Bonaberi.com Publicité
Forum Bonaberi.com
Le Cameroun comme si vous y étiez
FAQFAQ RechercherRechercher Liste des MembresListe des Membres Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion
Lettre ouverte de Mgr Tonye Bakot
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 6, 7, 8, 9, 10, 11  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Bonaberi.com Index du Forum -> Divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
diky_aky



Inscrit le: 05 Aug 2008
Messages: 124
Localisation: Cherche Kobe

MessagePosté le: Sat Jul 28, 2012 10:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Hello le monde,
J'ai rapidement parcouru les différentes interventions.
Je suis ravi de voir que les bérinautes ne sont pas aussi déchainés que les membres de CIN. Un débat aussi posé que le votre sur une question aussi sensible est plein d'espoir.

J'ai une question pour vous qui je pense est à la base de la polémique.
Qu'est ce qu'un Bamiléké?
Comment définissez vous ce mot? Qui est qui n'est pas Bamiléké?
Est on capable de définir les autres "ethnies" qui composent le "Cameroun"?

Peace
_________________
I've got one more than Shaq! And u can take that to the bank.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
italien
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 30 May 2008
Messages: 5001

MessagePosté le: Sat Jul 28, 2012 10:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Waddle a écrit:
Tchoko a écrit:

Les statistiques ethniques ne posent absolument aucun souci, aux US, en GB, au Canada, en Afrique du sud ou je ne sais ou. Et ça a l'air de marcher un peu mieux qu'en France en ce qui concerne la lutte contre les discriminations. La France sait pourquoi, historiquement, elle se refuse à les mettre en place. Mais on n'est pas obligé de penser pareil au Cameroun. Et je précise qu'on joue sur la sémantique, parce que si les Bams soit sur-représentés (pour x ou y raison), le plus important à retenir sera qu'il y a telle ou telle tribu qui est sous-représentée.


Donc grosso-modo, tu es pour une politique de quotas?

Et si aux USA ou en GB ça marche, dans les pays où il y a potentiellement des problèmes ethniques, ça me semble plus compliqué.

Car soit on considère qu'on veut un Cameroun républicain, soit on considère qu'on est simplement une superpositions de tribus dont chacune doit être représentée partout proportionnellement à sa taille dans la population globale.

Personnellement je n'aime pas le fichage, même si c'est pour la bonne cause. Si dans chaque entreprise, il faut que dans les listings, on mette à côté du nom de la personne, sa tribu (pourquoi pas le mettre dans la carte d'identité comme au Rwanda?), moi je ne suis pas chaud.

pasto, apparemment t'es en manque d'infos actualisées dans ce domaine hein ou bien? Smile
Bon cette information est actuellement recueillie durant l'établissement/renouvellement des CNI et introduite dans le fichier national du concerné! Donc çà ne coutera rien d'en faire usage par la suite... Sad

_________________
Martin Luther King: «L'Afrique n'a besoin que des meilleurs. Quel que soit ce que vous fassiez, soyez les meilleurs ».
Nelson Mandela(18.07.1918--05.12.2013): «Education is the most powerful weapon for bring the change in the world».
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
italien
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 30 May 2008
Messages: 5001

MessagePosté le: Sat Jul 28, 2012 10:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

diky_aky a écrit:
Hello le monde,
J'ai rapidement parcouru les différentes interventions.
Je suis ravi de voir que les bérinautes ne sont pas aussi déchainés que les membres de CIN. Un débat aussi posé que le votre sur une question aussi sensible est plein d'espoir.

J'ai une question pour vous qui je pense est à la base de la polémique.
Qu'est ce qu'un Bamiléké?
Comment définissez vous ce mot? Qui est qui n'est pas Bamiléké?
Est on capable de définir les autres "ethnies" qui composent le "Cameroun"?

Peace
Shocked man, béri-people est composé exclusivement des kamer-light hein Laughing

Bamiléké (selon ma modeste connaissance): denomination d'un groupement ethnique vivant dans les grassfields du Cameroun et dérivant du flux migratoire des Bantou en provenance de la region du Nil (long-fleuve africain); tradition et culture constituent l'essentiel de leur essor confronté aux groupements ethnique differente
Wink
_________________
Martin Luther King: «L'Afrique n'a besoin que des meilleurs. Quel que soit ce que vous fassiez, soyez les meilleurs ».
Nelson Mandela(18.07.1918--05.12.2013): «Education is the most powerful weapon for bring the change in the world».
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tchoko
Grand shabbeur


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 2429
Localisation: Mpanjo ville

MessagePosté le: Sat Jul 28, 2012 11:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Voici les extraits d'un arrêté relatif à l'équilibre régional. Je ne sais pas s'il y en a eu un autre depuis. Il devrait vu qu'à l'époque, 1) le Nord était le Grand Nord, et il n y avait pas encore Nord, Extrême Nord et Adamaoua et 2) les chiffres des populations doivent avoir évolué un minimum, en supposant que les pourcentages pour chaque région étaient établis sur la base de notre démographie.

Citation:
Article 1 - Le présent arrêté fixe en application les dispositions du décret n° 82/407 du 7 Septembre 1982 susvisé, les quotas de places réservées aux originaires de chaque province ainsi qu'aux anciens militaires sans distinction d'origine, candidats aux concours administratifs d'entrée aux différentes catégories de la Fonction publique et aux concours donnant accès aux établissements nationaux de formation.

