Elecam et plus largement vis-à-vis du principe même des élections. Cette méfiance, déjà observée au Cameroun, n'épargne pas les citoyens camerounais de France qui, pour beaucoup, estiment que les jeux sont faits d'avance et que leur voix n'aura aucune valeur ajoutée pour cette échéance électorale;
- la deuxième est la tardiveté du décret d'application de la loi sur la vote de la diaspora. Ce décret est en effet tombé le 8 Aout 2011 et la logistique ne s'est mise en place à Paris qu'à partir du 20 Aout (avec la première réunion et les premières inscriptions). Il ne restait donc que 11 jours à tous les Camerounais pour s'inscrire sur les listes électorales en pleine période estivale.

Une question sous-jacente demeure donc : à quoi cela sert-il de faire voter et décréter une loi à trois semaines de l'échéance fatidique de clôture des inscriptions sachant que les Camerounais résidant en France sont dispersés dans tout l'hexagone et qu'ils ont, plus qu'au Cameroun, de grosses contraintes pour rejoindre les antennes d'Elecam à leur Ambassade à Paris et dans leur consulat à Marseille ? De là à y voir de la manœuvre politique, il n y a qu'un pas.


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
elections presidentielles  yann yange  presidentielles 2011  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site