Bonaberi.com Publicité
Forum Bonaberi.com
Le Cameroun comme si vous y étiez
FAQFAQ RechercherRechercher Liste des MembresListe des Membres Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion
Chemin vers Pâques - Carême 2014
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Bonaberi.com Index du Forum -> Réligion et Spiritualité
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
amatoyoshi
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 04 Jun 2008
Messages: 4323
Localisation: ad Dominum

MessagePosté le: Wed Feb 13, 2013 2:50 pm    Sujet du message: Re: Chemin vers Pâques - Carême 2013 Répondre en citant

amatoyoshi a écrit:
2013

Revoici venu le temps de se préparer à accueillir La Lumière.
Revoici venu le temps de cheminer vers La source de la Vie.
Revoici venu le carême, temps de pénitence, temps de purification, pour tant de grâces !

Rendons grâce à NSJC qui nous accompagne sur ce chemin de conversion de nos cœurs, de charité inconditionnelle, et de proximité plus grande dans notre relation avec Lui.

Je porterai spécialement dans mes intentions notre Saint-Père en rendant grâce à NSJC de nous avoir donnés un serviteur si dévoué, si humble, si patient, si aimant, en en Lui demandant de continuer de l’accompagner dans sa décision et tout ce qu’il lui reste à vivre.
Je porterai spécialement notre Eglise en demandant à NSJC de l’accompagner dans ces moments particuliers et en le suppliant de nous donner un vicaire que Lui seul aura choisi pour guider Son Eglise et continuer Son œuvre.

Une pensée spéciale pour Bess.

Bon carême.

AS,
a.m.D.g.



Citation:
MESSAGE DE SA SAINTETÉ
BENOÎT XVI
POUR LE CARÊME 2013
Croire dans la charité suscite la charité
« Nous avons reconnu et nous avons cru que l'amour de Dieu est
parmi nous » (1 Jn 4, 16)

Chers frères et sœurs,

la célébration du Carême, dans le contexte de l'Année de la foi, nous offre une occasion précieuse pour méditer sur le rapport entre foi et charité: entre le fait de croire en Dieu, dans le Dieu de Jésus Christ, et l'amour qui est le fruit de l'action de l'Esprit Saint et qui nous guide sur un chemin de consécration à Dieu et aux autres.

1. La foi comme réponse à l'amour de Dieu.
Dans ma première encyclique, j’ai déjà offert certains éléments pour saisir le lien étroit entre ces deux vertus théologales, la foi et la charité. En partant de l'affirmation fondamentale de l'apôtre Jean: « Nous avons reconnu et nous avons cru que l'amour de Dieu est parmi nous » (1 Jn 4, 16), je rappelais qu'« à l’origine du fait d’être chrétien, il n’y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive... Comme Dieu nous a aimés le premier (cf. 1 Jn 4, 10), l’amour n’est plus seulement « un commandement », mais il est la réponse au don de l'amour par lequel Dieu vient à notre rencontre » (Deus caritas est, n. 1). La foi constitue l'adhésion personnelle – qui inclut toutes nos facultés – à la révélation de l'amour gratuit et « passionné » que Dieu a pour nous et qui se manifeste pleinement en Jésus Christ ; la rencontre avec Dieu Amour qui interpelle non seulement le cœur, mais également l'esprit: « La reconnaissance du Dieu vivant est une route vers l’amour, et le oui de notre volonté à la sienne unit intelligence, volonté et sentiment dans l’acte totalisant de l’amour. Ce processus demeure cependant constamment en mouvement: l’amour n’est jamais "achevé" ni complet » (ibid., n. 17). De là découle pour tous les chrétiens, et en particulier, pour les « personnes engagées dans les services de charité », la nécessité de la foi, de la « rencontre avec Dieu dans le Christ, qui suscite en eux l’amour et qui ouvre leur esprit à l’autre, en sorte que leur amour du prochain ne soit plus imposé pour ainsi dire de l’extérieur, mais qu’il soit une conséquence découlant de leur foi qui devient agissante dans l’amour » (ibid. n. 31a). Le chrétien est une personne conquise par l'amour du Christ et donc, mû par cette amour – « caritas Christi urget nos » (2 Co 5, 14) –, il est ouvert de façon concrète et profonde à l'amour pour le prochain (cf. ibid., n. 33). Cette attitude naît avant tout de la conscience d'être aimés, pardonnés, et même servis par le Seigneur, qui se penche pour laver les pieds des Apôtres et s'offre lui-même sur la croix pour attirer l'humanité dans l'amour de Dieu.

« La foi nous montre le Dieu qui a donné son Fils pour nous et suscite ainsi en nous la certitude victorieuse qu’est bien vraie l’affirmation: Dieu est Amour... La foi, qui prend conscience de l’amour de Dieu qui s’est révélé dans le cœur transpercé de Jésus sur la croix, suscite à son tour l’amour. Il est la lumière – en réalité l’unique – qui illumine sans cesse à nouveau un monde dans l’obscurité et qui nous donne le courage de vivre et d’agir » (ibid., n. 39). Tout cela nous fait comprendre que l'attitude principale qui distingue les chrétiens est précisément « l’amour fondé sur la foi et modelé par elle » (ibid., n. 7).

2. La charité comme vie dans la foi.
Toute la vie chrétienne est une réponse à l’amour de Dieu. La première réponse est précisément la foi comme accueil, plein d’émerveillement et de gratitude, d’une initiative divine inouïe qui nous précède et nous interpelle. Et le « oui » de la foi marque le début d’une histoire lumineuse d’amitié avec le Seigneur, qui remplit et donne son sens plénier à toute notre existence. Mais Dieu ne se contente pas que nous accueillions son amour gratuit. Il ne se limite pas à nous aimer, mais il veut nous attirer à lui, nous transformer de manière profonde au point que nous puissions dire avec saint Paul: ce n’est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi (cf. Ga 2, 20).

Quand nous laissons place à l’amour de Dieu, nous devenons semblables à lui, nous participons de sa charité même. Nous ouvrir à son amour signifie le laisser vivre en nous, et nous conduire à aimer avec lui, en lui et comme lui; ce n’est qu’alors que notre foi devient vraiment opérante par la charité (cf. Ga 5, 6) et qu’il prend demeure en nous (cf. 1 Jn 4, 12).

La foi, c’est connaître la vérité et y adhérer (cf. 1 Tm 2, 4); la charité, c’est « cheminer » dans la vérité (cf. Ep 4, 15). Avec la foi, on entre dans l’amitié avec le Seigneur; avec la charité, on vit et on cultive cette amitié (cf. Jn 15, 14s). La foi nous fait accueillir le commandement du Seigneur et Maître; la charité nous donne la béatitude de le mettre en pratique (cf. Jn 13, 13-17). Dans la foi, nous sommes engendrés comme fils de Dieu (cf. Jn 1, 12s); la charité nous fait persévérer concrètement dans la filiation divine en apportant le fruit de l’Esprit Saint (cf. Ga 5, 22). La foi nous fait reconnaître les dons que le Dieu bon et généreux nous confie; la charité les fait fructifier (cf. Mt 25, 14-30).

