Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Portrait
A la rencontre de Georges Eyango, créateur de EYES CONCEPT
(05/08/2008)
Bonaberi.com est allé à la rencontre de Georges Eyango Essebe, jeune Camerounais domicilié en France et créateur Eyes Concept qui a fait venir la star du hip hop français Booba au Cameroun...
Par Rédaction Bonaberi.com (Casimir W., Eric Y.)
Georges Eyango au Cameroun
Georges Eyango au Cameroun
Il y a 31 ans, voyait le jour à Douala un certain Eyango Essebou Georges. Faisant ses premiers pas à l’école catholique de Bonabéri, puis à l’école « petit Saker » de Deïdo, le système scolaire Camerounais ne lui donne pas la possibilité de présenter le certificat d’études primaires et élémentaires (C.E.P.E). Son père décide alors de l’envoyer poursuivre ses études en France. Et c’est avec brio que ce fils Sawa décroche son baccalauréat en 1995. Tour à tour, il s’inscrira à l’IUT de Saint-Denis puis à l’université de Créteil où il obtiendra une licence en gestion des entreprises. Il s’arrête en année de Maîtrise pour se lancer dans le monde professionnel. Quelques années plus tard, il va concrétiser un projet qui végète en lui depuis fort longtemps et qui porte aujourd’hui le nom de « EYES CONCEPT », entreprise dont la principale activité est liée à l’évènementiel, notamment l’organisation de concerts. Le premier fait d’armes de Georges Eyango a été de faire venir l’un des artistes français les plus en vue dans le hip hop en France, l’illustre rappeur Booba. Il frappe un grand coup en le faisant monter et dévaler sur les marches de la maison du parti à Bonanjo de Douala sans aucun sponsor pour appuyer le projet. Bonaberi.com est allé à la rencontre de ce Camerounais quelques temps après cet événement qui a vu la participation massive de nombreux jeunes Camerounais fanas de hip-hop.

Comment après de si longues études vous retrouvez-vous dans l’organisation de concerts ?

Depuis l’âge de 15 ans, je me retrouve en train d’organiser diverses manifestations à Paris, des fiestas et tout un tas d’autres choses. En grandissant, j’ai commencé à faire des trucs un peu plus grands où je faisais venir des DJs talentueux pour qu’ils mettent l’ambiance. Au bout de 7 ans, j’ai commencé à trouver que risquer le double voire le triple de mon salaire dans l’organisation d’une soirée par ci par là n’était plus une approche pertinente et j’ai voulu m’orienter vers quelque chose de plus ambitieux et de plus professionnel. J’ai dès lors commencé à travailler sur un vrai projet d’organisation de concerts qui m’a amené à faire plusieurs déplacements au Cameroun dans le cadre d’une étude de marché et de faisabilité. Ce projet baptisé « Eyes Concept » a posé ses premiers jalons avec le concert de Booba il y a quelques mois et arrivera certainement à sa phase de maturation en 2008.

Pourquoi avoir baptisé votre projet « EYES CONCEPT » ?

« EYES » est tout simplement la contraction de mes deux noms de famille : Eyango et Essebou. Et le rajout du mot suivant, « Concept », n’est que le fruit d’une imagination personnelle.

Quel est l’objectif principal de votre structure, au-delà des concerts en eux-mêmes et de la promotion des artistes qui va avec ?

Nous somme partis sur un constat clair que nos société étaient malades de tout, souffraient de toutes sortes de maux. Dès lors, nous avons pensé que les messages que distillent les grosses légumes musicales mondiales à travers leurs chansons dans les spectacles et les concerts que nous organisons pourraient servir de médicaments ou de palliatif. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles le slogan de nos concerts est : « des mots des chanteurs contre des maux. »




Booba et Georges dans une radio de Douala
Booba et Georges dans une radio de Douala
Comment avez-vous réussi à convaincre une star comme Booba de venir au Cameroun ?

