Bonaberi.com Publicité
Forum Bonaberi.com
Le Cameroun comme si vous y étiez
FAQFAQ RechercherRechercher Liste des MembresListe des Membres Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion
Les peuples du Cameroun
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Bonaberi.com Index du Forum -> A la découverte des peuples du Cameroun
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
meb
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 6873

MessagePosté le: Tue May 27, 2008 10:47 am    Sujet du message: Répondre en citant

otzi a écrit:
Les Fangs qui regroupent:

les Ewondo (ydé) (Gervais Mendozé)

les Eton (centre) (je ne connais pas de connus!)

les Bulu (sud , sangmélima, ébolowa) (Popol)

les Ntoumou (ambam, jusqu'en guinée équatoriale et au gabon) (Ondo Ndong, en prison!)

Je crois aussi que les Nanga Eboko appartiennent au groupe ethnique (je ne connais pas de connus!)

D'autres ethnies du groupe fang sont ainsi présentent en guniée équatoriale et au gabon;
on appelle souvent la branche des Fang du cameroun les Béti!!

moi j'habite à côté de Djoum (100 Km après sangmelima, de route non goudronnée), et je suis boulou, mais juste à Djoum, il y a la route des fang qui commence. (il y a aussi la route des zaman après; il y a donc trois routes, ndjong bulu, ndjong fang, ndjong zaman)
donc pour moi fang est un sous groupe comme boulou l'est aussi.
Et ces fang, on les retrouve au Gabon.

donc moi j'aurais fait une autre classification
- les ewondo
- les Eton
- les beti (bulu, fang, ...)
- sans compter les autres groupes manguissa, etc...
_________________
MEKTOUB

Ce n'est pas encore écrit, ça l'était juste...
sur http://mebene.over-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Nji



Inscrit le: 15 May 2008
Messages: 15134
Localisation: Koundja

MessagePosté le: Tue May 27, 2008 10:53 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pourquoi des groupes, sou-groupes, clans ethnies différentes chez les Béti/Fang comme ça??
Qui peut avoir une idée des querelles schismes qui ont divisé ces royaumes??

_________________
L'homme cherche à être heureux, alors que la société tente vainnement à le rendre bon, NJI.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marthy



Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 1980

MessagePosté le: Tue May 27, 2008 11:39 am    Sujet du message: Répondre en citant

Nji a écrit:

Merci, c'est une bonne réponse ça. Les autres ethnies comme les Bamiléké et Bamoun sont erconnus pour leurs regroupements partout où ils sont en tontines et réunions de tous genres. Comment ça se passe pour les Bassa'a?? S'éviten-t-ils ou ont ils leur djangui??

Nous n'avons pas de gros regroupements à ma connaissance. La seule vraie c'est le Elog-Mpoo, c'est comme le ngondo.
Mais pour les djangui, nous ne sommes pas là dedans. Ca doit etre du au fait que les bassas ne sont pas flop, du moins ceux venant du meme coin. Toi meme regarde un peu dans ton entourage, la proportion de basse qui viennent du meme coin.
Mais je ne pense pas que les bassa s'évitent, sauf si tu touches à sa femme, il va te lancer le moussong, on ne va pas te dire!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
gabocam



Inscrit le: 14 May 2008
Messages: 398

MessagePosté le: Tue May 27, 2008 12:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

les foulbés
peuple d'éleveurs, dont une minorité est restée nomade, est le plus nombreux (près de vingt millions) dans une immense région en forme d'arc qui va de la Guinée et du Sénégal (dont ils sont sans doute originaires) au Soudan, en passant par le Mali, le Burkina, le Bénin, le Niger, le Nigéria, le Tchad, la République Centrafricaine et donc le Cameroun...( garoua, maroua, ngaoundéré ..)