3. Le lien indissoluble entre foi et charité.
A la lumière de ce qui a été dit, il apparaît clairement que nous ne pouvons jamais séparer, voire opposer, foi et charité. Ces deux vertus théologales sont intimement liées et il est erroné de voir entre celles-ci une opposition ou une « dialectique ». En effet, d’un côté, l’attitude de celui qui place d’une manière aussi forte l’accent sur la priorité et le caractère décisif de la foi au point d’en sous-évaluer et de presque en mépriser les œuvres concrètes de la charité et de la réduire à un acte humanitaire générique, est limitante. Mais, de l’autre, il est tout aussi limitant de soutenir une suprématie exagérée de la charité et de son activité, en pensant que les œuvres remplacent la foi. Pour une vie spirituelle saine, il est nécessaire de fuir aussi bien le fidéisme que l’activisme moraliste.

L’existence chrétienne consiste en une ascension continue du mont de la rencontre avec Dieu pour ensuite redescendre, en portant l’amour et la force qui en dérivent, de manière à servir nos frères et sœurs avec le même amour que Dieu. Dans l’Ecriture Sainte nous voyons que le zèle des Apôtres pour l’annonce de l’Évangile que suscite la foi est étroitement lié à l’attention charitable du service envers les pauvres (cf. Ac 6, 1-4). Dans l’Église, contemplation et action, symbolisées d’une certaine manière par les figures évangéliques des sœurs Marie et Marthe, doivent coexister et s’intégrer (cf. Lc 10, 38-42). La priorité va toujours au rapport avec Dieu et le vrai partage évangélique doit s’enraciner dans la foi (cf. Catéchèse lors de l’Audience générale du 25 avril 2012). Parfois, on tend en effet à circonscrire le terme de « charité » à la solidarité ou à la simple aide humanitaire. Il est important, en revanche, de rappeler que la plus grande œuvre de charité est justement l’évangélisation, c’est-à-dire le « service de la Parole ». Il n’y a pas d’action plus bénéfique, et donc charitable, envers le prochain que rompre le pain de la Parole de Dieu, le faire participer de la Bonne Nouvelle de l’Évangile, l’introduire dans la relation avec Dieu: l’évangélisation est la promotion la plus élevée et la plus complète de la personne humaine. Comme l’écrit le Serviteur de Dieu le Pape Paul VI dans l’Encyclique Populorum progressio, le premier et principal facteur de développement est l’annonce du Christ (cf. n. 16). C’est la vérité originelle de l’amour de Dieu pour nous, vécue et annoncée, qui ouvre notre existence à accueillir cet amour et rend possible le développement intégral de l’humanité et de tout homme (cf. Enc. Caritas in veritate, n. 8 ).

En somme, tout part de l’Amour et tend à l’Amour. L’amour gratuit de Dieu nous est communiqué à travers l’annonce de l’Évangile. Si nous l’accueillons avec foi, nous recevons ce premier et indispensable contact avec le divin en mesure de nous faire « aimer l’Amour », pour ensuite demeurer et croître dans cet Amour et le communiquer avec joie aux autres.

A propos du rapport entre foi et œuvres de charité, une expression de la Lettre de saint Paul aux Ephésiens résume peut-être leur corrélation de la meilleure des manières : « C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Cela ne vient pas de vos œuvres, il n’y a pas à en tirer orgueil. C’est Dieu qui nous a faits, il nous a créés en Jésus-Christ, pour que nos œuvres soient vraiment bonnes, conformes à la voie que Dieu a tracée pour nous et que nous devons suivre » (2, 8-10). On perçoit ici que toute l’initiative salvifique vient de Dieu, de sa Grâce, de son pardon accueilli dans la foi; mais cette initiative, loin de limiter notre liberté et notre responsabilité, les rend plutôt authentiques et les orientent vers les œuvres de charité. Celles-ci ne sont pas principalement le fruit de l’effort humain, dont tirer gloire, mais naissent de la foi elle-même, elles jaillissent de la Grâce que Dieu offre en abondance. Une foi sans œuvres est comme un arbre sans fruits: ces deux vertus s’impliquent réciproquement. Le Carême nous invite précisément, avec les indications traditionnelles pour la vie chrétienne, à alimenter la foi à travers une écoute plus attentive et prolongée de la Parole de Dieu et la participation aux Sacrements, et, dans le même temps, à croître dans la charité, dans l’amour de Dieu et envers le prochain, également à travers les indications concrètes du jeûne, de la pénitence et de l’aumône.

4. Priorité de la foi, primat de la charité
Comme tout don de Dieu, foi et charité reconduisent à l’action de l’unique et même Esprit Saint (cf. 1 Co 13), cet Esprit qui s’écrie en nous « Abbà ! Père » (Gal 4, 6), et qui nous fait dire: « Jésus est Seigneur » (1 Co 12, 3) et « Maranatha ! » (1 Co 16, 22; Ap 22, 20).

La foi, don et réponse, nous fait connaître la vérité du Christ comme Amour incarné et crucifié, adhésion pleine et parfaite à la volonté du Père et miséricorde divine infinie envers le prochain; la foi enracine dans le cœur et dans l’esprit la ferme conviction que précisément cet Amour est l’unique réalité victorieuse sur le mal et sur la mort. La foi nous invite a regarder vers l’avenir avec la vertu de l'espérance, dans l’attente confiante que la victoire de l’amour du Christ atteigne sa plénitude. De son côté, la charité nous fait entrer dans l’amour de Dieu manifesté dans le Christ, nous fait adhérer de manière personnelle et existentielle au don total de soi et sans réserve de Jésus au Père et à nos frères. En insufflant en nous la charité, l’Esprit Saint nous fait participer au don propre de Jésus: filial envers Dieu et fraternel envers chaque homme (cf. Rm 5, 5).

La relation qui existe entre ces deux vertus est semblable à celle entre les deux sacrements fondamentaux de l'Église : le Baptême et l’Eucharistie. Le Baptême (sacramentum fidei) précède l'Eucharistie (sacramentum caritatis), mais il est orienté vers celle-ci, qui constitue la plénitude du cheminement chrétien. De manière analogue, la foi précède la charité, mais se révèle authentique seulement si elle est couronnée par celle-ci. Tout part de l’humble accueil de la foi (« se savoir aimé de Dieu »), mais doit arriver à la vérité de la charité (« savoir aimer Dieu et son prochain »), qui demeure pour toujours, comme accomplissement de toutes les vertus (cf. 1 Co 13, 13).

Chers frères et sœurs, en ce temps de Carême, où nous nous préparons à célébrer l’événement de la Croix et de la Résurrection, dans lequel l'Amour de Dieu a racheté le monde et illuminé l’histoire, je vous souhaite à tous de vivre ce temps précieux en ravivant votre foi en Jésus Christ, pour entrer dans son parcours d’amour envers le Père et envers chaque frère et sœur que nous rencontrons dans notre vie. A cette fin j’élève ma prière à Dieu, tandis que j’invoque sur chacun et sur chaque communauté la Bénédiction du Seigneur!


Du Vatican, le 15 octobre 2012

BENEDICTUS PP. XVI

_________________
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum Tuum.
Munda quoque cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus.
Intelléctum illúmina, afféctum inflámma.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
amatoyoshi
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 04 Jun 2008
Messages: 4323
Localisation: ad Dominum

MessagePosté le: Wed Feb 13, 2013 2:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Une meditation pour aujourd’hui
Mercredi 13 Février 2013, Mercredi des cendres.

L'aumône, la prière et le jeûne comme Dieu les aime
Citation:
Saint Marc 6, 1-18
Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :
« Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d’agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.

Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra.

Et quand vous priez, ne soyez pas comme ceux qui se donnent en spectacle : quand ils font leurs prières, ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et les carrefours pour bien se montrer aux hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra.

Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme ceux qui se donnent en spectacle : ils se composent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra. »


Prière d'introduction
Mon Dieu, aujourd’hui le carême commence, je me présente à Toi avec le désir sincère de vivre au mieux ce temps de préparation, de conversion, de retour à Toi. Esprit Saint, aide moi à le vivre sous le regard de Dieu.

Demande
Mon Dieu je Te supplie de me donner un cœur humble, qui sache reconnaître son besoin de son Sauveur.

Points de réflexion

1. « Parole du Seigneur : « Revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, les larmes et le deuil ! Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour, renonçant au châtiment. » Dans la première lecture d’aujourd’hui, nous trouvons à travers les paroles prophétiques de Joël la signification profonde du carême : revenir à Dieu ! tourner notre cœur vers Lui de nouveau. Reconnaître que nous sommes bien faibles, que bien des fois nous vivons distraits, préoccupés par d’autres choses, que nous oublions son amour et ses commandements, et que nous avons besoin d’être sauvés.

2. « Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu ». Dans la deuxième lecture Saint Paul nous rappelle que ce chemin de réconciliation avec Dieu part de Lui, c’est Son initiative, c’est Lui qui nous ramène à Lui, par son Fils Jésus Christ. C’est encore Dieu qui met dans le cœur de l’homme le désir de la réconciliation, et l’homme peut l’accepter, ou le rejeter. Le rôle de l’Église est de rappeler aux hommes ce don extraordinaire, et de rendre effectivement possible cette réconciliation, par l’administration des sacrements du baptême et de la réconciliation. Remercions Jésus du fond du cœur de nous avoir offert un tel don et un tel mystère, et ne perdons pas l’occasion de nous approcher de ces sacrements, d’avoir recours à Sa Grâce.

3. Enfin, dans l’évangile, Jésus nous dit comment vivre cette conversion, comment vivre ce carême : comme une histoire d’amour ! Comme une relation intime entre Dieu et notre cœur.

1) L’aumône, qui pourrait se traduire aujourd’hui par charité et toutes les formes possibles d’aide et d’attention au prochain ; Jésus nous dit de le vivre en secret, sans le montrer, pour que ce soit réellement pour Lui que nous le faisons, par amour pour Lui, et non pas parce que c’est bien vu ou pour recevoir la gratitude des autres. Jésus connaît bien notre cœur, Il sait qu’il lui est difficile de ne faire le bien que pour Lui, Il nous enseigne ainsi à avoir le cœur centré en Lui, seulement en Lui.

2) La prière ; pour le chrétien ce qui compte c’est que ces moments de prières (l’oraison, la messe, la confession...) soient de vraies rencontres avec Dieu le Père, dans l’intimité de notre cœur. Supplions l’Esprit Saint de nous conduire à cette rencontre avec Dieu !

3) Le jeûne, c’est-à-dire tout ce qui implique le renoncement à soi même, le détachement de soi, pour devenir plus disponible envers Dieu et envers le prochain. Le jeûne peut se vivre par des sacrifices volontaires, par l’acceptation et l’offrande des petites contrariétés de la vie, par la lutte et une décision ferme contre les tentations... Ici aussi Jésus veut nous apprendre à avoir le cœur centré en Lui, et non sur les choses matérielles.

Dialogue avec le Christ
Jésus, aide-moi à tourner mon cœur vers Toi ! Aide-moi à vivre pour Toi et non pour le monde. Tu sais combien je suis faible, viens à mon aide ! Je T’aime, attire -moi à Toi, et je courrai vers Toi !

Résolution
Vivre le jeûne et l'abstinence du mercredi des cendres en les remplissant de sens et d’amour : l’offrir à Jésus, en Lui demandant de nous rendre plus siens.
_________________
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum Tuum.
Munda quoque cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus.
Intelléctum illúmina, afféctum inflámma.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
amatoyoshi
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 04 Jun 2008
Messages: 4323
Localisation: ad Dominum

MessagePosté le: Thu Feb 14, 2013 10:14 am    Sujet du message: Répondre en citant

Une méditation pour aujourd'hui
Jeudi 14 Février 2013

Prendre la croix chaque jour à la suite de Jésus

Citation:

Saint Luc 9, 22-25
Jésus disait à ses disciples : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. »
Il disait aussi à la foule : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour, et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera. Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est en se perdant lui-même et en le payant de sa propre existence ? »


Prière d'introduction
Sainte Trinité viens en moi et envahis mon cœur, pour que je puisse vivre en Toi.

Demande
Jésus, fais que je puisse toujours Te suivre, où que Tu m’emmènes.

Points de réflexion

1. C’est un passage qu’on n’aime pas écouter très souvent ou qu’on lit rapidement : pourtant il est d’une grande richesse. On voit comment Jésus cherche à préparer ses apôtres. Il vient de rassasier une foule entière en multipliant cinq pains et deux poissons. Il montre sa toute puissance par les nombreux miracles qu’Il fait. les foules sont attirées par Lui et ses apôtres sont subjugués. Pierre vient de proclamer que Jésus est le « Christ de Dieu » (luc, 9,20) quelques versets plus hauts. C’est une proclamation de foi, mais encore une déclaration de foi très humaine. Comment ne pas croire en Celui qui fait tant de prodiges ! C’est la déclaration de foi de l’Eglise naissante. Toutes deux sont en germe. Comme il est dur à l’Homme de continuer à croire en la divinité du Christ, quand celui-ci s’abaisse autant ! Quelle contradiction pour les apôtres : tant de miracles, tant de pouvoir, tant de succès, pour finir par un tel échec et une telle impuissance ! Jésus veut les prévenir, leur montrer sa souveraineté, même dans la passion. Il est Roi et Fils de Dieu dans l’éclat de sa transfiguration comme dans sa passion, mais cela, seule une foi profonde peut le proclamer. Jésus accueille la première déclaration de foi de son Eglise et lui présente la plénitude de cette déclaration, lors de sa passion et de sa résurrection.

2. Jésus poursuit en unissant tout chrétien à sa vie. C’est lui qui a choisi de régner, de sauver et de manifester son Amour de cette façon et Il nous invite à faire de même. Cette façon de faire est un mystère, qu’on n’aura jamais fini de comprendre mais que, pourtant, on expérimente dans notre vie. Suivre le Christ demande des renoncements, demande d’aller à contrecourant, demande d’accepter sa propre condition humaine dans toutes ses limites, comme lui l’a acceptée. C’est important qu’en tant que chrétiens nous soyons conscients que notre amour, à l’image de notre foi, passera par la souffrance et le doute pour arriver à sa plénitude. On peut se demander : de quelle façon ma foi influence les décisions que je prends dans ma vie ? Le livre du Deutéronome, dans la lecture du jour, dit : « Je te propose aujourd’hui de choisir ou bien la vie et le bonheur, ou bien la mort et le malheur (...) choisis donc la vie, pour que vous viviez toi et ta descendance, en aimant le Seigneur ton Dieu ».
Il y a un choix à faire et Jésus nous prévient que ce choix n’est pas facile, mais qu’il en vaut la peine : après sa passion il y a sa résurrection, au-delà de notre croix, il y a la vie éternelle. Comment faire ce bon choix et comment avoir la force de vivre ainsi ? le livre du Deutéronome nous parle d’amour envers Dieu : « Aime le Seigneur ton Dieu ». Seul le dynamisme de l’amour nous pousse à renoncer à nous - même pour celui qu’on aime. Demandons à l’Esprit Saint qu’Il nous envahisse de cet Amour.

