Bonaberi.com Publicité
Forum Bonaberi.com
Le Cameroun comme si vous y étiez
FAQFAQ RechercherRechercher Liste des MembresListe des Membres Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion
La france a t-elle encore un avenir ?
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Bonaberi.com Index du Forum -> Divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
stevedembeng
Petit shabbaeur


Inscrit le: 04 Nov 2008
Messages: 1181

MessagePosté le: Sat Sep 08, 2012 12:42 pm    Sujet du message: La france a t-elle encore un avenir ? Répondre en citant

Bonjour à tous


La France a toujours été un grand pays.
Son Histoire, sa gastronomie, ses monuments, ses décors divers et variés, son folklore, ses pièces de théatre, ses humoristes, son rap et pleins d'autres éléments font d'elle un pays que j'apprécie particulièrement beaucoup et dans lequel je trouve qu'y vivre est particulièrement agréable.

Mais, sur un autre plan, je pense que ce pays est clairement en déclin.
Je vous explique pourquoi :

1/ Le niveau de vie est en fort recul (selon les derniers chiffres, 1 français sur 7 vit avec moins de 900€). Le pays s'appauvrit à vue d'oeil. Tu vois de plus en plus de jeunes mendier dans les métros, de plus en plus de retraités faire les poubelles en fin de marché, de plus en plus de personnes s'habiller grâce à Emmaus, de plus en plus de gens se nourrir grâce aux restos du coeur.

2/ La croissance économique flirte dangereusement avec les zones négatives. On nous a annoncé un récent 0%, mais je suis sur que ce chiffre a été avancé pour ne pas effrayer les investisseurs.
Pour les non-experts, croissance nulle :
Une croissance nulle ou négative, cela veut dire moins de biens et services, donc moins de consommation : moins de services d’éducation, de santé, de loisirs, de culture, de communication, de logements, etc. Cela signifie aussi moins de pouvoir d’achat puisque les vrais revenus ne peuvent provenir que des services rendus, de la production marchande

3/ Le chômage n'a jamais été aussi haut et il va très certainement continuer à augmenter.
De plus en plus d'espagnols et italiens viennent en France pour trouver du travail parce que même chez eux il n'y en a plus. Autant dire que dans quelques mois, trouver un boulot pour ceux qui n'en ont pas un sera 2 fois plus complexe.
Les licenciements et fermetures d'entreprise sont légions et cette hémorragie ne semble pas s'arrêter (3300 personnes chez PSA, 5000 emplois chez Arcelor Mittal, 5000 emplois chez Air France, 800 chez Crédit agricole, 800 chez SG, 400 chez BNP, et pleins d'autres ...)

4/ La percée des extrêmes est certes une conséquence de ce que j'ai cité plus haut, mais elle contribue à ce sentiment d'inconfort.
Que ce soit l'extreme droite qui indexe l'étranger comme le problème (et donc qui vous font vous sentir de trop dans un pays où - pour ma part- j'apporte plus que je ne reçois) ou l’extrême gauche qui indexe le riche comme le problème (et donc qui annihile vos velléités d'entreprendre et de vous enrichir), on se rend compte qu'on est dans un système qui tôt ou tard va se retourner contre nous

5/ Le système scolaire part en vrille. De plus en plus, je me demande si quand j'aurai des enfants j'aimerai qu'ils grandissent en france. Et de plus en plus, j'en doute.


Tous ces éléments me font me poser, vous poser cette question : La France a t-elle encore un avenir ?


J'appelle celles et ceux qui ont des expériences à l'étranger (chine, canada, us, somalie, belgique) à venir partager leurs avis et expériences et à nous dire si l'herbe est plus verte ailleurs ou pas.

http://www.youtube.com/watch?v=JehmFNYzMXA
_________________
Le camer est dans le ndem


Dernière édition par stevedembeng le Sat Sep 08, 2012 12:45 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Waddle



Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 17411

MessagePosté le: Sat Sep 08, 2012 12:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tout ce que tu dis là, on pourrait presque remplacer par n'importe quel autre pays d'Europe, et ça resterait toujours vrai.

Ce n'est pas spécifique à la France, mais c'est la grosse crise financière européenne qui reflète tout cela. La Grèce est en faillite, l'Espagne et l'Italie sont pas loin, le Portugal également, la croissance en Allemagne au dernier trimestre a été nulle, bref, c'est une question de crise.
_________________
La vie c'est le ludo. Parfois tu peux jouer un, parfois tu peux jouer deux chaines quatre comme ca...