Article 2 - Compte tenu de l'importance démographique et du taux de scolarisation de chaque province, les quotas de places réservés aux candidats originaires de chacune d'elles ainsi qu'aux anciens militaires, sont arrêtés comme suit :

- Province du Centre-Sud : 19 %
- Province de l'Est : 4%
- Province du Littoral : 12 %
- Province du Nord : 30 %
- Province du Nord-ouest : 12 %
- Province de l'Ouest : 13%
- Province du Sud Ouest : 8%
- Anciens Militaires : 2%

Source : Antoine Socpa, démocratisation et autochtonie au Cameroun

_________________
« L’homme est un apprenti, la douleur est son maître. Et nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert. » (Alfred de Musset)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
betson
Petit shabbaeur


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 1175

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 4:43 am    Sujet du message: Répondre en citant

Waddle a écrit:
Tchoko a écrit:

Les statistiques ethniques ne posent absolument aucun souci, aux US, en GB, au Canada, en Afrique du sud ou je ne sais ou. Et ça a l'air de marcher un peu mieux qu'en France en ce qui concerne la lutte contre les discriminations. La France sait pourquoi, historiquement, elle se refuse à les mettre en place. Mais on n'est pas obligé de penser pareil au Cameroun. Et je précise qu'on joue sur la sémantique, parce que si les Bams soit sur-représentés (pour x ou y raison), le plus important à retenir sera qu'il y a telle ou telle tribu qui est sous-représentée.


Donc grosso-modo, tu es pour une politique de quotas?

Et si aux USA ou en GB ça marche, dans les pays où il y a potentiellement des problèmes ethniques, ça me semble plus compliqué.

Car soit on considère qu'on veut un Cameroun républicain, soit on considère qu'on est simplement une superpositions de tribus dont chacune doit être représentée partout proportionnellement à sa taille dans la population globale.

Personnellement je n'aime pas le fichage, même si c'est pour la bonne cause. Si dans chaque entreprise, il faut que dans les listings, on mette à côté du nom de la personne, sa tribu (pourquoi pas le mettre dans la carte d'identité comme au Rwanda?), moi je ne suis pas chaud.


Pour ma part, idéalement je ne serais pas pour une politique de quotas.

Mais la question fondamentale qui me revient toujours à chaque fois que je vois resurgir ces relents "tribalistes" , c'est de savoir si les kmerounais se sentent appartenir à une Nation ?

Moi, je crois que non. Le Kmeroun n'est pas un état-nation. Et les Kmerounais ne se voient pas ( en majorité) comme faisant partie d'une même nation. C'est ce qui explique par exemple la "liesse" qui a lieu dans le village d'origine à l'annonce d'une nomination. C'est le signe que l'ambassadeur du village ou de la région pourra user des moyens de l'état pour favoriser ses "frères du village", entendez, sa nation.

Attention à ceux qui nous prennent la France comme exemple à chaque fois. L'analogie de la république à la Française ne s'applique pas , loin de là, à un pays neuf et multiethnique comme le Cameroun.

LA France lève des impôts efficacement depuis Philippe le Bel. Elle a une longue histoire de guerre religieuses, d'assimilations des identités régionales ( disparition des patois, recul des particularismes régionaux). Ensuite, c'est un état hypercentralisé et ou l'état à une trop grosse importance, à mon avis. Cet état hyperprésent est même déresponsabilisant.

Les pays comme le Kmeroun, formé par une coagulation très rapide d'identités ethniques, religieuses, culturelles quelquefois antagonistes ne peuvent être, à mon avis, gérés sur un modèle d'état-nation, trop central, hyperpuissant, par définition, puisque les identités régionales, tribales ou tout ce que vous voudrez sont assez fortes. J'aimerais par exemple, que ceux qui parlent de la république à la Française, me disent si la laïcité telle qu'elle est pratiquée en France peut s'appliquer au Cameroun.

Pour moi, le Kmeroun ( et plusieurs pays africains avec lui), ont cru qu'ils avaient déjà la maturité d'un état-nation et se voient rattraper par des relents qui prouvent qu'on en est loin.

De l'autre coté, la mise en place de l'équilibre régional montre qu'en partie, l'on avait conscience que la nation n'existait pas encore. Et au vu des récents évènements, j'ai peur qu'elle n'existe toujours pas. Une politique des quotas dans l'admiistration publique au Kameroun me semble incontournable, au vu des sensibilités et des susceptibilités actuelles. Le détail des quotas eux mêmes serait à revoir. D'autre part, je crois que le Kmeroun, qui pour moi, vous l'aurez compris,se rapproche d'une fédération, ne s'est pas donné les moyens d'en être une. Un autre exemple de cela est le fait qu'implicitement, le chef de l'état, le PM et la président de l'AN sont toujours issus des du grand Nord, grand Sud et de la partie anglophone censée représenter le Grand Ouest.Cela n'a rien à voir avec la république à la française (quoique...)
_________________
Il faudrait veiller à ne pas être un parvenu sans culture ou un ambitieux sans esprit.

Le panurgisme c'est préferer se tromper tous ensemble et la peur d'avoir raison tout seul.
Betson.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
betson
Petit shabbaeur


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 1175

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 4:49 am    Sujet du message: Répondre en citant

italien a écrit:
Waddle a écrit:
Tchoko a écrit:

Les statistiques ethniques ne posent absolument aucun souci, aux US, en GB, au Canada, en Afrique du sud ou je ne sais ou. Et ça a l'air de marcher un peu mieux qu'en France en ce qui concerne la lutte contre les discriminations. La France sait pourquoi, historiquement, elle se refuse à les mettre en place. Mais on n'est pas obligé de penser pareil au Cameroun. Et je précise qu'on joue sur la sémantique, parce que si les Bams soit sur-représentés (pour x ou y raison), le plus important à retenir sera qu'il y a telle ou telle tribu qui est sous-représentée.