Quand on veut faire venir quelqu’un comme Booba en concert, on ne cherche pas son numéro. Plutôt celui de son agent. C’est avec ce dernier que la discussion se fait. En réalité, la deuxième fois que j’ai personnellement rencontré ce rappeur franco sénégalais, c’est lorsqu’on était dans l’avion à destination de Douala. La première fois, c’était pour la photo de la bande d’annonce. Bon, c’est vrai que depuis deux années déjà, plusieurs personnes ont tenté en vain de le faire venir au Cameroun et ils n’ont pas forcément réussi. Je crois qu’en ce qui nous cerne, je pourrais dire que ce sont nos conditions pratiques et financières qui ont séduit son équipe.

Plus concrètement ? Des exemples de conditions « pratiques et financières » qui l’auraient séduit ?

Je ne pourrais pas dévoiler le cachet de Booba ici. Mais pour les conditions pratiques, il y a l’avion en 1ère classe, l’hôtel 4 étoiles et tous les frais sur place (alimentaires, séjour, déplacement) qui sont à notre charge bien évidemment.

Certains sponsors de la place Camerounaise vous ont-il soutenu ?

« EYES CONCEPT » n’a pas eu de sponsor pour cet évènement. Ils n’ont pas sûrement cru en nous. Si c’était le cas, ça se saurait su car je ne pense pas qu’un sponsor peut accepter de verser l’argent et ne pas apparaître sur l’affiche.

La plupart des concerts ou des manifestations culturelles télévisées organisées au Cameroun se font sous la houlette d’un sponsor, et ce sont d’ailleurs très souvent les mêmes noms qui reviennent. Investir dans un projet d’une telle envergure sans sponsor n’était-il pas un pari très risqué pour votre structure ?

C’est vrai. Mais nous étions préparé à aller jusqu’au bout de cette aventure. En général, avant de monter dans un taxi, vous avez déjà vos frais de transport en poche. C’est ce que nous avons fait avec EYES CONCEPT, malgré le fait que les sponsors aient douté de nous. J’ai rencontré des amis qui m’ont soutenu et j’ai mis toutes mes économies sur la table pour arriver à boucler tout le budget de ce grand projet.

L’artiste Booba a-t-il été satisfait dans l’ensemble de ce séjour expéditif au Cameroun

Oui, Booba était vraiment content. Quand le concert s’est terminé, il a filé rapidement à l’aéroport ; impératif de temps oblige. C’est donc dans les loges de l’aéroport qu’on s’est entretenus pour la dernière fois. Il était extrêmement heureux. Et c’est plutôt lui qui m’a demandé s’il a assuré. Je lui ai simplement répondu : « chapeau Mister B2OBA, tu as mis le public ce soir en extase. C’était du « pur orgasme ». En tout cas, son passage chez nous lui a beaucoup plu.



Booba sortant de l'hôpital Laquintinie où il a rencontré des malades
Booba sortant de l'hôpital Laquintinie où il a rencontré des malades
Et du côté de « EYES CONCEPT », étiez-vous vraiment satisfaits ?

Extraordinaire. Le public m’avait impressionné. D’abord par le nombre. Plus de 8000 personnes malgré la pluie. Ensuite, par sa maîtrise de tous les titres que Booba a chantés. Vous vous rendez compte que le rappeur lui-même n’en revenait pas. Il était obligé à chaque fois de tendre le micro au public pour partager ces moments de bonheur. Vous savez que généralement, ces chanteurs internationaux pendant les concerts constatent que c’est uniquement leurs grands classiques que maîtrise le public. Tel n’était pas le cas avec Booba. Au lieu de 24 chansons comme initialement prévues, il en a chanté 27. Avec un single inédit de son prochain album sorti cet été et intitulé « B2OBA ». Ce single tourne déjà à paris. Ce n’est que ce titre que le public de douala découvrait ce jour.

Vous avez donc à priori pu éponger l’ensemble des dépenses effectuées pour l’organisation de cette manifestation ?

Sans entrer dans les détails, je dois avouer que ce n’était pas facile. Car les dépenses étaient colossales. Néanmoins, notre satisfaction était plus d’ordre organisationnel. Financièrement, ce n’était pas forcément cela. Mais notre réussite, c’est surtout dans le gain de crédibilité que ce spectacle a permis à « EYES CONCEPT » de glaner. Ce qui signifie que lorsqu’on demain que « EYES CONCEPT » organise une manifestation culturelle, tout le monde se lèvera pour y aller.