Allez visiter mon blog:

Mon blog
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
stevedembeng
Petit shabbaeur


Inscrit le: 04 Nov 2008
Messages: 1181

MessagePosté le: Sat Sep 08, 2012 12:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Waddle a écrit:
Tout ce que tu dis là, on pourrait presque remplacer par n'importe quel autre pays d'Europe, et ça resterait toujours vrai.

Ce n'est pas spécifique à la France, mais c'est la grosse crise financière européenne qui reflète tout cela. La Grèce est en faillite, l'Espagne et l'Italie sont pas loin, le Portugal également, la croissance en Allemagne au dernier trimestre a été nulle, bref, c'est une question de crise.


Donc en fait on doit quitter l'europe d'après toi ?
_________________
Le camer est dans le ndem
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Waddle



Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 17411

MessagePosté le: Sat Sep 08, 2012 12:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

stevedembeng a écrit:
Waddle a écrit:
Tout ce que tu dis là, on pourrait presque remplacer par n'importe quel autre pays d'Europe, et ça resterait toujours vrai.

Ce n'est pas spécifique à la France, mais c'est la grosse crise financière européenne qui reflète tout cela. La Grèce est en faillite, l'Espagne et l'Italie sont pas loin, le Portugal également, la croissance en Allemagne au dernier trimestre a été nulle, bref, c'est une question de crise.


Donc en fait on doit quitter l'europe d'après toi ?
Je ne sais pas...
_________________
La vie c'est le ludo. Parfois tu peux jouer un, parfois tu peux jouer deux chaines quatre comme ca...

Allez visiter mon blog:

Mon blog
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
stevedembeng
Petit shabbaeur


Inscrit le: 04 Nov 2008
Messages: 1181

MessagePosté le: Sat Sep 08, 2012 12:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Waddle a écrit:
stevedembeng a écrit:
Waddle a écrit:
Tout ce que tu dis là, on pourrait presque remplacer par n'importe quel autre pays d'Europe, et ça resterait toujours vrai.

Ce n'est pas spécifique à la France, mais c'est la grosse crise financière européenne qui reflète tout cela. La Grèce est en faillite, l'Espagne et l'Italie sont pas loin, le Portugal également, la croissance en Allemagne au dernier trimestre a été nulle, bref, c'est une question de crise.


Donc en fait on doit quitter l'europe d'après toi ?


Je ne sais pas...




Pour une fois Waddle ne sait pas.

Ca a cuit Very Happy
_________________
Le camer est dans le ndem
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Makanaki
Petit shabbaeur


Inscrit le: 05 Jun 2011
Messages: 1061
Localisation: Gillette

MessagePosté le: Sat Sep 08, 2012 5:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le cameroun a t il un avenir? Confused
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dino
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 24 May 2008
Messages: 7296

MessagePosté le: Tue Sep 11, 2012 2:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Oui




U Patri Cool
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
stevedembeng
Petit shabbaeur


Inscrit le: 04 Nov 2008
Messages: 1181

MessagePosté le: Tue Sep 11, 2012 2:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Makanaki a écrit:
Le cameroun a t il un avenir? Confused


OUI. Et il est radieux
_________________
Le camer est dans le ndem
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Platon
Petit shabbaeur


Inscrit le: 04 Nov 2010
Messages: 1148

MessagePosté le: Tue Sep 11, 2012 3:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Celà équivaudrait en quelque sorte à se demander si la France a les moyens de traverser cette crise et de rétablir une bonne situation à l'issue de cette période plutôt difficile.
Je pense que non, personnellement.
Car bien qu'actuellement, le problème soit lié à la conjoncture, la racine de tous les maux est structurelle. Le modèle capitaliste tel qu'on l'a toujours connu a plusieurs failles, et la France en particulier, qui à droite comme à gauche, reste tout te même fortement ancrée sur un système orienté social, souffre encore plus car il faut financer ses mesures. Un petit texte, qui il y'a quelques mois, m'avait semblé plutot intéressant...

http://www.tantquil.net/2011/12/24/si-la-crise-etait-un-film-dhorreur/#more-1042

Citation:

Si la crise était un film d’horreur…
Si la crise était un film d’horreur, le moment d’avant 2008 et l’effondrement des banques serait le moment ou tout se déroule bien et la vie de la petite ville américaine se passe normalement.

La période qui commence en 2008 et dans laquelle nous sommes en ce moment serait le moment où des signes du monstre apparaissent. Des gens disparaissent, on retrouve des tags horribles en lettres de sang et les héros de la petite ville commencent sérieusement à s’inquiéter. Cela dit, le pire reste encore à venir, en France cela se manifeste par le début de l’austérité, le menace de la perte de la note Triple A, la montée du chômage et la baisse du pouvoir d’achat.

