Bonaberi.com Publicité
Forum Bonaberi.com
Le Cameroun comme si vous y étiez
FAQFAQ RechercherRechercher Liste des MembresListe des Membres Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion
Liberté, Solidarité, Responsabilité: un Cameroun gagnant
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Bonaberi.com Index du Forum -> Les Présidentielles de Béri
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
soleil



Inscrit le: 14 May 2008
Messages: 1637
Localisation: NEMAUSA

MessagePosté le: Tue Jan 06, 2009 2:29 pm    Sujet du message: Re: Pour un Cameroun gagnant Répondre en citant

meb a écrit:
soleil a écrit:
dans le domaine de la santé, tu nous proposes quoi?


Je propose que l'état fasse le maximum possible pour que les citoyens aient accès à la santé. Ce n'est pas juste un problème de droit, c'est un problème d'efficacité. Une société où les citoyens se portent bien est une société qui réussit mieux. Nous constatons actuellement que la part dévolue à la santé est corrélée aux revenus d'un pays. plus le pays est pauvre, moins il y a de moyens pour la santé. Plus il est riche, plus il a de moyens pour la santé.
Il est donc important que mon projet global permette réellement d'aboutir à un Cameroun qui Gagne.
Par contre, à revenus constant, il est important de mettre en place certaines réformes. Actuellement, dans le coût que les citoyens paient pour la santé, il y a une bonne part qui va directement aux prévaricateurs corrupteurs. la lutte globale contre la corruption, la meilleure gestion des ressources allouées au ministère (meilleur contrôle de l'attribution des marchés et des réalisations). Quand les citoyens paieront le prix réel de ce qu'ils consomment, un grand pas sera déjà fait.
Dans la santé il y a les infracstructures et les soins qu'elles permettent, et il y a le coût dont doivent s'acquitter les patients.
J'ai déjà dit que dans mon projet, et puisque l'enfance est ce qu'il y a de plus important, les patients paieront en fonction de leurs revenus pour les soins des enfants. La même chose sera faite pour les personnes âgées tant le respect que nous leur devons est primordial. le sytème ne peut malheureusement être étendu à toute la population vu le niveau économique actuel du Cameroun.
Concernant les infrastructures, à budget équivalent, nous aboutirons à de meilleurs résultats grâce au meilleur contrôle dont j'ai parlé plus haut. Nous nous fixons aussi pour objectif chaque année de doter le Cameroun d'un type d'appareils ou de traitement dans un domaine non encore traité. C'est un défi.
Nous solliciterons aussi des collaborations avec les meilleurs établissements du monde pour acquérir diverses expertises. Le coût sera négocié dans les différents contrats que le Cameroun passe avec diverses puissances . Soyez assurés qu'une très grande attention sera portée à tous ces contrats pour que cesse le pillage de nos ressources.
Nous mettrons aussi en place une politique attractive des très nombreux médecins camerounais formés à l'étranger pour qu'ils voient dorénavant un avantage certain à rentrer au Cameroun, pour à leur tout soigner et participer à la formation locale du personnel soignant.
Si tu as des questions précises, là j'ai répondu globalement à une question globale


Merci pour vos réponses.

Tout ceci me parait correct, mais vous mentionnez là un défi que vous vous proposez de relever; Et si jamais vous n'y arrivez pas?

En ce qui concerne l'automédication et la vente à la sauvette des produits de santé, qu'avez-vous prévu?

Aussi , les dispensaires illégaux de quartiers mis en place par des infirmiers que l'on appelle "docta", quelles sont les mesures prises pour combattre ce type d'illégalité?

Merci par avance
_________________
Dieu tout puissant!!!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Tue Jan 06, 2009 3:49 pm    Sujet du message: Re: Pour un Cameroun gagnant Répondre en citant

soleil a écrit:


Merci pour vos réponses.

Tout ceci me parait correct, mais vous mentionnez là un défi que vous vous proposez de relever; Et si jamais vous n'y arrivez pas?

si vous avez bien lu ce que j'ai pu dire jusqu'à présent, je m'efforce de faire des propositions à budget égal. Tant que l'économie ne fabriquera pas de nouvelles richesses (ce que mon plan se propose de faire), nous n'aurons pas de nouvelles rentrées d'argent à moins de s'endetter encore.
C'est pourquoi le défi dont je parle qui est de doter chaque année notre pays d'un nouvel équipement inédit dans le pays est complètement en dehors du budget normal de fonctionnement de la santé. C'est en quelque sorte une cerise sur le gâteau de mon plan santé. Donc si on n'arrive pas à relever le défi chaque année sur les sept ans de mon premier mandat et que l'on parvienne à réaliser mon plan santé, ce sera déjà un grand pas de fait. j'ai donc bon espoir que nous parviendrons à significativement améliorer les capacités techniques de traitement de notre pays.



soleil a écrit:
En ce qui concerne l'automédication et la vente à la sauvette des produits de santé, qu'avez-vous prévu?

L'automédication et la vente à la sauvette sont deux problèmes différents. J'ai par ailleurs proposé de fluidifier l'administration, c'est à dire dans la mesure du possible rendre les différentes démarches administratives plus digestes. Ce n'est donc pas pour coûte que coûte compliquer la vie aux citoyens. pensez vous (là je parle bien sûr de l'auto médication) qu'il faille nécessairement passer chez le médecin, avoir une ordonnance pour un nez enrhumé? pour renouveler sa plaquette de pilule, pour un efferalgan en cas de céphalées? non n'est ce pas, pourtant, même l'efferalgan peut en cas de (très) mauvaise utilisation provoquer la mort. Si vous allez en pharmacie et que l'on vous donne tel ou tel médicament pour tel ou tel problème bénin, n'est ce pas un réflexe le plus courant que de reprendre le même médicament ou même de le conseiller à d'autres en cas de réapparition de ce pb bénin? Comment peut on empêcher ça par la loi?
Ce qu'il faut contre l'auto médication, et en ne voulant pas alourdir la procédure (légaliser pour une ordonnance quelque soit l'achat), c'est une meilleure communication pour que les patients sachent les dangers d'une telle pratique, communication passant par les pouvoirs publics et le corps médical que nous engagerons à nous suivre

Pour ce qui est de la vente à la sauvette, il convient une nouvelle fois d'en identifier les causes. Ce n'est pas parce que les gens vendent que les gens achètent. les gens vendent parce qu'il y a la clintèle pour acheter. pourquoi il y a t'il la clientèle? parce que les produits officiels sont trop chers (et impliquent au préalable de passer par le médecin donc de payer), par rapport aux revenus des citoyens. Il n'y a pas de miracle.
Donc les solutions, avant bien sûr la répression (elle n'a jamais suffi quelque soit le domaine) face aux gens qui vendent véritablement des poisons, existent, et si je peux me permettre de me reciter
- environnement économique: La hausse du niveau de vie (je le repète atteignable par mes propositions économiques et sociales) permettra un accès direct aux produits homologués
- la prise en charge des frais de santé des enfants et des vieillards selon les revenus: vous êtes sans ignorer que les plus malades appartiennent à cette catégorie. Et quand nous disons prise en charge, nous parlons bien sûr des frais d'hôpital et des médicaments. ce qui fait que les plus démunis n'auront quasiment rien à payer pour leurs enfants et leurs vieillards.
- la simplification des démarches. Nous encouragerons les pharmaciens et les médecins à s'unir au moyen d'avantages fiscaux. En cas d'union (présence dans une pharmacie d'un médecin pouvant faire des consultations rapides et par là simplifiant les démarches, plus besoin de payer deux fois), la charge que l'état perçoit pour le médecin sera considérablement allégée.
- La recherche de médicaments génériques. Nous encouragerons réellement les firmes en fabricant à inonder le marché camerounais et pourquoi pas (cela fait partie de la politique d'innovation industrielle que je prône) voir un grand groupe camerounais plancher sur le sujet, afin d'avoir à disposition des médicaments moins chers et d'égale qualité.



soleil a écrit:
Aussi , les dispensaires illégaux de quartiers mis en place par des infirmiers que l'on appelle "docta", quelles sont les mesures prises pour combattre ce type d'illégalité?