Dialogue avec le Christ
Seigneur, je ne crains pas ! Tu es avec moi, Tu m’accompagnes dans mes chemins. Tu vis en moi. Ça ne me sert à rien de regarder le futur avec angoisse, si Tu me donnes la force pour chaque jour.

Résolution
Faire, consciemment, un acte d’abandon de notre vie dans les mains du Père.
_________________
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum Tuum.
Munda quoque cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus.
Intelléctum illúmina, afféctum inflámma.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PrettyWoman
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 09 Mar 2010
Messages: 4276

MessagePosté le: Thu Feb 14, 2013 12:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci de continuer à partager Amato, bon carême à toi.

ps: Ta spiritualité est si profonde que je me demande si c'est possible que tu trouves moitié qui t'aille sur cette terre où la superficialité prévaut...
_________________
You are the greatest superhero.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Waddle



Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 17411

MessagePosté le: Thu Feb 14, 2013 3:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

PrettyWoman a écrit:
Merci de continuer à partager Amato, bon carême à toi.

ps: Ta spiritualité est si profonde que je me demande si c'est possible que tu trouves moitié qui t'aille sur cette terre où la superficialité prévaut...
Very Happy Very Happy Very Happy Tu te cherches là mère?


_________________
La vie c'est le ludo. Parfois tu peux jouer un, parfois tu peux jouer deux chaines quatre comme ca...

Allez visiter mon blog:

Mon blog
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PrettyWoman
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 09 Mar 2010
Messages: 4276

MessagePosté le: Thu Feb 14, 2013 4:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Waddle a écrit:
PrettyWoman a écrit:
Merci de continuer à partager Amato, bon carême à toi.

ps: Ta spiritualité est si profonde que je me demande si c'est possible que tu trouves moitié qui t'aille sur cette terre où la superficialité prévaut...
Very Happy Very Happy Very Happy Tu te cherches là mère?



Tu es intelligent dis-donc. Very Happy Very Happy
_________________
You are the greatest superhero.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
amatoyoshi
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 04 Jun 2008
Messages: 4323
Localisation: ad Dominum

MessagePosté le: Fri Feb 15, 2013 11:52 am    Sujet du message: Répondre en citant

PerttyWoman a écrit:
Merci de continuer à partager Amato, bon carême à toi.

Très chère, merci pour ce message.
Bon chemin vers La lumière à toi aussi !

Je ne sais pas si ton allusion à ma spiritualité est en lien avec ce que je partage ici, mais comme je l’ai déjà dit ce n’est pas de moi, je ne fais que partager aussi. Sans vouloir aller trop dans les détails, je ne suis pas parfait, comme tout être humain. J’ai plein de défauts et je reste préoccupé par des millions de choses superficielles. Alors oui il est tout à fait possible.

AS,
a.m.D.g.

_________________
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum Tuum.
Munda quoque cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus.
Intelléctum illúmina, afféctum inflámma.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
amatoyoshi
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 04 Jun 2008
Messages: 4323
Localisation: ad Dominum

MessagePosté le: Fri Feb 15, 2013 12:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Une méditation pour aujourd'hui
Vendredi 15 Février 2013

Il y a un temps pour jeûner

Citation:
Saint Matthieu 9, 14-15
Les disciples de Jean Baptiste s’approchent de Jésus en disant : « Pourquoi tes disciples ne jeûnent-ils pas, alors que nous et les pharisiens nous jeûnons ? »
Jésus leur répondit : « Les invités de la noce pourraient-ils donc faire pénitence pendant le temps où l’Époux est avec eux ? Mais un temps viendra où l’Époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront. »


Prière d'introduction
Jésus, en ce début de Carême, aide-moi à préparer mon cœur pour T’accompagner dans Ta Passion et dans Ta Résurrection.

Demande
Que je ne perde jamais de vue que Tu es toujours avec moi, dans mes joies et souffrances.

Points de réflexion

1. Le sens du jeûne Dans le Nouveau Testament, Jésus met en lumière la raison profonde du jeûne... : « Ce n’est pas de pain seul que vivra l’homme, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Mt 4,4). Le vrai jeûne a donc pour but de manger « la vraie nourriture », qui consiste à faire la volonté du Père. C´est pour cela que malheureusement, très souvent, nous concentrons nos forces seulement dans le jeune physique, sans prendre en compte le vrai sens : c´est faire le jeûne de quelque chose de matériel, pour se remplir de Dieu. Le jeûne pour le jeûne a très peu d´intérêt...Il ne faut pas oublier pourquoi nous le faisons.

2. Différentes sortes de jeûne. Quand nous parlons du jeûne, nous pensons très souvent à ne pas manger de chocolat, bol de riz les vendredis de carême etc...n´oublions pas qu´il y a différentes autres manières de jeûner, en plus du jeûne de nourriture : jeûne de mauvaises paroles, de critiques, de pensées destructrices, de mauvaises attitudes etc...le jeûne prend donc une dimension beaucoup plus profonde et plus spirituelle, car Dieu nous demande à chacun un jeûne de ce qui nous salit le cœur...

3. Dieu est un Dieu d´Amour. C´est pourquoi il est important de ne pas reproduire l´attitude des Pharisiens : comparer notre jeûne avec celui des autres. Que savons nous de ce que Dieu demande dans le cœur de chacun ? et si jamais Dieu demandait justement à cette personne une autre sorte de jeûne qui ne se voit pas ? et si son jeûne, plus qu´un jeûne matériel est un jeûne spirituel ? : une nuit spirituelle, ou une dépression, ou des grands actes de foi... « Ne regarde pas la paille qui est dans l´œil de ton voisin, mais la poutre qui est dans ton œil »...Regardons au fond de notre cœur ce que Dieu nous demande, à nous.

Dialogue avec le Christ
Jésus, aide-moi à découvrir ce que Tu attends de moi pendant ce Carême

Résolution
Demander à Dieu de façon très spécifique comment Il veut que je l´aime et que je l´accompagne pendant ce temps de Carême.
_________________
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum Tuum.
Munda quoque cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus.
Intelléctum illúmina, afféctum inflámma.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
light
Grand shabbeur


Inscrit le: 14 Jan 2009
Messages: 2880

MessagePosté le: Sat Feb 16, 2013 5:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

thx for sharing ..
_________________
saved by grace ! ...... "well, it´s alright"

..
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Haroun
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 8119

MessagePosté le: Sun Feb 17, 2013 12:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Waddle a écrit:
PrettyWoman a écrit:
Merci de continuer à partager Amato, bon carême à toi.

ps: Ta spiritualité est si profonde que je me demande si c'est possible que tu trouves moitié qui t'aille sur cette terre où la superficialité prévaut...
Very Happy Very Happy Very Happy Tu te cherches là mère?



Ta question est très très pertinente je trouve.