Islamisés progressivement depuis le XIè siècle, les Foulbés ont conservé leur langue commune, le foufouldé, et une forte identité fondée sur le fulaaku,( un code moral et social très exigeant ) ,privilégiant la discrétion (voire le secret), la liberté, la pudeur, la ténacité, une relation quasi-sacrée avec les animaux d'élevage mais aussi la curiosité et l'ouverture à l'égard des autres cultures. orgueilleux et fiers de leur racine. si vous allez au nord cameroun demandez à manger un bon foléré avec le gourka Smile ou bien un lalo à la viande de boeuf avec le gaouri , sans oublier le kossey ( beignets de niébé ke les nga vendent dans les plateaux partout partout là ). si vous êtes invités à manger dans une famille modeste du nord cameroun, n'oubliez pas les régles élémentaires de savoir vivre propre aux foulbés a savoir : se déchausser, avant de penetrer dans le saré. Avant de commencer le repas, la coutume veut que l'on se lave les mains avec de l'eau. Ensuite, chaque convive prend place autour du plat. Le service se fait dans un plat familial très grand, en général de forme arrondie.
Les hommes et les femmes mangent chacun de leur côté.
Chaque convive plonge alors les trois premiers doigts de sa main droite pour prendre le morceau de son choix de préférence celui qui est devant lui. La pôlitesse veut que l'on ne se serve pas des morceaux qui se trouvent devant son voisin.



recettes de foléré aux poissons fumés:
1 ou 2 bottes de folérés ( oseilles)
300g de pâte d'arachides
500g de poissons fumés ( n'importe mais le kouloungou c'est mieux Smile )
100g de niébé ( petits haricots blancs)
50 cl d'huile diamaor ( Smile )
la tatassé ( poudre de piment rouge)
sel
cube maggi
oignon (1)
ail
2 ou 3 tomates.
1 piment
lavez et découpez les feuilles de foléré en fine lamelles,
ecrasez la tomate, l'ail, le piment ainsi que la moitié de l'oignon.
dans une casserole, faire chauffer l'huile, ajouter la moitié de l'oignon découpé en lamelle, le poisson débarrassé de ses aretes, le niébé lavé, les condiments écrasés, salez et laissez mijoter 30 mn en touillant Smile ajoutez les foléré + le tatassé et le cube maggi. verser 50 cl d'eau, couvrez et laissez mijoter à feu doux.
dans un saladier, faire une bouillie de la pâte d'arachides avec 30 cl d'eau et versez le tout dans la casserole. surveillez la cuisson. une fois prêt. servir avec du bon gourka du cameroun ( foufou du cameroun)
on peut aussi remplacer le poisson par de la viande de boeuf séché c'est encore meilleur)



le kossey: ou beignets de niébé
2 tasses de niébé ou haricots cornilles
- 1/3 de tasse (soit 50 g environ) d'oignons hachés menu
- 1 oeuf
- 1 bouillon cube
- 1 piment fort
- sel et poivre
- bain de friture

Mettre les haricots cornille dans une grande quantité d’eau chaude et laisser tremper au moins 3h, voire une nuit.

Brasser entre les 2 mains les haricots afin de détacher les pellicules de la graine. Les pellicules ainsi détachées remontent et flottent à la surface, les éliminer complètement en rinçant plusieurs fois.

Mixer les haricots (au moins 3mn, en rajoutant l’eau peu à peu), afin d’avoir une texture mousseuse et la plus fine possible. Emietter le bouillon cube par-dessus, saler et poivrer, puis ajouter le piment préalablement haché fin et l’oeuf.
remixer pour mélanger le tout, goûter et rectifier l’assaisonnement, ajouter les oignons.