Merci par avance


Les dispensaires qui seront ouverts seront ceux qui auront le droit de s'ouvrir. Il n'y aura donc pas de dispensaires illégaux, un peu comme le gvt actuel a combattu depuis l'an dernier les collèges illégaux.
Par contre, attention de ne pas dénigrer un dispensaire officiel n'ayant que des infirmiers et pas encore de médecins. le besoin en médecins est grand et en attendant de le combler, il convient de trouver des solutions intelligents. Bon nombre de pathologies bégnignes peuvent être diagnostiquées et traitées par des infirmiers qualifiées. Les cas graves étant réacheminés vers un hôpital ou médecin se déplaçant pour les traiter. cela fait partie des solutions pragmatiques que nous devons prendre sur le chemin du développement

_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Thu Jan 08, 2009 6:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Discours de Politique et de Philosophie générales

Bérinaute, bérinaute, bien chers compatriotes ;
Si vous lisez ceci c’est que vous êtes intéressés par les éventuelles propositions que je pourrai faire. Et si vous l’êtes c’est parce que vous êtes intéressé de savoir ce que pourrait être un Cameroun gagnant.
Comme j’ai déjà eu à le dire, ce que j’entends par Cameroun qui gagne a des répercussions dans toutes les strates de la vie publique et privée. Sur le plan économique, sur le plan social, sur le plan sociétal, sur le plan des droits et des libertés, sur le plan de l’enseignement, sur le plan de la santé, de l’agriculture, de la culture et des arts, du sport, des institutions et de la diplomatie.
Ce qui doit nous guider, quelles que soient les actions que l’on entreprendra elles seront issues d’un principe simple. Nous voulons des camerounais libres, égaux en droits, responsables de leurs actes dans un Cameroun qui libère les différentes énergies créatrices et qui rayonne dans tous les domaines possibles sur la scène internationale.
Comme je le disais donc cela doit se traduire sur tous les plans, et à travers le présent programme, je m’efforcerai de montrer comment j’entends changer la société camerounaise pour atteindre nos objectifs.
Je tiens à ce stade à préciser que l’éventail de mes propositions se veut respectueux des dépenses publiques. Je ne prévois pas d’augmenter la dette, mais de mieux utiliser les actuelles recettes, de créer des richesses par des mesures précises et pour le reste d’investir sur l’avenir, un avenir aussi à court terme.
Nous procèderons en sept points principaux dont je ferai dans ce post une simple présentation. Je les présenterai ensuite en détail.
La première étape sera d’agir sur le plan sociétal, le plan qui concerne la société, la manière de se comporter en société, les mentalités, les traditions et leur poids. Beaucoup des problèmes que nous traversons actuellement sont conditionnés par des travers de mentalité. Je peux citer pèle mêle le tribalisme, la corruption, l’exclusion des autres, l’abus de pouvoir, l’absence de souci du bien commun etc. Pour chacun de ces problèmes j’identifierai les causes et je proposerai des remèdes. Remèdes qui n’engageront pas de dépenses particulières. J’entends bon nombre de compatriotes se plaindre de tel ou tel travers usuellement reconnu des camerounais. Sur ce forum des gens se sont plaint par exemple de ce qu’on appelle la mentalité camerounaise, ou bien de comment deux « Blancs » voyaient les filles camerounaises. Changer ce genre de vision fait partie des objectifs que nous avons sur le plan sociétal.
La seconde étape consistera, à travers nos mesures économico sociales à poser les jalons d’une politique qui permettra de lutter contre le chômage, de créer des emplois, d’encourager l’initiative industrielle, agricole ou de services à travers des incitations à l’innovation et à l’investissement. La politique fiscale que nous mettrons en place sera l’un des leviers le plus important de cette politique. La politique du logement, problème hautement sensible si il en est, sera aussi abordée.
Le troisième point concernera tout ce qui concerne la santé. Une société avec des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux en bonne santé est la société qui permettra que des gens épanouis donnent le meilleur d’eux-mêmes. Ceci est un chantier vaste, en partant des infrastructures, pour aboutir à un système qui permette au plus pauvres de payer moins que les plus riches pour les mêmes soins, en garantissant que pour tous, le coût global des soins diminue.
Le quatrième point concernera l’éducation. Il est important de continuer à réduire le taux d’analphabétisation, de favoriser l’école primaire pour tous (certes déjà gratuite en théorie dans les établissements publics) en apportant, comme dans le domaine de la santé une politique d’aide à l’accès aux fournitures scolaires selon les revenus des parents. Pour l’enseignement secondaire et supérieur, la clé se jouera au niveau de l’orientation des élèves et la politique d’offre éducative qui devra être harmonie avec le marché de l’emploi.
Le cinquième point aura trait à la gestion de l’état et tout ce que ça comporte. En effet les institutions garantissant la démocratie, une justice indépendante et disposant de suffisamment de moyens, la conception que nous avons du rôle de l’armée et plus globalement la politique de défense, et la fluidification de l’administration sont autant de leviers sur lesquels jouer pour redorer le blason du Cameroun et favoriser son développement.
Le sixième point concernera la diplomatie et les relations extérieures, comment nous voulons que le Cameroun agisse sur la scène internationale. Il s’agira aussi d’exposer notre conception de la CEMAC et plus généralement de l’UA, conception qui au delà de l’économie devra affronter de front les problèmes politiques en garantissant par exemple la fin des coups d’état, le tout dans des environnements démocratiques.
Le septième point présentera enfin la conception que nous avons des arts, de la culture et des sports et le rôle majeur que ces points joueront pour le Cameroun. Le football sport certes majeur ne sera plus seul au milieu de parents pauvres. Les droits d’auteurs, appliqués à une société en développement garantiront de meilleures possibilités de vivre de leur musique aux artistes. Les autres arts seront encouragés, pour promouvoir l’image du Cameroun.

Comme vous le voyez bien chers bérinautes, c’est une tâche ardue que nous relèverons tous ensemble pour avoir un Cameroun qui gagne.

_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Tue Jan 13, 2009 1:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Discours de présentation du slogan.