Le troisième moment, qui n’est pas encore arrivé est celui où le monstre se révèle et commence à massacrer tout le monde, retourne des voitures et incendie des bâtiments et tout le monde fuit désespérément. C’est ce qui se passe en Grèce en ce moment, et qui menace le reste de l’Union Européenne

La raison pour laquelle on risque de se retrouver dans cette situation est que cette crise est structurelle et non conjoncturelle. En effet la crise trouve sa source dans deux failles du système capitaliste.
La première est la crise de la valorisation et la deuxième, la crise de débouchés ou crise salariale. Celles-ci s’alimentent mutuellement.
Crise de la valorisation

Tout d’abord, il faut se rappeler brièvement de l’histoire économique des 60 dernières années. De 1945 à 1975 dans l’ensemble des pays capitalistes industrialisés suivent un modèle économique de capitalisme dit keynésien. Celui-ci se caractérise par une forte intervention de l’état dans l’économie, un partage de la croissance qui est forte (de l’ordre de 3 ou 4%) entre salariés et patronat, et une consommation de masse alimentée par les augmentations de salaire.

En France ce sera l’ère de l’accès des ménages à la télévision, à l’électroménager, aux vacances, aux pavillons, etc.

A partir des années 70, ce modèle de capitalisme est en crise et on passe à un nouveau type de capitalisme, néo libéral. Ce capitalisme est défini par une baisse relative des salaires (en France, 240 milliards d’euros par an par rapport à 1975), un grande financiarisation (développement de la bourse, du crédit à la consommation), une délocalisation de la production industrielle (vers des pays à bas salaires) et un démantèlement progressif de l’état providence (dans les années 80 en Angleterre et aux USA depuis les années 90 en Europe et au Japon). C’est un capitalisme ou la bourgeoisie, les multinationales ont encore plus de pouvoir et surtout, qui est en crise larvée de façon permanente.

En effet ce capitalisme souffre d’une crise de la valorisation qui date de la période précédente.

( La valorisation est le mécanisme par lequel le capitalisme extrait de la plus-value du procès de production ; Plus concrètement, cela veut dire que c’est la part qui reste au patron sur le prix d’une marchandise une fois enlevé le cout du travail, des matières premières et des machines.)

Dans les années 70, ce taux baisse à cause de plusieurs facteurs : monétaires, augmentation de la conflictualité qui pousse à une hausse de la part des salaires dans le PIB, renchérissement de l’énergie et ralentissement des débouchés.

Pour résoudre cette crise de la valorisation, sont prises des mesure qui vont créer une crise salariale et une crise de débouchés.

Crise salariale

Deux mécanismes principaux qui vont mener à la crise qu’on connait qui est la crise du capital néolibéral.

Restauration du profit par la réduction de la masse salariale : Cela est mis en œuvre par la mise en concurrence accrue des salaries. La délocalisation des industries masse (textile, industrie lourde) des pays du centre vers la périphérie (Taiwan, Corée, Singapour, puis Mexique, Chine, Maghreb, Indonésie) a deux conséquences :

- L’émergence d’un chômage massif qui permet de précariser la main d’œuvre dans les pays développés, et de faire baisser les salaires de façon relative.

- La possibilité de produire des biens manufacturés à très faible cout de travail dans les pays de la périphérie et de les revendre grâce au développement de la globalisation du capital dans les pays.

En gros je vais prendre l’exemple (complètement fictif) d’une télé.

Une télé Ecran plat LCD vendue 500 euros produite en France va couter : 100 euros de matières premières, 100 euros de machines (amortissement d’investissement outils et recherche), 220 euros de travail (calculés en heures) et 10 euros de transport pour le mener au supermarché. On a un cout de production de 430 euros et 70 euros de profit.

En France le cout d’une heure de travail au salaire minimum est de 16,2 euros pour l’employeur. En Chine le cout horaire d’un salaire ouvrier horaire est de 0,30 centime d’euro.

Maintenant on prend la même télé produite en Chine et vendue en France. On a toujours 100 euros de matières premières, 100 euros de machines mais plus que 22 euros de travail et 100 euros de transport, ce qui fait un total de 322 euros, ce qui fait 178 euros de profit.

→Le capital a réussi à restaurer son taux de profit Le problème c’est que c’est un tour de passe passe, parce qu’il y a un autre facteur dans le fonctionnement du capitalisme : celui des débouchés.