Donc grosso-modo, tu es pour une politique de quotas?

Et si aux USA ou en GB ça marche, dans les pays où il y a potentiellement des problèmes ethniques, ça me semble plus compliqué.

Car soit on considère qu'on veut un Cameroun républicain, soit on considère qu'on est simplement une superpositions de tribus dont chacune doit être représentée partout proportionnellement à sa taille dans la population globale.

Personnellement je n'aime pas le fichage, même si c'est pour la bonne cause. Si dans chaque entreprise, il faut que dans les listings, on mette à côté du nom de la personne, sa tribu (pourquoi pas le mettre dans la carte d'identité comme au Rwanda?), moi je ne suis pas chaud.

pasto, apparemment t'es en manque d'infos actualisées dans ce domaine hein ou bien? Smile
Bon cette information est actuellement recueillie durant l'établissement/renouvellement des CNI et introduite dans le fichier national du concerné! Donc çà ne coutera rien d'en faire usage par la suite... Sad


Et au Rwanda, Kagamé l'a interdite. Encore que les Rwandais ont une langue commune, différente de l'anglais et du Français.
_________________
Il faudrait veiller à ne pas être un parvenu sans culture ou un ambitieux sans esprit.

Le panurgisme c'est préferer se tromper tous ensemble et la peur d'avoir raison tout seul.
Betson.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Waddle



Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 17411

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 1:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

betson a écrit:


Pour ma part, idéalement je ne serais pas pour une politique de quotas.

Mais la question fondamentale qui me revient toujours à chaque fois que je vois resurgir ces relents "tribalistes" , c'est de savoir si les kmerounais se sentent appartenir à une Nation ?

Moi, je crois que non. Le Kmeroun n'est pas un état-nation. Et les Kmerounais ne se voient pas ( en majorité) comme faisant partie d'une même nation. C'est ce qui explique par exemple la "liesse" qui a lieu dans le village d'origine à l'annonce d'une nomination. C'est le signe que l'ambassadeur du village ou de la région pourra user des moyens de l'état pour favoriser ses "frères du village", entendez, sa nation.


Donc comme les camerounais ne se sentent pas comme un état-nation, on doit aggraver alors les choses dans le sens du délitement de la nation?

Sinon, moi je crois au contraire que, malgré les relents identitaires, les camerounais se sentent parfaitement camerounais, au-dela de leur "identité" ethnique.

Quand les camerounais soutiennent l'équipe nationale, ils ne regardent pas s'il y a plus de bamilékés ou de doualas, ou de nordistes.

Quand je vois la quasi-totalité des camers qui soutiennent Eto'o où qu'il aille, même les bamilékés alors qu'il est bassa, je crois qu'on est beaucoup plus patriotes que tu sembles le croire.

Et ce n'est pas parce que dans beaucoup de situations, la tribu revient sur le devant, que cela signifie que les camerounais s'identifient D'ABORD comme issus d'un village AVANT de se sentir camerounais. Pour moi les 2 cohabitent ensemble.

Citation:


Attention à ceux qui nous prennent la France comme exemple à chaque fois. L'analogie de la république à la Française ne s'applique pas , loin de là, à un pays neuf et multiethnique comme le Cameroun.


Justement à nous de savoir si on veut l'émergence d'une vraie république, où si on veut se conforter dans le fait que nous n'avons pas un pays, mais une agglomération de tribus.

Citation:


LA France lève des impôts efficacement depuis Philippe le Bel. Elle a une longue histoire de guerre religieuses, d'assimilations des identités régionales ( disparition des patois, recul des particularismes régionaux). Ensuite, c'est un état hypercentralisé et ou l'état à une trop grosse importance, à mon avis. Cet état hyperprésent est même déresponsabilisant.

Les pays comme le Kmeroun, formé par une coagulation très rapide d'identités ethniques, religieuses, culturelles quelquefois antagonistes ne peuvent être, à mon avis, gérés sur un modèle d'état-nation, trop central, hyperpuissant, par définition, puisque les identités régionales, tribales ou tout ce que vous voudrez sont assez fortes. J'aimerais par exemple, que ceux qui parlent de la république à la Française, me disent si la laïcité telle qu'elle est pratiquée en France peut s'appliquer au Cameroun.


Le modèle français ne peut évidemment pas s'appliquer au Cameroun tel quel. L'histoire française est très ancienne et s'est fait lentement et par étape.

Mais concernant le concept de République, il est pour moi relativement universel. Ou alors on considère les régions comme quasi-autonomes, et les régions deviennent des états quasiment indépendants comme aux USA.

Citation:


Pour moi, le Kmeroun ( et plusieurs pays africains avec lui), ont cru qu'ils avaient déjà la maturité d'un état-nation et se voient rattraper par des relents qui prouvent qu'on en est loin.

De l'autre coté, la mise en place de l'équilibre régional montre qu'en partie, l'on avait conscience que la nation n'existait pas encore. Et au vu des récents évènements, j'ai peur qu'elle n'existe toujours pas. Une politique des quotas dans l'admiistration publique au Kameroun me semble incontournable, au vu des sensibilités et des susceptibilités actuelles. Le détail des quotas eux mêmes serait à revoir. D'autre part, je crois que le Kmeroun, qui pour moi, vous l'aurez compris,se rapproche d'une fédération, ne s'est pas donné les moyens d'en être une. Un autre exemple de cela est le fait qu'implicitement, le chef de l'état, le PM et la président de l'AN sont toujours issus des du grand Nord, grand Sud et de la partie anglophone censée représenter le Grand Ouest.Cela n'a rien à voir avec la république à la française (quoique...)