Chers bérinautes, comme vous avez pu le voir dans mon discours de politique générale, mon programme entend s’attaquer à tous les travers, les points bloquants de la société. Il se fédère autour de trois points : La liberté, la solidarité et la responsabilité.
C’est autour de ces trois points que, en tenant compte des enjeux de l’époque, de la mondialisation, de notre passé historique, de notre situation actuelle, nous parviendrons à bâtir un Cameroun qui gagne.
Pourquoi dis-je que ce n’est qu’avec ces trois points que nous y réussirons ? Laissez-moi-vous l’expliquer, point par point.
La liberté est ce qui permet aux hommes de s’exprimer. Sur tous les plans. Ainsi dans une société libre, on peut entreprendre, on peut créer des choses artistiques, on peut exprimer ses idées politiques, on peut vivre pleinement son identité, on peut rêver à changer les choses. Dans une société libre, les énergies créatrices sont libérées et le meilleur peut jaillir pour la collectivité.
La solidarité est ce qui permet de ne pas laisser sur le bord de la route les plus faibles, économiquement, politiquement, moralement. La liberté doit respecter l’autre, respecter en lui laissant sa part de libertés (prendre en compte les libertés de tout le monde fait partie de la solidarité). La solidarité c’est ce qui permet de construire ensemble une société pour le bien commun. C’est à partir de la solidarité que nous aurons un système de santé qui tient compte des ressources des individus, c’est à partir de la solidarité que notre politique du logement s’appliquera. C’est à partir de la solidarité que nous pourrons mettre en place notre politique agricole collectiviste. C’est à partir de la solidarité que l’on paie ses impôts.
Dans une société solidaire, la valeur de la somme des individus est supérieure à la somme des valeurs des individus.

La responsabilité est ce qui fait que les hommes et les femmes, les jeunes et les vieux aient le courage de faire des choix, d’avoir des initiatives, de faire des erreurs mais d’assumer leurs choix. C’est à partir de la responsabilité que les délinquants, petits et grands, à main armée ou à col blanc rendront gorge de leurs actes. C’est à partir de la responsabilité que nous refuserons l’assistanat, c'est-à-dire par exemple créer un fond de la famille pour payer les mères célibataires comme si elles n’avaient pas de responsabilité dans leur grossesse. C’est à partir de la responsabilité qu’un jeune qui aura été mis au courant du choix de sa filière et des débouchés. C’est à partir de la responsabilité que les médias produiront de meilleurs journaux car ayant compris le rôle d’éducation qui est leur. C’est à partir de la responsabilité que les fonctionnaires feront du meilleur boulot, c'est-à-dire servir les citoyens.
Dans une société responsable, les erreurs sont assumées, et donc reconnues, permettant ainsi à l’ensemble de corriger le tir.


C’est pour cela que j’ai choisi comme slogan de campagne :

Pour une société libre, solidaire et responsable qui fera le Cameroun qui Gagne.

Merci. Les propositions qui vont suivre seront toutes dans le cadre de ce triptyque.
_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Mon Jan 19, 2009 11:09 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mesdames et messieurs, le programme.
En commençant par le sociétal
_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/


Dernière édition par meb le Mon Jan 19, 2009 11:13 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Mon Jan 19, 2009 11:12 am    Sujet du message: Répondre en citant

Programme (1)

I. Sociétal (1)

Le sociétal regroupe tout ce qui a trait aux problèmes de société. Elle aura un impact sur les mentalités, sur les méthodes et sur les moyens pour garantir le fait que l’on vive en étant libres, solidaires et responsables de nos actes.

I.A. Corruption (déclaration de revenus, système d’embauche, système d’attribution des marchés)

Le premier point sur lequel il conviendra d’agir sera la lutte, lutte acharnée, contre la corruption. Ce phénomène est actuellement un fléau minant non seulement notre économie, mais aussi le mode de réflexion des individus, l’image du pays à l’extérieur. Autant de choses qui font que nous ne pouvons rester insensibles. Puisque donc ce fléau a rampé jusque dans les moindres recoins de la société, je serai sans doute amené à y revenir dans d’autres rubriques, ponctuellement, dans un souci de cohérence global.
La première étape consistera à regarder la corruption à col blanc, ie la plus saignante pour l’économie. Alors pour ce point nous disposons de deux critères pour caractériser des enrichissements illicites:
- la manière dont les gens gèrent les ressources dont ils ont la charge, ie la manière dont ils attribuent les contrats, la manière dont ils réalisent les tâches planifiées et budgétisées et plus globalement le budget de leur institution
- l’état dans lequel ils étaient à leur arrivée dans l’institution publique et l’état dans lequel ils sont à leur sortie compte tenu de leur salaire durant leur fonction.

Nous allons commencer par le deuxième point.
1) Déclaration de biens à l’entrée en fonction
Nous savons tous que selon la loi actuelle, elle doit être faite. Mais elle ne l’est pas. A commencer par le président de la république. Nous ajouterons un article qui garantit que sans elle publiée au journal officiel, la prise de fonction est illégale et tout Camerounais pourra assigner en justice pour ce bloquer la prise de fonction, même si les autorités sont complaisantes. Nous exigeons la publication au journal officiel pour que les citoyens puissent la surveiller.

Il peut cependant arriver que les déclarations soient mensongères, c'est-à-dire non conformes à la réalité.

2) Déclaration de biens fallacieuse
Tout citoyen pourra dénoncer à la Conac (organe chargé de la lutte contre la corruption et de procéder aux enquêtes diverses et variées) une déclaration mensongère à son avis. Son nom sera consigné car c’est un acte de responsabilité. Après enquête, si la déclaration est effectivement mensongère, la nomination sera abrogée avec rétrocession des salaires perçus

3) Dénonciation calomnieuse :
Si la personne qui dénonce donne de fausses informations après enquêtes, il sera soumis à une amende forfaitaire. Cela permettra d’éviter les propagations de rumeur et autres dénonciations fantaisistes.

4) Durée du mandat.
Tous les postes obtenus après nomination devront l’être pour des mandats à durée fixe et connue pour faciliter les déclarations de bien à la sortie. Les mandats électifs ont leur durée déjà connue.

5) Déclaration de biens à la sortie
Elle suivra la même procédure que pour la déclaration d’entrée. Elle interviendra à la fin de chaque mandat, quitte à ce que le mandat soit reconduit par une nouvelle nomination ou un nouveau vote. La sanction sera alors financière. Un mois de salaire reçu à rembourser par mois de retard. La conac effectuera des enquêtes spéciales pour tous ceux qui ne la feront pas au plus tard deux mois après la fin du mandat.

6) Inadéquation avec les revenus
En cas d’inadéquation entre la variation de biens et le salaire perçu pendant le mandat, des explications publiques seront demandées, et un procès éventuellement ouvert.

Nous concentrerons maintenant sur la gestion des ressources pendant le mandat. A commencer par l’attribution des marchés.

7) Procédure d’attribution des marchés :
Elle se fera désormais en trois étapes (une de plus qu’actuellement). La structure publique établira d’abord un cahier de charges regroupant ses desideratas et un appel d’offres sera lancé. Les sociétés désireuses de le faire soumissionneront. Trois d’entre elles (ou moins si il y a moins de trois demandeuses) seront sélection par leur proximité au cahier des charges, mais la décision ne se fera plus au sein de la structure (ministère, société d’état), mais par un collectif de 7 personnalités indépendantes.

Cool Constitution et rôles du collectif de personnalités indépendantes :
Chaque année civile, un collectif de 100 personnalités sera sélectionné parmi la société civile, les professeurs d’université, les personnalités reconnues pour leur capacité à appréhender tout problème technique clairement exprimé. Pour chaque marché à attribuer, sept (7) d’entre eux seront sélectionnés « au hasard » deux jours avant la date de réunion. Ce sont eux qui devront choisir parmi les trois dossiers retenus. On évitera ainsi bon nombre de tentatives de corruption. Ils seront indemnisés par forfait chaque fois qu’ils siègeront.