Chauffer le bain de friture, plonger à l’aide d’une cuillère des petits tas de pâte et les faire frire 3 a 5 minutes de chaque côté. Egoutter et maintenir au chaud.
Remarque: la pâte doit rester crémeuse. Si ce n’est pas le cas, battre au fouet entre 2 fritures. En effet, plus votre pâte est crémeuse, plus vos beignets seront légers et croustillants.
_________________
"les hommes c'est comme la neige, on ne sait pas combien de cm il y'aura et combien de temps ca va tenir"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nji



Inscrit le: 15 May 2008
Messages: 15134
Localisation: Koundja

MessagePosté le: Tue May 27, 2008 12:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai grandi dans le pays Foulbé. De trois à 15 ans, j'ai passé mon enfance au grand nor et c'était le pied. J'ai des amis peuhls et c'est une de meilleures expériences de la vie.
Je n'ai pas connu de peuple aussi humble et accueillant que ceux là.
Les plus belles femmes au monde (je dis bien au monde) sont les peuhls.
J'en ai connu beaucoup en Guinée Conakry et ce sont des grands entrepreneurs.

Proposition: Peut-on faire un peuple, un sujet?? Comme ça on sautera pas du coq à l'âne à chaque fois.
Merci

_________________
L'homme cherche à être heureux, alors que la société tente vainnement à le rendre bon, NJI.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
schola
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 4867

MessagePosté le: Tue May 27, 2008 5:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

mwa je suis de dschang plus precisement de foto par maman et de tsinkop par papa
dschang est 1 ville de l ouest cameroun située ds le departement de la menoue
elle est celebre par son univ ( tt le monde connait l invi de dschang Very Happy )

À 1 400 mètres d’altitude, sur le versant sud-est des Monts Bamboutos, Dschang dispose d’un micro climat (moyenne de 16 °C à 21 °C, maximum de 31 °C durant le mois le plus chaud en avril), qui en fait une zone de villégiature par excellence ; c’est après Foumban la première destination touristique de la Province de l'Ouest. La Commune Urbaine de Dschang a ouvert depuis juillet 1998 un Office du Tourisme ([1]), le premier créé au Cameroun, en collaboration avec celui de Nantes, Loire Atlantique ; corrélativement la coopération décentralisée Nantes-Dschang a financé un projet assainissement de la ville et l'approvisionnement de certains quartiers en eau.

Dschang est une ville historique, sous l’autorité allemande de 1884 à 1916, sous contrôle britannique de 1919 à 1920, et sous administration française jusqu’à l’accession du Cameroun à l’indépendance (1960).



La ville est connue des camerounais et de touristes étrangers pour son "Centre climatique", hôtel trois étoiles qui se singularise par sa situation à 1 500 mètres d'altitude sur les flancs de l'une des collines jouxtant la ville, ses pavillons individuels d'une, deux ou trois pièces, et son centre équestre...

L'endroit est très prisé des nationaux et des étrangers pour leurs vacances.

Les principales attractions touristiques sont :

Les chutes de "Mami wata" à 22 km et 45 minutes de la ville dans le village voisin de Fongo Tongo (la légende raconte qu'une sirène "mami wata" y vivrait et sortirait de temps en temps séduire un homme et l'emporterait ensuite dans les profondeurs pour en faire son amant. Cette sirène est la bienfaitrice du village Apouh, un culte lui est rendu chaque année).
Les différentes chefferies traditionnelles environnantes (dont Foto, Bafou, Foreke, Fongo Tongo...).
Le marché de Dschang et son pavillon d'exposition d'artistes contemporains de la ville.
Le Ngan, le marché qui se tient toutes les semaines (bain de foule assuré).
Le magnifique panorama de paysages montagneux recouverts de parcelles semées de diverses cultures et entrecoupées de haies d'hibiscus et autres plantes utilisées ici de manière traditionnelle pour délimiter les parcelles et contenir le bétail dans des enclos.
Le lac municipal, lac de retenue créé dans les années 60, d’une superficie d’environ 40 hectares, situé à proximité du siège de l’Alliance franco-camerounaise et de l’aéroport désormais désaffecté.
Le centre artisanal, en face de l’hôpital central.
Les cérémonies des Funérailles : de novembre à mai, musiques et danses traditionnelles.