Même en France, il y a aussi des soucis identitaires (français de "souche", français "issus de l'immigration", juifs, arabes, etc...), donc partout, même dans les républiques avancées, on a ce type de soucis. Le tout est de voir comment on progresse.

Le Cameroun est un état relativement jeune (à peine 60 ans d'existence), donc c'est normal que le concept d’ethnie ait encore toute son importance. Le tout est de savoir si on s'enfonce dans ça, ou si petit et petit, on essaye de s'en affranchir.
_________________
La vie c'est le ludo. Parfois tu peux jouer un, parfois tu peux jouer deux chaines quatre comme ca...

Allez visiter mon blog:

Mon blog
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
italien
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 30 May 2008
Messages: 5001

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 2:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

betson a écrit:
italien a écrit:
Waddle a écrit:
[......]
Personnellement je n'aime pas le fichage, même si c'est pour la bonne cause. Si dans chaque entreprise, il faut que dans les listings, on mette à côté du nom de la personne, sa tribu (pourquoi pas le mettre dans la carte d'identité comme au Rwanda?), moi je ne suis pas chaud.

pasto, apparemment t'es en manque d'infos actualisées dans ce domaine hein ou bien? Smile
Bon cette information est actuellement recueillie durant l'établissement/renouvellement des CNI et introduite dans le fichier national du concerné! Donc çà ne coutera rien d'en faire usage par la suite... Sad


Et au Rwanda, Kagamé l'a interdite. Encore que les Rwandais ont une langue commune, différente de l'anglais et du Français.
Kagamé a simplement conclu une étude des consequences pouvant y découler en utilisant le principe de cause-effet (ils l'ont bien experimenté) et donc je ne peux qu'apprécier cette sage initiative administrative dans son mandat Cool .

Par ailleurs l'observation que tu établies (je présume) en rapport avec cette initiative de Kagamé est pour ma part loin d'etre associable à la realité kamer, la raison étant simple: la multitude ethniques (tradition & culture: langue) assez relevante (contre les 2 du rwanda: hutu & tutsi) va en l'encontre de l'ideologie pronée par l'introduction d'une langue nationale differente de celle héritée chez nos colons (à ce sujet je militerai plutot pour une accentuation de l'équilibre linguistique officielle: anglais & français, avec en defaut 1 libre choix parental portant attention aux langues locales selon leur appartenance tribale) Wink

_________________
Martin Luther King: «L'Afrique n'a besoin que des meilleurs. Quel que soit ce que vous fassiez, soyez les meilleurs ».
Nelson Mandela(18.07.1918--05.12.2013): «Education is the most powerful weapon for bring the change in the world».
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
italien
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 30 May 2008
Messages: 5001

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 3:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tchoko a écrit:
Voici les extraits d'un arrêté relatif à l'équilibre régional. Je ne sais pas s'il y en a eu un autre depuis. Il devrait vu qu'à l'époque, 1) le Nord était le Grand Nord, et il n y avait pas encore Nord, Extrême Nord et Adamaoua et 2) les chiffres des populations doivent avoir évolué un minimum, en supposant que les pourcentages pour chaque région étaient établis sur la base de notre démographie.

Citation:
Article 1 - Le présent arrêté fixe en application les dispositions du décret n° 82/407 du 7 Septembre 1982 susvisé, les quotas de places réservées aux originaires de chaque province ainsi qu'aux anciens militaires sans distinction d'origine, candidats aux concours administratifs d'entrée aux différentes catégories de la Fonction publique et aux concours donnant accès aux établissements nationaux de formation.

Article 2 - Compte tenu de l'importance démographique et du taux de scolarisation de chaque province, les quotas de places réservés aux candidats originaires de chacune d'elles ainsi qu'aux anciens militaires, sont arrêtés comme suit :

- Province du Centre-Sud : 19 %
- Province de l'Est : 4%
- Province du Littoral : 12 %
- Province du Nord : 30 %
- Province du Nord-ouest : 12 %
- Province de l'Ouest : 13%
- Province du Sud Ouest : 8%
- Anciens Militaires : 2%

Source : Antoine Socpa, démocratisation et autochtonie au Cameroun
dejà merçi pour nous avoir fourni cette info mais la pertinence du debat se réfère justement sur les 2 éléments que j'ai édités en gras;
il est donc important que ces éléments soient d'actualité pour qu'on puisse apprécier à sa juste valeur l'orientation actuelle de cette indication politique (selon moi) fondamentale pour apporter de meilleures resolutions à la problématique qu'elle relève.

ce debat en tirera vraiment un benefice si nous retrouverions au plutot les références du décret en vigueur à nos jours Wink

_________________
Martin Luther King: «L'Afrique n'a besoin que des meilleurs. Quel que soit ce que vous fassiez, soyez les meilleurs ».
Nelson Mandela(18.07.1918--05.12.2013): «Education is the most powerful weapon for bring the change in the world».
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
italien
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 30 May 2008
Messages: 5001

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 3:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Waddle a écrit:
betson a écrit:


Pour ma part, idéalement je ne serais pas pour une politique de quotas.