9) Signatures des bons de commande
Dans chaque structure, une division claire sera faite entre l’administratif et technique et la partie financière. Seuls les financiers comptables seront habilités à apposer leur signature sur les bons de commande. Les responsables seront vite trouvés en cas de malversations, ce qui les incitera à plus de respect du bon droit

Comme vous le voyez, ces mesures visent à prévenir les tentations car nous savons que tout homme peut être faillible. Il ne sert à rien de juste poursuivre après que les dégâts aient été faits. Bien sûr il faut que les poursuites aient lieu quand cela s’avère nécessaire.

10) Poursuites
Nous sommes bien évidemment conscients que les esprits malins chercheront et trouveront sans doute des failles, mais seront poursuivis si attrapés. Si les membres des 100 sont pris, la sanction sera plus sévère encore.

Quand on poursuit quelqu’un pour ce genre de faits, c’est à la fois pour l’exemple et pour récupérer les biens détournés. Or les faits montrent que lors des récents procès de l’opération épervier, les sommes récupérées ont été et sont ridicules par rapport aux sommes détournées. Il faut donc adapter la procédure.

11) Poursuite pour les faits commis avant notre prise de fonction
Comme au Gabon, ceux qui seront poursuivis se verront accorder une remise de peine significative en fonction de la somme qu’ils accepteront de rembourser, voire même la liberté assujettie de la suppression des droits civiques. Nous pourrons ainsi rentrer en possession de fortes sommes. Les règles décrites plus haut agiront à partir du présent.


_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Mon Jan 19, 2009 11:13 am    Sujet du message: Répondre en citant

Programme (2)

I. Sociétal (2)

Le sociétal regroupe tout ce qui a trait aux problèmes de société. Elle aura un impact sur les mentalités, sur les méthodes et sur les moyens pour garantir le fait que l’on vive en étant libres, solidaires et responsables de nos actes.

I.A. Corruption (2)

La seconde étape consistera à examiner la corruption dans les étages inférieurs de l’administration (police, justice, douanes, etc…).
Il conviendrait d’abord de voir pourquoi ce genre de phénomènes a lieu. Cela arrive parce que les usagers ne veulent pas s’acquitter du coût de la réglementation : attente à l’hôpital, vignette ou CT auto, coûts de la douane, perte d’un procès, échec à un examen universitaire, etc. Les fonctionnaires de l’état malotrus abusent de cet état de fait en créant parfois des coûts fictifs : donner des notes mauvaises si pas de tchoko, faire patienter plus qu’il ne faut à l’hôpital ou dans une autre administration, etc. Cela ne peut évidemment pas durer. La Conac continuera donc son travail pour détecter ces agents véreux, mais :

12) Participation des citoyens à l’éradication des agents corrompus de l’administration
Nous encourageons les citoyens à être responsables en aidant à éradiquer la corruption. Bien évidemment, une dénonciation se doit de ne pas être calomnieuse, et doit donc être prouvée. Les nouveaux moyens de communications (téléphone faisant photo et mini caméras) les aideront à avoir une preuve. Nous avons plus haut identifié pourquoi les citoyens acceptaient de corrompre. La récompense de leur aide sera la gratuité du service qu’ils demandaient ou qui leur manquaient (vignette gratuite, un mois de soins gratuits et même validation de l’UV du prof véreux). Il faut ce qu’il faut face à ce mal.
Pour que la règle précédente marche,

13) Les agents de la fonction publique :
Au contact du public devront avoir leur nom toujours en évidence (au moyen de badges ou autre) sur leur vêtement. Cela permettra leur identification rapide. Et la peur du gendarme (en l’occurrence potentiellement 20 millions de gendarmes) les aidera à mieux se comporter.


14) Une communication importante sera entreprise à destination du public afin de bien faire comprendre les enjeux de leur participation.

_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Mon Jan 19, 2009 11:16 am    Sujet du message: Répondre en citant

Programme (3)

I. Sociétal (3)

Le sociétal regroupe tout ce qui a trait aux problèmes de société. Elle aura un impact sur les mentalités, sur les méthodes et sur les moyens pour garantir le fait que l’on vive en étant libres, solidaires et responsables de nos actes.

I.B. Tribalisme


C’est un autre grand problème qui mine la société camerounaise. Il est certes moins flagrant qu’il y a quelques années mais certaines de ses racines larvées demeurent bel et bien et doivent être adressées. C’est l’objet de cette sous partie.
Le tribalisme se manifeste par deux facettes d’une même pièce. La première étant que l’on favorise son groupe ethnique, sa tribu par rapport à toutes les autres. En effet l’homme appartient à une famille nucléaire, une famille élargie, un clan ou un village, une région et enfin un pays et très souvent il a une préférence naturelle pour son entité au détriment des autres du même niveau. Ainsi il aime son père plus que son oncle, son oncle plus que tel autre homme du village mais pas de sa famille, cet autre homme plus que l’homme d’une région totalement différente de la sienne, ainsi de suite. Ce qui très logiquement amène à des discriminations à l’embauche, dans la notation, à divers examens, dans le traitement des dossiers administratifs, etc… Autant de freins au développement du pays car les énergies créatrices sont freinées ainsi.
La deuxième facette du tribalisme est carrément la stigmatisation d’une tribu en particulier. Contrairement au premier point, ce n’est plus ma tribu qui est la meilleure, c’est telle ou telle tribu dont TOUS les ressortissants ne valent. Ce qui entraîne les mêmes discriminations que précédemment.
Les parades que je propose sont de deux types : préventif et correctif.
Nous allons commencer par le préventif qui sera lui-même séparé en deux catégories. La première manière de faire de la prévention est de faire que le maximum pour que les gens n’aient pas envie ou l’idée de faire ce qu’on veut empêcher. La seconde manière est de faire que même si ils ont envie, ils ne puissent pas faire. Le correctif consiste à sévir si malgré tout ils parviennent à faire.

Pour prévenir le tribalisme à l’amont, et ayant identifié ses causes (illusion de supériorité ou préjugé négatif à l’encontre de l’autre), nous pouvons postuler qu’un moyen de le prévenir est de remédier à l’ignorance. Ignorance de l’égalité intrinsèque des hommes et ignorance des cultures des autres. Le remède de l’ignorance c’est la découverte et l’apprentissage.

1) Apprentissage des langues nationales aux enfants :
Dans chaque établissement public, les enfants devront choisir une langue à étudier. Le but étant qu’ils apprennent une langue et une culture qui n’est pas la leur (mais pas exclusivement), les langues de la région d’un établissement n’y seront pas enseignées. Ainsi dans la Sanaga on n’étudiera pas le Bassa, et les élèves du coin, pourront découvrir une autre langue, au choix parmi les dix régions du Cameroun. Bien sûr dans le littoral, il pourra y avoir des gens de l’ouest qui choisissent le Bamiléké. Ce sera toujours OK. Mais la majorité des élèves seront touchés. Chaque élève aura au cours de l’année à faire des recherches sur la culture de la langue choisie et exposera en classe. Un prix sera décerné aux meilleurs travaux, dans chaque école, sur le plan départemental, régional puis national.


2) Voyages dans les régions.
Chaque année, des bourses seront attribuées à un nombre d’élèves relativement élevés d’enfants pour qu’ils aillent faire un trimestre dans une famille dans une région. Les élèves seront recrutés par mérite et par adhésion (si le premier refuse, le deuxième devient prioritaire, ainsi de suite), et leurs familles (qui envoient un enfant et reçoivent un autre venant d’une autre région) seront indemnisées raisonnablement.