H.A.R. Cool
_________________
Projet de Web TV sur beri.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
L'integree



Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 13435

MessagePosté le: Sun Feb 17, 2013 11:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

amatoyoshi a écrit:
Revoici venu le temps de se préparer à accueillir La Lumière.
Revoici venu le temps de cheminer vers La source de la Vie.
Revoici venu le carême, temps de pénitence, temps de purification, pour tant de grâces !

Rendons grâce à NSJC qui nous accompagne sur ce chemin de conversion de nos cœurs, de charité inconditionnelle, et de proximité plus grande dans notre relation avec Lui.

Je porterai spécialement dans mes intentions notre Saint-Père en rendant grâce à NSJC de nous avoir donnés un serviteur si dévoué, si humble, si patient, si aimant, en en Lui demandant de continuer de l’accompagner dans sa décision et tout ce qu’il lui reste à vivre.
Je porterai spécialement notre Eglise en demandant à NSJC de l’accompagner dans ces moments particuliers et en le suppliant de nous donner un vicaire que Lui seul aura choisi pour guider Son Eglise et continuer Son œuvre.

Une pensée spéciale pour Bess.

Bon carême.

AS,
a.m.D.g.


Je suis fidele au rendez-vous comme chaque annee. Merci encore pour le partage Amato, et merci grandement pour la pensee qui me va tout droit au coeur.
_________________
If you didn't hear it with your own ears or see it with your own eyes,don't invent it with your small mind and share it with your big mouth.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
amatoyoshi
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 04 Jun 2008
Messages: 4323
Localisation: ad Dominum

MessagePosté le: Mon Feb 18, 2013 11:58 am    Sujet du message: Répondre en citant

Une méditation pour aujourd'hui
Samedi 16 Février 2013

Jésus appelle les pécheurs à la conversion

Citation:
Saint Luc 5, 27-32
Jésus remarqua un publicain (collecteur d’impôts) du nom de Lévi assis à son bureau de publicain. Il lui dit : « Suis-moi. »
Abandonnant tout, l’homme se leva et se mit à le suivre.
Lévi lui offrit un grand festin dans sa maison ; il y avait une grande foule de publicains et d’autres gens attablés avec eux.
Les pharisiens et les scribes de leur parti récriminaient en disant à ses disciples : « Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et les pécheurs ? »
Jésus leur répondit : « Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je suis venu appeler non pas les justes mais les pécheurs, pour qu’ils se convertissent. »


Prière d'introduction
Merci Seigneur pour ce temps que je passe avec Toi. J’espère en Toi, mon Dieu, Tu es la raison de ma joie et de ma confiance. Tu sais que j’ai besoin de Ta lumière, de Ton amour. Illumine ma vie, pour que je puisse à mon tour être lumière du monde.

Demande
Seigneur, que ta lumière se lève sur mes ténèbres.

Points de réflexion

1. « Ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera comme la lumière de midi ». La première lecture présente l’action du juste, du saint au milieu du monde, en la comparant à la lumière au milieu des ténèbres. Le Nouveau Testament annonce le Christ comme le Saint par excellence, c’est Lui qui est la vraie lumière, qui éclaire tous les hommes. Le Carême est un temps de conversion, c’est-à-dire un moment pour retourner vers le Christ. Ce retour vers le Christ « illumine » notre vie, car le mystère de la vie du Christ, qui a donné sa vie pour nous, éclaire le véritable sens de notre propre vie.

2. Accepter de réviser sa vie à la lumière de la vie du Christ est exigeant. Le premier effet est de se reconnaître pécheur : « Je suis venu appeler non pas les justes mais les pécheurs, pour qu’ils se convertissent ». Celui qui compare sa vie à celle du Christ, comprend combien il est encore loin de l’idéal d’amour qu’Il propose. Mais c’est en même temps cette expérience de la fragilité humaine qui permet d’entendre l’appel du Christ dans l’Evangile d’aujourd’hui : « Suis-moi ». L’homme parfait ne suivrait personne. Seul celui qui a reconnu qu’il lui manque quelque chose, qui désire quelque chose de plus, se met en chemin derrière le Christ.

3. Paradoxalement c’est l’homme qui se reconnaît pécheur qui est vraiment juste. Il est juste car il vit dans la vérité et qu’il est justifié par l’amour et le pardon du Christ. C’est alors que le pécheur, dont les ténèbres ont été illuminées par l’amour du Christ, pourra devenir à son tour lumière pour les autres. Ce fut d’ailleurs l’expérience du collecteur d’impôt Lévi, futur Saint Matthieu, grâce auquel l’Evangile nous est parvenu .

Dialogue avec le Christ
Seigneur, fais que je puisse devenir « lumière du monde », comme Tu me l’as demandé dans l’Evangile. Mais cette lumière vient de Toi, j’ai d’abord besoin de reconnaître mes ténèbres et de me laisser illuminer par Ton amour et Ton pardon. Que ce Carême 2013 soit pour moi l’occasion d’une véritable rencontre avec Toi, une rencontre à la lumière de laquelle je puisse mieux comprendre ma propre vie.

Résolution
Lire chaque jour un passage de l’Evangile durant le Carême, y chercher une « lumière », (une idée, un exemple...) qui m’aide à mieux vivre la journée.
_________________
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum Tuum.
Munda quoque cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus.
Intelléctum illúmina, afféctum inflámma.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
amatoyoshi
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 04 Jun 2008
Messages: 4323
Localisation: ad Dominum

MessagePosté le: Mon Feb 18, 2013 11:59 am    Sujet du message: Répondre en citant

Une méditation pour aujourd'hui
Dimanche 17 Février 2013

La tentation de Jésus

Citation:
Saint Luc 4, 1-13
Après son baptême, Jésus, rempli de l’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; il fut conduit par l’Esprit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut mis à l’épreuve par le démon. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim.
Le démon lui dit alors : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. »
Jésus répondit : « Il est écrit : Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre. »
Le démon l’emmena alors plus haut, et lui fit voir d’un seul regard tous les royaumes de la terre.
Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir, et la gloire de ces royaumes, car cela m’appartient et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. »
Jésus lui répondit : « Il est écrit : Tu te prosterneras devant le Seigneur ton Dieu, et c’est lui seul que tu adoreras. »
Puis le démon le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi à ses anges l’ordre de te garder ; et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. »
Jésus répondit : « Il est dit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »
Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le démon s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé.


Prière d'introduction
Prends, Seigneur et reçois, toute ma liberté, ma mémoire, mon intelligence et toute ma volonté ; Tout ce que j’ai et possède, c’est Toi qui me l’as donné : A Toi, Seigneur, je le rends.
Tout est à Toi, disposes-en selon Ton entière volonté. Donne-moi, Ton amour et Ta grâce : c’est assez pour moi. Amen. (St. Ignace de Loyola)

Demande
Dieu tout-puissant, ne me laisse pas succomber à la tentation, rends-moi fort devant les épreuves, et ne permets pas que je sois séparé de Toi, en consentant au péché, par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Points de réflexion

1. Le Carême est un temps de désert, auquel l’Eglise invite à la suite du Christ, sous la conduite de l’Esprit. En renonçant aux distractions du monde, les croyants cherchent à faire le point sur leur propre vie et à se placer devant la vérité. La vérité est celle de notre extrême fragilité devant les épreuves et les tentations. Il ne s’agit pas de renoncer aux plaisirs de la chair seulement, mais aussi aux prétentions déplacées de l’esprit. Face à nous mêmes, nous devons opter : moi au centre, ou Dieu ; le succès selon les critères du monde ou la bénédiction de Dieu.
Selon le récit de Luc, Jésus fut tenté durant 40 jours. Les trois exemples cités, résument les principales tentations. Ce qui est bon à l’origine, est perverti par le tentateur : la subsistance quotidienne, la possession de la terre, le temple de Dieu. Par ses invitations sournoises, le démon veut nous détourner de Dieu : que nous prenions en main notre destin, fermant la porte à la Providence, à la présence de Dieu.

