Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Clin d'oeil
Cameroun : A la découverte du palais Mandessi Bell de Douala
(15/02/2010)
Cette architecture riche d’histoire et aujourd’hui en décrépitude, a abrité le premier bureau de poste du Cameroun.
Par Redaction Bonaberi.com (Paula Laswell)
Le palais Mandessi Bell
Le palais Mandessi Bell
Le Palais Mandessi Bell fait partie des joyaux architecturaux de la ville de Douala. Construit à l’entrée principale du quartier Bonanjo, il constitue un attrait touristique autant pour les étrangers que pour les locaux.

Ce qui fut la joie et la fierté des peuples Sawa a été construit uniquement à l’aide des briques de terre qui résistent aux intempéries jusqu’à nos jours. Certaines parties du toit sont recouvertes de feuilles de raphia. « Feu mon arrière grand-père a toujours mis en avant les richesses du pays », raconte Daniel Mandessi.

Celui-ci, relate que cette villa a été le premier bureau de poste du Cameroun. Les sept chambres que compte la maison abritaient autrefois les bureaux des agents de la poste camerounaise. « Les anciens combattants camerounais qui allaient lutter pour le compte de la France faisaient passer leurs lettres à leur famille par le palais de mon arrière grand père », se rappelle le petit fils Mandessi.


Maison aux nobles proportions, caractéristique de l'architecture coloniale allemande d'influence classique, a été construite de 1904 à 1910, à la fin de la période de campagne de pacification allemande, qui sera suivie des premiers plans d'urbanisme de la ville.

Son bâtisseur, David Mandessi-Bell, riche planteur et intendant du roi Rudolf Manga Bell, l’a habité jusqu'à sa mort en 1936. Il a ensuite été enterré derrière le palais de justice à Bonanjo. Selon les historiens, David Mandessi Bell est un des premiers Camerounais dont les revenus ne sont pas exclusivement issus de la pêche ou du commerce.

En effet, lorsqu'en 1840 la traite négrière est officiellement interdite, les Douala, voyant disparaître leur monopole commercial, se tournent vers d'autres sources de revenus.

Ils développent des plantations dans le Nkam et le Mungo. Plus petite que les grandes concessions allemandes sur les pentes du Mont Fako, les plantations de feu Mandessi génèrent cependant des revenus qui lui permettront de construire la villa de Mandessi Bell.

Aujourd’hui les murs de la bâtisse sont décrépis, le toit coule à certains endroits, des traces vertes de moisissures sont visibles dès qu’on s’approche de l’ancien palais, toutefois, la villa reste « un monument historique chargé d’histoires », se console un patriarche Douala.

Voir le palais Mandessi Bell en photos


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
culture  clins d'oeil  palais mandessi bell  tourisme  paula laswell  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 11 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site