3) Anonymat administratif.
Chaque administration aura dès ma prise de fonction de définir en 5 étapes clés le processus de traitement d’un dossier, étapes qui seront portées à la connaissance du public. Un citoyen qui voudra faire traiter son dossier, n’aura plus qu’une interface au départ qui enregistrera son dossier en lui donnant un numéro, un peu comme au bac. Ce fonctionnaire interface n’aura d’autres tâches que cet enregistrement. Dans la suite du parcours du dossier, l’information sur le nom du demandant ne sera pas visible par les fonctionnaires. Par contre si on a besoin de le voir à une étape ou à la fin du traitement, un mail automatique sera envoyé à sa boite mail avec son numéro. Il se présentera aux guichets avec le numéro. Son identité ne sera ainsi sue qu’en toute fin et au tout début ; réduisant ainsi les risques à deux interfaces. A noter que ce procédé est aussi efficace pour lutter contre la corruption.

4) Procédures d’emploi dans la fonction publique
Pour les postes nécessitant un concours ou un traitement préalable des dossiers avant entretien, la procédure d’anonymat ci-dessus sera reprise (perfectionnée notamment pour les concours). L’anonymat sera levé en cas d’entretiens ou d’oraux


5) Externalisation maximale du processus d’embauche
Dans la mesure du possible, les entretiens (après la phase d’anonymat) d’embauche pour les sociétés para publiques seront externalisés vers des sociétés privées qui auront fait la preuve de leur compétence. La mesure du possible incluant aussi les budgets pour ce faire.

6) Levée des blocages aux mariages transversaux
Nous le savons tous, dans nos cultures, un mariage est aussi une association de deux familles. A ce titre, certains blocages peuvent intervenir quand l’une ou l’autre des familles est formellement opposée pour des motifs tribaux. Dans ces cas là, et sur étude de dossier, l’Etat pourra venir en aide à ces jeunes. Ce n’est évidemment pas un encouragement à des ruptures familiales, juste une aide à la tombée des préjugés.

Voilà pour ce qui est de la prévention. Reste maintenant à sévir si quelqu’un est pénalement reconnu d’actes de tribalisme

7) Sanctions
Les actes de tribalisme avérés seront désormais punissables par la loi. Au même titre que les actes de racisme dans les pays le sanctionnant. Nous sommes conscients de la difficulté de formaliser un acte de tribalisme c’est pourquoi nous avons insisté sur la prévention.

_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Mon Jan 19, 2009 11:19 am    Sujet du message: Répondre en citant

Programme (4)

I. Sociétal (4)

Le sociétal regroupe tout ce qui a trait aux problèmes de société. Elle aura un impact sur les mentalités, sur les méthodes et sur les moyens pour garantir le fait que l’on vive en étant libres, solidaires et responsables de nos actes.

I.C. Equilibre régional

Cette pratique avait pour but initialement de remédier aux trop grandes disparités entre ressortissants de différentes provinces pour l’accès à divers postes. La logique de l’activité étant basée sur le fait que ce sont les élites qui aideront en priorité le développement de la province. Nous disons que cette logique est biaisée car c’est à l’état de s’assurer du développement harmonieux du Cameroun, et le Cameroun doit recruter en priorité les meilleurs. Mais puisqu’il faut partir d’une situation actuelle, nous ne pouvons pas nier qu’à l’heure actuelle existent de fortes disparités en termes d’éducation, d’infrastructures, d’installations sanitaires, etc entre régions. Notre politique vise à les réparer, mais ça se fera dans des délais. Et entre temps il faut dans la mesure du possible égaliser les chances. C’est pourquoi nous continuerons la politique d’équilibre régional mais en la modifiant fortement de la manière suivante

1) Le pourcentage d’admis sur les compétences
sera monté d’au moins 15% sur chaque concours et s’établira à au moins 60%.
2) Dans la proportion dévolue à l’équilibre régional, la part de chaque région sera calculée en fonction de l’indice de développement de la région (calculée par le ministère de l’économie) et de la population de la région (ceci implique la publication du dernier recensement)
3) Seront compris dans la part dévolue à chaque région, les personnes habitants dans la région en question , quelles que soient les origines tribales. On s’affranchit ainsi des questions ethniques, au profit des chances reçues pendant l’éducation. A titre d’exemple, un Boulou ayant vécu toute sa vie au Nord sera compté dans le contingent du Nord.

_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Mon Jan 19, 2009 11:20 am    Sujet du message: Répondre en citant

Programme (4)

I. Sociétal (4)

Le sociétal regroupe tout ce qui a trait aux problèmes de société. Elle aura un impact sur les mentalités, sur les méthodes et sur les moyens pour garantir le fait que l’on vive en étant libres, solidaires et responsables de nos actes.


I.D. Prostitution et délits actuels de mœurs


1) La prostitution, tant qu’elle engage des adultes consentants ne sera pas un délit
2) Les personnes exerçant cette profession devront se faire connaître administrativement, pour des motifs sanitaires (suivi épistémologique) et fiscales.
3) La prostitution enfantine est interdite
4) L’homosexualité sera dépénalisée
5) Les actes homophobes seront réprimés par la loi.
6) La polygamie ne sera pas réprimée par la loi dès lors qu’elle met en jeu des adultes consentants
7) Les délits de mœurs n’empiétant pas sur la liberté d’autrui seront dépénalisés

I.E. Tradition « castratrices »

Certaines de nos traditions sont malheureusement privatives des libertés et droits pour certains de nos concitoyens. De telles traditions seront combattues sur le plan légal. Nous pouvons citer pêle mêle le servage, la mariage forcé, l’utilisation abusive de la famille, etc… Chaque problème identifié comme rentrant dans cette case verra la législation entrer en vigueur pour sa résolution.


I.F. Droits et libertés


1) le travail des enfants sera interdit. Ils ont droit à leur enfance
2) la liberté religieuse est garantie
3) les sectes seront publiquement recensées par le ministère de l’intérieur pour information des citoyens. Et selon les dégâts causés, pourront être interdites. Une secte étant une entité ayant des effets néfastes sur ses fidèles en termes d’extorsion financière, de préjudice moral avéré ou physique grave.
4) Comme stipulé plus haut, les libertés sexuelles sont garanties.
5) La liberté de penser est garantie, sous réserve de ne pas tomber dans la diffamation et l’atteinte à la vie privée.
6) Presse libre et efficace : Je suis un démocrate, et pour moi la démocratie c'est avant tout le respect, et des libertés et du vote des citoyens. C'est pour cela qu'il sera important d'établir une presse libre et indépendante financièrement car c'est par elle que transite l'information, c'est elle qui éduque et forme les citoyens.
Je les exonèrerai donc de charges sur les publicités qu'elles accueilleront. Ces montants seront déduits du total à imposer. Et ce pour durée de 5 ans, en attendant de voir si leur santé s'améliore. Le prix des abonnements pour la presse (dans une limite de 75 000 pour les individus et 400.000FCFA) sera des déduit des impôts des citoyens et des sociétés. Ainsi ils seront plus inciter à acheter et à garantir des revenus pérennes aux meilleures entreprises de presse (loi du marché). Par contre aucune subvention directe ne sera plus donnée à la presse vu les dérives que cela peut entrainer. J'instaurerai aussi une dépénalisation totale des délits de presse hormis pour les atteintes à la vie privée des personnes

_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Mon Jan 19, 2009 11:21 am    Sujet du message: Répondre en citant

A suivre, le programme économique.
_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Elan D'Anjou De PimPim



Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 10711
Localisation: Dans le Nchoutou

MessagePosté le: Tue Jan 20, 2009 12:19 am    Sujet du message: Répondre en citant

pourquoi " solidarité " ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Elan D'Anjou De PimPim



Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 10711
Localisation: Dans le Nchoutou

MessagePosté le: Tue Jan 20, 2009 12:22 am    Sujet du message: Répondre en citant

meb a écrit:
[size=24]4) L’homosexualité sera dépénalisée
5) Les actes homophobes seront réprimés par la loi.