Mais la question fondamentale qui me revient toujours à chaque fois que je vois resurgir ces relents "tribalistes" , c'est de savoir si les kmerounais se sentent appartenir à une Nation ?

Moi, je crois que non. Le Kmeroun n'est pas un état-nation. Et les Kmerounais ne se voient pas ( en majorité) comme faisant partie d'une même nation. C'est ce qui explique par exemple la "liesse" qui a lieu dans le village d'origine à l'annonce d'une nomination. C'est le signe que l'ambassadeur du village ou de la région pourra user des moyens de l'état pour favoriser ses "frères du village", entendez, sa nation.


Donc comme les camerounais ne se sentent pas comme un état-nation, on doit aggraver alors les choses dans le sens du délitement de la nation?

Sinon, moi je crois au contraire que, malgré les relents identitaires, les camerounais se sentent parfaitement camerounais, au-dela de leur "identité" ethnique.

Quand les camerounais soutiennent l'équipe nationale, ils ne regardent pas s'il y a plus de bamilékés ou de doualas, ou de nordistes.

Quand je vois la quasi-totalité des camers qui soutiennent Eto'o où qu'il aille, même les bamilékés alors qu'il est bassa, je crois qu'on est beaucoup plus patriotes que tu sembles le croire.

Et ce n'est pas parce que dans beaucoup de situations, la tribu revient sur le devant, que cela signifie que les camerounais s'identifient D'ABORD comme issus d'un village AVANT de se sentir camerounais. Pour moi les 2 cohabitent ensemble.

Citation:


Attention à ceux qui nous prennent la France comme exemple à chaque fois. L'analogie de la république à la Française ne s'applique pas , loin de là, à un pays neuf et multiethnique comme le Cameroun.


Justement à nous de savoir si on veut l'émergence d'une vraie république, où si on veut se conforter dans le fait que nous n'avons pas un pays, mais une agglomération de tribus.

[.......]

Citation:


Pour moi, le Kmeroun ( et plusieurs pays africains avec lui), ont cru qu'ils avaient déjà la maturité d'un état-nation et se voient rattraper par des relents qui prouvent qu'on en est loin.

De l'autre coté, la mise en place de l'équilibre régional montre qu'en partie, l'on avait conscience que la nation n'existait pas encore. Et au vu des récents évènements, j'ai peur qu'elle n'existe toujours pas. Une politique des quotas dans l'admiistration publique au Kameroun me semble incontournable, au vu des sensibilités et des susceptibilités actuelles. Le détail des quotas eux mêmes serait à revoir. D'autre part, je crois que le Kmeroun, qui pour moi, vous l'aurez compris,se rapproche d'une fédération, ne s'est pas donné les moyens d'en être une. Un autre exemple de cela est le fait qu'implicitement, le chef de l'état, le PM et la président de l'AN sont toujours issus des du grand Nord, grand Sud et de la partie anglophone censée représenter le Grand Ouest.Cela n'a rien à voir avec la république à la française (quoique...)


Même en France, il y a aussi des soucis identitaires (français de "souche", français "issus de l'immigration", juifs, arabes, etc...), donc partout, même dans les républiques avancées, on a ce type de soucis. Le tout est de voir comment on progresse.

Le Cameroun est un état relativement jeune (à peine 60 ans d'existence), donc c'est normal que le concept d’ethnie ait encore toute son importance. Le tout est de savoir si on s'enfonce dans ça, ou si petit et petit, on essaye de s'en affranchir.

1- je partage l'analyse de betson sur son exemple illustrant la liesse dans le village natal de l'illustre élu( e ) suite à une nomination; la replique de Pasto me semble moins pertinente ou mieux n'édifierait pas à sa juste valeur l'observation sur la definition de Etat-Nation évoquée ici; comme référence, il n'y aucune Nation, Royaume,... dans ce monde dont le sport ne réunit pas son peuple (objectif principal du sport international).

2- Les similitudes avec l'historique Française me semblent d'ailleurs logique mais quel idéal pour une reppresentation politique plus assimilée à nos réalités locales? il serait donc impératif (pour ma part), de determiner plutot une voie intermediaire conciliant ces 2 caractéristiques de notre pays: agglomeration de tribus et exigence d'une administration calquée sur 1 modèle de République; la suggestion de betson serait d'ailleurs la référence à cet effet: un Etat-fédéral. Wink

_________________
Martin Luther King: «L'Afrique n'a besoin que des meilleurs. Quel que soit ce que vous fassiez, soyez les meilleurs ».
Nelson Mandela(18.07.1918--05.12.2013): «Education is the most powerful weapon for bring the change in the world».
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tchoko
Grand shabbeur


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 2429
Localisation: Mpanjo ville

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 5:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

italien a écrit:
Tchoko a écrit:
Voici les extraits d'un arrêté relatif à l'équilibre régional. Je ne sais pas s'il y en a eu un autre depuis. Il devrait vu qu'à l'époque, 1) le Nord était le Grand Nord, et il n y avait pas encore Nord, Extrême Nord et Adamaoua et 2) les chiffres des populations doivent avoir évolué un minimum, en supposant que les pourcentages pour chaque région étaient établis sur la base de notre démographie.

Citation:
Article 1 - Le présent arrêté fixe en application les dispositions du décret n° 82/407 du 7 Septembre 1982 susvisé, les quotas de places réservées aux originaires de chaque province ainsi qu'aux anciens militaires sans distinction d'origine, candidats aux concours administratifs d'entrée aux différentes catégories de la Fonction publique et aux concours donnant accès aux établissements nationaux de formation.