notre plat typique est le kwa ndzap qui est constitué de macabos pilés et de legumes verts et ceux kon consomme bcq st: le kondrè, le metita( pommes pilés avc du haricot) , le taro a la sauce jaune, le couscous de mais avc la sauce gombo ou les legumes...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
karlyne



Inscrit le: 22 May 2008
Messages: 231
Localisation: Pas très loin de toi

MessagePosté le: Wed May 28, 2008 2:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Athalie a écrit:
:
[/si

Citation:
Les femmes Bassa'a sont réputées être chères (comprendre leur dot est exorbtante) comment se passent les formalités de mariage, des fiançailles à la célébration??

[size=18]
C'est ce qu'on dit.Je le saurai lorsque je serai dans le rang.
En ce qui concerne les formalités,chauqe tribus a une facon de procéder.[size=18]Chez nous, tu donnes Cinq Millions de franc Cfa, Les boeufs,chevres( je ne connais pas le nombre exact),Les Dame-jeanne de vin de palme, Le vin rouge, l'adoption d'un des enfants de la belle famille etc..
.[/size]




e].

Aieeeeee!!!!!! mamie tout ça seulement pour une femme?heureusement que ce n'est pas pareil dans toutes les tribues dèh! sinon le celibat serait mieux! Laughing
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
karlyne



Inscrit le: 22 May 2008
Messages: 231
Localisation: Pas très loin de toi

MessagePosté le: Wed May 28, 2008 2:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

schola17 pourquoi les dschang de Foto appelent ceux de Bafou, des traites?

Concernant vos plats, j'ai déjà eu à gouter le dzap(c'est une amie de chez toi qui me l'avait cuisiné), je t'assure que j'ai tchop ça jusqu'à j'ai failli mème couper mes doigts, tellement c'était bon!!!!!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
schola
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 4867

MessagePosté le: Thu May 29, 2008 9:05 am    Sujet du message: Répondre en citant

karlyne a écrit:
schola17 pourquoi les dschang de Foto appelent ceux de Bafou, des traites?

Concernant vos plats, j'ai déjà eu à gouter le dzap(c'est une amie de chez toi qui me l'avait cuisiné), je t'assure que j'ai tchop ça jusqu'à j'ai failli mème couper mes doigts, tellement c'était bon!!!!!


je ne sais pas hein mais je vais me renseigner et je viendrais te le dire
c est vrai ke l affaire la est bon 1 genre Very Happy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elan D'Anjou De PimPim



Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 10711
Localisation: Dans le Nchoutou

MessagePosté le: Thu May 29, 2008 9:22 am    Sujet du message: Répondre en citant

schola17 a écrit:
dschang est celebre par son univ ( tt le monde connait l invi de dschang Very Happy )
...


tu as oublié de parler du porc de tchang. tchang est plus dcélèbre par son porc que par autre chose !quand tu parles de tchang c'est d'abord le porc qu'on voit.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
schola
Shabbaeur du lac


Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 4867

MessagePosté le: Thu May 29, 2008 9:42 am    Sujet du message: Répondre en citant

ElanPimPim a écrit:
schola17 a écrit:
dschang est celebre par son univ ( tt le monde connait l invi de dschang Very Happy )
...


tu as oublié de parler du porc de tchang. tchang est plus dcélèbre par son porc que par autre chose !quand tu parles de tchang c'est d'abord le porc qu'on voit.


le way ke t ignore c est ke ns on eleve et les mboudas mangent Razz
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bonaberi
Site Admin


Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 97

MessagePosté le: Thu May 29, 2008 11:43 am    Sujet du message: Répondre en citant

A la découverte des Elog Mpoo (Bakokos et assimilés)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
babette



Inscrit le: 14 May 2008
Messages: 44

MessagePosté le: Thu May 29, 2008 5:13 pm    Sujet du message: Répondre en citant

meb a écrit:
otzi a écrit:
Les Fangs qui regroupent:

les Ewondo (ydé) (Gervais Mendozé)

les Eton (centre) (je ne connais pas de connus!)

les Bulu (sud , sangmélima, ébolowa) (Popol)

les Ntoumou (ambam, jusqu'en guinée équatoriale et au gabon) (Ondo Ndong, en prison!)