C'est la folie !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Queen B



Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 15741
Localisation: In the ligth; Under the sun; In his lovely arms.

MessagePosté le: Tue Jan 20, 2009 12:27 am    Sujet du message: Répondre en citant

ElanPimPim a écrit:
meb a écrit:
[size=24]4) L’homosexualité sera dépénalisée
5) Les actes homophobes seront réprimés par la loi.



C'est la folie !


Je te le concède! Les actes homophobes ne peuvent résulter que de la folie.

Les reprimer serait proner la liberté individuelle!
_________________
Go girl!! Keep smiling to life.Un jr j'irais vivre en Théorie; car en Théorie tt se passe bien.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Tue Jan 20, 2009 8:14 am    Sujet du message: Répondre en citant

ElanPimPim a écrit:
pourquoi " solidarité " ?


meb a écrit:
Discours de présentation du slogan.

Chers bérinautes, comme vous avez pu le voir dans mon discours de politique générale, mon programme entend s’attaquer à tous les travers, les points bloquants de la société. Il se fédère autour de trois points : La liberté, la solidarité et la responsabilité.

La solidarité est ce qui permet de ne pas laisser sur le bord de la route les plus faibles, économiquement, politiquement, moralement. La liberté doit respecter l’autre, respecter en lui laissant sa part de libertés (prendre en compte les libertés de tout le monde fait partie de la solidarité). La solidarité c’est ce qui permet de construire ensemble une société pour le bien commun. C’est à partir de la solidarité que nous aurons un système de santé qui tient compte des ressources des individus, c’est à partir de la solidarité que notre politique du logement s’appliquera. C’est à partir de la solidarité que nous pourrons mettre en place notre politique agricole collectiviste. C’est à partir de la solidarité que l’on paie ses impôts.
Dans une société solidaire, la valeur de la somme des individus est supérieure à la somme des valeurs des individus.

_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Tue Jan 20, 2009 8:14 am    Sujet du message: Répondre en citant

ElanPimPim a écrit:
meb a écrit:
[size=24]4) L’homosexualité sera dépénalisée
5) Les actes homophobes seront réprimés par la loi.



C'est la folie !

Nous sommes toujours prêts à discuter avec vous
_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Tue Jan 20, 2009 3:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

betson a écrit:
meb a écrit:
Programme (4)

Cette pratique avait pour but initialement de remédier aux trop grandes disparités entre ressortissants de différentes provinces pour l’accès à divers postes. La logique de l’activité étant basée sur le fait que ce sont les élites qui aideront en priorité le développement de la province. Nous disons que cette logique est biaisée car c’est à l’état de s’assurer du développement harmonieux du Cameroun, et le Cameroun doit recruter en priorité les meilleurs. Mais puisqu’il faut partir d’une situation actuelle, nous ne pouvons pas nier qu’à l’heure actuelle existent de fortes disparités en termes d’éducation, d’infrastructures, d’installations sanitaires, etc entre régions.
[size=15]





Me Meb , pour que toute solution soit efficace , il faudrait déjà définir auparavant la nature des problèmes et les quantifier.
Vous avez fait un bel effort de synthèse et mise en perspective des problèmes que je salue.

Mais sur ce point précis( celui de l'équilibre régional) , j'aimerais savoir quelle est la nature des disparités dont vous parlez ? Avez vous des chiffres à nous communiquer qui pourrait étayer votre programme et disposez vous d'une échéance temporelle de réduction de ces déficits?

Cordialement.


Les disparités dont je parle sont criantes et clairement visibles. Et elles sont de plusieurs ordres:
- les infrastructures: Le manque de routes dans le Sud, je ne parle même pas de l'est ou du grand nord quand on pense que les ministres se sont assis à même le sol quand ils allaient voir la finale de la champions league. Eux avaient un avion au moins car pour le quidam normal, ce sont des journées de trains qu'il faut.
- Ce manque d'infrastructures entraîne de fait un manque de développement car les enseignants ou les médecins qui sont envoyées dans ces régions enclavées, bien souvent refusent d'y rester pour vivre, entrainant un retard dans le développement des personnes et donc de la région.
C'était pour pallier cet état de fait que l'équilibre régional a été mis en place, en comptant comme l'a dit Charles Atéba Eyéné, sur les "élites" pour développer les régions. C'est un échec, le développement doit venir d'une volonté consciente de l'état.

Comme vous le voyez, je pointais là les justifications de la pratique. Les réponses aux différents maux seront apportés en temps et en heures, dans les programmes économique, sanitaire, d'enseignement, etc...
Juste un peu de patience
_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
betson
Petit shabbaeur


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 1175

MessagePosté le: Tue Jan 20, 2009 4:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

meb a écrit:


Les disparités dont je parle sont criantes et clairement visibles. Et elles sont de plusieurs ordres:
- les infrastructures: Le manque de routes dans le Sud, je ne parle même pas de l'est ou du grand nord quand on pense que les ministres se sont assis à même le sol quand ils allaient voir la finale de la champions league. Eux avaient un avion au moins car pour le quidam normal, ce sont des journées de trains qu'il faut.
- Ce manque d'infrastructures entraîne de fait un manque de développement car les enseignants ou les médecins qui sont envoyées dans ces régions enclavées, bien souvent refusent d'y rester pour vivre, entrainant un retard dans le développement des personnes et donc de la région.
C'était pour pallier cet état de fait que l'équilibre régional a été mis en place, en comptant comme l'a dit Charles Atéba Eyéné, sur les "élites" pour développer les régions. C'est un échec, le développement doit venir d'une volonté consciente de l'état.

Comme vous le voyez, je pointais là les justifications de la pratique. Les réponses aux différents maux seront apportés en temps et en heures, dans les programmes économique, sanitaire, d'enseignement, etc...
Juste un peu de patience


Cette question était liminaire et me sert pour introduire une critique de votre réforme de la politique d'équilibre régional;
Car en effet , vous avez dit ceci:


meb a écrit:

Mais puisqu’il faut partir d’une situation actuelle, nous ne pouvons pas nier qu’à l’heure actuelle existent de fortes disparités en termes d’éducation, d’infrastructures, d’installations sanitaires, etc entre régions. Notre politique vise à les réparer, mais ça se fera dans des délais. Et entre temps il faut dans la mesure du possible égaliser les chances. C’est pourquoi nous continuerons la politique d’équilibre régional mais en la modifiant fortement de la manière suivante

1) Le pourcentage d’admis sur les compétences sera monté d’au moins 15% sur chaque concours et s’établira à au moins 60%.
2) Dans la proportion dévolue à l’équilibre régional, la part de chaque région sera calculée en fonction de l’indice de développement de la région (calculée par le ministère de l’économie) et de la population de la région (ceci implique la publication du dernier recensement)
3) Seront compris dans la part dévolue à chaque région, les personnes habitants dans la région en question , quelles que soient les origines tribales. On s’affranchit ainsi des questions ethniques, au profit des chances reçues pendant l’éducation. A titre d’exemple, un Boulou ayant vécu toute sa vie au Nord sera compté dans le contingent du Nord.