Article 2 - Compte tenu de l'importance démographique et du taux de scolarisation de chaque province, les quotas de places réservés aux candidats originaires de chacune d'elles ainsi qu'aux anciens militaires, sont arrêtés comme suit :

- Province du Centre-Sud : 19 %
- Province de l'Est : 4%
- Province du Littoral : 12 %
- Province du Nord : 30 %
- Province du Nord-ouest : 12 %
- Province de l'Ouest : 13%
- Province du Sud Ouest : 8%
- Anciens Militaires : 2%

Source : Antoine Socpa, démocratisation et autochtonie au Cameroun
dejà merçi pour nous avoir fourni cette info mais la pertinence du debat se réfère justement sur les 2 éléments que j'ai édités en gras;
il est donc important que ces éléments soient d'actualité pour qu'on puisse apprécier à sa juste valeur l'orientation actuelle de cette indication politique (selon moi) fondamentale pour apporter de meilleures resolutions à la problématique qu'elle relève.

ce debat en tirera vraiment un benefice si nous retrouverions au plutot les références du décret en vigueur à nos jours Wink


J'ai l'impression que tu surestimes un peu le législateur camerounais...
_________________
« L’homme est un apprenti, la douleur est son maître. Et nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert. » (Alfred de Musset)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tchoko
Grand shabbeur


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 2429
Localisation: Mpanjo ville

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 5:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Italien, voici l'info que tu cherches. Les pourcentages n'ont pas changé, on a juste découpé les provinces qui n'étaient pas découpées :

Citation:
En rappel, l’article 2 de l’arrêté n° 10467 signé du ministre de la Fonction publique le 04 octobre 1982 et réactualisé le 20 août 1992, relatif aux quotas des places réservées aux ressortissants des différentes régions admis aux concours administratifs, attribue :
- 5% de places à l’Adamaoua
- 18% à l’Extrême Nord
- 7% au Nord
- 15% au Centre
- 4% à l’Est
- 4% au Sud
- 13% à l’Ouest
- 12% au Littoral
- 12% Nord-Ouest
- 8% au Sud-Ouest.

http://cameroon-info.net/stories/0,28420,@,fonction-publique-clarifications-sur-le-recrutement-des-25-000-diplomes.html

_________________
« L’homme est un apprenti, la douleur est son maître. Et nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert. » (Alfred de Musset)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nji



Inscrit le: 15 May 2008
Messages: 15135
Localisation: Koundja

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 9:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bonsoir,

Mon avis penche plus vers celui de Waddle, car les statistiques ethniques sont potentiellement dangereux. Je vis dans une zone de conflit où l'ethnicité est utilisée de manière tendancieuse par les leaders politiques pour créer des clivages qui n'ont pas lieu d'être, au point de monter les uns coontre les autres. Je vous citerai l'exemple des Baluba quivivent au Katanga: ils sont pour la plupart nés et grandi depuis des générations au Katanga, parlent le Kiswahili mieux que le Baluba, mais rejettés par les Katangais de souche. Les mêmes cas se trouvent dans les Kivu avec les populations congolaises rwandophones qui sont rejettées parce que ressemblant aux Tutsi.

Kagamé (sur certains points, j'aime sa politique) a réussi au Rwanda à donner un contenu à l'identité nationale construite autour du génocide. mais encore une fois, il a cristalisé l'idée que le Tutsi est l'éternelle victime, tandis que le bourreau est le Hutu. On n'est donc pas sorti de l'auberge. En plus, le Rwanda est un petit pays, avec trois groupes (Hutu, Tutsi et Twa), ce qui est plus facilement gérable, que nos multitudes d'ethnies au pays.

Les Bamileke ne sont pas si homogènes que ça. Les groupes d'intérêt dans les villes le témoigent. A yaoundé par exemple, il y a des associations de ressortissants de villages, voire de quartiers et ceux si commencent à se différencier des autres. Il y a même les groupe ethniques dits de la diaspora qui commencent à se différencier des autres. Par exemple, j'avais lu un article dans lequel des Bamiléké du Moungo réclamaient leur poste ministériel, car se sentant différents de ceux qui sont restés à l'ouest. Ici, ça se complique davantage.

_________________
L'homme cherche à être heureux, alors que la société tente vainnement à le rendre bon, NJI.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
italien
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 30 May 2008
Messages: 5001

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 9:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tchoko a écrit:
Italien, voici l'info que tu cherches. Les pourcentages n'ont pas changé, on a juste découpé les provinces qui n'étaient pas découpées :

Citation:
En rappel, l’article 2 de l’arrêté n° 10467 signé du ministre de la Fonction publique le 04 octobre 1982 et réactualisé le 20 août 1992, relatif aux quotas des places réservées aux ressortissants des différentes régions admis aux concours administratifs, attribue :
- 5% de places à l’Adamaoua
- 18% à l’Extrême Nord
- 7% au Nord
- 15% au Centre
- 4% à l’Est
- 4% au Sud
- 13% à l’Ouest
- 12% au Littoral
- 12% Nord-Ouest
- 8% au Sud-Ouest.

http://cameroon-info.net/stories/0,28420,@,fonction-publique-clarifications-sur-le-recrutement-des-25-000-diplomes.html
That's a good news and thanks a lot mister Wink

Bon je constate avec amertume que ces statistiques NE reflètent point la reppresentation des ressortissants de ces regions pour illustrer cette notion d'équilibre régional auquel le grand chancelier obtiendrait gain de cause (encore que l'UCAC est 1 institut sous-régional et donc épargné de ce concept: je laisse à tout 1 chacun de relever l'objectivité de cette declaration de Mgr Tonye).