Je crois aussi que les Nanga Eboko appartiennent au groupe ethnique (je ne connais pas de connus!)

D'autres ethnies du groupe fang sont ainsi présentent en guniée équatoriale et au gabon;
on appelle souvent la branche des Fang du cameroun les Béti!!

moi j'habite à côté de Djoum (100 Km après sangmelima, de route non goudronnée), et je suis boulou, mais juste à Djoum, il y a la route des fang qui commence. (il y a aussi la route des zaman après; il y a donc trois routes, ndjong bulu, ndjong fang, ndjong zaman)
donc pour moi fang est un sous groupe comme boulou l'est aussi.
Et ces fang, on les retrouve au Gabon.

donc moi j'aurais fait une autre classification
- les ewondo
- les Eton
- les beti (bulu, fang, ...)
- sans compter les autres groupes manguissa, etc...


pas vraiment meb, ce serait plutôt Bulu (bulu - Fong) - Fang(Ntumu) - Béti(Ewondo, Eton, Manguissa etc...). L’ethnie Beti-Bulu-Fang a une langue commune malgré la diversité des dialectes. En effet, les parlers constituent une seule et même langue. Les différences entre eux tiennent à de légères spécificités de vocabulaire, mais surtout à la prononciation. La syntaxe est pratiquement identique d’un dialecte à l’autre, et les différences grammaticales sont négligeables. De la sorte, l’inter-communication entre Fang, Beti et Bulu ne pose pas de problème.

@ Otzi : Mendo Ze n'est pas un Ewondo mais bien un Bulu de Sangmelima, plus précisément de Nkonmekak

Je suis quand à moi Bassa'a du Nyong et Kelle par mon père et Fong de Zoétélé par ma mère
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
babette



Inscrit le: 14 May 2008
Messages: 44

MessagePosté le: Thu May 29, 2008 5:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Nji a écrit:
Pourquoi des groupes, sou-groupes, clans ethnies différentes chez les Béti/Fang comme ça??
Qui peut avoir une idée des querelles schismes qui ont divisé ces royaumes??


Il n y a pas eu de schismes ou querelles à proprement parler, ce sont les migrations et les mélanges avec d'autres peuples qui ont modifié la langue en plusieurs dialectes pas très différents.... Ce ne sont non plus des royaumes. Un aperçu de l'organisation des peuples Fang-Bulu-Béti :

L’organisation politique et sociale :
La structure sociale et politique chez les Fang ou Beti, se caractérise par trois éléments essentiels : la liberté, la parenté et l’absence d’une organisation politique centralisée.

La liberté : Le mot «Beti» est traduit en français par les seigneurs, ou les hommes libres. L’espace Beti est donc un espace de liberté à grande tendance égalitaire où les groupes sociaux sont établis en fonction de la parenté.

La parenté : Les seules structures que l’on trouve en pays Beti sont la famille étendue, le lignage et la tribu. Ces trois structures correspondent respectivement au ndabot, au mvog (chez les Beti) ou esa (chez les Fang) et à l’ayon. Toutefois, le Mvog reste l'unité fondamentale de toute l'organisation sociale. La structure sociale dominante de la société Beti est donc une structure par patri-lignage emboîté. Le mot «mvog» « désignera l’ensemble des descendants de l’homme fondateur ou de la femme fondatrice…Le mvog pourra alors se traduire par «lignage», à condition qu’on comprenne bien qu’il s’agit toujours de patrilignage, même si l’éponyme est une femme. Tout géniteur fonde de ce fait un lignage, un mvog, ou si l’on préfère, tout segment de lignage est le point de départ d’un nouveau mvog qui s’emboîte dans le précédent, chaque enfant appartenant à la fois au mvog de son père, à celui de son grand-père paternel, à celui de son arrière grand-père et ainsi de suite..