En effet une fois le bien produit, il faut le vendre, or dans les économies développées le principal débouché cela va être les salariés qui vont acheter les biens souvent inutiles qu’ils ont produit. Malheureusement, vu que les salaires n’augmentent plus et que de plus en plus de produits sont fabriqués dans des pays à bas cout de main d’œuvre, la demande ne va pas augmenter, (ce qui s’est passé dans les années 80 et 90) ou même baisser (ce qui se passe depuis le début de la crise). En plus pour ce qui est du profit généré l’investissement dans de nouveau moyens de production de sera pas rentable. Cela va créer une masse d’argent, de monnaie qui ne trouve pas de débouché dans l’économie réelle.

En 2010, les revenus du capital, part dans la valeur ajoutée s’élèvent à 32% soit 608 milliards d’euros. L’investissement, c’est-à-dire ce qui est réinjecté dans l’économie concrète s’élève à 17% du PIB, soit 323 milliards d’euros. Cela laisse 15 % du PIB aux mains du capital qui doit trouver une rentabilité.

Cet argent va chercher à trouver de nouveaux débouchés mais cette fois ci dans le capital fictif.

Celui-ci va être le nouvel élément qui permet au capital qui a résolu temporairement la crise de valorisation de résoudre la nouvelle crise qu’il a créé en germe : la crise salariale.

La capital fictif est le capital qui n’implique pas de processus de production financier : c’est des produits financiers : obligations, action, subprimes, crédit.

L’investissement dans le capital fictif qui devient le secteur dominant de l’économie capitaliste a en retour des conséquences :

- Elle permet de restaurer le taux de profit, pour la portion de capital extraite chaque année qui ne peut pas être investi dans l’économie réelle.

Par contre comme c’est du capital fictif, des bulles sont créées dans les secteurs des produits financiers et l’immobilier.

Ce sont des bulles car rien ne justifie la montée des prix à part le fait que les gens achètent, il n’y a pas de production en plus derrière. Par exemple à Paris, les prix de l’immoblier doublent entre 2000 et 2010, mais le travail et les matières premières pour produire des logements restent les mêmes. Ces bulles explosent lorsque la demande pour ces produits baisse, détruisant de la valeur.

Par ailleurs, l’investissement dans le capital fictif permet aussi de développer le crédit. Le crédit en retour permet de doper la consommation atone à cause de la crise salariale et de préserver la croissance. Sauf qu’en 2008, la bulle du crédit qui ne valait plus rien, explose, ce qui nous amène au passage d’une crise larvée à une crise ouverte.

Une crise systémique

Les Etats, pour soutenir le crédit, qui est essentiel à l’économie à court terme payent les banques et mettent en œuvre des plans de relance de l’économie (ce qui se passe en 2008 et 2009). En retour, ils s’endettent d’autant plus que la croissance n’est pas au rendez-vous.

On arrive au moment ou nous sommes maintenant, c’est-à-dire la crise de la dette. Pour pouvoir payer leur dette, les Etats doivent appliquer l’austérité, qui veut dire baisser la masse salariale : c’est baisser les salaires des fonctionnaires, augmenter la fiscalité des impôts indirects qui touchent la consommation, et baisser les dépenses sociales qui sont du salaire différé, le tout pour payer la dette c’est-à-dire le capital fictif. Seulement, cela baisse la masse monétaire disponible pour acheter des biens c’est-à-dire la demande.

La boucle est bouclée : Pour sauver la crise du secteur financier c’est-à-dire le capital fictif, on renforce la crise salariale, or le capital fictif a été développé pour remédier à la crise salariale. On est dans un cercle vicieux ou les deux crises s’auto-alimentent et où il n’y a aucune porte de sortie si on reste dans les termes du capitalisme tel qu’il existe …

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Waddle



Inscrit le: 12 May 2008
Messages: 17411

MessagePosté le: Tue Sep 11, 2012 3:39 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Platon a écrit:
Celà équivaudrait en quelque sorte à se demander si la France a les moyens de traverser cette crise et de rétablir une bonne situation à l'issue de cette période plutôt difficile.
Je pense que non, personnellement.
Car bien qu'actuellement, le problème soit lié à la conjoncture, la racine de tous les maux est structurelle. Le modèle capitaliste tel qu'on l'a toujours connu a plusieurs failles, et la France en particulier, qui à droite comme à gauche, reste tout te même fortement ancrée sur un système orienté social, souffre encore plus car il faut financer ses mesures. Un petit texte, qui il y'a quelques mois, m'avait semblé plutot intéressant...

http://www.tantquil.net/2011/12/24/si-la-crise-etait-un-film-dhorreur/#more-1042

Citation:

Si la crise était un film d’horreur…
Si la crise était un film d’horreur, le moment d’avant 2008 et l’effondrement des banques serait le moment ou tout se déroule bien et la vie de la petite ville américaine se passe normalement.