2. N’est-il pas curieux que le Christ soit tenté dans les lieux privilégiés de la révélation divine : le désert, la montagne et le temple ? D’antan, Dieu eut pitié de son peuple dans le désert, lors de la fuite enEgypte : il le délivra, le nourrit, l’instruisit et le conduisit vers la terre promise. Il donna la charte de l’alliance sur la montagne du Sinaï et emplit le sanctuaire (la tente de la rencontre) de sa gloire, comme par une nuée lumineuse.
De la même manière, Dieu porte nos vies, nous nourrit, nous conduit, nous instruit à travers nos déserts ; de la même manière, Dieu nous révèle sa parole par les saintes Ecritures et par la communauté ecclésiale (la tradition, le magistère, la catéchèse), de la même manière, Dieu remplit son Eglise de sainteté, dont l’éclat enveloppe nos ombres. Et pourtant nous nous prosternons devant des ombres - le temps passé sur Internet, des idéaux de confort, de santé et de bien-être : quelle sottise ! Nous laissons la parole de Dieu tomber dans l’oubli - Bible jamais lue, catéchisme de l’Eglise catholique rempli de poussière, série télévisée au lieu de s’instruire sur les discours et messages du Pape : quelle perte ! Nous profitons de notre autorité - une fausse déclaration avec un coup de tampon-signature, sur-facturation pour une prestation de service mal accompli, le temps de travail passé au téléphone : quel abus (même si "personne ne le voit") !

3. L’Eglise de Dieu est avant tout le corps du Christ. Le démon nous la vend pour de l’administratif ou pour du politique, comme s’il en était le propriétaire, comme s’il en était le créateur et l’organisateur. Au lieu de rétribuer Dieu, par l’offrande des prémices, ce qui lui appartient (les fruits de sainteté au sein de l’Eglise), nous faisons des concessions à l’ambition pour acquérir le pouvoir - cherchant les honneurs, établissant des systèmes de plus en plus sophistiqués pour "éviter que les fidèles deviennent des consommateurs de sacrements"... Faisant le malheur de la spontanéité de l’Esprit de Dieu, confondant les moyens avec la fin.
En revanche, nous devenons clients du démon justement lorsque nous devenons consommateurs, chrétiens à la carte, grimpant sur le somment des sacrements, l’Eucharistie dominicale, pour nous jeter dans l’impiété durant la semaine, sans jamais avoir recours au sacrement de la réconciliation, sans jamais demander à Dieu ce qu’il attend de nous. Lorsque nous justifions notre péché et condamnons les autres comme pécheurs, n’y a-t-il pas, ici, un aspect à réviser dans notre examen de conscience ? Avoir le coeur rempli de "ce que j’attends de Dieu" (succès, confort, pas trop de contraintes), au lieu de "ce que Dieu attend de moi", n’est-ce pas "mettre Dieu à l’épreuve" ?

Dialogue avec le Christ
Seigneur, merci de m'avoir frayé le chemin de la rédemption, de m'avoir montré les pièges du tentateur et de me guider sur les voies de bonne issue, si seulement j'accepte de T'écouter dans le plus profond de ma conscience, qui a soif de la vérité, et si j'accepte de Te suivre dans des décisions de sacrifice et de renoncement, qui ne sont pas évidentes à porter.

Résolution
Je renoncerai aujourd'hui à imposer ma volonté à autrui - même si je suis dans le juste et l'autre dans le tort - afin d'honorer la Volonté du Juste.
_________________
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum Tuum.
Munda quoque cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus.
Intelléctum illúmina, afféctum inflámma.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
amatoyoshi
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 04 Jun 2008
Messages: 4323
Localisation: ad Dominum

MessagePosté le: Mon Feb 18, 2013 11:59 am    Sujet du message: Répondre en citant

Une méditation pour aujourd'hui
Lundi 18 Février 2013

Le Christ jugera les hommes sur leur amour pour les malheureux

Citation:
Saint Matthieu 25, 31-46
Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire.
Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres :
il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : ’Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde.
Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’
Alors les justes lui répondront : ’Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu...? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
tu étais malade ou en prison... Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?’
Et le Roi leur répondra : ’Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.’
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : ’Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges.
Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.’
Alors ils répondront, eux aussi : ’Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu avoir faim et soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?’
Il leur répondra : ’Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces petits, à moi non plus vous ne l’avez pas fait.’
Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »


Prière d'introduction
Je vous aime, ô mon Dieu, et mon seul désir est de vous aimer jusqu’au dernier soupir de ma vie. Je vous aime, ô Dieu infiniment aimable, et j’aime mieux mourir en vous aimant que de vivre un seul instant sans vous aimer. Je vous aime, ô mon Dieu, et je ne désire le ciel que pour avoir le bonheur de vous aimer parfaitement. Je vous aime, ô mon Dieu, et je n’appréhende l’enfer que parce qu’il n’y aura plus la douce consolation de vous aimer.
(St. Jean Marie Vianney, curé d’Ars)

Demande
Seigneur, donne-moi de Te reconnaître, en mon intelligence et dans mon coeur, dans chacun de ces petits qui sont Tes frères et mes frères ; donne-moi d'éprouver un amour ardent pour ceux qui souffrent humainement et spirituellement, qui sont dans la détresse, dans la misère et dans l'abandon.

Points de réflexion

1. Comment cet évangile du jugement dernier, en annonçant des perspectives aussi dramatiques que définitives - parmi toutes les paroles d’espérance - est-il compatible avec la miséricorde de Dieu qui est tout Amour et toute Bonté ? L’Amour infini peut-il prononcer des sentences aussi sévères et ce de façon irréversible ? L’ère du Dieu vengeur n’a-t-elle pas été dépassée par Jésus Christ ? Ce récit ne décrit-il pas au contraire une allégorie, sans intention de réalisme ?
Ces questions, tout à fait légitimes, doivent ouvrir notre âme et notre coeur à approfondir nos notions d’Amour et de Miséricorde divins. Dans le même contexte, le prophète Jérémie donne la réponse de Dieu : "Et pourtant vous dites : ’La conduite du Seigneur est étrange.’ Écoutez donc, fils d’Israël : est-ce ma conduite qui est étrange ? N’est-ce pas plutôt la vôtre ?" (Jr 18, 25).
Car la conception que nous avons de Dieu ne peut provenir de nous mêmes, de notre façon de penser, faisant Dieu à notre image et ressemblance. Lorsqu’en notre esprit surgit le "Dieu en préserve ; non, cela n’arrivera pas" (cf. Mt 16, 22), nous limitons la Miséricorde et l’Amour qui sont des actes ineffables du coeur de Dieu : depuis le sacrifice de soi sur la croix jusqu’au "venez à moi" ou au "loin de moi", Jésus exprime l’ardente Miséricorde du Père. Il dit : "votre péché, votre misère, n’est pas indifférente à mes yeux. Je suis prêt à mourir pour vous afin de réparer les dégâts ; je suis même prêt à vous ’perdre’ pour l’éternité, alors que vous étiez les bienvenus, puisque vous avez refusé mon amour crucifié".