1- Maintenant je me pose la question de savoir si le chef de l'Etat est parfaitement conscient de ces repartitions et si oui, quel rang occuperait la région de l'ouest dans son équipe gouvernementale?

2- Suivant les différentes nominations administratives depuis le 04 octobre 1982 à nos jours, il s'avère que le législateur se doit d'apporter d'amples détails soutenant encore la mise en vigueur de cette repartition ou je me trompe?

3- Serait-il donc temps de re-étudier les raisons fondamentales à l'origine cette loi? (sans exclure la mobilité sociale dont sont issue une bonne partie des populations: famille inter-ethnique, lieu de naissance,...?)

4- Quel est donc le critère qui determine l'appartenance à ces régions? Lieu de naissance, noms d'origine tribale, résidence familiale,...?

Je me limiterai pour l'instant à ces questions juste le temps d'apprécier le role du pouvoir publique face à ces problématiques dont la cause principale réside dans le concept de EQUILIBRE REGIONAL; meme si j'ose croire que les politiques trouvent simplement réconfort dans ce sujet pour justifier auprès de l'opinion la catastrophe générée par l'echec de ce concept ou bien?

_________________
Martin Luther King: «L'Afrique n'a besoin que des meilleurs. Quel que soit ce que vous fassiez, soyez les meilleurs ».
Nelson Mandela(18.07.1918--05.12.2013): «Education is the most powerful weapon for bring the change in the world».
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nji



Inscrit le: 15 May 2008
Messages: 15135
Localisation: Koundja

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 9:11 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il y a un auteur français sur qui on a à tort jetté l'opprobe pendant pas mal d'années en France, alors qu'il dit des choses sensées: Gaston KELMANN.
Je crois sincèrement que ses idées développées dans deux de ses livres "Je suis Noir et je n'aime pas le manioc" et " debour enfants de la république" (je sais pas si le titre du second est correct) peuvent aider le Cameroun.
Il dit en susbtance que la culture ou l'appartenance à une entité dit être spatiotemporelle, et non chromosommique. Ainsi, cela nou permettra d'éviter des marches anti-Bami que les JJ Ekindi ont organisé à Douala ou bien des démarcages à la con que les Mbomba Nkolo ont fait en toute impunité en 2008.
Chacun sera Camerounais, au pire de la région où il est né et/ou grandi, et non de la région d'origine de ses parents. Un grand pan sera alors franchi. pour y arriver, il faudra supprimer dans notre Constitution l'ignominie que les soit-disant constitutionnalistes (Stanislas Melone, Joseph Owona, Kamto, Bipoum Woum, Muna etc. ) ont intégré; le principe d'autochtonne et d'allogène.
cette notion est d'autant plus destructrice qu'elle crée des classes de camerunais selon qu'ils soeint originaires ou pas de la région dans laquelle ils vivent. Je vous pose une question: entre le fils de Douala Manga Bell qui vit en Alemagne, qui y paie ses impôts depuis des décennies et qui a pris le passeport allemand et Kamga qui est le petit fils d'un ancien travailleur au port de Douala et qui est né à Nylon et est prof au Lycée d'Akwa, qui entre ces deux personnes est plus douala et peut valablement se réclamer de la ville?

_________________
L'homme cherche à être heureux, alors que la société tente vainnement à le rendre bon, NJI.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
italien
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 30 May 2008
Messages: 5001

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 9:11 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tchoko a écrit:
italien a écrit:
[.....]dejà merçi pour nous avoir fourni cette info mais la pertinence du debat se réfère justement sur les 2 éléments que j'ai édités en gras;
il est donc important que ces éléments soient d'actualité pour qu'on puisse apprécier à sa juste valeur l'orientation actuelle de cette indication politique (selon moi) fondamentale pour apporter de meilleures resolutions à la problématique qu'elle relève.

ce debat en tirera vraiment un benefice si nous retrouverions au plutot les références du décret en vigueur à nos jours Wink


J'ai l'impression que tu surestimes un peu le législateur camerounais...
man, ce sont pour la pluspart des compatriotes issues des grandes écoles internationales et donc bénéficieraient à juste titre cette surestimation autrement dit il serait difficile d'apprehender l'objectivité derrière la notion de EQUILIBRE REGIONAL ou bien?
_________________
Martin Luther King: «L'Afrique n'a besoin que des meilleurs. Quel que soit ce que vous fassiez, soyez les meilleurs ».
Nelson Mandela(18.07.1918--05.12.2013): «Education is the most powerful weapon for bring the change in the world».
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nji



