Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Société
Cameroun : A Yaoundé, les malfrats sévissent
(02/05/2013)
A Yaoundé, de jours comme de nuit les automobilistes et piétons sont attaqués. La sécurité n'est pas assuré par les forces de l'ordre
Par Rédaction Bonaberi.com (Dominque Moukalla)
Le 20 avril, un monsieur avait garé une Mercedes scintillante pour faire des achats au quartier NLONGKAK ; à son retour, une des vitres coté passager brisée, une mallette contenant selon ses dires deux millions de francs Cfa a été dérobée.

Quelques jours plutôt on notait une femme dépouillée de son sac au carrefour « vallée NLONGKAK », sans compter le nombre de méfaits enregistré à l’avenue KENNEDY et au marché central de Yaoundé, tant ces endroits brassent un nombre impressionnant de monde. La technique de ces malfrats, se mêler à la foule et observer.

Aux feux dz NLONGKAK, une source policière affirme « les voleurs se mêlent au vendeur ambulant entre deux files de voiture en forçant les portières des voitures», la même source indique que pas un jour ne passe sans qu’une femme ne vienne au poste déclarer une agression ou un vol. « Lorsqu’il arrachent les sacs, ils s’enfuient dans le quartier)».

Une version confirmée par cette jeune étudiante à l'Université de Soa : "A la mi-Avril, à la montée du Parc entre la Cité Verte et Transformateur, j'étais avec mes cousins en train de rentrer chez moi, lorsqu'un mototaximan m'a arraché mon sac et a disparu dans la nuit. J'ai perdu téléphones, notes de cours et un peu d'argent".

En dehors de ces agressions de basse échelle, en soirée, l’insécurité est plus alarmante. Certains taximen sont de connivence avec des personnes de mauvaise moralité. Il n’est donc pas rare de voir propulsé hors d’un véhicule une dame ou un monsieur après avoir essuyé une agression.


Certaines personnes déclarent que des malfrats sont néanmoins arrêtés, mais comme la vindicte populaire est interdite, malheureusement on les retrouve sitôt libres, d’où un doigt accusateur vers l’autorité en charge de protéger les populations.

« Yaoundé a les possibilités d’éradiquer pas totalement certaines , mais de dissuader le plus de jeunes possible a cette activité qui nuit a la population », déclare un habitant de NLONGKAK, « c’est un problème d’organisation et de volonté ; lorsque HONLONG a été assassiné , vous avez vu le dispositif sécuritaire ? He pense que si un tel dispositif était déployé a NLONGKAK Et dans les zones ou il y a un degré critique d’insécurité, la vie serait plus aisée ».


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
societe  insecurite  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site