Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > News
Cameroun - Elecam : les déceptions de Javier Puyol
(13/11/2009)
Le chef de la délégation de la Commission européenne au Cameroun faisait ses adieux au Cameroun hier, 12 novembre 2009.
Par Le Messager (Alain Noah Awana)

Le chef de la délégation de la Commission européenne au Cameroun faisait ses adieux au Cameroun hier, 12 novembre 2009. Il a ainsi offert un dîner d’adieux dans un des hôtels huppés de la capitale camerounaise. Mais avant ce dîner où de nombreux dirigeants du pays et des membres du corps diplomatique étaient présents, l’ambassadeur Javier Puyol a donné une conférence de presse. Face aux médias, il a mal caché sa déception par rapport à certains sujets durant son séjour de 4 ans au Cameroun.

Le chef de la délégation de la Commission européenne a expliqué que l’on attend toujours l’effectivité de l’application de la loi sur la déclaration des biens. Une loi de la Constitution camerounaise qui veut que les Camerounais, de toute obédience politique, ethnique ou religieuse, puisse déclarer leurs biens dès lors qu’ils accèdent à certains postes électifs. Son Excellence Javier Puyol a également exprimé sa déception sur le système électoral camerounais. « Nous avons été dé&ccdil;us de constater que le profil de la plupart des personnes nommées à Elecam [Elections Cameroun, Ndlr] ne correspondait pas à ce que nous attendions alors que c’était l’occasion rêvée de faire preuve de crédibilité », a-t-il dit en substance. En ajoutant qu’il faut non seulement améliorer ce système électoral mais aussi l’organisation même des élections au Cameroun.




« Il faut que les responsables d’Elecam soient capables de le faire et c’est pour cela que je m’inquiète », a-t-il expliqué. L’autre inquiétude, pour ne pas dire déception, vient du fait que 5 ans après le dernier recensement général de la population (qui intervient 18 ans après celui de 1987), les résultats ne sont pas toujours connus. « Alors que c’est important pour le pays puisque cela permet de savoir où et comment investir, quel budget accordé à tel ou tel secteur, comment impulser le développement… », a souligné l’ambassadeur de l’Union européenne. La quatrième déception, et non la moindre, est cette difficulté qu’a le Cameroun d’entamer les réformes. « Avec soixante ministres et assimilés, il est difficile de coordonner tout cela. Je ne suis pas sûr que le Premier ministre a toujours les moyens de coordonner tout cela », fustige l’ambassadeur Javier Puyol.

En quatre années de résidence au Cameroun, le chef de la délégation constate tout de même des points positifs. Il est satisfait par exemple de l’attitude du président Biya sur le problème de Bakassi, le fait qu’il ait signé les accords de partenariat économiques avec l’Union européenne, et engagé la lutte contre la corruption au Cameroun. Il se satisfait également du fait qu’il a retabli le dialogue et relancer la coopération.




Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
elecame  javier puyol  news  politique  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2020. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site