2. Par son discours, Jésus met nos vies dans la perspective de la fin des temps. Nous vivons une seule fois sur terre, ni deux, ni trois fois. Cependant, durant cette vie, nous avons quantité indéfinie d’options et de possibilités pour venir à Jésus, pour l’aimer, pour l’accompagner, pour lui rendre visite... pour refléter sa Miséricorde par nos petites oeuvres de miséricorde, pour assimiler l’Amour par nos petits actes d’amour.
Personne n’aime vivre dans l’obscurité ; les incarcérés qui ne voient jamais la lumière du jour sont très malheureux. D’autre part nous ne pouvons pas regarder directement dans le soleil, car cela nous aveuglerait immédiatement. Sur le plan moral et spirituel, une vie dans l’obscurité du péché nous rend malheureux. Quant à la lumière, le regard de notre intelligence et de notre coeur ne peut pas regarder Dieu sans voile, tant elle est forte. Mais petit à petit il peut s’habituer à cette lumière éblouissante de l’Amour ; même l’oeil physique, à travers des instruments, peut parvenir à scruter le soleil. Par nos oeuvres de charité, par les mérites de Jésus, par le voile de l’humanité de Jésus, par le voile de la matière qui constituent les sacrements, nous pouvons voir Dieu.
Si par contre, nous sortons de nos cavernes d’égoïsme et d’iniquité, après avoir poursuivi des lumières artificielles de gloires mondaines, cette lumière d’Amour divin nous sera insupportable, voire répugnante et on entendra en elle : "allez-vous en, loin de moi" ; et moi je dirai : "elle est trop belle, elle est merveilleuse, mais pas pour moi - je ne peux pas".
Cherchons donc à être ami de Dieu, en faisant le bien et en imitant le Christ, notre chemin de vie éternelle.

Dialogue avec le Christ
Toi qui as connu, ô Jésus, des tribulations sans pareil, rends mon coeur plus sensible et plus pénétrant de la détresse, passant de l'apparent à la profondeur. En voyant au delà d'une vie aisée les profondes plaies de l'incroyance. Donne-moi un coeur missionnaire, transformé par l'évangile, qui annonce, à tous mes frères ta Parole d'espérance.

Résolution
Accomplir des gestes de charité désintéressés (que ma main droite ne sache pas ce que fait la main gauche").
_________________
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum Tuum.
Munda quoque cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus.
Intelléctum illúmina, afféctum inflámma.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nel



Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 1753
Localisation: Where the Love lasts forever...

MessagePosté le: Mon Feb 18, 2013 7:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bien que je ne sois pas catholique, merci pour tes postes Amatoyoshi.


Bon careme a tous.

_________________
Be kind to one another...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
amatoyoshi
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 04 Jun 2008
Messages: 4323
Localisation: ad Dominum

MessagePosté le: Tue Feb 19, 2013 9:23 am    Sujet du message: Répondre en citant

Nel a écrit:
Bien que je ne sois pas catholique, merci pour tes postes Amatoyoshi.


Bon careme a tous.

Merci très chère pour ton message et tes souhaits.
Bonne lecture à l'occasion.

AS,
a.m.D.g.

_________________
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum Tuum.
Munda quoque cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus.
Intelléctum illúmina, afféctum inflámma.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
amatoyoshi
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 04 Jun 2008
Messages: 4323
Localisation: ad Dominum

MessagePosté le: Tue Feb 19, 2013 9:24 am    Sujet du message: Répondre en citant

Une méditation pour aujourd'hui
Mardi 19 Février 2013

La prière parfaite

Citation:
Saint Matthieu 6, 7-15
Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés.
Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l’ayez demandé.
Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié.
Que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Remets-nous nos dettes, comme nous les avons remises nous-mêmes à ceux qui nous devaient.
Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal.
Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi.
Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, à vous non plus votre Père ne pardonnera pas vos fautes. »


Prière d'introduction
Père, Tu nous as donné l’Esprit qui a fait de nous tes enfants adoptifs, pour que Tu sois glorifié par notre vie. Nous voulons Te louer, exalter ton nom, regarder vers Toi, afin que resplendisse en notre vie Ton visage. Nous t’offrons notre coeur, nos pensées, nos désirs, pour ne chercher que Toi dans la vie.

Demande
Accueille Seigneur notre demande afin que ton Règne arrive dans cette vie et nous conduise tous vers la vie éternelle. Donne-moi la grâce d'accueillir le royaume de ton amour d'un coeur sans partage, par le Christ notre Seigneur.

Points de réflexion

1. Dans son enseignement, Jésus, grand connaisseur du coeur humain, répond à nos questions les plus profondes ; questions parfois inconscientes et toutefois bien présentes. Saint Paul remarque dans sa lettre aux Romains que nous ne savons pas prier comme il faut et que l’Esprit-Saint vient à notre secours pour appeler Dieu "Père". Dieu Père ! Dieu NOTRE Père ! Qui sommes-nous pour appeler Dieu "Papa" ?
En même temps, Jésus nous prévient de ne pas nous fourvoyer dans la recherche spirituelle de communion avec Dieu, en faisant de la prière un vain bavardage. Encore moins par un ritualisme vide de sens, comme si Dieu était un animal. Déjà les prophètes de l’ancien testament appelaient à la modération : "Cessez de m’apporter de vaines offrandes : l’encens, j’en ai horreur [...]. Quand vous étendez les mains, je me voile les yeux.Vous avez beau multiplier les prières, je n’écoute pas : vos mains sont pleines de sang" (Isaïe 1, 13-15).
Notre prière doit être simple : une rencontre coeur-à-coeur avec Dieu, par l’intermédiaire de Jésus. Souvent, nos paroles ne sont que trop pauvres pour exprimer ce dont nous avons réellement besoin. Parfois nous demandons ce qui ne convient même pas. C’est pour cela que Jésus nous met les mots exacts sur les lèvres et dans le coeur. Redisons donc intérieurement ce que le Père veut nous donner : ...

2. La succession des sept demandes semble décrire une descente du Ciel vers la terre. Une sorte de mouvement d’incarnation de Dieu pour sauver le monde. La sanctification du nom de Dieu est l’idéal à rejoindre. Cela nous sera plus compréhensible si nous pensons au fait que tout, dans la nature, fait référence à Dieu qui en est l’auteur. Tout être est comme marqué d’un sceau. Celui qui le reconnaît et qui l’honore sanctifie le nom de Dieu. Le règne de Dieu, comme tout "régime", consiste en la présence en tout lieu de celui qui gouverne - ses lois sont appliquées et une certaine "mentalité" est répandue. Si le gouvernant venait "physiquement" dans un lieu particulier de son "royaume", il serait tout de suite accueilli, compris, apprécié. Cela n’a pas été le cas pour Jésus, qui sera abandonné lâchement. Si nous demandons que la volonté de Dieu s’accomplisse, c’est parce que sa "législation" nous introduit dès à présent dans la béatitude céleste. Cette "béatitude" ne signifie aucunement d’être "sur un nuage", mais au contraire, d’avoir les pieds sur terre et le coeur rempli de "ciel".
Ainsi les demandent arrivent-elles à notre vie dont le parcours a toujours quelque chose de dramatique : notre subsistance quotidienne, la justice et le pardon, la victoire sur la tentation et l’issue du combat entre le bien et le mal... ne sont pas du tout assurés. Pourvu que, avec l’aide de Dieu, nous parvenions à la vie éternelle, voilà l’objet de notre prière confiante.