La période qui commence en 2008 et dans laquelle nous sommes en ce moment serait le moment où des signes du monstre apparaissent. Des gens disparaissent, on retrouve des tags horribles en lettres de sang et les héros de la petite ville commencent sérieusement à s’inquiéter. Cela dit, le pire reste encore à venir, en France cela se manifeste par le début de l’austérité, le menace de la perte de la note Triple A, la montée du chômage et la baisse du pouvoir d’achat.

Le troisième moment, qui n’est pas encore arrivé est celui où le monstre se révèle et commence à massacrer tout le monde, retourne des voitures et incendie des bâtiments et tout le monde fuit désespérément. C’est ce qui se passe en Grèce en ce moment, et qui menace le reste de l’Union Européenne

La raison pour laquelle on risque de se retrouver dans cette situation est que cette crise est structurelle et non conjoncturelle. En effet la crise trouve sa source dans deux failles du système capitaliste.
La première est la crise de la valorisation et la deuxième, la crise de débouchés ou crise salariale. Celles-ci s’alimentent mutuellement.
Crise de la valorisation

Tout d’abord, il faut se rappeler brièvement de l’histoire économique des 60 dernières années. De 1945 à 1975 dans l’ensemble des pays capitalistes industrialisés suivent un modèle économique de capitalisme dit keynésien. Celui-ci se caractérise par une forte intervention de l’état dans l’économie, un partage de la croissance qui est forte (de l’ordre de 3 ou 4%) entre salariés et patronat, et une consommation de masse alimentée par les augmentations de salaire.

En France ce sera l’ère de l’accès des ménages à la télévision, à l’électroménager, aux vacances, aux pavillons, etc.

A partir des années 70, ce modèle de capitalisme est en crise et on passe à un nouveau type de capitalisme, néo libéral. Ce capitalisme est défini par une baisse relative des salaires (en France, 240 milliards d’euros par an par rapport à 1975), un grande financiarisation (développement de la bourse, du crédit à la consommation), une délocalisation de la production industrielle (vers des pays à bas salaires) et un démantèlement progressif de l’état providence (dans les années 80 en Angleterre et aux USA depuis les années 90 en Europe et au Japon). C’est un capitalisme ou la bourgeoisie, les multinationales ont encore plus de pouvoir et surtout, qui est en crise larvée de façon permanente.

En effet ce capitalisme souffre d’une crise de la valorisation qui date de la période précédente.

( La valorisation est le mécanisme par lequel le capitalisme extrait de la plus-value du procès de production ; Plus concrètement, cela veut dire que c’est la part qui reste au patron sur le prix d’une marchandise une fois enlevé le cout du travail, des matières premières et des machines.)

Dans les années 70, ce taux baisse à cause de plusieurs facteurs : monétaires, augmentation de la conflictualité qui pousse à une hausse de la part des salaires dans le PIB, renchérissement de l’énergie et ralentissement des débouchés.

Pour résoudre cette crise de la valorisation, sont prises des mesure qui vont créer une crise salariale et une crise de débouchés.

Crise salariale

Deux mécanismes principaux qui vont mener à la crise qu’on connait qui est la crise du capital néolibéral.

Restauration du profit par la réduction de la masse salariale : Cela est mis en œuvre par la mise en concurrence accrue des salaries. La délocalisation des industries masse (textile, industrie lourde) des pays du centre vers la périphérie (Taiwan, Corée, Singapour, puis Mexique, Chine, Maghreb, Indonésie) a deux conséquences :

- L’émergence d’un chômage massif qui permet de précariser la main d’œuvre dans les pays développés, et de faire baisser les salaires de façon relative.

- La possibilité de produire des biens manufacturés à très faible cout de travail dans les pays de la périphérie et de les revendre grâce au développement de la globalisation du capital dans les pays.

En gros je vais prendre l’exemple (complètement fictif) d’une télé.

Une télé Ecran plat LCD vendue 500 euros produite en France va couter : 100 euros de matières premières, 100 euros de machines (amortissement d’investissement outils et recherche), 220 euros de travail (calculés en heures) et 10 euros de transport pour le mener au supermarché. On a un cout de production de 430 euros et 70 euros de profit.

En France le cout d’une heure de travail au salaire minimum est de 16,2 euros pour l’employeur. En Chine le cout horaire d’un salaire ouvrier horaire est de 0,30 centime d’euro.

Maintenant on prend la même télé produite en Chine et vendue en France. On a toujours 100 euros de matières premières, 100 euros de machines mais plus que 22 euros de travail et 100 euros de transport, ce qui fait un total de 322 euros, ce qui fait 178 euros de profit.