L’absence d’une organisation politique centralisée : Chez les Beti, la prééminence est «basée sur la filiation », et déterminée par la séniorité. La préséance est donc reconnue à l’aînesse (Ntol). Mais bien que la séniorité crée l’autorité d’une manière automatique, cette dernière est limitée, souvent menacée par le principe qui veut que «le plus capable» soit le plus influent. Et souvent aussi, l’autorité dont bénéficie l’aîné paraît soumise à un contrôle efficace. Ainsi, ce n’est que lorsque son équité et l’efficacité de son pouvoir d’exécution étaient reconnus que le Nyàmoro (l'ainé) devenait chef dans sa zone d’influence. Au cas où le pouvoir n’est pas basé sur la séniorité, ou alors si l’aîné est incapable de gouverner, d’autres éléments peuvent conférer le statut de leader dans la société Beti à tendance égalitaire.

• D’abord pour s’imposer comme Chef, le physique était nécessaire par le passé, mais celui-ci n’était toutefois ni obligatoire ni suffisant;

• Ensuite le don de la parole et l’éloquence sont d’autres qualités que doit réunir un individu pour prétendre au leadership en pays Beti. L’art de «gouverner » est pour l’essentiel le maniement du langage, car le don oratoire permet sans aucun doute de posséder son auditoire.

•À ces premières caractéristiques du pouvoir vont s’ajouter deux autres importantes à savoir : le courage (ayog) et la générosité (akàb). La générosité du chef de lignage chez les Beti apparaît sans aucun doute la qualité la plus importante.

Ainsi, le chef est, chez les anciens Beti, celui dont la communauté attendait les plus éminents services. En effet, le chef chez les Beti doit se montrer akàb ; mot à mot « Partageur » de (Kàb : partager), qualité souvent associée au mot mgba ; (sociable, affable). La richesse qu’il a acquise, il doit la redistribuer, et d’abord à ses descendants ; mais aussi, bien qu’il ne soit lié là par aucune obligation définie, on s’attend à ce qu’il fasse profiter ses pères, ses frères, ses voisins, voire l’étranger de passage à qui il donnera une large hospitalité. Il est le premier du pays, celui chez qui on est sûr de trouver toujours à manger, et vont profiter à plus forte raison de sa richesse ceux envers qui il a des devoirs précis : beaux-parents et neveux par exemple.

Dans ces circonstances, la société Beti ne peut que valoriser à l’extrême l’homme capable de réunir en lui toutes ces qualités et d’influencer suffisamment les innombrables chefs indépendants pour les orienter vers les objectifs communs. Le pouvoir chez les Beti est donc d’abord personnalisé. Le chef dans cette société doit être un «mfan mot», «vrai homme», un ntomba « homme distingué », et un nkukuma « homme vraiment riche ».

• La société Beti, par ce jeu de force plus ou moins antagoniste, variable en intensité selon les conjonctures, est préservée à l’encontre de toute concentration excessive de pouvoir ; cela explique qu’elle n’ait pas permis, malgré son caractère de société militaire conquérante, l’apparition d’une féodalité au moins rudimentaire. Le pouvoir, rigoureusement contrôlé ne s’est organisé qu’au niveau des unités réduites –village ou groupes de villages parents ou voisins».
Au regard des éléments ci-dessus présentés, on peut dire que le leadership dans le contexte Beti-Fang peut s'accommoder du modèle paternaliste du "père protecteur" où le pouvoir est au service de ceux sur qui il s'exerce.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Abdel



Inscrit le: 22 May 2008
Messages: 404

MessagePosté le: Thu May 29, 2008 5:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

babette a écrit:


pas vraiment meb, ce serait plutôt Bulu (bulu - Fong) - Fang(Ntumu) - Béti(Ewondo, Eton, Manguissa etc...). L’ethnie Beti-Bulu-Fang a une langue commune malgré la diversité des dialectes. En effet, les parlers constituent une seule et même langue. Les différences entre eux tiennent à de légères spécificités de vocabulaire, mais surtout à la prononciation. La syntaxe est pratiquement identique d’un dialecte à l’autre, et les différences grammaticales sont négligeables. De la sorte, l’inter-communication entre Fang, Beti et Bulu ne pose pas de problème.