3. La conclusion de l’enseignement de Jésus sur la prière, c’est-à-dire sur ce que nous avons à demander au Seigneur et ce qui, vraiment, va nous "délivrer du mal" porte sur le pardon. Afin que la grâce de la filiation puisse nous rejoindre et transformer nos vies de manière efficace, nous devons être réconciliés avec Dieu. Rien ne sert de porter l’offrande à l’autel et encore pire, de communier au plus haut degré de la présence de Dieu sur terre, si nous ne sommes pas réconciliés : avec Dieu et avec notre prochain. La séparation de Dieu et la rupture de la charité entre les hommes sont le noyau du péché. La réconciliation, en revanche, est le germe de la venue du Règne de Dieu et du rétablissement de la création.
Pardonner et demander pardon vont de paire. Nous avons des dettes les uns envers les autres, et tous envers Dieu. Le remède contre les maux qui nous affligent, contre les chutes dans les tentations ou les attaques du démon est l’amour : aimer Dieu de tout son coeur, âme, forces... et le prochain comme soi-même, mènent le mal vers son échec. La charité et l’humilité nous conduisent vers Dieu et nous rendront plus semblables à lui. Ainsi le chemin d’ascension, depuis le "délivre-nous du mal" jusqu’au "que ton nom soit sanctifié", pourra être entamé.

Dialogue avec le Christ
Conduis-nous, Seigneur Jésus, sur le chemin d'éternité. Fais-nous voir Ton visage rayonnant, Tes yeux qui reflètent la plénitude de communion cordiale avec le Père. Embrase mon coeur, rends-le semblable au tien, Toi qui est doux et humble de coeur.

Résolution
Je demanderai pardon à celui que j'ai offensé et serai indulgent dans mes jugements envers celui qui me dérange.
_________________
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum Tuum.
Munda quoque cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus.
Intelléctum illúmina, afféctum inflámma.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PrettyWoman
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 09 Mar 2010
Messages: 4276

MessagePosté le: Tue Feb 19, 2013 12:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

amatoyoshi a écrit:
Une méditation pour aujourd'hui
Jeudi 14 Février 2013

Prendre la croix chaque jour à la suite de Jésus

Citation:

Saint Luc 9, 22-25
Jésus disait à ses disciples : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. »
Il disait aussi à la foule : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour, et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera. Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est en se perdant lui-même et en le payant de sa propre existence ? »


Prière d'introduction
Sainte Trinité viens en moi et envahis mon cœur, pour que je puisse vivre en Toi.

Demande
Jésus, fais que je puisse toujours Te suivre, où que Tu m’emmènes.




Salut amato, ce n'est pas que le partage ici, mais c'est un mélange de tout et surtout ta signature qui m'ont interpéllés.

Pour revenir au sujet, j'aimerais te poser une question. Jésus a dit à ses disciples qu'il s'en allait mais leur promettait l'esprit saint qui devait vivre en eux et les accompagner dans leur marche chrétienne.

Mais chaque fois que je lis tes reflexions, je me demande comment tu concois cet esprit saint. Tu es humble dans tes prière quand tu demandes comme ci dessus à la sainte trinité de te venir en aide.

Mais je me demande si il n' y a pas un petit soucis, à savoir, toi étant chrétien, habité par l'esprit saint, dois-tu encore parler avec crainte du péché ou bien dois-tu en parler avec l'autorité que te donne ton status de chrétien. Jesus à vaincu le péché et toi aussi.

Par ce qu'à mon avis c'est une question de foi de dire que je vis dans la sainte trinité parce que je sais qu'elle vit en moi. Demander toujours à cette trinité de venir habiter en soi, signifie à mon avis qu'on ne se sait pas encore habité par elle.

J'espère que tu me comprends , biensûr que je peux me tromper, donc merci de me répondre.
_________________
You are the greatest superhero.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nji



Inscrit le: 15 May 2008
Messages: 15134
Localisation: Koundja

MessagePosté le: Tue Feb 19, 2013 5:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Cher Amato, Chers frères Cactho,
pour avoir cottoyé des amis Catholiques, j'ai compris que la période la plus importante de l'année pour eux c'est Pâques.
J'aimerais vous souhaiter à tous un bon jeun, des prières frutueuses et surtout que cette période vous rapproche de Dieu.
Puisse-t-il vous accorder sa grâce et vous combler de ses bienfaîts.
N'oubliez pas de prier pour nous autres et dites nous comment nous pouvons vous accompager pendant cette période.
A bientôt.
NJI

_________________
L'homme cherche à être heureux, alors que la société tente vainnement à le rendre bon, NJI.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Waddle



Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 17411

MessagePosté le: Tue Feb 19, 2013 7:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant

PrettyWoman a écrit:

Mais je me demande si il n' y a pas un petit soucis, à savoir, toi étant chrétien, habité par l'esprit saint, dois-tu encore parler avec crainte du péché ou bien dois-tu en parler avec l'autorité que te donne ton status de chrétien. Jesus à vaincu le péché et toi aussi.


Salut PTW, je ne veux pas répondre à la place d'Amato, mais je te donne quand même mon point de vue sur la question.
Je crois que l'autorité, ce n'est pas forcément la domination et la force, du point de vue du chrétien. Et une des grandes armes contre le péché, c'est justement l'humilité, et aussi la crainte du péché.
De la même façon que Jésus disait que les plus grands sont en fait les plus petits, ceux qui sont comme des enfants, être "grand" contre le péché c'est aussi se sentir petit, faible, humble, et toujours recourir au secour du Seigneur.

Citation:

Par ce qu'à mon avis c'est une question de foi de dire que je vis dans la sainte trinité parce que je sais qu'elle vit en moi. Demander toujours à cette trinité de venir habiter en soi, signifie à mon avis qu'on ne se sait pas encore habité par elle.

J'espère que tu me comprends , biensûr que je peux me tromper, donc merci de me répondre.


Cf ma réponse plus haut, demander avec insistance et répétition le secours du Seigneur ou de son esprit, c'est aussi reconnaitre notre faiblesse, nos limites, et reconnaitre que nous avons constamment besoin de lui.

Jésus, dans le Notre Père, nous apprend par exemple à déclarer "Délivre nous du mal". ON pourrait se dire que, en tant que chrétien, nous n'avons plus besoin de ça car nous avons autorité sur le mal et sur le péché. Ce serait une grave erreur à mon avis. Car c'est un combat permanent, et le fait de simplement proclamer cela, c'est en quelque sorte renouveller notre lien avec le Seigneur, toujours dans l'humilité.

Car parfois, le danger est que le diable nous fasse croire que nous sommes tout puissants grâce à Dieu, alors que non, c'est toujours Dieu qui exerce SA puissance A TRAVERS nous.
_________________
La vie c'est le ludo. Parfois tu peux jouer un, parfois tu peux jouer deux chaines quatre comme ca...

Allez visiter mon blog:

Mon blog
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Bonaberi.com Index du Forum -> Réligion et Spiritualité Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivante
Page 9 sur 12

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site
Votre publicité ici ?