→Le capital a réussi à restaurer son taux de profit Le problème c’est que c’est un tour de passe passe, parce qu’il y a un autre facteur dans le fonctionnement du capitalisme : celui des débouchés.

En effet une fois le bien produit, il faut le vendre, or dans les économies développées le principal débouché cela va être les salariés qui vont acheter les biens souvent inutiles qu’ils ont produit. Malheureusement, vu que les salaires n’augmentent plus et que de plus en plus de produits sont fabriqués dans des pays à bas cout de main d’œuvre, la demande ne va pas augmenter, (ce qui s’est passé dans les années 80 et 90) ou même baisser (ce qui se passe depuis le début de la crise). En plus pour ce qui est du profit généré l’investissement dans de nouveau moyens de production de sera pas rentable. Cela va créer une masse d’argent, de monnaie qui ne trouve pas de débouché dans l’économie réelle.

En 2010, les revenus du capital, part dans la valeur ajoutée s’élèvent à 32% soit 608 milliards d’euros. L’investissement, c’est-à-dire ce qui est réinjecté dans l’économie concrète s’élève à 17% du PIB, soit 323 milliards d’euros. Cela laisse 15 % du PIB aux mains du capital qui doit trouver une rentabilité.

Cet argent va chercher à trouver de nouveaux débouchés mais cette fois ci dans le capital fictif.

Celui-ci va être le nouvel élément qui permet au capital qui a résolu temporairement la crise de valorisation de résoudre la nouvelle crise qu’il a créé en germe : la crise salariale.

La capital fictif est le capital qui n’implique pas de processus de production financier : c’est des produits financiers : obligations, action, subprimes, crédit.

L’investissement dans le capital fictif qui devient le secteur dominant de l’économie capitaliste a en retour des conséquences :

- Elle permet de restaurer le taux de profit, pour la portion de capital extraite chaque année qui ne peut pas être investi dans l’économie réelle.

Par contre comme c’est du capital fictif, des bulles sont créées dans les secteurs des produits financiers et l’immobilier.

Ce sont des bulles car rien ne justifie la montée des prix à part le fait que les gens achètent, il n’y a pas de production en plus derrière. Par exemple à Paris, les prix de l’immoblier doublent entre 2000 et 2010, mais le travail et les matières premières pour produire des logements restent les mêmes. Ces bulles explosent lorsque la demande pour ces produits baisse, détruisant de la valeur.

Par ailleurs, l’investissement dans le capital fictif permet aussi de développer le crédit. Le crédit en retour permet de doper la consommation atone à cause de la crise salariale et de préserver la croissance. Sauf qu’en 2008, la bulle du crédit qui ne valait plus rien, explose, ce qui nous amène au passage d’une crise larvée à une crise ouverte.

Une crise systémique

Les Etats, pour soutenir le crédit, qui est essentiel à l’économie à court terme payent les banques et mettent en œuvre des plans de relance de l’économie (ce qui se passe en 2008 et 2009). En retour, ils s’endettent d’autant plus que la croissance n’est pas au rendez-vous.

On arrive au moment ou nous sommes maintenant, c’est-à-dire la crise de la dette. Pour pouvoir payer leur dette, les Etats doivent appliquer l’austérité, qui veut dire baisser la masse salariale : c’est baisser les salaires des fonctionnaires, augmenter la fiscalité des impôts indirects qui touchent la consommation, et baisser les dépenses sociales qui sont du salaire différé, le tout pour payer la dette c’est-à-dire le capital fictif. Seulement, cela baisse la masse monétaire disponible pour acheter des biens c’est-à-dire la demande.

La boucle est bouclée : Pour sauver la crise du secteur financier c’est-à-dire le capital fictif, on renforce la crise salariale, or le capital fictif a été développé pour remédier à la crise salariale. On est dans un cercle vicieux ou les deux crises s’auto-alimentent et où il n’y a aucune porte de sortie si on reste dans les termes du capitalisme tel qu’il existe …



Très très intéressant le texte, qui a mon sens, résume assez bien ce qui se passe aujourd'hui.

Il manque peut-être un volet sur la monnaie unique, et la privatisation de la monnaie (dont il a parlé de façon indirecte), qui sont des facteurs non négligeable de cette crise.
_________________
La vie c'est le ludo. Parfois tu peux jouer un, parfois tu peux jouer deux chaines quatre comme ca...

