Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Points de Vue
Bolloré, la « Françafrique » et la morale dans les affaires
(20/09/2009)
Vincent Bolloré est l'un des hommes d'affaire les plus influents en Afrique avec un patrimoine qui s'étend à travers le continent noir.
Par Redaction Bonaberi.com (Guy J. Gweth)
Un des nombreux ports du groupe Bolloré
Un des nombreux ports du groupe Bolloré

Dans son n° 661, Le Monde diplomatique [1] titrait sur « les guerres africaines de Vincent Bolloré » entre « affaires, médias et humanitaires ». Quelques jours plus tôt, le 28 mars 2009 c’est France Inter qui consacrait une émission à « L’empire noir de Vincent Bolloré » au moment où la guerre pour le contrôle des ports fait rage en Afrique. Pour répondre à ces attaques, les stratèges de Puteaux déclenchent une contre-offensive. Mais l’opération baptisée « transparence » fait l’effet d’un antalgique. Les trois jours de Dominique Lafont (DG de Bolloré Africa Logistics) à bord de son jet en compagnie de journalistes, ont davantage donné l’impression d’un ogre qui, englué dans son réseau françafricain, toise la morale à distance.

Bolloré en Afrique c’est 30% du chiffre d’affaires du groupe en 2008, 19000 emplois, un réseau de 200 agences disséminés dans 43 pays, des domaines d’activités aussi stratégiques que les transports maritimes ou ferroviaires, la logistique minière, industrielle, pétrolière et humanitaire… Depuis 2004, le groupe a raflé la gestion de nombreux terminaux à conteneurs sur le continent à l’instar d’Abidjan en Côte d’Ivoire, Douala au Cameroun, Cotonou au Bénin, Lomé au Togo, Pointe-Noire au Congo, Tama au Ghana ou Tincan au Nigeria… Et perdu quelques uns comme celui de Dakar au Sénégal en octobre 2007. Pour le groupe comme pour ses quatre principaux concurrents (l’allemand DB Schenker Logistics, l’émirati Dubaï Ports World,  le danois APMT et l’espagnol Progosa), l’objectif stratégique est le contrôle des points d’entrée et de sortie du continent car « l’Afrique est comme une île reliée au monde par les mers. Donc qui tient les grues tient le continent.» [2]




Les analystes sont presque tous d’accord sur un point: Vincent Bolloré a réussi l’un de ses plus beaux coups de communication stratégique en recevant en mai 2007 Nicolas Sarkozy, fraîchement élu président de la république, sur son yacht privé, tous frais payés. Attentifs, les décideurs d’Afrique francophone pour qui « l’ami d’un ami est un ami » ont parfaitement saisi le message. Le navire du milliardaire avait à peine mouillé au large de Delimara Bay que « la rupture » prônée par son illustre hôte s’effritait devant la real politik. Qui peut reprocher à un Etat de promouvoir et de protéger ses champions à l’international? Sauf que dans le cas Bolloré, les concurrents (aidés par les retours d’ascenseur du groupe breton à ses amis du Nord comme du Sud) ont choisi de communiquer sur le terrain de la morale dans les affaires, invoquant les soupçons de collusions, de  « liens incestueux » entre l’Elysée et Bolloré, le groupe Bolloré et les décideurs africains, ces derniers et l’Elysée. La « Françafrique ».

Fort de son artillerie [télévision (Direct 8), publicité (Havas), presse gratuite (Matin plus et Direct soir), RP (d’anciens ministres africains et français)…], le groupe Bolloré qui n’a plus le temps de se regarder s’est enfermé au fil des ans dans un cercle qu’il a contribué à tisser. Un réseau qui, bien que rentable en Afrique, s’avère désormais difficile à assumer en Europe à cause des assauts répétés des associations et des médias apparentés. Malgré l’émission d’un code d’éthique [3] et de publi-reportages, Bolloré semble presque définitivement cloué sur la croix de la morale. Mais si la morale payait dans les affaires, il y a longtemps qu’on le saurait.

Par Guy J. Gweth - Consultant en intelligence économique & stratégique

[1] Le Monde diplomatique n°661, p 1, 16 & 17 du mois d’avril 2009

[2] Propos prêtés à un « ancien de Bolloré » in  « L’Afrique n’est plus l’eldorado des entreprises françaises » dans Le Monde diplomatique de février 2006.

[3] Le groupe Bolloré aurait rédigé un code d’éthique comprenant une liste  noire de quatre pays (Érythrée, Guinée Bissau, Lesotho et Swaziland) où il ne souhaite pas investir pour "cause de corruption rampante".




Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
points de vue  bolloré  francafrique  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 0 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2019. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site