Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Portrait
Cameroun : A la rencontre d'Engo, artiste handicapé
(02/01/2010)
Engo fabrique et vend des cartes postales ainsi que des tableaux à l’aéroport de Douala. Malgré son handicap qui ne lui permet pas de se déplacer aisément, il arpente à longueur de journée les magasins et restaurants de cet aéroport pour proposer ses œuvres aux voyageurs.
Par Redaction Bonaberi.com (Anne Mireille Nzouankeu)
Engo, artiste camerounais handicapé
Engo, artiste camerounais handicapé
Le planning de travail de Ngo Ottou Charles Elie, plus connu sous le pseudonyme d’Engo est calqué à celui des départs d’avion de l’aéroport de Douala. Mais en règle générale, « je peins jusqu’à 12h puis je me rends à l’aéroport jusqu’à peu près 19h », explique-t-il. Engo est un handicapé moteur de 38 ans qui fabrique et vend des cartes postales.

Il peint également et propose ses tableaux au même point de vente. Dans l’un des restaurants de l’aéroport de Douala, Engo qui se déplace à l’aide de deux béquilles, passe de tables en tables pour proposer ses créations aux voyageurs en attente de départ.

Il s’agit de cartes postales peintes sur papier glacé et qui décrivent les réalités africaines : des femmes qui pillent dans un mortier, des couchers de soleil sur un village, des hommes qui rentrent de la chasse, des personnes qui dansent autour d’un feu, des cases africaines…etc. Les murs dudit restaurant sont également décorés par ses tableaux.


C’est à l’âge de deux ans qu’Engo perd l’usage de ses jambes à la suite d’une poliomyélite. Malgré son handicap, il poursuit tant bien que mal ses études et se retrouve dans la peinture par hasard. Il y a 8 ans, il héberge pendant quelques mois un ami centrafricain. Cet ami est peintre et Engo commence par vendre ses tableaux.

Avec le temps, il demande à être initié à la peinture et au bout de six mois, il vend désormais ses propres tableaux. « J’ai pensé à l’aéroport car je ciblais beaucoup plus les touristes même si mes ventes ont beaucoup baissé depuis la fermeture de la Camair », avoue-t-il. Face à la baisse de ses revenus, Engo reconnait ne pas avoir pensé à une reconversion mais dit avoir déjà ouvert une échoppe dans un quartier de Douala.

Entretemps, Engo à conquis le cœur d’une dame et est père de trois enfants. Cette compagne qui n’est pas peintre l’assiste tout de même pendant ses travaux. « Elle m’aide par exemple à déplacer les objets lourds », confie-t-il. Engo déclare qu’il « peint environ 100 cartes en trois jours ». Il s’est également arrimé aux nouvelles technologies de l’information et de la communication en créant un blog dans lequel, il expose ses œuvres et parle de son association qui a pour but d’encourager les artistes handicapés.


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
portraits  engo  handicap  art  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 1 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site