Si cette opération « Booba » était à refaire aujourd’hui, avec le recul, la referiez-vous ?

Sans hésitation, je le ferais. Comme vous le savez, j’ai une formation en gestion des entreprises et j’ai un certain recul qui me permet de dire que lorsqu’on se lance dans un bizness, on ne s’attend pas à ce que l’argent tombe du ciel dès les premiers mois. Aujourd’hui, j’ai lancé un bizness pour l’organisation des concerts. A moi de confirmer maintenant, tout en faisant preuve de patience.

Votre cible est-elle uniquement celle des rappeurs de l’hexagone ?

Il n’y a pas de restriction dans le projet « EYES CONCEPT ». Nous ciblons les artistes français, locaux et même américains. On n’en est pas encore aux américains mais je pense qu’on a frappé fort il y a quelques mois avec un français. Et j’ose espérer que bientôt on frappera aussi fort avec les locaux.

Etait-ce la première fois que vous essayiez de faire venir un artiste au Cameroun ?

J’avais déjà travaillé sur un projet qui n’avait pas eu lieu. C’était le projet d’un autre rappeur MATT.

Et qu’est ce qui n’avait pas marché ?

C’est MATT qui n’avait pas marché.

Des projets?

Oui, bien sûr. Notre objectif n’était pas de faire venir Booba et de mettre la clé sur la porte. Nous avons plusieurs artistes en ligne de mire. Certains se sont même personnellement rapprochés de moi lorsqu’ils ont eu l’écho du show de BOOBA. C’est un peu comme les sponsors. Quand vous en avez un gros, les autres suivent. Dès que vous amenez le n°1, le suivant vous appelle.

Quelques futurs noms pour vos prochains concerts ?

Vous savez, notre principe est de ne pas parler d’un projet quand celui-ci n’est pas signé.

Où est basée votre structure et combien de personnes en assurent la gestion ?

Ma structure est basée à Noisy-le-Grand mais je compte créer une filiale au Cameroun. Pour le moment, je suis seul et je m’occupe de tout. Pour des raisons pratiques, je ne peux pas m’engager à recruter des gens maintenant. Ça coûte très cher en France pour les payer. « EYES CONCEPT » se résume pour l’instant à Georges Eyango Essebou. Au Cameroun, j’ai eu à travailler avec quelques intermittents ou des temporaires. Vous savez qu’une seule main ne peut pas attacher tout un fagot de bois. J’avais donc besoin des gens pour m’aider à mettre sur pied ce projet.

« EYES CONCEPT » pense t-il au social ?

Bien évidemment. Comme je vous ai dit précédemment, le slogan de notre structure c’est « des mots des chanteurs contre des maux ». C’est ce qui résume notre philosophie. Pour dire que nous sommes déjà intrinsèquement ancrés dans le social. Booba, en marge de son concert à Douala, s’est rendu au chevet des malades de l’hôpital Laquintinie. L’artiste a remis à la maternité de cet hôpital une centaine de palettes d’eau. C’est aussi ça notre but : aider à notre niveau et à notre manière les personnes en difficulté. Surtout que nous n’avions pas de sponsor(s). Nous ferons certainement mieux la prochaine fois avec le soutien des mécènes et des sponsors.

Qu’attendez-vous des médias ?

Qu’ils soutiennent la culture. Un évènement sans sponsor et sans médias ne peut pas réussir. Par contre, ce sont les médias qui attirent le public. La preuve, beaucoup m’ont soutenu pour Booba. Plus de 8000 personnes étaient dans la salle.

Quel message aux internautes de bonaberi.com ?

Ne nullement se décourager dans ce qu’on a envie de faire. Impossible d’atteindre le sommet sans rencontrer les fauteurs de troubles sur son chemin. A vous de garder la foi et de croire en vous. Booba a dit dans l’une de ses chansons : « aller au bout de ses rêves ».

Un dernier mot ?

Vous pourrez retrouver les meilleures images (photos et vidéos) du concert et autres évènement de ma structure sur le site (qui est entrain d’être mis à jour) sur : www.eyes-concept.com




Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
georges eyango  booba  eyes concept  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 8 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site