@ Otzi : Mendo Ze n'est pas un Ewondo mais bien un Bulu de Sangmelima, plus précisément de Nkonmekak

Je suis quand à moi Bassa'a du Nyong et Kelle par mon père et Fong de Zoétélé par ma mère



Merci pour cette précision importante.

bon maintenant peux-tu nous dire aussi de quel groupe appartiennent

-les Nanga (Chantal Biya)
-les Yesum (Paul Biya)

_________________
en gros
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
foxyforever
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 9578
Localisation: Juste derriere toi

MessagePosté le: Thu May 29, 2008 5:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Jojo11, viens dire pour les Bandjounais ici, nessa tu es a la chefferie.
_________________
Health for everyone. http://www.ascovime.fr/?lang=en
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Nji



Inscrit le: 15 May 2008
Messages: 15134
Localisation: Koundja

MessagePosté le: Thu May 29, 2008 6:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ce que je craignais est entrain de s'empirer. On est sr le même sujet avec plein de tribus et on s'en sort plus.
JE vous propose d'ouvrir un sujet chacun pour plus d'organisation et de simplicité.
LE webmassa peut nous aider. Sinon, je ferrai un petit truc e soir à mon retour du ciné. Je vais segmenter tout ça en un sujet-un peuple pour que ce soit plus clair.
J'attends vos observations dessus.

_________________
L'homme cherche à être heureux, alors que la société tente vainnement à le rendre bon, NJI.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
foxyforever
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 9578
Localisation: Juste derriere toi

MessagePosté le: Thu May 29, 2008 6:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis Bandjounaise et Bayangam, mais je ne connais rien de la culture yogam parce qu'on ne m'a jamais expose a cette derniere. meme ma mater ki est yogam ne veut pas qu'on aille la bas.

Bandjoun est le chef lieu du Departement du Koung-Khi, situe entre Baham et Bayangam juste apres les echangeurs de l'Ouest.
Bandjoun a l'une des cheffeies les plus importantes du pays Bamileke avec a sa tete Fo Ndjomo Kamga Honore, successuer du celebre Ngnie Kamga.

langue: Nghomala

Symbole du chef: Lion

Le chef est assiste dans ses decision par le consil des neuf nottables envore appelles Nkam, et les reunions se tiennent dans une salle appellee La'Nkam ou seuls les notables et le cheuf ont acces. C'est aussi dans cette salle ke l'on choisit le successeur du chef et son initiation se deroule aussi dans le La'Nkam. Il ya aussi le conseil des sept notables qui viennent apres les neuf et qui sont des administrateurs au village. Ils ont aussi un case ou se passe leur succession et seuls les membres et le successuer y ont access(mon beau frere a succedder a son pere, je suis allee a la ceremonei mais j'ai pas pu entrer dans la salle d'intronisation).
La concession du roi est tres sacree et il est interdit de s'y promener la bas dans la nuit parce que tu peux y rencontrer des esprits et animaux du chef. (Mon cousin a fait erreur de desobeir un jour et il s'est rencontre nez a nez avec un lion ou Nomtema (ki signifie lion en Nghomala) qui est aussi le symbole du chef).
Chaque quartier a aussi a sa tete un chef du quartier qui rend compte au roi.

Bandjoun est aussi connu par la presence de l'IUT de Bandjoun, pas loin de mon quartier nomme Fam-mwah (entree aviateur pour ceux qui s'y connaissent).