En fait dans votre définition de la région d'appartenance , vous faites fi de la notion d'allogènes et autochtones de notre actuelle constitution. Pour vous, la région d'origine sera celle de la résidence familiale plus que celle de la tribu ou ethnie d'appartenance . J'en déduis que vous modifierez la constitution . Là n'est pas d'ailleurs mon grief.

Mon grief vient de ces chiffres que vous nous avancez : minimum de 60% pour le mérite et 40 % réparties selon les régions ( régions selon votre définition). Ceci selon une pondération si j'ai bien compris inversement proportionnelle à un indice similaire à l'IDH. Avec cette méthode, plus les populations d'une région seront riches ( selon votre indice ), moins leur part dans la proportion dévolue à l'équilibre régional sera grande.Je n'ai pas tous les détails constitutifs de votre indice , mais si j'ai bien compris ( détrompez moi sinon), les régions qui gagneront selon votre méthode seront des régions telles que l'extrême nord , alors que celles qui pâtiront seront des régions telles que l'est , le sud ouest ( qui contribuent pour beaucoup dans le PIB du pays par le pétrole et le bois notamment). En plus de cela , les partisans de la défense du droit des minorités pourront vous dire que des ethnies telles les Sawas verraient leur part réduites à la plus simple expression , car minoritaires dans leurs régions d'origine et en compétition avec des "allogènes " ( tels que définis actuellement dans l'attribution des places dues du fait de l'équilibre régional.

Qu'en dites vous?

Je sais que cette question est délicate et épineuse et qu'il faut la prendre à bras le corps . Je sais aussi que vous avez le mérite de poser le problème et non de l'éluder ( ce qui aurait pu être le cas sans que personne ne le relève). Je sais aussi que les autres candidats guettent vos réponses pour s'en servir contre vous .

Mais croyez bien que toutes ces question dénotent de l'intérêt que je porte à à votre programme .

Cordialement.
_________________
Il faudrait veiller à ne pas être un parvenu sans culture ou un ambitieux sans esprit.

Le panurgisme c'est préferer se tromper tous ensemble et la peur d'avoir raison tout seul.
Betson.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Tue Jan 20, 2009 5:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

betson a écrit:
meb a écrit:


Les disparités dont je parle sont criantes et clairement visibles. Et elles sont de plusieurs ordres:
- les infrastructures: Le manque de routes dans le Sud, je ne parle même pas de l'est ou du grand nord quand on pense que les ministres se sont assis à même le sol quand ils allaient voir la finale de la champions league. Eux avaient un avion au moins car pour le quidam normal, ce sont des journées de trains qu'il faut.
- Ce manque d'infrastructures entraîne de fait un manque de développement car les enseignants ou les médecins qui sont envoyées dans ces régions enclavées, bien souvent refusent d'y rester pour vivre, entrainant un retard dans le développement des personnes et donc de la région.
C'était pour pallier cet état de fait que l'équilibre régional a été mis en place, en comptant comme l'a dit Charles Atéba Eyéné, sur les "élites" pour développer les régions. C'est un échec, le développement doit venir d'une volonté consciente de l'état.

Comme vous le voyez, je pointais là les justifications de la pratique. Les réponses aux différents maux seront apportés en temps et en heures, dans les programmes économique, sanitaire, d'enseignement, etc...
Juste un peu de patience


Cette question était liminaire et me sert pour introduire une critique de votre réforme de la politique d'équilibre régional;

J'ai bien fait de rester alors.

betson a écrit:

Car en effet , vous avez dit ceci:


meb a écrit:

Mais puisqu’il faut partir d’une situation actuelle, nous ne pouvons pas nier qu’à l’heure actuelle existent de fortes disparités en termes d’éducation, d’infrastructures, d’installations sanitaires, etc entre régions. Notre politique vise à les réparer, mais ça se fera dans des délais. Et entre temps il faut dans la mesure du possible égaliser les chances. C’est pourquoi nous continuerons la politique d’équilibre régional mais en la modifiant fortement de la manière suivante

1) Le pourcentage d’admis sur les compétences sera monté d’au moins 15% sur chaque concours et s’établira à au moins 60%.
2) Dans la proportion dévolue à l’équilibre régional, la part de chaque région sera calculée en fonction de l’indice de développement de la région (calculée par le ministère de l’économie) et de la population de la région (ceci implique la publication du dernier recensement)
3) Seront compris dans la part dévolue à chaque région, les personnes habitants dans la région en question , quelles que soient les origines tribales. On s’affranchit ainsi des questions ethniques, au profit des chances reçues pendant l’éducation. A titre d’exemple, un Boulou ayant vécu toute sa vie au Nord sera compté dans le contingent du Nord.



En fait dans votre définition de la région d'appartenance , vous faites fi de la notion d'allogènes et autochtones de notre actuelle constitution. Pour vous, la région d'origine sera celle de la résidence familiale plus que celle de la tribu ou ethnie d'appartenance . J'en déduis que vous modifierez la constitution . Là n'est pas d'ailleurs mon grief.

Continuons alors. Je tiens toutefois à stipuler, que dans mon idéal, cette notion serait purement et simplement supprimée étant donné que pour moi il y a avant tout des Camerounais, avant d'avoir des Banen, Bassa, Bamoun, etc... C'est donc le mérite qui doit prévaloir, mais puisque on part d'une situation initiale qui a de fait créé des inégalités entre régions, et donc entre populations de ces régions, il convient de fait d'en tenir compte pour le moment. C'est pourquoi je prône cette réforme.
A noter aussi que j'appelle région ce que l'on appelait autrefois province, une réforme ayant eu lieu récemment.


betson a écrit:

Mon grief vient de ces chiffres que vous nous avancez : minimum de 60% pour le mérite et 40 % réparties selon les régions ( régions selon votre définition). Ceci selon une pondération si j'ai bien compris inversement proportionnelle à un indice similaire à l'IDH. Avec cette méthode, plus les populations d'une région seront riches ( selon votre indice ), moins leur part dans la proportion dévolue à l'équilibre régional sera grande.Je n'ai pas tous les détails constitutifs de votre indice , mais si j'ai bien compris ( détrompez moi sinon), les régions qui gagneront selon votre méthode seront des régions telles que l'extrême nord , alors que celles qui pâtiront seront des régions telles que l'est , le sud ouest ( qui contribuent pour beaucoup dans le PIB du pays par le pétrole et le bois notamment).

Je pense que votre grief tient de l'incompréhension de ce que j'appelle IDH. Il semblerait que vous l'ayiez lié au PIB par habitant (issu d'une simple division entre le PIB issu de la région et le nombre d'habitants). C'est pouquoi vous classez bien l'Est par exemple (je tiens quand même à signaler que même pour l'est, le PIB produit par le bois est directement ingurgité par l'état, et les populations n'ont pas bcp de retombées)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9veloppement_humain
L'indice de développement humain ou IDH est un indice statistique composite, créé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en 1990, évaluant le niveau de développement humain des pays du monde.