Allez visiter mon blog:

Mon blog
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nji



Inscrit le: 15 May 2008
Messages: 15134
Localisation: Koundja

MessagePosté le: Tue Sep 11, 2012 3:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,
Pour ma part, je crois que la France, comme chaque pays qui est confronté à une crise a encore de l'avenir si elle change son modèle de société. Le modèle économique actuel a atteint ses limites et résoudre la crise par la recherche de nouvelles ressources est à mon sens comparable à la course du hamster sur sa roue.
Les européens ont contribué à créer et à promouvoir un monstre qui les dépasse aujourd'hui. Le capitalisme doit être changé par la prise de décisions courageuses qui vont mettre des sacrifiés sur le carreau, mais construire un monde différent pour l'avenir.
Pour moi, l'équation peut se résumer en ceci: "Au lieu de vouloir à tout prix faire à ce que celui qui gagne 900 euros puisse avoir les 300 ou 500 euros qui lui manquent pour vivre décemment, il faudrait faire à ce qu'il réussisse à vivre décemment de ses 900 euros sans aide".

_________________
L'homme cherche à être heureux, alors que la société tente vainnement à le rendre bon, NJI.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Makanaki
Petit shabbaeur


Inscrit le: 05 Jun 2011
Messages: 1061
Localisation: Gillette

MessagePosté le: Wed Sep 12, 2012 4:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

stevedembeng a écrit:
Makanaki a écrit:
Le cameroun a t il un avenir? Confused


OUI. Et il est radieux

lol ok.
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BIG BROTHER



Inscrit le: 21 Dec 2010
Messages: 107

MessagePosté le: Wed Sep 12, 2012 4:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Evidemment que la France comme la plupart des pays occidentaux ne pourra pas faire face à la crise. C’est dire à quel point l’histoire des sociétés est souvent complexe. Cela fait 50 ans que nous savons que le problème de l’Afrique, c’est la mauvaise gouvernance, et nous n’avons toujours pas réussi à le résoudre.
Le problème de l’occident est simple et complique en même temps. Simple car l’unique raison est que les occidentaux vivent au-dessus de leurs moyens. Compliqué car très peu d’occidentaux sont en mesure d’accepter une baisse de leur niveau de vie.
Les asiatiques l’ont compris depuis fort longtemps et vont donc dominer le monde. Il n’est un secret pour personne que pour un même niveau de revenu, un français aura un niveau de vie 3 à 4 fois plus élevé que celui d’un chinois par exemple. Voilà où se trouve la clé, il faut travailler plus et consommer peu, il n y a pas de miracle. L’Africain travaille peu et consomme trop, l’européen travaille assez et consomme trop, l’asiatique travaille trop et consomme peu.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
EL OMBRE
Petit shabbaeur


Inscrit le: 30 Jun 2008
Messages: 1015

MessagePosté le: Wed Sep 12, 2012 9:55 pm    Sujet du message: Répondre en citant

...

Dernière édition par EL OMBRE le Sun Sep 16, 2012 10:15 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
italien
Bérinaute Vétéran


Inscrit le: 30 May 2008
Messages: 5001

MessagePosté le: Wed Sep 12, 2012 11:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

BIG BROTHER a écrit:
Evidemment que la France comme la plupart des pays occidentaux ne pourra pas faire face à la crise. C’est dire à quel point l’histoire des sociétés est souvent complexe. Cela fait 50 ans que nous savons que le problème de l’Afrique, c’est la mauvaise gouvernance, et nous n’avons toujours pas réussi à le résoudre.
Le problème de l’occident est simple et complique en même temps. Simple car l’unique raison est que les occidentaux vivent au-dessus de leurs moyens. Compliqué car très peu d’occidentaux sont en mesure d’accepter une baisse de leur niveau de vie.
Les asiatiques l’ont compris depuis fort longtemps et vont donc dominer le monde. Il n’est un secret pour personne que pour un même niveau de revenu, un français aura un niveau de vie 3 à 4 fois plus élevé que celui d’un chinois par exemple. Voilà où se trouve la clé, il faut travailler plus et consommer peu, il n y a pas de miracle. L’Africain travaille peu et consomme trop, l’européen travaille assez et consomme trop, l’asiatique travaille trop et consomme peu.
très belle analyse, j'approuve Wink
_________________
Martin Luther King: «L'Afrique n'a besoin que des meilleurs. Quel que soit ce que vous fassiez, soyez les meilleurs ».
Nelson Mandela(18.07.1918--05.12.2013): «Education is the most powerful weapon for bring the change in the world».
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
betson
Petit shabbaeur


Inscrit le: 13 May 2008
Messages: 1175

MessagePosté le: Thu Sep 13, 2012 4:02 am    Sujet du message: Répondre en citant