Lorsqu'il y a succession dans une famille et que le successeur est designe, la famille doit allee presenter leur successeur au chef tout en apportant avec eux des dons pour le chef. Quand j'etais au lage en 2005 nessa apres la reunion familiale ils sont alles presenter le successuer au che, ils ont passe toute la journee la bas ja'i dit niet je ne pars pas on peut me choisir comme prochaine femme du chef surtout que j'ai les arguments qui repondent.Laughing Laughing

Reine mere (ou mere du chef): Mafo ( Vous comprennez donc pourquoi je respecte Jojo parce qu'elle a un titre, sans blangue).

Nkoung: titre porte par la premiere femme du chef

Njuikam: titre porte par la premiere femme du predecesseur du roi

Chaque membre important de la chefferie a une tabouret a trois pieds (j'ai oublie le nom) dont seuls les femmes peuvent s'asseoir. Mon pater a le meme et mes freres ne peuvent pas sa'asseoir sur ce tabouret. Seul le successeur de mon pater aura droit a ce tabouret et comme on ne le connait pas encore (vu que mon paternel est encore avec nous), je continue donc a savourer ce tabouret qui me manque.

J'attend vos kestions.
_________________
Health for everyone. http://www.ascovime.fr/?lang=en
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
foxyforever
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 9578
Localisation: Juste derriere toi

MessagePosté le: Thu May 29, 2008 6:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Nji a écrit:
Ce que je craignais est entrain de s'empirer. On est sr le même sujet avec plein de tribus et on s'en sort plus.
JE vous propose d'ouvrir un sujet chacun pour plus d'organisation et de simplicité.
LE webmassa peut nous aider. Sinon, je ferrai un petit truc e soir à mon retour du ciné. Je vais segmenter tout ça en un sujet-un peuple pour que ce soit plus clair.
J'attends vos observations dessus.

Je suis d'accord avec toi. Tu peux segmenter comme suit: bamilekes, sawa... et comme cela chaque personne peut trouver son peuple et y poster. comme cela ca nous (moi particulierement) de voir les differences et ressemblances entre certains peuples de la meme tribue. Example: Bayangam, bandjoun, Baham Bafoussam qui sont tous des peuples Bams.
Tres belle initiative Nji.
_________________
Health for everyone. http://www.ascovime.fr/?lang=en
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
babette



Inscrit le: 14 May 2008
Messages: 44

MessagePosté le: Fri May 30, 2008 10:01 am    Sujet du message: Répondre en citant

Abdel a écrit:
babette a écrit:


pas vraiment meb, ce serait plutôt Bulu (bulu - Fong) - Fang(Ntumu) - Béti(Ewondo, Eton, Manguissa etc...). L’ethnie Beti-Bulu-Fang a une langue commune malgré la diversité des dialectes. En effet, les parlers constituent une seule et même langue. Les différences entre eux tiennent à de légères spécificités de vocabulaire, mais surtout à la prononciation. La syntaxe est pratiquement identique d’un dialecte à l’autre, et les différences grammaticales sont négligeables. De la sorte, l’inter-communication entre Fang, Beti et Bulu ne pose pas de problème.

@ Otzi : Mendo Ze n'est pas un Ewondo mais bien un Bulu de Sangmelima, plus précisément de Nkonmekak

Je suis quand à moi Bassa'a du Nyong et Kelle par mon père et Fong de Zoétélé par ma mère



Merci pour cette précision importante.

bon maintenant peux-tu nous dire aussi de quel groupe appartiennent

-les Nanga (Chantal Biya)
-les Yesum (Paul Biya)


Les nanga appartiennent au groupe Beti-Boulou-Fang
Les Yesum constituent un lignage du sous-groupe Boulou... un Ayon comme je l'ai expliqué plus haut
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Bonaberi.com Index du Forum -> A la découverte des peuples du Cameroun Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site
Votre publicité ici ?