Le concept du développement humain est plus large que ce qu'en décrit l'IDH qui n'en est qu'un indicateur, créé par le PNUD pour évaluer ce qui n'était mesuré auparavant qu'avec imprécision. L'indicateur précédent utilisé, le PIB par habitant, ne donne pas d'information sur le bien-être individuel ou collectif, mais n'évalue que la production économique. Il présente des écarts qui peuvent être très importants avec l'IDH


Comme vous le voyez donc mon critère sera pondéré par l'IDH (qui tient compte du PIB par habitant, de l'accès à la santé, à l'éducation, et d'autres facteurs) et la population.
Les régions comme l'est donc ou le grand nord ont les IDH les plus faibles, c'est pourquoi elles seront privilégiées par ma réforme.
En outre à supposer deux régions de sensiblement les mêmes IDH, il est parfaitement logique que celle ayant le plus de ressortissants ait plus de place dans un concours par exemple.
J'espère avoir mieux explicité mon critère cher Betson. Ainsi on sera porté vers une réduction efficace des inégalités. SOLIDARITE


betson a écrit:

En plus de cela , les partisans de la défense du droit des minorités pourront vous dire que des ethnies telles les Sawas verraient leur part réduites à la plus simple expression , car minoritaires dans leurs régions d'origine et en compétition avec des "allogènes " ( tels que définis actuellement dans l'attribution des places dues du fait de l'équilibre régional.

Je vous ai dit que je me mets au dessus de la logique des ethnies. La conception que j'ai de l'équilibre régional est qu'elle ne peut exister maintenant que dans un but de réduction des inégalités, et absolument pas dans un but de faire participer tout le monde à la mangeoire. Ces inégalités ne sont pas dues à une appartenance tribale mais à un vécu dans une région défavorisée.
Si je vous demande entre un Bulu de Sangmelima et un Bami étant né à Sangmelima et y ayant vécu toute sa vie, pour quelle raison le Bulu devrait être avantagé au moment du concours, que me répondrez vous, si ce n'est des choses uniquement basées sur l'appartenance tribale? Ce n'est pas pour rien que ce point intervient juste après le tribalisme dans mon programme. je ne partage pas les logiques ethniques.
Donc à vos élites Sawa en question, je répondrais, que le Littoral (DLA en particulier), étant plutôt bien doté en infrastructures d'enseignement, leurs enfants n'ont qu'à apprendre comme les autres. RESPONSABILITE.

betson a écrit:
Qu'en dites vous?

Je viens de répondre

betson a écrit:
Je sais que cette question est délicate et épineuse et qu'il faut la prendre à bras le corps . Je sais aussi que vous avez le mérite de poser le problème et non de l'éluder ( ce qui aurait pu être le cas sans que personne ne le relève). Je sais aussi que les autres candidats guettent vos réponses pour s'en servir contre vous .


Je ne crois pas qu'ils puissent, sans prétention aucune.

betson a écrit:
Mais croyez bien que toutes ces question dénotent de l'intérêt que je porte à à votre programme .

Cordialement.

Comme le philosophe Elan disait: De la contradiction jaillit la lumière. Je ne serai donc jamais opposé à une de vos questions (que vous avez fort délicieuses) et je vous remercie pour l'intérêt porté.

PS: Je ne suis Me que dans le cadre du tribunal
_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
betson
Petit shabbaeur


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 1175

MessagePosté le: Tue Jan 20, 2009 6:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

meb a écrit:



.
2) Dans la proportion dévolue à l’équilibre régional, la part de chaque région sera calculée en fonction de l’indice de développement de la région (calculée par le ministère de l’économie) et de la population de la région (ceci implique la publication du dernier recensement)




Continuons alors. Je tiens toutefois à stipuler, que dans mon idéal, cette notion serait purement et simplement supprimée étant donné que pour moi il y a avant tout des Camerounais, avant d'avoir des Banen, Bassa, Bamoun, etc... C'est donc le mérite qui doit prévaloir, mais puisque on part d'une situation initiale qui a de fait créé des inégalités entre régions, et donc entre populations de ces régions, il convient de fait d'en tenir compte pour le moment. C'est pourquoi je prône cette réforme.
A noter aussi que j'appelle région ce que l'on appelait autrefois province, une réforme ayant eu lieu récemment.



Je pense que votre grief tient de l'incompréhension de ce que j'appelle IDH. Il semblerait que vous l'ayiez lié au PIB par habitant (issu d'une simple division entre le PIB issu de la région et le nombre d'habitants). C'est pouquoi vous classez bien l'Est par exemple (je tiens quand même à signaler que même pour l'est, le PIB produit par le bois est directement ingurgité par l'état, et les populations n'ont pas bcp de retombées)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9veloppement_humain
L'indice de développement humain ou IDH est un indice statistique composite, créé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en 1990, évaluant le niveau de développement humain des pays du monde.

Le concept du développement humain est plus large que ce qu'en décrit l'IDH qui n'en est qu'un indicateur, créé par le PNUD pour évaluer ce qui n'était mesuré auparavant qu'avec imprécision. L'indicateur précédent utilisé, le PIB par habitant, ne donne pas d'information sur le bien-être individuel ou collectif, mais n'évalue que la production économique. Il présente des écarts qui peuvent être très importants avec l'IDH


Comme vous le voyez donc mon critère sera pondéré par l'IDH (qui tient compte du PIB par habitant, de l'accès à la santé, à l'éducation, et d'autres facteurs) et la population.
Les régions comme l'est donc ou le grand nord ont les IDH les plus faibles, c'est pourquoi elles seront privilégiées par ma réforme.
En outre à supposer deux régions de sensiblement les mêmes IDH, il est parfaitement logique que celle ayant le plus de ressortissants ait plus de place dans un concours par exemple.
J'espère avoir mieux explicité mon critère cher Betson. Ainsi on sera porté vers une réduction efficace des inégalités. SOLIDARITE


J'ai bien compris votre concept et celui de l'IDH et c'est pourquoi je vous posais la question de savoir si vous aviez des chiffres nous permettant de juger les régions plus ou moins favorisées de notre territoire. Ce n'était pas innocent. D'autre part à IDH égal , la proportion de ressortissants sera proportionnelle au poids démographique de la province selon votre système ( Ce qui semble somme toute logique). malheureusement et ( logiquement d'ailleurs) , les régions les plus peuplées sont je le crains , celles les mieux dotés aussi en terme d'indice de développement ( ouest , nord ouest , littoral , centre ...)
Donc et excusez moi de me faire l'avocat du diable, des régions comme l'est et l'Adamaoua sont très très mal barrées en terme de représentativité potentielle dans la part de leur candidats due à l'équilibre régional selon votre schéma.

Mais je vous suis gré de mettre tout sur la table sans duplicité aucune et je partage comme vous le culte du mérite. Je me pose seulement des questions quant à l'acceptabilité de vos réformes et leurs appréciations dans notre opinion publique.















Cordialement.
_________________
Il faudrait veiller à ne pas être un parvenu sans culture ou un ambitieux sans esprit.

Le panurgisme c'est préferer se tromper tous ensemble et la peur d'avoir raison tout seul.
Betson.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Bonaberi.com Index du Forum -> Les Présidentielles de Béri Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Page 2 sur 5

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site
Votre publicité ici ?