Nji a écrit:
Bonjour,
Pour ma part, je crois que la France, comme chaque pays qui est confronté à une crise a encore de l'avenir si elle change son modèle de société. Le modèle économique actuel a atteint ses limites et résoudre la crise par la recherche de nouvelles ressources est à mon sens comparable à la course du hamster sur sa roue.
Les européens ont contribué à créer et à promouvoir un monstre qui les dépasse aujourd'hui. Le capitalisme doit être changé par la prise de décisions courageuses qui vont mettre des sacrifiés sur le carreau, mais construire un monde différent pour l'avenir.
[b][b]Pour moi, l'équation peut se résumer en ceci: "Au lieu de vouloir à tout prix faire à ce que celui qui gagne 900 euros puisse avoir les 300 ou 500 euros qui lui manquent pour vivre décemment, il faudrait faire à ce qu'il réussisse à vivre décemment de ses 900 euros sans aide"
. [/b]
[/b]


Philosophie bouddhiste : Trouver son bonheur dans ce que l'on a déjà. celui qui est heureux est celui qui arrive à se contenter de ce qu'il a. C'est une paraphrase, hein...
_________________
Il faudrait veiller à ne pas être un parvenu sans culture ou un ambitieux sans esprit.

Le panurgisme c'est préferer se tromper tous ensemble et la peur d'avoir raison tout seul.
Betson.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Platon
Petit shabbaeur


Inscrit le: 04 Nov 2010
Messages: 1148

MessagePosté le: Thu Sep 13, 2012 10:28 am    Sujet du message: Répondre en citant

BIG BROTHER a écrit:
L’Africain travaille peu et consomme trop.


Hum, peux tu développer stp?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nyanbock



Inscrit le: 25 Aug 2012
Messages: 495
Localisation: FB Evangeliste A M

MessagePosté le: Thu Sep 13, 2012 10:54 am    Sujet du message: Répondre en citant

BIG BROTHER a écrit:
L’Africain travaille peu et consomme trop, l’européen travaille assez et consomme trop, l’asiatique travaille trop et consomme peu.


L'Américain rejoint l'Européen pour la vie au dessus de leur moyen

pour l'Africain par contre je crois que c'est plutot le salaire qui n'est pas proportionnel au travail fournit, les Africains ont un salaire moyen tres faible par rapport au niveau de vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nji



Inscrit le: 15 May 2008
Messages: 15134
Localisation: Koundja

MessagePosté le: Thu Sep 13, 2012 12:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Platon a écrit:
BIG BROTHER a écrit:
L’Africain travaille peu et consomme trop.


Hum, peux tu développer stp?
moi même je veux avoir les explications sur ce cliché.
_________________
L'homme cherche à être heureux, alors que la société tente vainnement à le rendre bon, NJI.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BIG BROTHER



Inscrit le: 21 Dec 2010
Messages: 107

MessagePosté le: Thu Sep 13, 2012 6:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Nji a écrit:
Platon a écrit:
BIG BROTHER a écrit:
L’Africain travaille peu et consomme trop.


Hum, peux tu développer stp?
moi même je veux avoir les explications sur ce cliché.


Il est vrai que c’est souvent risqué de généraliser mais, pour avoir parcouru le monde entier, je peux dire qu’en général, en Afrique nous travaillons moins que les autres, que ce soit en campagne ou en ville. Je suis d’autant plus à l’aise de le dire que je suis africain. Vous n’avez qu’à observer les étendues de terre fertiles entre Yaoundé et Douala, non exploitées, alors que dans le même temps on parle de chômage. Si vous faites un tour au Congo Brazza, vous constaterez qu’ils sont pour la plupart malnutris alors que même dans Brazzaville, la foret étouffe l’homme. Idem pour Kinshasa.
Quand je dis que l’Africain consomme trop, c’est d’abord relativement à ce qu’il gagne. Essayez de faire une simple statistique de ce que les gens mettent dans l’alcool et les deuxièmes bureaux dans une ville comme Douala. Il y en a qui y mettent facilement, le ¼ voir le 1/3 de leur salaire. Comment dès lors penser que de telles personnes peuvent changer leur vie. Et quand on ajoute à cela les futilités comme les funérailles, les voyages à la Mecque, on ne peut que pleurer. Chez nos amis les congolais il faut ajouter les habits et les bijoux chers, et voir même les produits de décapage, c’est de ca qu’il s’agit, quand je parle de consommation. Il faudrait même plutôt parler de gaspillage. Pour avoir bossé en Asie, je peux vous assurer que les asiatiques, ayant le même niveau de revenus qu’à Douala et à Dakar ne font pas ces folies.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Bonaberi.com Index du Forum -> Divers Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site
Votre publicité ici ?