Inscrit le: 15 May 2008
Messages: 15135
Localisation: Koundja

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 9:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il y a un auteur français sur qui on a à tort jetté l'opprobe pendant pas mal d'années en France, alors qu'il dit des choses sensées: Gaston KELMANN.
Je crois sincèrement que ses idées développées dans deux de ses livres "Je suis Noir et je n'aime pas le manioc" et " debour enfants de la république" (je sais pas si le titre du second est correct) peuvent aider le Cameroun.
Il dit en susbtance que la culture ou l'appartenance à une entité dit être spatiotemporelle, et non chromosommique. Ainsi, cela nou permettra d'éviter des marches anti-Bami que les JJ Ekindi ont organisé à Douala ou bien des démarcages à la con que les Mbomba Nkolo ont fait en toute impunité en 2008.
Chacun sera Camerounais, au pire de la région où il est né et/ou grandi, et non de la région d'origine de ses parents. Un grand pan sera alors franchi. pour y arriver, il faudra supprimer dans notre Constitution l'ignominie que les soit-disant constitutionnalistes (Stanislas Melone, Joseph Owona, Kamto, Bipoum Woum, Muna etc. ) ont intégré; le principe d'autochtonne et d'allogène.
cette notion est d'autant plus destructrice qu'elle crée des classes de camerunais selon qu'ils soeint originaires ou pas de la région dans laquelle ils vivent. Je vous pose une question: entre le fils de Douala Manga Bell qui vit en Alemagne, qui y paie ses impôts depuis des décennies et qui a pris le passeport allemand et Kamga qui est le petit fils d'un ancien travailleur au port de Douala et qui est né à Nylon et est prof au Lycée d'Akwa, qui entre ces deux personnes est plus douala et peut valablement se réclamer de la ville?

_________________
L'homme cherche à être heureux, alors que la société tente vainnement à le rendre bon, NJI.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nji



Inscrit le: 15 May 2008
Messages: 15135
Localisation: Koundja

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 9:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

italien a écrit:
Tchoko a écrit:
italien a écrit:
[.....]dejà merçi pour nous avoir fourni cette info mais la pertinence du debat se réfère justement sur les 2 éléments que j'ai édités en gras;
il est donc important que ces éléments soient d'actualité pour qu'on puisse apprécier à sa juste valeur l'orientation actuelle de cette indication politique (selon moi) fondamentale pour apporter de meilleures resolutions à la problématique qu'elle relève.

ce debat en tirera vraiment un benefice si nous retrouverions au plutot les références du décret en vigueur à nos jours Wink


J'ai l'impression que tu surestimes un peu le législateur camerounais...
man, ce sont pour la pluspart des compatriotes issues des grandes écoles internationales et donc bénéficieraient à juste titre cette surestimation autrement dit il serait difficile d'apprehender l'objectivité derrière la notion de EQUILIBRE REGIONAL ou bien?
Des soi-disant intellectuels ont pondu la bêtise d'autochtone et d'allogène pour l'inclure dans la constitution. On peut étudier dans de grandes écoles, masi mettre en pratique de bonnes politiques, c'est différent.
_________________
L'homme cherche à être heureux, alors que la société tente vainnement à le rendre bon, NJI.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nji



Inscrit le: 15 May 2008
Messages: 15135
Localisation: Koundja

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 9:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

enfin, pour moi le problème est tout autre.
vous saviez qu'au rwanda il n'y a pas de différence entre Hutus et Tutsi? Je veux dire physiquement. La seulle différence a été faite par les Belges pendant la colonisatiion en catégorisant deux parties de la société. si l'on avait un certain nombre de vaches, on était tutsi. Si on était cultivateur, on était Hutu et c'est sur ces bases que l'ethnicité est entrée dans leurs discours.

Au Cameroun, je crois que la solution n'est pas dans la déconstruction des Ethnies comme certains le pensent, mais à transcender cette donnée. Waddle a donné un exemple se rapportant au sport. Tchoko avait fait allusion à CiN en se demandant si le camerounasi lambda était comme ceux de sn forum. Je n'en sais rien, mais je crois que deux choses peuvent fair eà ce qu'on transcende nos clivages ethniques: le bienêtre social et ubn Etat qui donctionne.

_________________
L'homme cherche à être heureux, alors que la société tente vainnement à le rendre bon, NJI.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
italien
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 30 May 2008
Messages: 5001

MessagePosté le: Sun Jul 29, 2012 9:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Nji a écrit:
italien a écrit:
Tchoko a écrit:
italien a écrit:
[.....]dejà merçi pour nous avoir fourni cette info mais la pertinence du debat se réfère justement sur les 2 éléments que j'ai édités en gras;
il est donc important que ces éléments soient d'actualité pour qu'on puisse apprécier à sa juste valeur l'orientation actuelle de cette indication politique (selon moi) fondamentale pour apporter de meilleures resolutions à la problématique qu'elle relève.

ce debat en tirera vraiment un benefice si nous retrouverions au plutot les références du décret en vigueur à nos jours Wink


J'ai l'impression que tu surestimes un peu le législateur camerounais...
man, ce sont pour la pluspart des compatriotes issues des grandes écoles internationales et donc bénéficieraient à juste titre cette surestimation autrement dit il serait difficile d'apprehender l'objectivité derrière la notion de EQUILIBRE REGIONAL ou bien?
Des soi-disant intellectuels ont pondu la bêtise d'autochtone et d'allogène pour l'inclure dans la constitution. On peut étudier dans de grandes écoles, masi mettre en pratique de bonnes politiques, c'est différent.
merçi notable, je n'ai pas du tout douté non plus d'une telle analyse. Devrions-nous les sous-estimer pour accorder de la crédibilité à leurs politiques? Pour ma part, je pense qu'1 analyse objective de ce concept doit considerer le statut intellectuel de son auteur sinon on risquera de finir dans les discours du bar ou bien? Wink
_________________
Martin Luther King: «L'Afrique n'a besoin que des meilleurs. Quel que soit ce que vous fassiez, soyez les meilleurs ».
Nelson Mandela(18.07.1918--05.12.2013): «Education is the most powerful weapon for bring the change in the world».
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Bonaberi.com Index du Forum -> Divers Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 6, 7, 8, 9, 10, 11  Suivante
Page 7 sur 11

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site
Votre publicité ici ?